logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/05/2010

la ceinture...

medium_château_des_termes_d_armagnac.jpg

 

La Tour des Termes, classée monument historique, est le seul vestige d'un château qui dominait la vallée de l'Adour, pas loin de Marciac, capitale gasconne du jazz. Je connais bien cet endroit pour y être passé moult fois.
Construit vers 1280 par Jean D'Armagnac, il permettait de surveiller les troupes hostiles venant du sud, envieuses de nos richesses telles que canards gras, oies, armagnac...bergères girondes autant que gersoises.
Le principal ennemi de Jean était un certain Gaston de Phébus (ou Fébus), bel homme, j'en conviens, mais violent, béarnais de surcroit, qui évita de livrer bataille contre les anglais pendant la guerre de cent ans...bref, quelqu'un de peu recommandable, un faux jeton croyez-moi. Je n'en dirai pas plus sur cet individu car celà me met en colère.
Revenons à l'essentiel.

medium_Chastity_belt_Bellifortis.4.jpgLa femme de Jean, que j'appellerai volontiers Cunégonde, n'était pas vraiment un "canon", comme on dit de nos jours. A cette époque, on devait dire "une bombarde", peut-être...Bref, elle était affreusement laide. Notre seigneur gascon avait tout de même fait l'acquisition d'une ceinture de chasteté dernier cri qu'il avait offerte à son épouse à l'occasion de la saint Valentin. Un beau matin, il l'attacha lui-même avec amour et partit guerroyer contre les anglais pour une durée indéterminée.
Fourbu, couvert de cicatrices ( ses troupes avaient pris une sacrée déculottée!), il revint quelques mois plus tard. Quand il aperçut dans la brume
de ce matin printanier se profiler à l'horizon la magnifique Tour des Termes, superbement ocre dans le soleil levant, il ne put retenir une larme d'émotion.
Alors, presque machinalement, il détacha une clé qui pendait à sa ceinture et, mine de rien, la jeta dans l'Adour qui coulait à deux pas. Plouf!
Et qui fut fort marrie...? Devinez.

On aurait retrouvé récemment, en creusant à l'ancien emplacement du cimetière proche de la tour, les ossements d'une femme qui, assez curieusement étaient entourés, au niveau du bassin, d'un morceau de ferraille complètement rouillé.

( déjà publié l'année dernière... blog en congés annuels)

Commentaires

tant mieux pour la petite dame, les croisés sont revenus avec en trophées des rougeurs des boutons des lésions , acquises au combat bien sur mais très contagieuses . Il se disait que l'échauffement dans les armures leur donnait ce genre de ...pécole.
comment veux tu qu'on les plaigne ces abrutis, ils pensaient au tétanos avant d'enfermer leurs femmes dans cette burka fessière en tôle ondulée?
PS j'espère que tu as emmené ton instrument *chez les Grillon!
*(de musique bien sur)
bises

Écrit par : josette | 03/05/2010

Bon, si j'ai bien compris, pour de nouvelles notes, on fait... ceinture !
Mais tu as (j'ai ?) de la chance, à l'époque (date de sortie de ta note, pas au Moyen Age, voyons... !) je ne l'avais pas lue, celle-ci !

Amicalement,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 04/05/2010

Gendarme à gniac ,il a du en mettre des proces ce con.bonne balade ,nous on a déja fait notre réunion ,c'est à votre tour.

Écrit par : heraime | 06/05/2010

tu parles d'un instrument de quoi en frémir etais-tu de la partie au terrier

amities jacqueline

Écrit par : jacqueline pasquet | 07/05/2010

Bonjour Henri,

J'ai eu l'occasion de monter à Christiane une vraie ceinture pour dame croisée. Regarde au Pérou si les sauvages avaient de pareilles coutumes aussi raffinées.

Le grillon

Écrit par : Christian | 09/05/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique