logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/10/2016

premières nouvelles d'Hector

principe d'Archimède.jpg                                          

                                                    Sur cette photo, mon fils, professeur de mathématiques et autres sciences, fait une brillante démonstration du fameux principe d'Archimède " tout corps plongé dans un liquide...". Le cobaye n'est autre qu'Hector, nouveau né dans la famille, lequel n'apprécie guère et exprime, à sa façon, son mécontentement. c'est beau la vie!.jpgHeureusement, passe par là, le grand-père, vieil homme sensible, charitable ...entre autres qualités. Avec beaucoup de délicatesse, de précautions aussi, il prend le bébé dans ses bras et  le berce en lui fredonnant, d'une voix chevrotante "c'est un petit bonheur que j'avais rencontré, il était tout en pleurs sur le bord du fossé...". L'enfant charmé, captivé, se calme et ne tarde pas à s'endormir ce qui évite au vieil homme de poursuivre cette chanson et c'est  bien mieux ainsi car, comme chacun sait, la fin n'est guère optimiste.

hector et henri 3.JPG

 

 

Les parents, reconnaissants, ont beaucoup regretté mon éloignement. Moi aussi. Car, des chansons, j'en connais, croyez-moi. Et quand j'ai quitté Hector, j'ai bien compris, à sa façon de me regarder, qu'il aimerait que nous nous rencontrions aussi souvent que possible. D'accord Hector. A bientôt.

 

 

 

31/08/2016

des nouvelles du soldat inconnu

  Z soldat-inconnu.jpg                                   Je viens de lire dans un magazine très sérieux qu'une "biographie du soldat inconnu" serait en préparation et même prochainement édité chez Flammarion. Que de révélations en perspective! On peut affirmer qu'il s'agira de l'évènement littéraire de cette rentrée. L'auteur souhaite, dans l'immédiat, garder l'anonymat. François Busnel, qui voulait l'inviter dans une prochaine émission, la grande librairie, en est fort dépité. On le comprend. Mais, restons raisonnablement patients. Nous attendons depuis près d'un siècle...

                                     Une photo illustre l'article du magazine. On y découvre avec émotion la femme et les cinq enfants du célèbre soldat - malgré lui-  posant à côté de sa tombe. Le nom du photographe n'y est pas dévoilé.

                                                                                     Je suis vraiment impatient, tout comme vous je suppose, d'avoir en mains cet ouvrage.

                                                                                   

                                                                                   

24/07/2016

enfin, des nouveaux panneaux...

prudence.jpg

                                       Il arrive parfois que, pour des raisons diverses ( plus ou moins légitimes) l'automobiliste est tenté de prendre l'autoroute à contresens. C'est dangereux, le savez-vous?

                                        Par exemple, vous vous arrêtez à une aire de repos puis vous repartez, abandonnant, là, votre belle-mère dans les WC ou votre vieux chien pelé, galeux près d'une poubelle... Vous roulez pendant quelques kilomètres. Et voilà  que le remords vous prend, vous tenaille, vous torture... Impossible de continuer. Alors, vous faites demi-tour sans trop réfléchir au danger qui vous guette.

                                        Heureusement, la Commission spéciale chargée de la mise à jour du code de la route  a, enfin, décidé la mise en place de panneaux spéciaux sur l'A45, pour commencer. Il s'agit d'une expérience qui pourrait être étendue prochainement sur toutes les autoroutes de France pour une plus grande sécurité des usagers, pour plus de convivialité... Il fallait y penser!

 

13/03/2015

le 9 décembre...enfin!

                                   

laïcité à l'école.jpg

 

Chers concitoyens,                      

                                       Je suis flatté, que dis-je, honoré. Choisir le 9 décembre pour célébrer la Laïcité, bravo! Car c'est aussi mon anniversaire, figurez-vous. Donc, quand vous m'adresserez - et je ne doute pas que vous le ferez- vos amicales pensées, vos baisers les plus affectueux, vos cordiales salutations,  vos chaleureuses poignées de main...( au choix bien sûr),  pensez aussi à manifester votre soutien à cette valeur républicaine non négociable, ni positive (qu'es aquo?), ni négative (??) dont le but est de permettre de vivre ENSEMBLE ( oui, j'aime bien cette idée de vivre ensemble).

                                       Bon, vous allez me dire que si le 9 décembre a  été choisi, ma modeste personne n'y est pour rien. On le doit, vous l'avez appris à l'Ecole publique - mais oui !-,  à Aristide Briand qui fut à l'origine de la fameuse loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, loi votée le 9 décembre 1905 et que certains aimeraient bien revoir et corriger ( surtout corriger) ...allez donc savoir pourquoi. J'ai résumé et n'en rajouterai pas car vous avez, c'est certain, votre opinion sur le sujet*.

                                      Donc, le 9 décembre, un anniversaire à ne pas oublier...celui de la Laïcité.

                                      Fraternellement vôtre.

PS: ancien "instit public", j'aime beaucoup le dessin de Pancho ... sinon je ne l'aurais pas choisi! 

* Peut-être avez-vous lu  quelque part ce que pense Elisabeth Badinter sur ce sujet. Quelques extraits:

...Je suis d’abord, philosophiquement, universaliste... Je crois aux bienfaits des valeurs universelles : on a toujours intérêt à mettre en avant nos ressemblances plutôt que nos différences. Je ne crois pas à la différence heureuse...

..., je suis féministe et je me méfie extraordinairement du pouvoir des religieux et de leur vision de la femme...

...C’est pourquoi on laisse la laïcité, déjà bien attaquée par Sarkozy, se vider de son contenu originel : « laïcité ouverte », « laïcité positive » : la laïcité aujourd’hui, c’est « chacun fait ce qu’il veut » et, au nom de la religion, « on a tous les droits ». Le comble est de voir des défenseurs de la laïcité plaidant pour que les religions soient plus discrètes se faire traiter d’« ayatollahs de la laïcité » ou de « laïcards », le terme de Maurras…

 

 

19:51 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

11/03/2015

élections

medium_bureau_de_vote.jpg A l’occasion de chaque élection,  je publie cette photo. Comme elle ne prend pas une ride, pourquoi s'en priver n'est-ce pas...?
Un bref rappel.
A Boé ( c'est chez moi, banlieue d'Agen), les nudistes et sympathisants sont de plus en plus nombreux. Le réchauffement de la planète en est peut-être la cause?

                                             Un conseil municipal de début 2007 avait accepté, à une forte majorité, de leur réserver un bureau de vote pour les présidentielles d'avril de la même année. Cette décision ne concernait que les hommes. Si l’expérience était réussie ( et ce fut le cas, la preuve, nous fîmes la queue), on avait l'intention de l’étendre aussi aux femmes qui, croyez-moi, râlaient d’être, encore une fois, les dernières bénéficiaires d’une mesure dont le caractère républicain n’échappera à personne. "Pourquoi une journée de la femme si on ne nous reconnaît même pas le droit élémentaire de nous mettre à poil comme les hommes, s'insurgèrent de nombreuses boétiennes qui d'ailleurs manifestèrent, seins nus, dans nos cités. "Et ce n'est qu'un début, menacèrent nos Femen locales!"
                                                Mais, cette année, le boétien restera couvert et c’est tant mieux car il fera certainement nettement moins chaud fin mars que le 22 avril 2007 ( une trentaine de degrés, avais-je noté). " Le nombre d'abstentionnistes sera déjà, hélas, suffisamment important, a dit Monsieur le Maire, inutile de prendre le risque d'en rajouter !"

                                                 A propos de la photo prise par un journaliste de notre journal local "le Petit Bleu": le dernier de la file, c’est moi ( en zoomant, on distingue un petit grain de beauté sur la fesse gauche). Je m’étais débrouillé pour arriver le dernier; par politesse.

20:24 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

06/03/2015

la fessée...

avoinée.jpg

" Celui qui aime son fils donne souvent le fouet"...Voilà ce qu'on peut lire dans la Bible.

Mes parents, athées, n'avaient vraisemblablement pas lu ces Saintes Ecritures et c'est ainsi, sans doute, que j'ai échappé à la fessée ou autres châtiments corporels. Mes enfants également. Sauf une gifle, une fois! Pardon, ma fille...

camarade!.jpgLe père Noël n'a donc jamais apporté de martinet à la maison. Pourtant, je vous assure, parfois, la tentation était grande!

L'avoinée peut commencer par une engueulade bien sentie et se poursuivre par une bastonnade, une volée de bois vert...Prudence!

Au temps jadis, l'instit, plus sévère et autoritaire qu'aujourd'hui, usait souvent de punitions telles les coups de règle sur le bout des doigts, les gifles, quelques coups de pieds au cul...Tirer les oreilles ( ou les cheveux au ras des oreilles, aïe, aïe!) du cancre était pratique courante. L'écolier évitait d'en parler le soir aux parents car il pouvait recevoir, en prime, une belle torgnole.

Bref...Bientôt (?) la fessée sera, peut-être, interdite en France. Mais, la fessée dite érotique échappera-t-elle à la règle générale? Pas si simple. Le prétexte serait alors facile pour profiter de l'occasion et frapper à bras raccourcis sa ou peut-être son partenaire! Finalement, je me demande s'il est utile de légiférer sur ce sujet.

Dessins de Duverdier et Poulbot.

 

 

 

20:20 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

06/02/2015

chandeleur


Avant d'être auto-proclamé "Directeur Artistique" de l'Atelier- chant "Boé si Boé la", j'osais me présenter parfois, seul, avec ma guitare, sur la vaste scène de notre Espace culturel, face à la foule ( cent cinquante spectateurs ravis, enthousiastes... parents, amis essentiellement), pour y interpréter mes petites chansonnettes* . Je profitais du moment où les choristes se changeaient et se grimaient dans les coulisses pour placer, un court instant, trop court disaient les amateurs éclairés, une de mes "brèves". En voici une qui eut, il y a  quelques années, un succès phénoménal au niveau vicinal et peut être au-delà - allez donc savoir! - et que je dois publier assez régulièrement, avant ou après la chandeleur quand j'oublie...mais s'en lasse-t-on! Ce soir-là - quand donc était-ce?- j'étais très enrhubé ce qui ne nuit nullement à l'interbrétation de cette chanson. Au contraire. Comme vous pourrez le constater si vous allez jusqu'au bout de cette vidéo- ce que je vous conseille, mes brèves ne dépassant guère la trentaine de secondes- le public est ...indulgent.

*J'ose dire que je suis auteur, compositeur, interprète ce qui n'est pas de tout repos et que je n'ai récolté aucun centime de mes oeuvres - si je ne dis pas "chefs-d'oeuvre" , c'est uniquement par souci de modestie-!

20:26 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

25/01/2015

un bon "nègre"...

 

boat migrants.jpg

 

                                               Ce Lassana, quel héros tout de même! Un africain, musulman, immigré sans papier...qui donc aurait imaginé qu'un tel "individu" accomplirait cet acte de bravoure! Et - je n'en reviens pas- pour sauver des...juifs! Voilà, enfin, un bon exemple, disent certains, du bout des lèvres.

migrants 3.jpg Moi, qui me complais dans un angélisme chronique ( même pas honte!), je me demande si, dans ces bateaux surpeuplés, tellement colorés ( belle, la photo, on dirait, de loin, une peinture impressionniste!), qui ont tant de mal à traverser une méditerranée capricieuse, ces gens, ces malheureux déguenillés, affamés, malodorants... qui fuient leur pays pour toutes sortes de raisons ( mettons-nous un instant à leur place!) ne seraient pas, dans leur ensemble, aussi honnêtes, braves, vaillants...que nous. Combien de Lassana en puissance parmi eux? C'est la simple question que je me pose, ce dimanche, jour du seigneur.

wolinski-3.jpg       

Dans un hôpital de Jérusalem, un chirurgien Israélien opère , indifféremment, les enfants de Palestine et d'Israël, enfants atteints de malformations cardiaques. Finalement, le monde n'est pas aussi pourri qu'on pourrait, parfois, l'imaginer...

J'aime aussi ce dessin de Wolinski.

Météo: aujourd'hui, au bord du canal, il fait frisquet certes, mais le soleil est de retour...

........................................................................................................................................................

podcastPour conclure et me faire, si besoin, pardonner, voici un enregistrement de répétition en trio, ballade interprétée par René à la guitare, Thierry  à la contrebasse, et moi- même à la clarinette...

15:49 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

09/09/2014

rentrée...suite 2

IMG_0011.JPGDans trois mois on fêtera mes vingt ans. En attendant, je dois rejoindre mon premier poste à Saint Caprais, petit village perdu quelque part dans les coteaux gascons, à une vingtaine de kilomètres d'Auch, capitale de l'Armagnac, ville où je fus normalien pendant quatre ans. Ne cherchez pas Saint Caprais sur votre carte de France. C'est plus un hameau qu'un village: une église, à proximité la maison du maire, une épicerie...et quelques fermes dispersées. J'oubliais: l'école! Une classe, un petit préau et une chambre au premier pour loger l'instit ( "lou régent" comme on l'appelait encore parfois dans nos campagnes). Dans la chambre, une forte odeur de moisi, une vilaine tapisserie décollée par endroits, une petite cheminée pour chauffer ( si peu!) en hiver. Pour tout mobilier, un lit bien sûr et une petite table carrée installés quelques jours avant la rentrée. Sous l'escalier, on a fait provision de buches pour la classe et pour moi. Les rats affectionnent cet endroit: je les entends parfois la nuit...et je tiens bien fermée la porte de la chambre! Voilà pour le décors.

                                           A midi, je mange chez les épicières. Car elles sont deux: la mère assez âgée (?) et sa fille, célibataire, le quarantaine "à bisto de nas"...ou, au pifomètre, si vous préférez .  Toutes deux sont sympathiques. Je promenade à scooter.jpgleur paie une petite pension et mange très correctement. Le soir... je me débrouille. Je reviens le jeudi ( rappelez-vous; semaine de cinq jours pour les écoliers...) et le dimanche chez mes parents avec mon scooter Lambretta . Ouf! Mais, cinq jours, à Saint Caprais, c'est beaucoup pour un jeune de vingt ans! Comment diable suis-je arrivé dans ce bled??? Je ne sais plus très bien. Ai-je demandé ce poste, entre autres, compte tenu de sa proximité avec Auch? Comme il ne devait pas y avoir d'autres candidats ( tu parles!) je fus déclaré gagnant! Pour l'année scolaire... Le maire à qui je viens de rendre ma visite protocolaire espère que je resterai ici plus longtemps que les remplaçants qui se sont succédés avant mon arrivée au rythme de deux ou trois par an. Compte la-dessus, pense-je! 

                                             Je garde pour demain une visite et inventaire de la classe  avant de recevoir mes élèves. Je suis tout de même un peu inquiet, anxieux même. Ai-je raison de l'être? ....On verra bien.

Je suis revenu à Saint Caprais il y a 7 ou 8 ans et j'ai retrouvé l'école telle que je l'avais connue, extérieurement bien sûr ( photo). Elle n'accueille plus d'élèves depuis fort longtemps.

 

 

15:50 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

07/09/2014

Rentrée...suite 1


podcastLes paroles sont de Prévert

écolières.JPG

                                             Chez ces écolières, photographiées je ne sais où, vraisemblablement dans les années 45/50, peut-être même avant, je cherche en vain un soupçon de sourire. Même observation pour la photo des garçons publiée au bas de cette note. Maîtresse et maître paraissent également...austères. Pourquoi donc cette morosité? Le photographe les impressionnent-ils avec son gros appareil? Attention...le petit oiseau va sortir!

                                              J'ai connu, comme elles et eux, des écoles où les classes de garçons et de filles étaient séparées. La cour de récré était même coupée en deux par une murette. J'ai presque débuté dans l'une d'elles...celle de garçons. Désormais, sous prétexte de dispenser la même éducation aux unes et aux autres, on ne différencie plus les sexes*. Quelle époque vivons-nous madame! Bon, ne descendons pas dans l'arène...

                                                Le port de la blouse semblait obligatoire. Pour certains, ce vêtement pouvait être un " cache-misère". On reconnaissait tout de même la classe sociale aux chaussures: on devine ici et là quelques sabots. Non madame, on ne séparait pas les pauvres et les riches.

                                                Tiens, le maître est cravaté. Aujourd'hui, le professeur des écoles garde ouvert le col de sa chemise sans crainte d'une dévaluation de son autorité. Moi même...

                                                 Peut-être aurez vous d'autres observations pertinentes, d'autres commentaires à faire...ne vous gênez pas.                                

**J'ai participé, il y a fort longtemps, à des commissions pour l'Education sexuelle à l'école.

 

IMG_3406.JPG

 

 

21:10 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

05/09/2014

rentrée...


podcast

IMG_3394.JPGSaviez-vous ou aviez-vous deviné que l'auteur, le compositeur et interprète de cette chanson s'appelle Francis Blanche, plus connu comme "petit farceur rondouillard", talentueux humoriste insolent, irrespectueux, véritable enfant de la balle? Cet homme est l'auteur de plus de six cents chansons dont la fameuse "pince à linge" ou encore "Idylle en forêt" interprétées, entre autres, par le célèbre Atelier-chant Boé si Boé la! J'aime beaucoup celle-ci car j'y retrouve, comme vous peut-être, ces souvenirs lointains de nos rentrées avec leurs odeurs de blouses neuves, de papier, de craie, d'encre, du cuir de nos cartables...IMG_2429.JPGAvec un peu de crainte, nous faisons connaissance avec le nouveau maître, avec la nouvelle maîtresse, nous retrouvons nos camarades avec qui nous échangeons nos souvenirs de vacances. Et nous nous installons dans une nouvelle classe...Voilà de grands moments que chacun a vécus. J'ai connu des fanfarons qui, à ces occasions, n'en menaient pas large!

Pour conclure, ce bon conseil de Francis Blanche: " Etudiants, étudiantes,  ne vous présentez plus au bac: prenez le pont de Tancarville

16:44 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

04/09/2013

pour des prunes...

Venir à Agen pour des prunes, voilà une sortie que vous auriez pu entreprendre cette dernière fin de semaine. En effet, pour la Xième année consécutive, notre cité fêtait le pruneau. Il y avait foule...nous ont dit nos enfants. Roro et moi sommes restés prudemment à l'abri, loin des décibels.

Des croisés, au XVème siècle, s'étaient retrouvés à Damas, avaient assiégé la ville laquelle résista fort bien aux assaillants. Ceux-ci, ayant épuisé leurs provisions, durent consommer pendant quelques jours des prunes cueillies sur les pruniers abondants dans cette région. Vous connaissez sans doute cet épisode pas très héroïque que je viens de résumer en deux phrases. On peut imaginer les effets de ce fruit copieusement ingurgité. Surtout quand il est chaud...Bref, nos croisés revinrent de leur excursion assez piteux peut on dire. Ils avaient donc fait tout ce chemin pour des prunes. Voilà, nous dit-on, l'origine de l'expression. Un point positif cependant: certains, parmi les plus malins, eurent la bonne idée de ramener des plants de cet arbre dans notre pays. On peut donc, ici ou là, cueillir des prunes de Damas. Voilà donc une croisade assez utile... ma foi.

J'ai beaucoup négligé la musique ces derniers temps. On m'en a fait, amicalement, reproche. J'ajoute donc une nouvelle petite vidéo retrouvée dans ma "bécane". Je dédie cette ballade à tous les amis qui ont connu l'orchestre All Moods...autrefois!



18:13 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

23/03/2013

c'est l'printemps...

De nouveau, nous y revoici...c'est l'printemps. Les chansons qui le célèbrent, il y en a à foison. J'aimerais en chanter une pas trop difficile à accompagner car je ne sais pas si vous avez essayé de chanter en vous accompagnant avec une guitare, ça n'est pas à la portée du premier venu. Surtout si vous n'avez jamais appris à tripoter cet instrument même sommairement, comme Boby Lapointe...ou moi-même. J'avais pensé évidemment à " c'est l'printemps" de l'ami Pierre Perret mais le texte est ( peut-être?) un peu trop gaillard et, surtout, c'est assez long et j'ai peur de ne pas en venir à bout. Finalement, j'ai choisi une chanson que j'avais apprise quand j'étais aux Francs et Franches camarades , chanson que nous faisions chanter aux enfants dans les centres aérés et les colonies de vacances...un retour aux sources.

Bon, trève de bla bla. J'accorde l'instrument, si je peux, car les cordes sont assez vieilles! Et ...c'est parti ( ça n'est pas long):
podcastAvez-vous repris avec moi? Je ne vous ai pas entendu.

Des images de printemps, j'en ai plein mon fichier. J'en extrais une, au hasard, histoire d'embellir un peu ma petite note, Mais est-ce vraiment utile?

 

printemps au parc.jpg

Pas très original...tant pis.


27/02/2013

indignez vous!

Par solidarité, par conviction aussi, j'avais acheté sa brochure.

Courts extraits:

"...Se dire la violence n'est pas efficace,  c'est bien plus important que de savoir si on doit condamner ou pas ceux qui s'y livrent..."

"...Il faut comprendre que la violence tourne le dos à l'espoir. Il faut lui préférer l'espérance, l'espérance de la non-violence..."

"...Il est grand temps que le souci d'éthique, de justice, d'équilibre durable devienne prévalent. Car les risques les plus graves nous menacent. Ils peuvent mettre un terme à l'aventure humaine sur une planète qu'elle peut rendre inhabitable pour l'homme..."

" Indignez vous !"

Stéphane Hessel vient de mourir.

 

aurel02.jpg


18:55 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

16/02/2013

à propos de cheval...

Puisqu'on en parle...

Je fus, il y a quatre ou cinq ans ( je l'écris avec fierté car, croyez-moi, il me fallut beaucoup d'imagination, de patience, d'autorité aussi pour mener à bien cette entreprise), je fus donc dompteur de chevaux l'espace d'une soirée. Je dus tout apprendre sur ces bestioles capricieuses en peu de temps. Car savoir parler, même murmurer à l'oreille des chevaux comme Robert Redford, ça ne s'improvise pas. Et le fouet! Le faire claquer, pas si simple! Eviter de frôler et surtout de toucher la bête, mais aussi les projecteurs, les micros et autres éléments du décor, gare! La scène, ça n'est pas le champ de courses, ni la piste aux étoiles. Faut être précis, précautionneux. Heureusement, je sus établir un climat de confiance car, après un entraînement intensif dans le jardin ( quelques rosiers en souffrirent) je démontrai très vite que je maîtrisais l'accessoire. Imposer quelques pas de danse ne fut pas le plus difficile car, les juments surtout, avaient des prédispositions, des aptitudes certaines, je dirai même des dons. Quant aux paroles... D'ailleurs, à vous de juger:


14:29 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique