logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/01/2009

droits de l'homme ( suite)

A Paris, la bibliothéque historique ( vous trouverez) accueille jusqu'au 8 mars les oeuvres de 28 dessinateurs, membres de Cartooning for peace . L'exposition, intitulée "Permis de croquer", a été conçue par Plantu afin de célébrer, par le dessin, le 60ème anniversaire des droits de l'homme.
medium_glez_illustration_glez_crise_alimentaire.jpg

Damien Glez illustre la crise alimentaire.
La ruée vers l'or vert des biocarburants provoque une hausse des prix des céréales. En avril 2008, c'est une crise alimentaire sans précédent qui enflamme 37 pays à travers la planète.
La FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations - l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture) adopte alors une déclaration par laquelle 193 pays s'engagent à lutter "par tous les moyens" contre la crise alimentaire qui touche de plein fouet les pays les plus pauvres.

Dessin : Damien Glez (Burkina Faso)
Son site : http://www.glez.org
Le site du Journal du jeudi (journal satirique burkinabè) : http://www.journaldujeudi.com

18:50 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

30/01/2009

droits de l'homme

A Paris, la bibliothéque historique ( vous trouverez) accueille jusqu'au 8 mars les oeuvres de 28 dessinateurs, membres de Cartooning for peace . L'exposition, intitulée "Permis de croquer", a été conçue par Plantu afin de célébrer, par le dessin, le 60ème anniversaire des droits de l'homme.
Honneur à Plantu pour commencer: Bush nous laisse pas mal de "désordre"
medium__plantu.jpg

Le dessin de Caruso Paolo du Brésil se passe de commentaires...
medium__caruso_paolo_brésil_.jpg

Wiaz nous propose le supplice de la baignoire autorisé en février 2008 par Washington afin d'interroger les personnes suspectées de terrorisme. On espère, très vite, l'interdiction du nouveau Président.
medium_1707_illustration_wiaz_baignoire.jpg
Le dessinateur Hic est algérien... Bravo.
medium_hic_algérie_.jpg

J'en ai stocké d'autres pour plus tard...

19:53 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

29/01/2009

solidarité

J'ai fait ce que j'ai pu, je vous assure, pour redresser la situation. Je m'y employais presque quotidiennement avec toute l'énergie résiduelle de mon corps d'ancien athlète sur le déclin. J'avais ainsi l'illusion de la poursuite de mon activité dans le domaine de la solidarité pratiquée, l'illusion d'être encore utile... D'ailleurs, cette photo, prise par Roro il y a un mois environ, est un témoignage de ma bonne volonté. Certains en la voyant ont eu à mon égard des propos sarcastiques à la limite de l'insolence, de la grossièreté même...D'autres m'ont félicité: vous ne pouvez pas imaginer le nombre de messages chaleureux que j'ai reçus. Par exemple, le porte-parole d'une association caritative ( je préfère "humanitaire") internationale m'a écrit ceci:
- Si "on" déployait, comme vous le faîtes pour cet arbre, autant d'effort dans d'autres domaines, notre pauvre monde ne serait dans l'état où il se trouve... etcmedium_IMG_2085.2.JPG
Hélas, les forces aveugles et brutales de Klaus ont eu raison de mon arbre. Je ne suis pas superstitieux, heureusement. Passer sous une échelle, par exemple, ne me dérange pas surtout depuis le jour où j'ai glissé en montant dessus... Mais cet arbre assez rachitique, je l'admets, était pour moi un symbole, un espoir pour 2009 et au-delà. Il illustrait d'ailleurs mes voeux. Vous allez peut-être me dire que d'autres nombreux arbres, plus utiles sans doute, ont été abattus et qu'il ne faudrait tout de même pas succomber au catastrophisme pour un arbrisseau mal fichu...
Je ne vous réponds pas; vous me décevez énormément.
medium_hélas.2.JPG

28/01/2009

l'héritage ... suite et fin (enfin)

Le début de l'histoire, c'était hier...et avant-hier
Comme Jules n'avait laissé aucune consigne particulière, ses obsèques furent religieuses bien qu'il ne soit plus rentré dans une église depuis sa première communion, et nombreux furent ceux qui l'accompagnèrent de la ferme à l'église ( à visiter si vous passez dans le coin) et de l'église au cimetière. Tous les anciens d’Algérie de Gascogne et d’ailleurs étaient présents avec le drapeau bien sûr. Le représentant local fit un discours. La tradition était respectée. Les trois fils alignés à côté du portail un tantinet rouillé, eurent droit aux bises mouillées et aux poignées de mains viriles car le gascon, comme chacun le sait, a, outre la souplesse, beaucoup de force dans le poignet ( rappelez-vous d'Artagnan)
medium_tillac_église.jpg



























Le lendemain, ils décidèrent de rendre visite au maire afin de lui demander conseil à propos de cet héritage compliqué.
Ce maire était aussi directeur de l'école publique donc capable de résoudre les problèmes les plus ardus. Je l'ai connu personnellement car nous étions dans la même promotion à l'école normale d'Auch, une promotion particulièrement riche en individus dotés d'une intelligence largement au-dessus de la moyenne. Et le maire de Tillac était le meilleur en math; pour vous dire son niveau!
Il réfléchit une petite minute puis il leur dit:
"Allez chez Gaston et demandez-lui qu'il vous prête une de ses vaches; c'est un de vos amis et il le fera avec plaisir. Vous aurez ainsi 18 vaches au lieu de 17 et vous pourrez faire le partage de la façon suivante:
- la moitié pour toi, Pierre ( l'aîné) soit 9 vaches
- le tiers pour toi, Paul ( le second) soit 6 vaches
- le neuvième pour toi, Jacques ( le cadet) soit 2 vaches...
Celà fait bien 17 vaches. Vous rendrez alors la dix-huitième à Gaston."

En Gascogne, les choses les plus compliquées deviennent simples... Un petit séjour dans nos vallons et vous revenez chez vous avec un ou deux points de QI supplémentaires. Garanti...

medium_33108322.jpg
photos chez ma collaboratrice Sylvie:
http://gersicotation.canalblog.com/

J'ai donné à cette petite histoire un accent gascon; en réalité, elle est d'origine africaine, crois-je. Les dromadaires ne paissent pas dans nos vertes campagnes.

26/01/2009

l'héritage

J'ai déjà raconté cette histoire il y a un peu plus d'un an. De nouveaux amis ne la connaissant pas, la revoici sensiblement modifiée... pour donner aux anciens l'illusion de la nouveauté.

Quand vous allez à Marciac pour participer au festival de jazz, d'Agen étant, vous pouvez passer par Tillac, petit village gascon dont vous ne négligerez pas la visite.
medium_tillac_sylvie.jpg
J'ai volé ( encore!) cette photo de Tillac à Sylvie:
http://gersicotation.canalblog.com/
Ceci dit, comme vous le savez, le gascon, surtout le gersois, est pétri de qualités telles la modestie, la bravoure, l'humour, la finesse... pour simplifier, je dirai l'intelligence. Il est capable de résoudre les problèmes les plus compliqués. Cette note va, si besoin, vous en convaincre.
Jules, petit paysan dans cette région vallonnée, avait 17 vaches et 3 fils. Sa femme s'était laissé séduire par un trompettiste américain de passage et vivait depuis longtemps en Louisiane.
Le père Jules mourut des suites d'un repas d'ancien combattant d‘Algérie. Moi je n'y vais jamais; mes souvenirs me suffisent. Il avait laissé un testament olographe qu'on découvrit dans son portefeuille en cuir de chameau acheté à Batna en 1962, juste avant sa libération.
medium_IMG_2282.JPG
C'est mon portefeuille identique à celui de Jules et acheté au même endroit que lui...
Il léguait la moitié des vaches à l'aîné, le tiers au second, le neuvième au cadet.
Je dois vous dire que la scolarité de Jules s'était arrêtée net au niveau du certificat d'études ; il ne l'avait pas obtenu à cause d'un problème sur les fractions.
Trois enfants se partagent une croustade à l'armagnac de ...grammes. L'aîné en prend la moitié, le second... .etc. Quel poids de croustade ..........?
Jules avait de la mémoire et il trouva malin de rédiger son testament comme l'énoncé du problème en question... sans savoir d’ailleurs quel en serait précisément le résultat. Il avait fait une évaluation « à bisto de nas » ( au pifomètre si vous préférez) et cette répartition lui semblait équitable.
Les fils, qui pourtant avaient le niveau BEPC, furent incapables de trouver la solution. Alors; comment respecter les dernières volontés de leur père?
( ceux qui savent ne disent rien aux autres)

La suite demain soir... promesse de gascon.

20/01/2009

adichats...

medium_fleurs_Boé.4.JPG
Dire "à bientôt" n'est pas forcément optimiste. Tout dépend des circonstances.
Un exemple: un homme célèbre ( tellement célèbre que j'ai oublié son nom!) allait mourir. Il ouvrit les yeux une dernière fois, vit sa femme éplorée et lui dit " A bientôt...". Et il rendit son dernier soupir.
Adieu ou adiou signifie, chez le gascon bonjour, au revoir, même adieu!
- Té, adieu! Comment vas-tu?
- Allez; adieu! A la prochaine!
medium_adichats.2.jpg


Par contre, adichats ça veut dire... adieu.

16:05 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (15)

18/01/2009

un W.E. avec les Italo-gascons...suite et fin

La petite note « historique »  d’hier n’était, ceux qui me connaissent l’avaient deviné, qu’un prétexte pour raconter l’histoire qui suit.
Nous avons, nous aussi des parents de souche italienne: le cousin Bruno est petit-fils de Silvio venu presto de Lombardie dans les années 30 pour échapper à la police de Mussolini.
Bruno est un vaillant. Il a ouvert, il y a quelques années une pizzeria à Miélan et ça marche bien. Il faut dire que cette bourgade se trouve sur la route des Pyrénées et le touriste qui vient du nord ( de la Garonne), pressé de chausser ses skis ou ses chaussures de randonnées, boude nos produits gascons et se contente de pizzas ou de frites ...
medium_Miélan.jpg
Visitez Miélan chez Sylvie:
http://gersicotation.canalblog.com/archives/2009/01/18/12...

Marco, le frère de Bruno, a décidé de faire une carrière de musicien de jazz. La proximité de Marciac est sûrement la cause de cette vocation. Ecouter, les soirs de festival, l’orchestre All Moods à la terrasse du restaurant « la Petite Auberge », quel régal! Il y passe des heures, sans se lasser. Il faut dire que ces musiciens ont une pêche de tous les diables!
Donc, à part jouer du saxophone, rien d’autre n’intéresse Marco. Justement, il aimerait faire l’acquisition d’un Selmer haut de gamme comme celui dans lequel soufflait le talentueux Guy Lafitte. Mais il n’a pas un rond.
Il décida donc, l’autre jour, de rendre une visite à Bruno et gestes à l’appui ( vous connaissez les italiens!), il essaya de le convaincre de lui prêter une certaine somme qu’il lui restituerait dès que ... possible.
- Je ne peux pas, lui répondit tout net Bruno.
- Tu ne peux pas? Mais, pourtant, ton affaire marche bien. Tu as de l’argent...
- Oui, j’ai de l’argent mais je ne peux pas le prêter.
- Et pourquoi, s’il te plaît?
- Tu vois la Caisse d’Epargne en face; avec le directeur, nous avons conclu un accord: je ne prête pas d’argent et lui ne vend pas de pizzas.

medium_IMG_1002.2.JPG
Une diapo de Toscane plus ou moins restaurée...

17/01/2009

un W.E. avec les Italo-Gascons...

medium_26392754_p.2.jpg
Le Gers est une « petite Italie ». C’est ce que j’ai lu et je suis convaincu du bien-fondé de cette appellation..
En effet, l’immigration italienne, liée surtout à la dictature Mussolinienne, fut très forte dans les années 20/30 et elle se poursuivit même pendant une dizaine d’années encore en se ralentissant bien sûr. Heureusement, car notre département avait perdu un pourcentage énorme de sa population à cause de l’exode rurale (déjà) mais aussi de la guerre de 14/18. Certains esprits chagrins s’inquiétèrent: on avait peur de l’émigré italien qui allait « coloniser » la Garonne... comme à l’époque romaine! La France avait besoin de main d’oeuvre certes, mais pas « au point de devenir le dépotoir de l’univers » (!).Voyez comment l’histoire se répète. Heureusement les charters n’existaient pas encore...
medium_campagne_.jpg
Je dis « heureusement » car, malgré cette xénophobie, le métissage fut une réussite pour le Gers et les
Italo-Gascons surent, au fil des années, grâce à un savoir-faire partagé, mettre en valeur nos terres gasconnes. Nos paysages, avec ses villages perchés et fortifiés, les cultures aux couleurs contrastées... rappellent, dit-on, ceux de la Toscane. Et pourquoi pas.
Les deux photos de cette note le prouveraient ; je les ai chipées à Sylvie que je vous conseille de visiter :
http://gersicotation.canalblog.com/
Ses promenades gersoises sont très intéressantes.

( à demain pour une petite histoire... Italo-gasconne)

16/01/2009

à la campagne...

Ah!... mes vacances à la campagne pour « respirer du bon air » comme disait maman Aline! Elle n’imaginait pas que son gamin, âgé de 12/13 ans, n’éprouvait aucun plaisir à sectionner, à la faucille s’il vous plaît, les tiges de balais ( ou de sorgho, si vous préférez) de l’aube au crépuscule en compagnie de l’oncle Fernand. Car celui-ci était un forcené et il nous imposait un rythme d‘enfer!.
medium_sorgho_1.4.jpg
Un soir, après une journée plus éprouvante que les autres (il avait fait un de de ces cagnard! *), il entra en courant dans la maison et s'enferma dans sa chambre. Tante Emilienne tenta (!) de l'en déloger... en vain.
" J'ai peur... criait-il
- Mais de quoi???
- Des POULES!
- Des poules...? Le soleil lui a tapé sur la cafetière
, pensa Emilienne et elle appela sur le champ le SAMU.
On embarqua de force l’oncle Fernand et le médecin décida de l'hospitaliser à La Candélie, à Agen, car c'est là qu'on héberge ceux qui ont un grain. Justement... il se prenait pour un grain de mil ( ou de sorgho, c'est pareil) et les poules de la ferme, désormais, l'épouvantaient! Pauvre Fernand...
Quelques mois de repos lui furent salutaires et le directeur de l'établissement décida, après avis médical, qu'il pouvait rejoindre la ferme.
Hélas; arrivé dans la cour, il refusa obstinément de descendre de la voiture. On dut le ramener à l'hôpital.
Le directeur le reçut illico:
" Voyons Fernand, vous savez bien que vous n'êtes plus un grain de mil...
- Oui... mais les poules ne le savent pas , elles!"

L'oncle Fernand resta paisiblement à La Candélie jusqu'à sa mort.

*le cagnard c'est quand il fait très chaud
medium_sorgho_2.3.jpg
Je sais; j’ai déjà raconté cette histoire il y a plus d’un an. Mais, ne vous en déplaise, mes visiteurs se sont renouvelés. Certains en ont eu assez de mes élucubrations et sont allés, désormais, respirer ailleurs un air jugé plus sain. On ne peut pas plaire à tout le monde! On ne doit pas...
D’autres sont arrivés,moins exigeants peut-être.
Pour les fidèles, j’ai modifié un mot, supprimé ou ajouté une phrase, déplacé une virgule afin de donner l’illusion de la nouveauté...
Je deviens de plus en plus... paresseux.

14/01/2009

et pourquoi pas...

... dire simplement: d'abord la paix!
- Simpliste, direz-vous; mais encore?
- Encore, rien: paix, c'est tout!
Non tiens, rêvons.
Et pourquoi pas un rassemblement pour la paix , si possible international, avec, à la tête du cortège, les grands de ce monde, les "autorités" religieuses... et nous, nous, nous... cathos, juifs, musulmans... athées. Si ces derniers ne sont pas admis ( il faut s'attendre à tout!), je suis prêt à faire une prière à qui on voudra, dans n'importe quel lieu de culte! Comme l'autre Henri!
Un rassemblement unitaire avec un seul slogan autorisé: paix.
Et en attendant: on proscrit la haine, on ne provoque pas la haine, on n'entretient pas la haine, on n'attise pas la haine ...
medium_unicef_2.2.JPG
J'aime les photos de Kevin Kling. Celle-ci, à la une des journaux, de tous bien sûr, avec ce titre:
Pitié, préservez-le de la guerre!
L'autre photo, horrible, insupportable, parue à la une d'un journal, photo que j'ai vue sur "arrêt sur images ", j'en dénonce avec violence la publication. J'ai été un moment le grand-père de l'enfant, vous comprenez que j'en veuille au photographe, au journaliste, au tireur de bombe...
Allez; d'abord la paix...
...Et pourquoi pas aurait dit Prévert.
Voilà ce que j'ai envie de dire aujourd'hui. Et c'est trop banal pour susciter un commentaire.
Demain, je reprendrai peut-être mes élucubrations ... pour me changer les idées.

19:45 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2009

Paris-Dakar...

medium_nouvelles_images.._.3.jpg
Notre décision est prise: désormais nous nous rendrons à nos concerts à vélo. De toute façon, nous n’allons plus très loin car l’âge du chef ne permet pas de trop longs déplacements. Un foyer rural par ci, un marché fermier par là... Nous ne nous éloignons guère de notre vaste vallée de la Garonne, et ne fréquentons que les chemins vicinaux. Fini les coteaux gascons et Marciac n’est plus qu’un souvenir presque lointain; snif, snif ...
medium_la_dame_pousse_le_44.6.jpg
L’autre jour, nous pédalions hardiment vers Pimpous pour animer la soirée dite des « voeux du maire » quand, au détour du chemin ( j’ai toujours dit et je maintiens que c’est toujours au détour du chemin qu’on vit des moments forts) nous tombâmes nez à nez avec une dame qui avait embourbé son 4X4 ( le Boétien malicieux appelle ces véhicules des« gros culs »).
- Sans doute une manoeuvre audacieuse, supposai-je, manoeuvre vraisemblablement mal maîtrisée.
Elle nous dit que d’habitude, à cette époque, elle faisait le Paris-Dakar mais que, cette année, pour des raisons économiques ( elle avait laissé des plumes à la Bourse ces derniers temps) , elle se contentait d’un entraînement dans nos campagnes et ce soir, elle s’était perdue. Elle avait voulu faire demi-tour et voilà…
Bien que je n’approuvasse pas du tout cette activité, je me joignis à mes camarades qui, dans un grand élan de solidarité exacerbée poussaient tant qu’ils pouvaient pour sortir la dame de la mouscaille. Quand ce fut fait, elle nous remercia chaleureusement et repartit vers sa destinée. Nous pédalâmes vers la nôtre, crottés certes, mais heureux du devoir accompli.

Et le Paris-Dakar, me demandez-vous peut-être? Je n'ai plus envie d'en parler. Au départ, je voulais écrire une note enthousiaste sur cette manifestation. J'ai mis le titre, preuve de ma bonne volonté.

12/01/2009

résolutions...

Pour faire plaisir à mon amie Pimprenelle qui m'a "tagué" et parce que je ne suis pas rancunier, je réponds du bout des doigts ( toujours l'index de la main droite et le majeur de la main gauche, je ne sais pas faire mieux et n'en ai pas envie) à sa requête. Elle me demande de dévoiler les résolutions que j'aurais prises pour cette année. J'en retiendrai deux: ne plus vieillir car je trouve que ça suffit comme ça et ne plus me mettre en colère même si parfois, Roro...
Pourquoi ces résolutions?
medium_docteur9.jpg
A la fin de l'année, j'allai consulter mon généraliste pour diverses petits soucis de fonctionnement.
- Je crois que je n'ai plus toute ma tête, lui dis-je. Ma mémoire est défaillante, j'oublie plein de choses ...
- C'est à cause de l'âge.
- Et puis, j'ai la vue qui baisse...
- L'âge, monsieur, l'âge.
- J'ai des douleurs dans le dos et le saxophone ténor me semble peser une tonne.
- C'est la vieillesse, monsieur.
- Je suis souvent fatigué; je m'endors devant la télé...
- Normal quand on a dépassé... la soixantaine

Alors, je me suis fâché:
- Ecoutez! Vous n'êtes qu'un charlatan! Un médecin doit pouvoir guérir, au moins soulager ses patients! A quoi servent les remèdes! Vous ne savez que me dire que je suis vieux!...
J'étais rouge de colère.
Quand je fus calmé, il me dit:
- Oui, vous êtes vieux. C'est pour celà que vous vous mettez en colère.

Voilà pourquoi j'ai pris ces résolutions de ne plus vieillir et rester calme.

Une chanson brève pour en finir ( patientez, j'accorde ma guitare)

podcast

11/01/2009

c'est aujourd'hui dimanche...

... pour toi jolie maman,
voici des roses blanches
toi qui les aimes tant...

Maman Aline, qui chantait sans arrêt, adorait cet air. Sa maman, ma grand-mère, je ne l'ai pas connue. Ni mon grand-père. Dommage... Ni mes autres grand-parents d'ailleurs. Même pas une photo; rien! Je ne sais pas pourquoi j'écris celà.
Tiens, parce que c'est dimanche, pardi! Peut-être aussi à cause de la grisaille, du brouillard, de tout le reste...
Hier, en faisant ma marche quotidienne, j'ai de nouveau photographié le petit étang du château St Marcel. Les arbustes se gelaient les pieds. J'ai eu une bonne idée car, ce matin, tintin, plus de glace.
medium_IMG_2275.JPG
Allez, je rajoute celle-ci parce que, plus tard, je ne saurai qu'en faire. Autant l'utiliser aujourd'hui. Moi aussi, je solde.
medium_IMG_2276.JPG
Revenons à la musique.
Hier, je vous ai présenté "mon" quartet avec une magnifique photo des musiciens. Je vous propose, aujourd'hui, de les voir bouger. La vidéo qui suit, peut-être l'ai-je déjà publiée. Mais est-ce vraiment important?
Nous étions, il y a deux ans (?) dans la salle d'un château. Oui; on ne se prive de rien. Sauf que ça résonne un peu. J'aime jouer du saxophone: c'est un instrument qui en impose. La clarinette, ça fait plus "riquiqui". Mais, j'ai tout de même séduit Roro en interprêtant "petite fleur"; alors...

Sympa le public qui a continué à faire claquer les doigts pendant tout le morceau alors qu'il n'était pas obligé.

17:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

09/01/2009

docteur'ut


podcast

medium_affiche.3.JPG



























Ce soir et demain soir, nous donnons deux concerts! ( un chaque soir).
L'année musicale commence bien! Après, c'est plus calme. Heureusement, a grommelé Roro, pas du tout satisfaite de mes propos d'hier.
Elle devrait savoir pourtant que la musique est essentielle à l'homme. Elle a, c'est désormais bien connu, des pouvoirs thérapeutiques incontestables. Nous reviendrons sur ce sujet très sérieux plus tard et me contenterai de citer Novalis ( ah, ah!):
" Toute maladie est un problème musical; tout remède, une solution musicale"
Voilà qui fait réfléchir... et chercher.
Le morceau que le quartet Plein jazz répète ici s'intitule all the things you are. J'ai imaginé un exposé du thème sous une forme très classique. Personne, vous m'entendez, personne n'a osé avant nous.
Ensuite, Bibi , le guitariste à la chemise rouge, développe un solo très harmonieux; je prends la suite à la clarinette; puis c'est le tour de Roger guitariste de gauche et je conclus avec un nouvelle interprétation du thème.
Le tout accompagné par Thierry à la contrebasse.
Voilà; celà m'a permis une présentation de mes amis musiciens, ce que je n'avais jamais fait. Ils vont être très content!
J'espère que cette musique vous aura fait le plus grand bien.
Signé: Docteur'ut ( ! )

08/01/2009

histoire de bague...

medium_bague_.jpg
Cet après-midi, Roro a rencontré sa copine Sophie chez la coiffeuse. Sophie, je vous rappelle, est la femme du sénateur René qui passe son temps à Paris et qui est actuellement très en colère à cause de la réforme de l'audiovisuel. Il n'a pas du tout aimé le "passage en force" comme il dit, de son copain Sarkosy... Bref.
Sophie, je vous l'ai déjà dit, est un peu sotte; elle raconte tous ses petits malheurs à Roro et les clientes du salon en profitent.
Pour Noël, elle avait suggéré à René de lui offrir une belle bague, pas comme celle de Rachida bien sûr, mais une belle bague quand même qu'elle avait vue dans une vitrine à Agen. René a les moyens: il perçoit plein d'indemnités.
- Comme tu n'es pas souvent à la maison, chaque fois que je regarderai cette bague à mon doigt, je penserai à toi, lui avait-elle dit très tendrement en lui défaisant amoureusement la cravate.
Mais René qui est assez pingre avait refusé catégoriquement:
- Je ne t'achèterai pas cette bague. Ainsi, chaque fois que tu regarderas ton doigt vide, tu penseras aussi à moi.
Roro et les autres clientes plaignirent beaucoup Sophie et lui prodiguèrent de nombreux conseils dont je ne dirai rien dans cette note. Mais je sais que vous avez beaucoup d'imagination...
medium_fontaine_Marie_de_Médicis.2.JPG
Ma fontaine de Médicis au jardin du Luxembourg.
( Je sais, Roro, ça n'a rien à voir avec ma note: c'est pour faire"joli". Et puis, cette fontaine n'est pas loin du Sénat. Et puis, c'est MON Blog: j'ai le droit de composer mes notes comme bon me semble!)

18:35 Publié dans sophie | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique