logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/04/2009

dites-le avec ...

... des fleurs et bien entendu, actualité oblige, parce que c'est la tradition, avec du muguet.

medium_numérisation0002.jpg



























Ce beau brin nous est arrivé par voie postale...
En guise de remerciements, amie, voici une douceur.

19:30 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

29/04/2009

TVA

medium_paris_IMG_0062.2.JPG
- Nous reviendrons au mois de juillet, mon amie, dis-je à Roro fort alléchée par le menu affiché.
Dans un journal Sud-Ouest récent, un restaurateur du coin, de grande renommée, ( je taierai son nom car je n'ai pas envie de faire sa pub) se félicitait de cette mesure dont le caractère social n'aura échappé à personne. Ses clients qui, en grande majorité, ne redoutent pas les fins de mois malgré la crise vont enfin, disait-il, voir leur note allégée. Quel sera le nouveau montant du menu actuellement affiché à 200 euros (sans les vins et autres apéritifs)? Je suis impatient de le savoir. Dans l'article en question "le grand chef" n'envisage nullement un recrutement supplémentaire de personnel; laissons celà à la restauration des masses laborieuses ... ce qui reste encore à prouver. L'avenir nous le dira, peut-être!
Si le certif existait encore, l'exercice de calcul sur les pourcentages ( c'est là qu'on débusque le cancre) pourrait être:
Quel bénéfice supplémentaire fera le restaurateur sur un repas à 200 euros quand la TVA passera de 19,60% à 5,50%?

19:40 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

28/04/2009

jardin fleuri

Ma note du 8 avril a provoqué un émoi considérable dans la cité. ON m'accuse désormais d'inciter le boétien au laxisme, à la paresse, au laisser-aller... Je ne fais pourtant qu'appliquer les nouvelles consignes municipales: "nous souhaitons, ni plus ni moins, un retour aux jardins naturels, authentiques où chacun pourra donner libre cours à son imagination...Finis les alignements des massifs, finies les tontes à répétition, finis les arrosages en continu....". Voilà ce qu'il a dit l'adjoint au maire plus particulièrement chargé de l'environnement. Je n'invente rien.
ON ne supporte donc pas l'abondance de pâquerettes et autres myosotis dans mon jardin? Je vais vous dire: ON est jaloux! Pourquoi? Parce que je vais sûrement obtenir un prix, peut-être même le premier prix ce qui serait la juste récompense de ma civilité. Car je prétends contribuer, en agissant ainsi, avec discrétion mais efficacité, au maintien des trois fleurs fièrement affichées à proximité de la halte nautique.
medium_IMG_2456.JPG
J'ai oublié de valider cette note commencée depuis deux ou trois jours. Avec ce temps, vous imaginez que tout a considérablement poussé. Surtout les mauvaises herbes. Finie ma colère; me voici désormais désabusé. J'ai appris que le concours ne serait ouvert officiellement que dans deux ou trois mois. Que seront devenues mes petites fleurs d'ici là! Il n'en restera que des tiges lamentablement desséchées...
Dès que la pluie cessera de dégringoler, et ça n'est pas pour demain, je tonds! C'est décidé. Et qu'on ne vienne pas se plaindre qu'il ne reste que deux fleurs sur le panneau!
medium_fleurs_Boé.5.JPG

19:10 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

27/04/2009

des nouvelles du Mexique...

- Je te l'avais bien dit que ce pays était dangereux.
Je m'adressai ainsi à Roro après les infos diffusées récemment par France Inter concernant cette menace de grippe porcine importée du Mexique. Car Roro est d'un tempérament voyageur et depuis quelques années, elle envisage une "promenade" dans ce pays. Chaque fois qu'elle aborde ce sujet, j'émets des craintes pour notre sécurité en lui citant de nombreux faits divers que j'ai relevés afin d'étayer mon argumentation.
Là-bas, en effet, on tue pour un oui pour un non. Même sans raison parfois. Et on se suicide de même... por puro gusto. Il existe une fascination irrésistible pour la mort.
A propos de la grippe, une mexicaine disait ce matin, désinvolte:
- Nous sommes sur terre pour mourir
Les plus redoutables assassins auraient été les nombreux généraux: dans les années 50/60, on en a compté sept- cents pour une armée de seulement trente-cinq mille hommes.

medium_le_général_castagnetas_2.2.jpg



























Nous étions normaliens à Auch (c'est dans le Gers) et chantions ce soir-là, au théâtre s'il vous plait, quelques chansons des Frères Jacques dont le Général Castagnétas. Avec mon pistolet, prêté par le fils du directeur de l'Ecole Normale, je tuai mes compagnons un par un après chaque couplet. Puis, seul debout sur l'avant-scène ( les quatre autres étant lamentablement affalés dans des positions tragiques), je me suicidai. Je lachai le révolver qui disparut dans la fosse d'orchestre. On ne le retrouva pas.



J'avoue que ce n'est pas, aujourd'hui, la chanson des Frères Jacques que je préfère.

19:15 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

26/04/2009

déjà...

... des tomates!

medium_IMG_2458.JPG

- Je n'y crois pas, nous a dit une amie quand nous lui avons annoncé que nous consommerions, ce dimanche même, une tomate murie sur un pied issu d'une graine égarée et librement germée durant cet hiver dans un pot de fleurs de notre véranda.
Finalement, nous l'avons, pour le moment, épargnée et afin de mieux savourer cet exploit, nous invitons depuis deux trois jours voisins, amis, promeneurs du bord du canal... Et c'est, chez nous, un va et vient continu ce qui, durant cette période maussade, ne peut que nous apporter le réconfort à Roro et à moi-même. La presse locale, intéressée ( on le serait à moins) par cette performance de la nature, viendra demain prendre des photos pour un article qui devrait avoir un certain retentissement dans l'agenais et même au-delà.
L'année dernière déjà, j'avais révélé ma méthode: se mettre nu devant la tomate, si on est dans de bonnes dispositions bien sûr, la fait rougir. Il faut répéter l'opération régulièrement, sans défaillance aucune: deux, trois fois par jour est un bon rythme.
J'avais suggéré cette pratique à ma charmante voisine: j'ai pû ainsi l'entrevoir, l'été dernier, sans vraiment le vouloir je vous assure, entre les troênes de notre haie mitoyenne, se promener dans son potager, dans le plus simple appareil. Ses tomates ne rougirent pas plus vite qu'ailleurs mais ses courgettes prirent, très vite, des proportions impressionnantes. Sachant que j'aimais ces cucurbitacées, elle m'approvisionna régulièrement à fin de justes remerciements. Bien entendu, elle profita de mes tomates.
Je ne sais pas pourquoi Roro me fit la gueule jusqu'en automne.
medium_180px-Courgette.2.jpgmedium_IMG_2458_bis.3.jpg

25/04/2009

undecided

Ce matin, avant de partir accomplir ma marche quotidienne au bord du canal, j'ai hésité: " Prends-je ou non mon parapluie?" Finalement, je l'ai pris. Je ne le regrette pas.
Roro m'a dit: "Je ne sais pas si je t'accompagne, mon ami". Elle s'était levée d'excellente humeur. Elle n'est pas venue. Elle a bien fait car marcher sous la pluie l'aurait contrariée... C'eût été dommage.
J'ai , dans mon fichier, plusieurs notes en chantier aussi originales les unes que les autres. Vais-je terminer celle-ci ou celle-là? Finalement, je crois que je vais souffler dans mes instruments. Lequel: saxophones ou clarinette?
C'est ce temps gris qui doit favoriser chez moi l'indécision... mais je n'en suis pas certain.
Et si je mettais une vidéo? Undecided par exemple que nous avons joué dernièrement à Barbotan devant des curistes enthousiastes.

19:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

24/04/2009

un beau voyage

Cette histoire, qui fut juive mais aussi arabe, qui aurait pû nous venir de Chine ou d'ailleurs... cette histoire donc est aujourd'hui italo-gasconne.
Sophie, l'amie de Roro, vient de rentrer d'un voyage de 4 jours en Italie où elle accompagnait René, son mari sénateur, en voyage d'études ( vous voyez ce que je veux dire!) dans ce pays.
Nous l'avons rencontrée ce matin au bord du canal où elle promenait son lévrier afghan.
medium_florence.2.JPG
- Quel beau voyage, minauda-t-elle. Un incendie se déclara hélas dans notre hôtel de Florence (superbe ville!) le lundi. Nous fûmes évacués mais il y eut, paraît-il, quelques victimes.
- Et le mardi, demanda Roro?
- Le mardi... le car qui nous transportait en Toscane ( quels paysages magnifiques, si vous saviez!) notre car donc s'est renversé dans un virage. René et moi n'eûmes que quelques égratignures ( elle souleva sa robe pour nous montrer celle qu'elle avait encore apparente tout en haut de la cuisse; deux cyclistes mâles sifflèrent en passant...). On déplora quatre ou cinq morts, je ne sais plus.
medium_IMG_1002.3.JPG
- Et, le mercredi, fis-je, la gorge nouée pas l'émotion?
- Le mercredi... ah, oui... un tremblement de terre fit dégringoler un immeuble à Pise dans la rue où nous nous promenions. Trois personnes de notre groupe furent écrasées.
- Et... pas une égratignure, demandai-je?
- Et le jeudi, fit Roro, sèchement?
- Le jeudi? Nous rentrâmes.
- Et bé, tant mieux, fis-je. Heureusement que votre voyage n'a duré que 4 jours!
Cette histoire m'a offert l'opportunité de montrer quelques diapos d'un voyage pas très ancien, voyage qui, en compagnie de Roro, se déroula dans d'excellentes conditions. La prochaine fois, je vous raconterai la même, mais en Irlande par exemple. Et ainsi de suite...

23/04/2009

le corbeau et le renard


Au cours de son dernier spectacle, Boé si Boé la a interprété cette fable en s'inspirant des Frères Jacques. Il y a deux ans, nous avions à notre programme la cigale et la fourmi et le laboureur et ses enfants. Je publierai prochainement les vidéos correspondantes: voilà une solution bien commode qui me permet de prendre, de temps en temps, un repos que je juge mérité.
Les fables de La Fontaine étaient beaucoup étudiées au cours complémentaire de Fleurance ( bourg gersois) qui m'accueillit, si on peut dire, en qualité de pensionnaire pendant cinq longues années. Car, en ces temps lointains, les années scolaires n'en finissaient pas! Moi qui n'ai jamais eu beaucoup de mémoire, je suis capable aujourd'hui de vous en réciter quelques unes de ces fables sans aucune défaillance de mes neurones survivants.
Savoir par coeur était une chose, réciter en était une autre: il fallait adopter pour chaque personnage le ton qui convenait.
Dans notre sketch, je trouve que la musique ( elle n'est pas de moi, dommage, j'aurais aimé) supporte parfaitement le texte.
Le rôle le plus ingrat fut celui de l'arbre: merci à Jacques de l'avoir aussi bien maîtrisé.

19:30 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

21/04/2009

pub...


La section enfantine de la troupe Boé si Boé la vous livre son interprétation ( un peu désordonnée par moments) du "grand cerf".
La vidéo est incomplète: après que le monsieur ait dit " achetez lapinou, la bonne terrine de chez nous", Roro ajoute avec beaucoup de conviction: "aux pruneaux d'Ageeeeennn!". Dommage; ça a été coupé.
Je suis certain que cette pub, si elle passait à la télé, permettrait de relancer la vente du pruneau pour le plus grand bien de l'économie locale. Je suis disposé à étudier toutes propositions ( financières) qui pourraient m'être adressées. Voilà, étant donné la gravité de la situation du moment, une opportunité à saisir...
Francis Blanche, auquel, très modestement, je me garderai bien de me comparer, était, entre autres talents, un spécialiste des slogans publicitaires. En voici deux ou trois qui m'amusent ... mais, chacun ses goûts, évidemment.
Madame, n'achetez pas du tissu écossais. Ecossez-le vous même.
Etudiants, étudiantes, ne vous présentez plus au bac: prenez le pont de Tancarville.
Pour que l'école dure, ami donnez... etc

J'aime bien le dernier; j'en ai même fait une chanson brève.

19:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

20/04/2009

tiger rag

medium_penseur.13.jpgJe cherchais, vainement je l’avoue, depuis ce matin, ce que je pourrais écrire pour accompagner cette brillante interprétation de « Tiger rag ». D’inspiration, point! Il faut dire que j’ai d’autres sujets en tête notamment une note commencée et recommencée depuis deux, trois jours et qui, si j’arrive à la conclure, sera pure merveille. Car, contrairement à certains que je ne citerai pas, je pèse mes mots, moi! Et ne veux pas une interprétation fantaisiste de mes propos qui pourrait fâcher mes lecteurs. Pour cela, quand on est comme moi au sommet ( c’est ce que me disait il y a peu, un ami qui me lit avec assiduité et "dévotion"), il faut de la rigueur. C’est la rançon de la gloire, me dirait l'ami en question.
Voici donc une petite poésie de Jean-Luc Moreau: le tigre et le curé. Vous allez croire que j’ai fait mon choix à cause de l’absence totale, chez moi, de penchants religieux. Une vengeance mesquine en quelque sorte. Que nenni,  bouffer du curé  n’est plus à la mode; du pape à la rigueur. Si je n’avais pas le respect de l’auteur, j’aurais été tenté de remplacer  le curé  par un autre personnage: il n’y a que l’embarras du choix. Mais je vous laisse imaginer... Tiens, pourquoi pas un chanoine?

Dans la jungle, un jour, s’aventure
Un curé. Le tigre survient.
« Prions », se dit l’abbé. « Seigneur, je t’en conjure,
Fais que ce tigre soit Chrétien. »
Comment le Très-Haut se débrouille,
La chronique n’en parle pas.
Le fauve en tout cas s’agenouille:
« Seigneur, dit-il, bénissez ce repas. »


19:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

19/04/2009

julie...

Une chanson interprétée par Marcel Amont et Mouloudji: j'avais fait un petit arrangement pour Boé si Boé la il y a quelques années.

19:30 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

18/04/2009

ce WE...

Je viens de planter 7 pieds de tomates gracieusement offerts par mon ami Raymond. J’ai eu très chaud. Je n’ai pas envie de terminer une note commencée depuis deux jours. Aussi, vais-je me contenter de farfouiller dans mes anciennes élucubrations...
J’ai récupéré celle-ci à laquelle je ne changerai ni un mot ni une virgule. Je demande pardon à celles et ceux qui l’ont déjà lue... et s’en souvienne!
.
medium_condom64.3.jpg
Désiré, notaire à Pimpous, village gascon imaginaire que je situerai aujourd'hui et " à bisto de nas" à une dizaine de kms d'Eauze, capitale de l’armagnac, donc, Désiré, la soixantaine, avait épousé depuis peu une veuve de quarante ans fort alerte . La première femme de Désiré avait fait sa valise, un été, avec le trompettiste de la banda "los prunos confites" de passage dans la région... Cette précision ne présente aucun intérêt pour l'histoire mais lui confère un certain accent de vérité.
Louise ( c'est la veuve), avait un solide appétit.
Une fois par semaine, Désiré se rendait à Condom, sous-préfecture gersoise, où se tient tous les ans un festival des bandas. Il y achetait une tourtière puis se rendait chez Sidonie, prostituée très connue de la rue du Quai, celle qui longe la Baïse*. Arrivé dans la chambre de la dame, il posait la tourtière sur la table de nuit, Sidonie se déshabillait, s'allongeait sur le lit et ils discutaient un long moment de choses et d'autres. Puis, Désiré payait Sidonie comme s'il avait "consommé", reprenait sa tourtière et rejoignait Pimpous .
Le soir, après avoir partagé avec Louise le délicieux dessert, il accomplissait son devoir conjugal.
L'honneur, sinon la morale, était sauf. Et c'est peut-être mieux ainsi.

* Je rappelle que la Baïse est une rivière, affluent de la Garonne ( chez nous, on dit "de Garonne")

17/04/2009

laconisme...

Bof... medium_AnavonRebeur07.jpg
J'aime bien...


Et voilà ce que la troupe Boé si BOé la ose chanter! Ne le répétez pas.

19:52 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

16/04/2009

oui...mais



Voici encore une fable. Je l’ai empruntée à Loqman que peut-être vous ne connaissez pas. On ne sait pas quand il est né mais il est mort, c’est certain. En 1543. Internet vous en dira plus si cela vous intéresse.
Une chatte sauvage rencontre une lionne.
Je dois vous avouer que, dans la fable, ça n’est pas une chatte mais une femelle lièvre. Vous allez voir: ce n’est pas important, on peut choisir l’une ou l’autre.
Mais, comme le titre du morceau que vous venez d’écouter vous parle de « chat sauvage », cette note aura, pour une fois, un caractère cohérent. Elle ne sera pas écrite par hasard, au petit bonheur la chance... Que diriez-vous si, après vous avoir interprété « Petite fleur », je vous donnais la recette de la tourtière aux pommes arrosée d’armagnac; ce n’est pas sérieux, diriez-vous et vous auriez raison. Par contre, si je joue l'ouverture de Guillaume Tell, ce qui est difficile à la clarinette, ma recette n'arrive pas comme un cheveu sur la soupe.
Donc, une chatte sauvage rencontre une lionne et lui dit sur un ton assez dédaigneux:
- Je mets au monde chaque année un nombre important de chatons et toi, pourtant beaucoup plus forte que moi, tu n’es capable de n’en produire qu’un!
- C’est exact. Mais c’est un lion.

19:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2)

une mort banale...

Ce matin nous avons rencontré Sophie ( vous savez, la copine de Roro) pas très loin de la halte nautique de Boé. Elle promenait son lévrier afghan offert par René son mari sénateur. Comme il venait de tomber des cordes ( c’est fou comme le temps est instable actuellement), les longs poils du chien dégoulinaient même que ça n’était pas beau à voir.
- Il est à tordre votre clebs, dis-je. Il va s’enrhumer.
- Je le sécherai à la maison, minauda Sophie.
Roro:
- Tu ne sais pas la nouvelle? Monsieur Machin-Chose, le vieux pêcheur qui te faisait le baratin chaque fois qu’il te voyait, devine ce qui lui est arrivé!
- Il est mort?
- Oui, hier...
- Celà devait arriver... Il s’est noyé dans le canal!
- Mais non, voyons... un rhume de cerveau!
- Ah bon, au moins ce n’est pas grave...
Elle avait l'air déçue.
Voilà une histoire banale, une histoire de tous les jours. Etait-il vraiment utile que je la racontasse ( et bé!).
medium_art.jpg
Question de goût. Moi, je n'aime pas trop: sur la piste qui longe le canal, faut faire attention de ne pas les écraser.
Un oubli: le dessin est de Philippe Geluck

09:36 Publié dans sophie | Lien permanent | Commentaires (4)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique