logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/03/2010

le jardin extraordinare


podcast
Il faut cliquer sur podcast noir ( nous répétons)

gladiateur mourant.jpg                                                  Ma chère Sophie,

Aujourd'hui nous avons visité le château de Versailles et, comme il faisait beau, nous en profitâmes ( ça ne te gêne pas si j'utilise le passé simple... je sais que tu n'es pas habituée?) nous en profitâmes donc pour nous promener dans le jardin. C'est grand; encore plus grand que notre esplanade du gravier, tu te rends compte! Ce soir, j'ai très mal aux pieds...

Nous avons découvert de magnifiques statues. Henri est resté longtemps devant celle du gladiateur mourant. Je crois même qu'il lui parlait, en douce, pendant que j'avais le dos tourné. Quand il m'a rejoint, il avait l'air bouleversé.

- Cet homme souffre énormément, me dit-il la larme à l'oeil.

Tu sais, Henri est un homme hyper-sensible... comme beaucoup d'artistes.

le gladiateur.jpgCe gladiateur, quel homme superbe! Je n'ai pas résisté à le prendre de face, de dos... Nous en avons rencontré un autre solidement attaché sur son socle va donc savoir pourquoi!

Demain nous resterons plus longtemps à l'hôtel pour nous reposer. Je te quitte.

Bien des choses de ta copine Roro

PS: Henri s'est renseigné pour la pension de réversion. Quand René mourra, tu ne seras pas à plaindre question finances: le régime de retraite des sénateurs, c'est le top!

gladiateur combattant.jpg

18:38 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Je ne pense pas qu'il y ait un quelconque rapport entre le métier de sénateur et la condition de gladiateur ? Quoique... (koâkeu, comme disait Devos).
Quant à la visite des jardins du château de Versailles, il faut aller moins vite, Henri, et adopter un... "train de sénateur" ! Si, si, tu auras moins mal aux pieds !
Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 05/03/2010

Ma bien chère Roro,

Merci de ta gentille lettre de Versailles mais tu suis vraiment pas le film, toi, hein.
Il est MORT mon René (paix à son âme). Je vis avec Alphonse le kiné qui m'a sauvé la vie., t'as oublié ?

Edouard c'est du passé (A propos, je ne comprends pas pourquoi tu parles de passé simple, je ne savais pas qu'il y en avait de compliqué. Tu m'expliqueras).

Tu penses bien que la pension de sénateur, ya longtemps qu'elle dégringole dans mon escarcelle, nan mais ho, René il a eu ma jeunesse, ma beauté et mon intelligence, moi j'ai sa pension, juste retour des choses.

Un truc qu'il faut que je te dise.
Figure-toi que René (paix à son âme, bis ) avait laissé un gros paquet (pas de blé, hein, lui il est toujours dans notre banque suisse) au sous-sol.

Quand j'ai commencé à réunir ses frusques et tout son bazar à la noix pour en faire don au Secours Pop, je me suis dit que j'allais quand même ouvrir ce fichu carton qui traînait et dans lequel je me prenais les pattes dix fois par jour.
Quelle idée de ne pas avoir fait poser de moquette au sous-sol, j'te demande.... On voit bien qu'il n'avait jamais porté de talons, le René.

Mais devine donc un peu ce qu'il y avait dans le grand paquet ?
Un ordinateur, oui-oui. Tout neuf.
Et Alphonse il s'y connaît en ordis, j'peux t'le dire.
Il y passé du temps, mais avec lui j'ai appris à m'en servir (avec lui, j'apprends tout, c'est trop top ...).
Il lui arrive de m'appeler F1 au lieu de Sophie mais c'est pas grave, c'est quand il est fatigué.

Alors un jour, pour m'amuser j'ai tapé Boé sur le clavier.
Et où elle est tombé la Sophie ? Hein ? Je te pose la question là.

Ouais-ouais...

Bref, tout ça pour dire Roro, que j'te dirai plus jamais rien, t'es pas franche du collier ma fille, à tout répéter à ton Riri de nos secrets de filles.
J'ai jamais rien dit ni à René (paix à son âme, ter) ni à Alphonse de tout ce que tu m'as raconté sur Riri.
JAMAIS.

Aujourd'hui j'ai bien vu que tu te moquais, j'sais lire entre lignes, hein. Il a bien le droit d'aimer les gladiateurs Riri, c'est pas une tare quand même.

On fait un deal Roro, si tu tiens et à ta meilleure amie et à ton mari, sois discrète, sinon j'y dis tout à Riri et estime-toi heureuse que j'te l'ai pas déjà piqué.

Et puis d'abord, j'ai même plus peur de devenir comme Brigitte Bardot (Riri a dit qu'il l'avait achevée) ni de Dalila puisqu'elles sont mortes toutes les deux. Tu m'verrais avec mon nouveau lifting, je ressemble plus à personne !

Un que j' connais pas, c'est ce Robert (Val de son grand nom) qui pèse ses mots. Je me demande comment il fait.

Robert-René, ç'est pas très loin et ce soir j'ai eu un p'tit pincement pour mon défunt, j'ai pas un cœur de pierre.
Faire disparaître l'automne et l'hiver en même temps, ça n'a pas été du gâteau, mais j'te jure qu'il a pas souffert.
Du tout.
Mais chut, sinon j'dis tout à Riri.

Je te laisse pour ce soir en espérant que tu auras des explications claires à me donner et des excuses à me présenter parce que je suis pas si bête que j'en ai l'air... qu'on pourrait croire.

J'te f'rais dire que tu m'a fait beaucoup de mal, Roro... Et c'est pas une p'tite carte qui va te racheter ma fille.

Ton amie Sophie pour toujours et même plus.

Écrit par : Sophie | 06/03/2010

Morte de rire...

Bises à vous deux

Écrit par : Sophie | 06/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique