logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/03/2009

ce dernier WE

Samedi dernier, chanteuses, chanteurs et musiciens de Boé si Boé la avaient la banane: le spectacle fut, paraît-il, de qualité et apprécié par une salle archi-pleine. Ouf! Hier, repos...
Dès que j'aurai la vidéo ( oui, comme les pro's), je publierai quelques extraits particulièrement bien choisis évidemment.
medium_Numériser0003_.2.jpg
Ces derniers jours, j'ai peu suivi l'actualité. Je sais tout de même que nous avons encore changé d'heure et c'est tant mieux car dans le cas contraire, Antoine serait arrivé en retard à l'école ce matin pour cause de transporteur défaillant. Je trouve que cette affaire se renouvelle de plus en plus rapidement. L'horloge de ma voiture sera pendant six mois en retard ce qui me posera des soucis de temps en temps. Mais, lire la notice sans lunettes ( je n'en ai pas besoin pour conduire) me fatigue les yeux. Et... saurais-je procéder au changement?
medium_IMG_2125.2.JPG
Je n'ai pas touché non plus à la Rollex, achetée par mes parents lorsque je réussis brillamment mes épreuves de BEPC ( il y a quelques années). Je la laisse dormir dans ma bibliothèque et ne vais pas fatiguer inutilement le tellement vieux mécanisme!
J'aime bien l'heure d'été car je me lève tôt: c'est un choix personnel.
A propos de bananes (revenons-y) , j'ai relevé ce passage fort intéressant dans un article du bulletin officiel des douanes du 20 juillet 1969. Je ne sais pas si vous êtes abonné. C'est Jean-Claude Carrière qui l'a publié et je lui fais une entière et inconditionnelle confiance.
Sous le titre, nul n'est censé ignorer la loi:
Toutes les bananes, quelle que soit la position qu'elles occupent dans la main, doivent avoir une longueur d'au moins 13 centimètres.
Donc attention de ne pas vous faire verbaliser bêtement quand vous faites votre marché ou les cueillez dans les plantations.
medium_medium_290_caricature_sarkozy.2.jpg





Un nouveau jeu très marrant: vous placez la banane de 13 cms minimum dans votre bouche , comme le monsieur et vous dites: j'ai la banane, j'ai la banane, j'ai la banane... etc . Celà fait rire, rire, rire... Attention tout de même de ne pas vous étouffer!

15:56 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

28/03/2009

kansas city man blues


enregistré il y a une dizaine d'années, déjà... le son est moyen
Ce soir, à Boé, pas de jazz mais de la chanson avec Boé si Boé la: que vienne la foule, nous sommes prêts!

19:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

27/03/2009

entre chats...

medium_puymirol_les_cornières.2.jpgL’année dernière, le copain Jean-Louis, maire de Puymirol ( il m’avait invité à animer avec mon orchestre de jazz un marché fermier sur la place du foirail), me raconta la petite histoire qui suit.

Adrien, paysan à Tayrac avait décidé de vendre son veau. Pour ce faire, il avait amené sa bête, à pieds, au marché de Puymirol car ça n'est pas très loin et il évitait ainsi de sortir trop souvent sa vieille bétaillère qui consommait énormément.

Voilà Tayrac... Oui; c’est vraiment la campagne.medium_tayrac.3.jpg
Adrien vendit son veau en fin d'après-midi, malheureusement pas trop cher, alla boire quelques coups de rouge des Côtes du Bruilhois au bistro " Le pousse-rapière" avec un copain du club de pétanque en discutant des prochaines élections et repartit chez lui. Il était fatigué. Dans le petit sentier rocailleux qui longe le cimetière de Puymirol, il crut entendre une voix :
" Dis à Pimprenelle que Raminagrobis est mort"
Ne voyant qu'un gros chat noir allongé sur les pierres de la clôture, il poursuivit son chemin, la tête un peu lourde.
Le souper fut silencieux, comme d'habitude. Finalement, Eugénie, en pelant sa pomme engagea la conversation:
- Alabets*, tu as vu qui à Puymirol?
- Euh... le Gaston, tu sais... on joue à la pétanque ensemble.
Un long silence.
- Et ...c'est tout?
- Oui, c'est tout... Ah, aussi un chat près du cimetière.
- Des chats, il y en a partout.
- Oui, c'est vrai... tu vas rire; j'ai cru qu'il me disait :" Dis à Pimprenelle que Raminagrobis est mort"

La chatte Pimprenelle qui sommeillait sur une chaise se dressa promptement, fit un bond vers la porte et avant de sortir se retourna, fort mécontente et dit:
- Tu aurais pû le dire en arrivant... je vais être en retard à l'enterrement!"
Et elle disparut.

*alabets!, c’est comme « et alors!», « et bé »... comme vous voulez.

26/03/2009

la tendresse


Dans notre programme d'une vingtaine de chansons, nous glissons toujours quatre ou cinq "douceurs". Celle-ci, bien connue, nous l'avons enregistrée à nos presque débuts. Peut-être la remettrons-nous en chantier l'année prochaine?
En attendant, nous avons encore du boulot pour ce samedi!

18:55 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

25/03/2009

un rêve

L’actualité m’invite à raconter cette courte histoire dont l’origine serait chinoise... je crois.
Edouard, directeur général de la Société ..., rêva récemment qu’un homme très connu, lui rendait visite et lui tendait, sans explications, un chèque du Trésor Public d’un montant de 9 millions d’euros.

- Fichtre! Qu’est-ce?
- Tes stock-options, Edouard.
- Pourquoi, Grand Homme, ne pas arrondir à 10 millions? S’il te plaît...
- Non, Edouard. Je ne veux pas céder à la démagogie: je veux être juste car la crise impose des sacrifices à tout le monde.
- S’il te plaît...
- J’ai dit NON!

Edouard se réveilla en sursaut. Il transpirait abondamment.
- Non, Edouard, répéta Albertine, en lui tournant le dos...
De chèque, point! Sa main était vide!
Il se leva, alla aux WC, se recoucha, ferma les yeux et murmura:
- Bon; d’accord. Reviens... j’accepte ton chèque de 9 millions...
medium_numérisation0001.jpg
Dans mon journal, ce matin.

24/03/2009

Boé si Boé la

Donc, notre spectacle est prévu pour ce samedi. Nous avons tout de même constaté, hier soir, quelques petites imperfections, des détails, que nous corrigerons demain. C'est, chaque année, depuis presque 20 ans déjà, la même chose. Je hausse le ton pendant une petite minute histoire de montrer qu'il y a un capitaine aux commandes: un peu d'autorité, putaing! Vous verrez que demain on connaîtra mieux ses textes, on se bougera eu peu plus, on aura le sourire... bref, on sera fin prêts pour affronter une salle pleine de parents, amis et autres venus pour le moment de détente que nous comptons leur offrir. Un spectacle par an! Notre spectacle! Faut pas le saboter quand même! Bon; ça n'est jamais arrivé...
Il y a 7/8 ans, je fus rocker et "champion d'amour"! Une parodie empruntée au groupe "chansons plus bifluorées". J'aimerais la refaire celle-là; l'année prochaine... avant qu'il ne soit trop tard.

19:25 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

22/03/2009

la sixième photo...

C'est un jeu: on me commande de publier la 6ème photo de mon premier album. Heureusement, depuis peu, j'en ai réalisé deux qu'on peut consulter en haut à droite de ce blog. S'il y a deux albums, il y a un premier. Mais... y a-t-il au moins 6 photos? Hourra, il y en a même plus que celà!
Donc, je peux jouer. Que gagnerai-je? Je n'ai pas eu connaissance du règlement. Un voyage? Pas d'avion s'il vous plaît, je déteste ( j'ai la frousse!). J'aimerais un endroit calme où je pourrais poser mes soixante-dix balais. Je sais; ça ne se voit pas, on me l'a déjà dit. La façade n'est pas trop décrépite, d'accord, mais l'intérieur a besoin de surveillance. Normal, je ne me plains pas. Et puis ça n'est pas le lieu.
Bon; voici la sixième photo.
medium_photo_laissez_jazzer.jpg
Description: le groupe avait été baptisé " laissez jazzer". Tiens! Comme ce blog! Nous étions cinq.
De gauche à droite: Roger à la guitare, Jean-Pierre aux saxophones et clarinette, Bernard à la batterie, Patrick à la contrebasse et moi-même la clarinette et au saxophone.

podcast

Tel est l'indicatif que j'avais composé pour l'orchestre... Merci.

19:10 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (6)

21/03/2009

boé si boé la

medium_troupe_2009_3.jpg
Samedi 28 mars... nous y sommes presque! Nous répétons sans arrêt...
Je me contente aujourd'hui de rediffuser une vidéo du spectacle de l'année dernière: une incitation à venir nous écouter!

20:44 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

une histoire très marrante

J’avais entendu, il y a longtemps déjà, l’histoire qui suit, histoire vraie bien sûr, de la bouche d’un ami toubib à Condom, bourgade gersoise traversée par la rivière Baïse. Vous pouvez vérifier sur google si vous ne me croyez pas. On peut y visiter un musée du préservatif. L’anglais de passage, après sa visite à la cave d’armagnac, aime se faire photographier à côté du panneau signalant l’entrée dans le patelin: que de rigolades entre copains durant les longues soirées d’hiver londoniennes!
medium_condom64.2.jpg
Mais, l’histoire me direz-vous...
Elle est très connue; c’est la raison pour laquelle je ne suis pas pressé de la raconter. Je me demande même si ça vaut le coup. Quand j’aurai écrit la chute ( oui, pour un fois, il y aura une chute), j’entends déjà les critiques: il ne s’est pas foulé, c’est presque du copié/collé, il nous fait perdre du temps, c‘est du réchauffé... etc
medium_Numériser0003_.2.JPG
Tant pis; voilà l’histoire.
Mon copain fut réveillé par le téléphone en pleine nuit. C'était, m'a-t-il dit, en plein festival des bandas ce qui n'a aucune importance pour l'histoire en question. Quoi que...
- Venez vite, implorait une femme, mon fils vient d'avaler un préservatif!
- Grande taille ou petite taille?
- Heu... plutôt grande.
- J'arrive!
Le toubib s'habilla en hâte et en râlant . Il allait partir quand le téléphone sonna de nouveau.
- Inutile de venir, docteur. Excusez-moi. Mon ami en a trouvé un autre. "

( Je viens de modifier un peu mon texte d'hier soir afin que l'histoire soit encore plus marrante).
medium_040.2.jpg
J'en connais d’autres aussi poilantes que celle-là. Je les garde pour les jours où je manquerai d’inspiration.
Vous connaissez celle du petit indien?

19/03/2009

les canuts


podcast

Boé si Boé la a chanté les canuts il y a deux ou trois ans.
medium_IMG_1558.2.JPG
Voilà une note sobre, à la limite de l'austérité...
medium_un_manifestant.jpg
Putaing... il n'a pas l'air content!
Demain, nous ferons péter le bouchon de champagne à l'annonce de toutes les mesures qui seront prises pour tous ceux qui sont en souffrance. Nous n'aurons pas marché pour des prunes comme on dit dans notre région!

19:35 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

17/03/2009

la violoncelliste...

J'ai retrouvé Sidonie. Elle illustrait déjà deux notes que j'avais écrites à peu près à la même époque en 2007 et en 2008, l'approche du printemps étant sans doute une invitation renouvelée au libertinage... Allez, soyons gais bon sang! Il y a tellement matière à nous réjouir! Non?
Revenons au violoncelle.
medium_violoncelliste_de_Berkwitz.2.jpg



























Ce dessin de Alain Berkwitz ne plairait sûrement pas à certains individus notamment à ceux qui appartiennent à une association du Missouri, des puritains, association ( ou secte?) qui voulait faire interdire le violoncelle dans les orchestres. Pour quel prétexte, me demanderez-vous?
Le mouvement des doigts de la main gauche sur les cordes " offrirait une représentation permanente de l'autosatisfaction sexuelle" chez les violoncellistes ... masculins. Une pétition circula qui recueillit un nombre important de signatures surtout parmi d'autres musiciens d'orchestres symphoniques tels des violonistes, des trompettistes... Des jaloux. On ne parle pas des clarinettistes ce qui me rassure.
Assez curieusement, les orchestres de chambre ne sont pas mentionnés.
Et les femmes violoncellistes? Avez-vous observé les mouvements de la femme violoncelliste dans "la nocturne en si bémol diminué " de Frédéric Pompidilius? Et cette façon de serrer l'instrument entre ses cuisses! Il y a des moments où on aimerait devenir violoncelle! Le seul problème à résoudre: je suis chatouilleux et je ne sais pas si celà peut se soigner car, jusqu'à ce jour, je trouvais celà plutôt rigolot.
Je voulais mettre le nocturne de Pompidilius mais je ne l'ai pas trouvé... Dommage; ç'aurait été une sacrée surprise tout de même!
Et maintenant, démonstration.

16/03/2009

la violoncelliste


podcast

Boé si Boé la a chanté la violoncelliste. J'ai copié/collé les paroles ( il y a des erreurs, des fautes... tant pis!) car l'enregistrement public n'est pas fameux. Le texte mérite d'être compris.
Pour ne pas faire les choses à moitié, je mettrai, demain, une photo de Sidonie... si je la retrouve.

Do ré mi fa....
Elle avait pour prénom Sidonie,
ses amis l'appelaient Lasido
Adorant avant tout l'harmonie
elle portait un lorgnon, de Van O
Ne pouvant pas jouer d'la prunelle
de la croup' , ni des hanches , ni des seins
Lasido jouait du violoncelle
dans l'espoir de trouver un Chopin

Elle était vierge et solitaire
n'ayant pas connu le mystère
de l'Adoré
la violoncelliste
Cent fois elle en avait parlé
ne le connaissant que par les
récits récits
la violoncelliste
N'ayant pas tout ce qu'elle voulait
ell' s'consolait comme ell' pouvait
Mi mi mi mi
La violoncelliste
Ell' entret'nait son instrument
comme on entretient un amant
Si ré si ré
La violoncelliste

Entre ses genoux bien serrés
rêvant de grandes ouvertures
elle jouait avec un tel doigté
qu'elle en avait des courbatures
Elle pensait jouant Debussy
Si j'avais ça , si j'avais çi
Si si si si
la violoncelliste
Elle avait peur des sérénades
car elle n'avait personne pour l'ad
Mirer mirer
la violoncelliste

DO RE MI FA
RE MI FA SOL
DO DO
DO RE MI FA
RE MI FA SOL
DO DO

Elle rêvait à des choses étranges
en jouant du Coup'rin ,du Fauré
Ca faisait un horrible mélange
de faux Do , de faux si, de faux ré
Titillant des ses doigts les quatr' cordes
chatouillant de l'archet les boyaux
elle songeait aux baisers qui voous mordent
et vous donn'nt des fourmis dans le dos
For mi for mi
For mi sol si
do do

Elle rêvait aussi d'orgies
d'étreintes folles et d'infamies
Fa mi fa mi
la violoncelliste
Elle entendait parfois des voix
comme Jeanne d'Arc autrefois
A Donrémy
la violoncelliste
Elle imaginait du bonheur
avec six jeunes gens en fleurs
Si si mineur
la violoncelliste
aux bras musclés , aux cheveux blonds
six éphèbes au corps d'Apollon
Si ré do si
la violoncelliste

Rêvant à des enlèvements
dès qu'elle attaquait une fugue
sur un palefroi noir et blanc
avec Herbert ou avec Hugues
La berceuse avait pour effet
d'endormir Sido tout à fait
Dodo Sido
Le printemps ça la rendait folle
se trouvant dans son entresol
Si seule si seule
la violoncelliste

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs
Prenez bien garde au violoncelle
La musique adouçit les moeurs
Mais elle détruit aussi les coeurs
les coeurs des pauvres demoiselles

DO RE MI FA
RE MI FA SOL
DO DO
La violoncelliste.


Pour vous remercier d'avoir lu ce texte jusqu'au bout (j'espère que vous avez passé un agréable moment), j'ajoute une toute récente photo printanière de notre château Saint Marcel, situé à deux pas de chez nous, au bord du canal. Je l'avais montré en été, automne, hiver; pas au printemps. La boucle est bouclée...
medium_IMG_2370_.jpg

19:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

15/03/2009

le concours Lépine

Il serait fastidieux de vouloir dresser un catalogue des inventions sérieuses ou farfelues présentées chaque année à l'occasion du fameux concours Lépine. Dans un livre très sérieux écrit par Jean Claude Carrière et Guy Bechtel, j'en ai relevé deux qui, à mon avis, auraient été fort utiles pour éviter certaines pratiques pouvant entraîner des troubles de l'audition, notamment.
En 1786, fut présenté une sorte de cage empêchant la masturbation, invention qui ne fut effectivement réalisée qu'en 1887 par JC Milton. Que de temps perdu! Malheureusement, on sait combien se sont dégradées nos valeurs morales au cours du XXème siècle. La cage, dont j'ai vainement cherché une représentation dans des bouquins spécialisés et pourtant fort bien documentés de notre bibliothèque boétienne, ne fut donc que peu utilisée et sa fabrication interrompue faute de clientèle. Le même Milton inventa aussi un appareil muni d'une sonnette pour prévenir les parents lorsqu'un enfant était affligé d'une érection. J'ai essayé quelques dessins mais je ne suis pas doué et préfère ne pas les publier. A vous d'imaginer.
La troupe Boé si Boé la avait interprété, il y a quelques années, le concours Lépine des Frères Jacques. Nous avons replacé cette chanson dans notre programme de cette année. Dommage que beaucoup d'entre vous ne puissent pas venir le 28 mars!
Pour voir la vidéo, vous serez peut être obligé(e) de cliquer sur concours lépine et d'attendre... le temps qu'il faut!

20:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

14/03/2009

actualités

L'année dernière, Boé si Boé la en pleine action.
medium_PICT0013.3.JPG

podcast

"Actualités", c'est aussi le titre de la chanson que nous avons interprétée l'année dernière. Je revendique l'arrangement jugé fort original et plaisant par les gens cultivés et qui ont du goût! (ouf!)
Boé si Boé la répète intensément le programme de sa ( très) prochaine soirée, le samedi 28 mars. Je vous conseille de réserver dès maintenant car nos spectateurs viennent de très très loin pour nous applaudir avec toujours plus d'enthousiasme.

19:52 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (8)

13/03/2009

jalousie (suite)

Ernest était, je vous le rappelle, d'une jalousie maladive entretenue par la coquetterie de la superbe Adeline. La beauté de celle-ci attirait les regards admiratifs tant des nombreux touristes mâles ( Pujols est une bourgade très visitée) que des autochtones. Son commerce du pruneau était particulièrement florissant. Ce fruit était omniprésent dans sa boutique et décliné de multiples façons toutes aussi agréables au goût: sec, cuit, mi-cuit, fourré ( Hummmmmmm!)...
medium_pujols_3.2.JPG


























Son nouveau voisin, Sergio, la cinquantaine alerte, ancien garde-suisse à la retraite ( pour vous dire la prestance) n'avait d'yeux que pour elle, l'épiant depuis son jardin, lui rendant visite pour une raison ou pour une autre...Bien entendu, Ernest s'en était rendu compte...Il en perdit le sommeil, l'appétit...bref tous ses moyens et très vite sa jalousie se transforma en haine.
Il pensa inviter son rival sur le pré bien qu’il en restât peu autour de Pujols afin de régler cette affaire à la D'Artagnan, mais il connaissait mal le maniement des armes blanches et l'autre devait être expert. Il renonça.
Un jour, au lieu de partir battre la campagne pour vendre sa lingerie fine, il rendit visite à un rebouteux qui, avait aussi une réputation de sorcier. Il lui dit:
" Je voudrais punir un homme qui séduit ma femme; pouvez-vous m'aider?
- Avec de l'argent tout est possible. Tu choisis une punition pour toi d'abord; elle sera doublée pour l'homme. Réfléchis..."

Au bout d'un court instant, Ernest lui dit:
" Crève-moi un oeil"

Cette histoire, que vous complèterez à votre guise, peut vous paraître invraisemblable tant elle est cruelle. Pourtant, la haine peut rendre aveugle...la preuve.
L'amour aussi...

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique