logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/05/2010

pour ou contre les volcans

IMG_0238.JPG

Doit-on dénigrer, redouter, être contre les volcans? Des évènements récents nous y inciteraient.

Et pourtant...

Comparons, par exemple, les conséquences d’une éruption volcanique avec celles d’un cataclysme comme le récent tremblement de terre d’Haïti ou le grand incendie de Londres en 1666... Des ruines, des merveilles d’architecture détruits, disparus… Sans oublier les catastrophes provoquées par l’homme: Hiroshima, Tchernobyl… et les autres.

En revanche, comment de pas se louer, aujourd’hui, de l’éruption du Vésuve dont la lave et les cendres recouvrirent complètement Pompéi et Herculanum en 79. Voilà deux villes qui furent redécouvertes au XVIIIème siècle dans un parfait état de conservation. Et que des foules de touristes émerveillés viennent visiter ce qui est excellent pour l’économie de cette région!

L’activité régulière de la Fournaise, à La Réunion, attire le touriste et agrandit la surface de l‘ile de manière conséquente. On ne peut que s’en réjouir. Sans oublier que la coulée de lave épargne les églises*: les éruptions de La Fournaise ne seraient-ils pas des messages divins? C’est ainsi que sont interprétés pour d’autres raisons celles des volcans de Bali. Et, pourquoi pas, l’organisation de pèlerinages si ce phénomène se reproduisait?

Alors, les perturbations récentes du trafic aérien … s’il vous plaît, je vous en prie, comme disait Pierre Desproges: broutilles et fariboles!

L'église Notre Dame des laves "miraculeusement" épargnée lors de l'éruption de 1977.

Notre Dame des laves.jpg
Demain nous grimperons, j'espère, au Piton de La Fournaise...

17:54 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

30/05/2010

Leconte de Lisle

IMG_0296.JPG

Midi, roi des étés, épandu sur la plaine,
Tombe en nappes d’argent des hauteurs du ciel bleu.
Tout se tait. L’air flamboie et brûle sans haleine ;
La terre est assoupie en sa robe de feu.

 
L’étendue est immense, et les champs n’ont point d’ombre,
Et la source est tarie où buvaient les troupeaux ;
La lointaine forêt, dont la lisière est sombre,
Dort là-bas, immobile, en un pesant repos...

Vous trouverez la suite de Midi dans votre bibliothèque ou sur internet. Peut-être avez-vous appris ce poème comme moi au Cours Complémentaire si vous avez suffisamment vécu... ou ailleurs. Peut-être aussi, mais c'est moins sûr, vous a-t-on dit combien cet homme méritait cette place d'honneur au bout de l'allée principale du cimetière marin de Saint Paul où il naquit, à deux pas de l'océan indien.

Toujours à Saint Paul, une visite de marché, en passant.

IMG_0299.JPG
IMG_0300.JPG
Nous avons beaucoup aimé ces énormes avocats ainsi que les petites bananes et ananas... entre autres. A côté des avocats, Sophie, ce ne sont pas des grosses prunes mais des fruits de la passion. Je suis sûr que tu aurais aimé.
Une amie m'écrit: "des photos, des photos, je veux des photos!'
Mais oui, mais oui; des photos j'en ai en veux-tu en voilà qu'on peut retrouver facile sur internet. J'ai d'ailleurs commencé à faire le ménage, conservant celles, suffisamment originales qui me permettront d'écrire quelques phrases.

16:04 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (6)

29/05/2010

do lo sur feuille songe

Do lo sur feuille songe... de l'eau sur la feuille de songe. Laisse couler, glisser, parler, ...  C'est une expression de La Réunion. Car la goutte d'eau ne séjourne pas longtemps sur la grande feuille de songe. 

IMG_3225.JPG
Voilà qui lui sied, non?  

 

 

17:13 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (11)

28/05/2010

what is this thing called love


podcast

Une répétition avec Dédé à la trompette; je souffle dans le ténor ( tiens, je ne l'ai pas touché depuis deux ou trois semaines celui-là; faut que je m'y remette sérieusement!)

Pour ce qui est de la chanson que nous interprétons, si vous avez une réponse...

Merci

( nous reviendrons plus tard à La Réunion: je suis encore loin d'avoir amorti le voyage)

IMG_3099.JPG
Auprès de mon arbre...

19:02 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

27/05/2010

La Réunion face à son destin...

Que peut-on contre le mauvais destin…

 

Ma chère Sophie,

 

IMG_3082.JPGTu ne peux pas imaginer la quantité de bananes et d’ananas que nous ingurgitons! Des fruits, ici, ce n’est pas ce qui manque; l’autochtone n’a pas à se plaindre. Il a au moins de quoi se nourrir! Heureusement car pour ce qui est du  chômage, sur cette île, ils battent les records: presque 50% de jeunes de moins de 25 ans regardent passer le touriste au bord des routes !  Voilà ce que nous a appris la télé régionale. Heureusement on va bientôt mettre en chantier le « tram-train » ou le « train-tram ». On en parle depuis longtemps. Cela permettra de créer des emplois et facilitera une circulation particulièrement difficile. La ministre de l’Outre Mer vient d’arriver exprès: elle a promis des sous de la part de notre Président…

IMG_3115.JPGIl va falloir s’activer car le papayer ( c’est un arbre fruitier très cultivé, Sophie) est attaqué paraît-il par une méchante chenille venue d’on ne sait où ( Sébastien serait-il passé par ici?) et il est en train de crever. L’économie de l’île risque encore d’en pâtir et ça ne sera pas la faute du gouvernement… D’ailleurs, ça n’est jamais la faute du gouvernement qui fait tout ce qu’il peut. Mais, que peut-on contre le mauvais destin…je te le demande

Bises et … bien des choses.

 

PS: l’excentricité d’Henri empire! Je me demande s’il n’abuse pas de la banane! Maïté qui rit pour un oui pour un non me dit de ne pas m’inquiéter, qu’il est préférable de le voir ainsi et patati et patata…

singeries 1+.JPG

 

18:50 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7)

26/05/2010

La Réunion... on s'installe

IMG_3076.JPG
A l'entrée d'un village, poinsettias et strélitzias ( j'ai vérifié l'orthographe!)

Ma chère Sophie,

Nous voici enfin installés dans notre gîte à 500 mètres d’altitude, face à l’océan, en surplomb de Saint Leu. Sept ou huit kilomètres de route étroite, extrêmement pentue par endroits, bordée de fossés profonds non protégés,  aux virages en épingle ( Maïté en a compté plus de soixante pour se distraire un peu), une visibilité incertaine parfois… voilà ce que nous devrons subir chaque jour! Heureusement, Henri est un as du volant; j’ai confiance.

Mais, dix degrés de moins que sur la côte, voilà qui est appréciable et vaut le déplacement.

margouillat_gecko_04.jpgNous venions à peine de poser nos valises ( Henri a râlé au départ prétextant qu’elles étaient très lourdes: je regrette mais il faut ce qu’il faut!) …dans nos chambres respectives quand un grand cri d’affolement nous précipita dans celle de nos amis basques. Nous évitâmes de justesse Maïté qui en sortait précipitamment comme poursuivie par un monstre. Raymond debout sur le lit, essayait de chasser par de grands gestes un margouillat de petite taille, parfaitement immobile sur le mur blanc et sans doute surpris par ce remue-ménage inhabituel. Henri, très calme, sortit, revint « armé » d’un balai, poussa sans brutalité aucune mais fermement la bestiole vers la fenêtre: un bond… plus rien… disparu le margouillat! Quelle vivacité!

Henri appela Maïté à qui je tenais compagnie sur le balcon ( j‘avoue que je n‘étais pas très rassurée moi non plus):

- Voilà, plus de danger! Mais je ne sais pas où est la bête… peut-être dans le lit?

Si tu avais vu la tête de notre amie!

Bon je vais faire un peu de rangement et me reposer car ce voyage qui n’en finissait pas m’a épuisée !

Bises et … bien des choses.

PS: dans le jardin d’énormes araignées ont tendu leur toile un peu partout: ce sont des bibes ou Néphilas, nous a appris Raymond qui connaît le guide par cœur!

IMG_3268.JPG

16:47 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (10)

25/05/2010

La Réunion... allons-y

IMG_0262.JPG

Ma chère Sophie,

Ouf! Nous voici enfin arrivés à La Réunion après une douzaine d’heures d’avion. Notre escale à Marseille a été prolongée d’une heure; au moment de prendre la piste pour décoller, le commandant de bord Blériot ( c’est ainsi qu’il s’était présenté au départ de Toulouse peut-être pour nous mettre en confiance) annonça:

- Mesdames, messieurs, nous devons revenir au garage de l’aéroport car un réacteur refuse de démarrer. Dès que la panne sera réparée nous reprenons notre vol. Veuillez nous excuser pour ce contretemps.

- Un contretemps, s’exclama Henri! Un réacteur en panne sur deux, il appelle cela un contretemps!

Déjà qu’Henri n’aime pas l’avion! Si nous avions été autorisés à descendre, je me demande s’il serait remonté dans l’appareil.

Finalement nous avons décollé sans difficulté ce qui prouve qu’il s’agissait d’un problème technique insignifiant. Toutefois, Henri ne desserra les dents qu’à 10000 mètres d’altitude ( c’était affiché sur un écran, tu te rends compte!):

- Si on dégringole quelque part en Afrique ou dans l’océan Indien, tu vas m’entendre, crois-moi, tu vas m’entendre!

Il s’est calmé quand l’hôtesse nous a servi un plateau repas. Faut dire qu’elle était charmante et souriante l’hôtesse. Le plateau repas… bof.

Je te laisse car nous allons nous installer dans notre gîte.

Bises et … bien des choses.

PS: ces arbres, sur la côte, sont des Vacoas; la température est de 30 degrés environ, à l‘ombre.

17:29 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (9)

24/05/2010

retour...


podcast

Il faut cliquer sur podcast noir

numérisation0002.jpg

 

Voilà, c'est fini. Il est temps de remettre en bouche la clarinette car nous devons accompagner, cette fin de semaine, les enfants d'un collège dans un spectacle de chansons françaises "jazzy". Voici donc une première note de reprise d'activité progressive. Parmi l'abondan courrier accumulé durant ces quinze jours, une carte originale, un témoignage de sympathie qui est un encouragement à persévérer. Merci donc aux amis signataires de cette carte. Je leur raconterai plus tard notre voyage... à ma façon. D'abord la clarinette, ensuite le jardin... écétéra, écétéra.

 

15:25 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7)

23/05/2010

le nid

tourterelle 1.JPGLa tourterelle, un jour d'avril, a abandonné son nid sommairement construit dans le laurier. J'ai lu quelque part que cet oiseau n'était pas un champion en matière de construction; je confirme: quelques brindilles lui suffisent.

 Donc, j'ai attendu, attendu, espérant son retour. Elle y avait laissé son oeuf! Un bel oeuf tout blanc. Alors qu'elle l'avait couvé durant des jours et des jours et des nuits aussi! Pourquoi?... oui, pourquoi? Pourtant, nous avions été discrets: point de tonte, point de ping pong, point de bruit qui pourrait déranger, effrayer. J'ai attendu, attendu... elle n'est pas revenue. Abandon de famille. Quel comportement!

Alors, je suis monté sur l'escabeau, j'ai, délicatement pour ne pas l'abimer, soulevé le nid de la fourche où il était coincé, je l'ai extrait du laurier, l'ai déposé avec son oeuf tout blanc sur un pot de fleurs, l'ai montré à Antoine:

- C'est un nid de tourterelles, Antoine

- Ah, bon!

A midi, Antoine est entré dans la cuisine: sa figure, son tee-shirt blanc, ses cheveux étaient éclaboussés de jaune. Il n'était pas fier, Antoine.

IMG_0001.JPG- J'ai tué l'oeuf, a-t-il dit.

Je l'ai changé, lavé. Ce faisant, je lui posai la devinette:

- Qu'est-ce que tu lances blanc et qui retombe jaune?

Il m'a donné la réponse sans hésiter. Un malin ce petit!

- Et celle-là, tu la connais, me demanda-t-il pendant que je l'essuyais? Trois tourterelles sont dans le laurier. Tu en tues une avec le fusil. Il en reste combien? 

J'avoue ne pas avoir trouvé la solution. Les enfants de maintenant sont tout de même plus dégourdis qu'autrefois! La télé sans doute...

21/05/2010

easy money ( quelle chance)

( bientôt sur le retour...)


podcast

Passe encore de bloguer, mais jazzer à cet âge
Disaient trois jouvenceaux, enfants du voisinage,
Qui m'entendaient souffler fort dans ma clarinette.
Et détalant, plein pot, sur leur bruyant scooter
Dans le premier virage, glissent... les v'là par terre!
Je cours les secourir. Les voyant chialer
Je leur dis:" Petits cons, vieux motards que jamais..."

Henri de La Fontaine ( c'est un pseudo...)

( fable déjà publiée)

 

18:07 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

19/05/2010

prudence


podcast

( je suis toujours en congés... profitons-en)

Cette chanson brève n'a jamais été publiée. Je n'avais pas osé entendant déjà certains fanfarons me donner la réplique en chantant: qu'il pleuve, qu'il vente, toujours je chante...

Je prends le risque.

17/05/2010

shofar...ou chofar

( blog encore en congés...)

Avant de fermer ma valise, j'ai eu envie, vite fait, de raconter cette histoire, un peu tordue je l'avoue.

shofar.jpgDans un virage, pas très loin de chez David, une voiture quitte la route pour une raison indéterminée. Le chauffeur est transporté à l'hôpital mais, rassurez vous, rien de grave. Les gendarmes interrogent David:

- A quelle heure a eu lieu l'accident?

- Quand le shofar a sonné.

- Le shofar??? C'est quoi le shofar?

- C'est un shofar, tiens!

- Si tu ne dis pas immédiatement ce qu'est un shofar, putaing ( c'est un gendarme gascon), je te mets en prison!

- Eh bien, dit David, un shofar c'est... une trompette.

- Et bé voilà... Pourquoi ne l'as-tu pas dit tout de suite?

- Parce que ça n'est pas une trompette.

( je vous avais averti)

17:18 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (2)

14/05/2010

bei mir bist du schön

(Blog en vacances de longue durée)


podcast

dubout11.jpgPour celles et ceux qui ne lisent pas l'anglais, je traduis le titre: pour moi tu es la plus belle... ce qui n'est pas forcément un compliment. Relisez et analysez: alors? Je ne connais pas le texte de la chanson et ne peux donc porter un jugement sur le sens ambigu de cette déclaration. L'essentiel, direz vous, est que l'auteur soit satisfait. La personne à qui il s'adresse de la sorte m'est inconnue. Serait-elle à mon goût? Pour ne rien vous cacher, comme dirait mon ami Robert Val, je m'en balance.

Au cours de cette répétition où nous étions particulièrement en forme ( celà s'entend), nous nous sommes livrés à un exercice vocal exceptionnel que nous n'avons pas renouvelé en public après avoir entendu ce que j'ose vous proposer aujourd'hui... profitant de mon absence.

16:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

12/05/2010

It don't mean a thing...

Blog en congés annuels...


podcast

Un swing de Ducke Ellington que nous interprétons quelque part, en public.

18:19 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

09/05/2010

exactly like you...


podcast

Je n'ai pas emporté la clarinette dans mes bagages. Elle me manque!

Ce morceau a été répété et enregistré au tout début de la création de notre quartet ( trois ans déjà).

Blog en congés annuels...

18:11 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique