logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/11/2007

parlons volaille...

medium_du_balai_tintin_.3.jpg...et particulièrement de Tintin
qui ne mérite même pas une "vignette" sur cette note. Je lui fais là un honneur posthume que je vais sûrement regretter quand j'aurai raconté ma petite histoire. Car Tintin était une bestiole hargneuse, fourbe, vaniteuse...Tenez; ajoutez tous les défauts qui vous passent par la tête et je suis certain qu'il en manquera encore quelques uns pour le qualifier.
Mais encore..., dites-vous?
Tintin est un rescapé. Un orage violent s'abattit qui noya tous ses jeunes et innocents frères et soeurs. Maman Aline le sauva, le sécha, l'enveloppa dans un linge, le réchauffa...Il grandit dans la maison, entrant et sortant à sa guise. Il avait sa gamelle, il couchait dans la cheminée...il était CHEZ LUI!
J'étais en Algérie quand le sauvetage eut lieu et je ne fis la connaissance de l'intrus qu'à l'occasion d'une permission. Il était déjà de belle taille. Je compris d'emblée que nous ne pourrions cohabiter: quelle arrogance à mon égard! Il m'agressa dès notre première rencontre, me sauta dessus essayant de me mutiler de ses griffes et de son bec. Heureusement, maman Aline le chassa à coups de balai...Je réussis à le prendre en photo avec l' appareil Kodak Rétinette acheté à un copain. Normalement, il était en couleurs mais la diapo que j'ai récupérée ayant viré au presque rouge, je l'ai convertie en noir et blanc. C'est tout ce qu'il mérite.
Peut-être allez-vous penser que mes propos sont excessifs, que, peut-être, sa jalousie était fondée par le fait que, ne me connaissant pas, il considérait avoir une priorité, voire une exclusivité dans l'occupation des lieux...Pendant quinze jours, j'évitai de passer à sa portée.
Quand je revins définitivement d'Algérie, Tintin avait disparu. Que lui est-il arrivé? Je ne sais pas ou ne sais plus. D'ailleurs, je vous dois un aveu; comme disait Roberval: "je m'en balance".
medium_lessive_1.jpg
Et pendant que Tintin paradait à la maison, le chasseur à pieds Bartheloche se tapait la lessive à Nouader, quelque part dans les Aurès. ( p..... vous avez vu le béret! )

bonjour...

medium_medium_oui_mon_gros_1955.jpg
podcast
... et oui, dès le matin, et sur un tempo dynamique! Cliquer sur podcast gris SVP.

07:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7)

29/11/2007

notre amie...

...Renée, directrice d'une école maternelle agenaise, nous invitait de temps en temps, Daniel et moi, à faire un peu de musique devant ses petits élèves. Montrer les instruments, les faire toucher ( un peu!), chanter ensemble des chansons apprises en classe...tout le monde passait un bon moment.
J'ai retrouvé cette photo...
medium_à_l_école_de_Renée_2.jpg





























...et ce dessin
medium_à_l_école_de_Renée.jpg
Une date: mai 87. Pas besoin de compter sur les doigts.
Nous n'avons guère changé.

bonjour...


podcast
sur podcast gris, un très classique morceau de la Nouvelle- Orléans transformé en baroque au départ...surprenant!

07:45 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

28/11/2007

retour au pays, suite...

Mon histoire d'hier avait pour cadre Eauze où j'ai passé une partie de mon enfance, entre 7 et 13 ans. Ce gros bourg gascon était très vivant. La foire du jeudi, jour de repos pour les écoliers, attirait beaucoup de monde. On arrivait des alentours à bicyclette le plus souvent. Comme le rez-de-chaussée de la maison que nous habitions était une grande "remise", Gabriel, mon père adoptif, avait imaginé, pour arrondir sa pension de retraité de la SNCF, d'en faire, une fois par semaine, un garage pour vélos.
medium_402.2.jpg
L'organisation était parfaite et les clients nombreux. Le tarif ne devait pas être très élevé...quelques centimes? Je donnais volontiers un coup de main, surtout dans la soirée, quand tous les "clients" arrivaient en même temps, chargés et pressés de regagner leurs pénates: demander le ticket sur lequel était porté le numéro du vélo, récupérer celui-ci, l'amener au propriétaire, encaisser la monnaie...Quelle responsabilité pour un gamin de cet âge!
J'avais droit à un dédommagement qui me permettait d'aller acheter chez le buraliste du coin mon illustré hebdomadaire. Mais j'étais volontiers grand lecteur de la bibliothèque verte...et j'ai encore les bouquins au grenier!
medium_ça_grimpe.jpg
Je n'ai aucune photo de cette époque...vous en devinez la raison. Aussi j'ai emprunté ces iamges à Geluck et à Pef

bonjour...

Je demande aux puristes intégristes de changer de blog sur le champ...

podcast
Sur podcast gris, une interprétation très originale extraite d'un 33 tours. L'orchestre avait l'autorisation de Rossini...alors.

07:20 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (10)

27/11/2007

retour au pays...

medium_eauzepanorama.2.jpg...celà faisait une cinquantaine d'années qu'Alphonse n'était pas revenu "au pays". On peut imaginer son émotion quand, après avoir négocié un dernier virage de cette départementale qu'il avait empruntée à Condom, il aperçut le bourg et son imposante cathédrale. Eauze, capitale de l'armagnac, 3 Kms...Ouf. Il allait pouvoir se reposer à l'Hôtel de Gascogne où il avait réservé une chambre avant de quitter la capitale.
medium_vue-cote-cathedrale.jpg Après un court repos bien mérité, il décida de parcourir le village à la recherche de souvenirs tellement lointains: l'école primaire, la maison de son enfance, les arènes...la grande place Armagnac. C'est là que, tout à coup, son sang ne fit qu'un tour (si celà vous est arrivé, vous savez de quoi je veux parler): Germaine, oui, Germaine était devant lui! Il reconnaissait parfaitement sa petite voisine, avec qui il jouait, avec qui il allait en classe...
" GERMAINE!..." , s'exclama-t-il
" ALPHONSE!...", s'exclama-telle
Et ils s'embassèrent, s'embrassèrent, se regardèrent, se regardèrent....
" Tu sais...tu n'as pas changé!
- Et toi non plus, tu n'as pas changé"
Et ils re-s'embrassèrent, se re-regardèrent...
medium_arcades-place-eauze.2.jpg Et, comme tous deux avaient le temps, et comme tous deux en avaient très très envie, ils décidèrent de faire une promenade ..."Ah...les arcades; elles n'ont pas changé...et toi non plus tu n'as pas changé, Germaine!..
Et toi non plus tu n'as pas changé, Alphonse!"
Et ils passèrent devant la mairie, l'école....et chaque fois "tu n'as pas changé...et toi non plus....". Bref!
medium_champs-autour-eauze.jpgTout naturellement, ils sortirent du village, prirent la petite route de Castenau, arrivèrent près du petit bosquet qu'ils avaient si souvent fréquenté et, là:
" Si on s'embrassait... comme avant". Evidemment, elle accepta sans se faire prier.
"Tu n'as pas changé....et toi non plus...." ( vous connaissez désormais)
"Et, si...nous faisions...tu sais...". Evidemment elle savait, évidemment elle voulait.
Après un certain temps (?):
"Tu n'as pas changé, Germaine...enfin, si, un peu tout de même. Tu bouges maintenant!
- Oui; mais la clôture n'était pas électrifiée!"

Tout n'est pas vrai dans cette histoire. Mais quoi??

26/11/2007

"gardarem...

...lou béret". Tel est le nom de la confrérie de Pont-du-Casse ( banlieue agenaise) qui vient d'organiser son quinzième festival du béret...Pourquoi une confrérie du béret dans ce patelin...alors là, vous m'en demandez trop! Comme il existe déjà des confréries du pruneau, du chasselas, de l'oignon, de l'asperge, de l'ail, du radis rose...et comme il faut se distraire un peu, pourquoi pas du béret., même si ça n'est pas le lieu où on en voit le plus. J'ai appartenu à la première confrérie des mariniers de Boé: celle-là avait un sens car Boé fut un port très actif sur la Garonne. Mais je n'ai pas tenu le tempo comme on dit dans notre milieu "jazzique " car la multiplication des agapes inter-confréries, ça fatigue...
Je lis dans mon quotidien que la devise de cette confrérie cassipontaine ( de Pont-du-Casse, bien-sûr) est "Chêne je suis, chêne je reste, jamais ne plie". Bravo. Je ne vois pas le rapport mais, c'est beau. Cette devise serait tout de même mieux adaptée à un confrérie du glands, si celle-ci existait...Quoique, comme disait Devos!

medium_jeune_tubiste.2.jpg



























Je lis aussi que l'accordéoniste André Verchuren ( il doit être vieux celui-là) avait été invité. J'avoue que je ne suis pas un grand amateur de l'accordéon style "musette" ( je préfère Marcel Azzola) mais je tire mon béret à ce monsieur. Pourquoi ? Il fut résistant , dénoncé et déporté. A son retour, il dut entreprendre une rééducation pour retrouver sa virtuosité. Il a réussi à force de ténacité. Bravo Monsieur Verchuren...Vous méritez bien d'avoir été intronisé ce dimanche dernier.

medium_colonie_Mimizan..3.2.jpg


...moi aussi j'ai porté le béret!. Me voici, à l'âge de 10/11 ans, en compagnie de maman Aline.

bonjour...

medium_200px-PICT0001.jpg
podcast
... sur podcast gris, voilà une originalité que j'avais sur un 33 tours. Du jazz interprété à la quena ou kena, ça n'est pas fréquent!
cette note devait être publiée hier soir en guise de bonne nuit...étourderie!

24/11/2007

"travail de mémoire"...

Notre ami Pierre était un peu déçu hier soir: pas trop de monde à cette soirée consacrée Auschwitz-Birkenaü si ce n'est les membres de l'association départementale des déportés et quelques amis dont nous sommes. Les élus et autres "autorités" furent excusés...
Après le film réalisé par une maison d'enfants du département, Maurice Cling, président national de la fédération et déporté à Auschwitz nous raconta...
Il avait quinze ans. Il fut arrêté par la police française avec ses parents, son frère aîné. C'était au mois de mai et il faisait chaud, même très chaud dans le wagon. Personne ne savait où on les emmenait, ni ce qui les attendait; ils étaient prisonniers ,un point c'est tout. Ils souffrirent durant leur voyage de quelques jours ( arrêts fréquents dans les gares de triage) surtout de la promiscuité mais pas de faim.

medium_300px-Birkenau_gate.jpg














A leur arrivée sur le quai après avoir franchi ce portail, deux colonnes furent formées. Il ne revit plus sa mère. Un prisonnier chargé de récupérer leurs valises conseillait, discrètement, de montrer de la vitalité, de l'énergie en passant devant les gardes; un deuxième "tri" était effectué : les valides pour le travail forcé , les autres ...pour la chambre à gaz. Il perdit son père... Son frère aîné mourut trois mois plus tard, assassiné, nous dit-il.
Il était tard et nous l'écoutions ...
medium_arbeit_macht_frei.3.jpg












le travail c'est la liberté...quel cynisme!

23/11/2007

le chant des marais


podcast
sur podcast gris

Le chant des marais

Loin vers l’infini s’étendent
Des grands près marécageux.
Pas un seul oiseau ne chante
Sur les arbres secs et creux.

REFRAIN
O, terre de détresse
Où nous devons sans cesse
Piocher.

Dans le camp morne et sauvage
Entouré de murs de fer
Il nous semble vivre en cage
Au millieu d'un grand désert

Bruit des pas et bruit des armes,
Sentinelles jour et nuit,
Et du sang, des cris, des larmes,
La mort pour celui qui fuit.

Mais un jour dans notre vie,
Le printemps refleurira
Libre enfin, ô ma patrie,
Je dirai tu es à moi.

REFRAIN
O, terre d’allégresse
Où nous pourrons sans cesse
Aimer.

medium_chant_des_marais.2.jpg
Ce soir, invités par le Comité agenais des anciens déportés, nous assisterons à la projection du film les lilas mauves d'Auschwitz- Birkenau en présence de Maurice Cling, président national de la FNDIRP, un des derniers survivants de cet enfer...

19:40 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

22/11/2007

bonne nuit...


podcast
sur podcast gris, encore Nat King Cole!

23:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

la vérité...suite

Je ne ferai pas de résumé de l'épisode précédent qui ne pésente d'ailleurs aucun intérêt pour la compréhension de ce qui va suivre...dans la mesure où il y aurait quelque chose à comprendre. Voilà déjà une phrase pour rien; entre autres.

J'ouïs donc la voix sirupeuse de ce chanteur vénéré par Roro et en conclus qu'elle n'était pas loin. Après avoir traversé un superbe jardin d'où on pouvait apercevoir un océan que je jugeai pacifique, je contournai une piscine plus vaste que Rolland Garros entourée de colonnes et de statues grecques...
medium_IMG_0954.2.JPG



























diapo Henri

Je pénétrai dans cette maison ou plutôt dans ce château**, traversai la bibliothèque...
medium_99049.jpg
photo internet

Guidé par la musique, j'empruntai un escalier de marbre et, merveille des merveilles, me retrouvai un étage plus bas au bord d'une piscine romaine, sous un toit de tuiles vénitiennes finement incrustées d'or.

medium_99052.jpg
photo internet
C'est dans ce décor paradisiaque que j'aperçus enfin Roro, assise sur la bordure de mosaïque antique, les jambes nonchalamment ballantes, les pieds dans l'eau bleu turquoise et le regard lointain.
"Je savais que tu viendrais et t'attendais...", me dit-elle simplement.
Elle m'expliqua qu'elle avait vécu une histoire tout à fait banale: enlevée un petit matin en Louisiane, dans la plantation, elle s'était retrouvée dans le Hearst Castle**, en Californie. Elle me montra une photo qu'on lui avait donnée en souvenir.
Je suis perplexe...
medium_scène_d_enlèvement.jpg

Hearst Castle qui appartenait à un magnat de la presse est devenu monument national. On peut l'apercevoir sur internet.

19:15 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7)

21/11/2007

bonne nuit...

Cette musique...mais oui, mais c'est bien sûr... le chanteur préféré de Roro. Elle est bien là! Je l'avais deviné!

podcast
Nat King Cole sur podcast gris

22:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

la vérité...

...rien que le vérité mais toute la vérité...sur notre séjour en Louisiane.
Après notre passage à Napoléonville ( faut aller dans les bayous pour trouver un patelin baptisé ainsi; peut-être, dans deux cents ans y aura-t-il, là-bas, un Sarkozyville ?...je m'égare), donc, après cette nuit mouvementée passée dans une plantation, je constatai, au petit matin, la disparition de Roro. La chambre était vide...Sur le plancher, les débris d'une coupe, vide elle aussi.
medium_IMG_0751.JPG



























J' errai désemparé dans le parc, quand, au moment où je m'y attendais le moins ( c'est toujours à ces moments-là qu'il se passe quelque chose d'inattendu), je reçus un coup sur la tête qui m'assomma sur le champ. Je me retrouvai au bout d'un temps incertain, dans une situation peu enviable, prisonnier de cet instrument de torture dont j'ai complètement oublié le nom**. D'ailleurs, on n'en trouve plus dans le commerce.
medium_mauvaise_posture.jpg



























Je réussis à me libérer car les trous étaient prévus pour une taille supérieure à la mienne ce que n'avaient pas remarqué mes ravisseurs...Comme ils avaient laissé apparente la direction de la sortie (exit, ça veut dire sortie en anglais) je n'avais plus qu'à me laisser guider par le hasard lequel fait parfois bien les choses. Un chemin me conduisit à une magnifique villa qui devait appartenir à des gens riches comme Reagan ou Bush, pensai-je.
medium_IMG_0955.JPG
Je pressentais que j'étais sur la bonne piste...

Je ne peux poursuivre ce récit ce soir...Trop d'émotion à l' évocation de ces souvenirs!
Je m'accorde une nuit de repos pour trouver une chute

** c'est un pilori, évidemment, merci Christian

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique