logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/09/2008

à Garonne...


podcast
Pierre Louki sur podcast gris

medium_marinier_souriant.2.jpg Au temps où Garonne* était plus ou moins navigable ( notre fleuve, désormais assagi, fut en effet très capricieux) , Boé avait un port actif et, bien entendu, des mariniers. Il fallait à ceux-ci beaucoup de courage pour affronter, entre Agen et Bordeaux, un certain nombre de difficultés et diriger leur gabarre chargée de vin, céréales, passagers même...dans les courants et tourbillons sur plus de 120 kms. Comme celui de la photo, ils portaient sur leur front une mâle assurance et en avaient grand besoin. La boétienne, femme du marinier, vivait des moments atroces en période de crue car le danger était grand lors de passages incertains sous les ponts et quelquefois entre les arbres, dans les prés, afin d'éviter le courant trop violent. Si j'avais le temps, je vous en raconterais des histoires sur ces intrépides navigateurs. Mais ça n'est pas la peine car vous ne me croiriez pas.
L'homme de la photo a appartenu à la première Confrérie des Mariniers de Boé. Il avait l'avantage de porter, lors de certaines cérémonies appelées "intronisations", un costume qui lui seyait parfaitement et mettait en valeur ses mollets d'ancien coureur à pieds ( il avait été champion junior du 80m dans le Gers qui, contrairement à ce que certains ignorants pensent, n'est pas un département déshérité où on n'élève que des canards!). Après avoir enfilé en douce un fin caleçon blanc, une chemise blanche avec jabot et manchettes bouffantes, il se culottait avantageusement, enserrait son vaste thorax dans un petit gilet bleu et se drapait d'une cape verte du plus bel effet qui tenait sur ses robustes épaules, tant bien que mal, au moyen d'une cordelette. Les chaussures noires étaient ornées d'une boucle sur le dessus. Il était coiffé d'un admirable chapeau aux origines indéfinies, création originale d'une artiste locale.
On l'avait promu troubadour car il jouait de la clarinette et soulignait avec justesse et à propos les interventions du Grand Maître et autre Chancelier; il avait en celà beaucoup de mérite car cet instrument est, moins que le trompette ou le cor de chasse, adapté à ce genre de cérémonie.
medium_les_mariniers_de_Boé.2.jpg
Voici donc la première confrérie. Le troubatour ( à gauche sur la photo) a abandonné car il n'avait pas la vocation; encore une erreur d'orientation. Mais il est fier, tout en restant modeste quand même comme on dit dans notre Gascogne, d'avoir été marinier pendant quelques années.
* ici, on dit "à garonne "; c'est comme ça.

Commentaires

"à Garonne" tiens ! Je ne savais pas cela. Preuve qu'on en apprend tous les jours. Aujourd'hui c'est grâce à toi Henri !

Bises

Écrit par : Aliette | 22/09/2008

Quelle prestance ! ils ont perdu beaucoup lors de ton changement d'orientation ... doivent bien te regretter !

Écrit par : Biche | 23/09/2008

çépouça dirait Antoine,tu avais fière allure mon gaillard,je comprends Roro,obligée de ceder à ton charme de gascon.Salut la marine.

Écrit par : heraime | 23/09/2008

Les Gabarres , j'ai appris ce nom et leur role par ...un téléfilm qui m'avait plu . Dur dur ce mêtier . Chez nous c'était la descente de Durance sur des radeaux de grands arbres , par les radeliers , pour la marine

Écrit par : l'Alpin | 17/10/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique