logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/08/2010

pause musicale

 


podcast If i had you a été enregistré il y a une dizaine d'années; je suis entouré de David à la trompette et Andrew au saxophone baryton.

Cette fin d'été est douce, comme la ballade que nous interprétons. Douces aussi les couleurs de ce petit matin au bord du canal. Il est sept heures; la vaste plaine boétienne s'éveille...

FIN AOÜT 5.JPG

 Je rentre de ma promenade et ouvre mon journal. Un titre attire mon attention: Une clinique de ....... refuse l'accès aux soins à un sans papier qui meurt sur le parking d'un infarctus. Monsieur Mariani, député, est placé en garde à vue... Je ne vois pas le rapport. Franchement. Voilà une nouvelle qui gâche une journée pourtant bien commencée.

  

18:45 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

30/08/2010

pruneau show

Cette note a déjà été publiée l’année dernière. Je change tout de même quelques mots

C'est fini; le grand évènement agenais, sixième édition, vient d’avoir lieu. La presse locale en faisait sa « une » depuis quelques jours préparant psychologiquement l’autochtone à vivre un WE inoubliable sur le thème de la prune et de son dérivé, le pruneau. C’est ce que nous appelons, depuis cinq ans le Pruneau Show, appellation originale quand on sait qu’ont été distribuées gratuitement 15 tonnes de prunes chaudes; à quelques noyaux près.medium_graffitis_de_wc_pruneau.JPG


On connaît les effets de la prune et notamment de la prune chaude recommandée par le corps médical à tout patient chroniquement constipé On avait donc heureusement prévu la réhabilitation exceptionnelle des WC publics et l’installation de sanisettes gratuites ( évitant ainsi la recherche fastidieuse et prolongée de la monnaie adéquate).
Les chaussées furent progressivement recouvertes d’un tapis brunâtre et visqueux car les noyaux, figurez-vous, ça ne s’avale pas. Utilisés comme projectiles, de joyeuses bagarres de quartiers ont été organisées mais on ne déplore que des glissades avec entorses et fractures; pas de décès. La mairie avait d’ailleurs invité les femmes enceintes, les vieillards, les unijambistes...à rester tranquillement dans leur appartement. Roro et moi, prudemment, n’avons pas quitté Boé durant tout le ouiquin..

 Le nettoyage des places et des rues va nécessiter un recrutement important de chômeurs ( on en trouve désormais en abondance) et l’armée prêtera main forte aux employés municipaux afin que la rentrée de cette semaine puisse s’effectuer dans les meilleures conditions. Il faut aussi, à tout prix, éviter que les noyaux soient récupérés par certains individus malveillants qui utiliseraient les amandes à des fins meurtrières car, certains l‘ignorent, ces amandes contiennent de l’acide cyanhydrique. Je compte sur votre discrétion.

J'ai agrandi l’image et modifié tout de même quelques graffiti à cause des enfants et personnes sensibles ou constipées qui parcourent mes notes.

18:16 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

29/08/2010

Eloge

P1030189 bis.jpgMa clarinette voyagea elle aussi en terre Basque: je savais que mon amie Maïté aimait écouter, comme beaucoup, la très célèbre « petite fleur »  et je comptais la lui offrir à la fin du repas auquel nous étions invités. Une surprise pour elle. Oui; j’ai oublié de vous dire que Maïté et Raymond fêtaient leurs noces d’OR. Un évènement de plus en plus rare à notre époque…

Donc, le moment venu, après le dessert, je déballai l’instrument et interprétai cet air aussi bien que je pus ( pas facile après de telles agapes!), avec beaucoup d’émotion dans les graves, de lyrisme dans les aigus, de trémolos dans les médiums, dans un silence respectueux, à la limite du religieux. Je terminai sur une harmonie en si bémol majeur, dégringolant la gamme avec légèreté, notes et pétales confondus pour un atterrissage en souplesse sur le sol. Un succès! Les mariés en or m’embrassèrent, la larme à l’œil, les convives applaudirent avec discrétion. Je rejoignis dignement ma place. Raymond tapa sur son verre avec autorité ainsi qu'avec la petite cuillère du dessert, se leva en s'appuyant sur le rebord de la table et dit:

- Nous avons parmi nous aujourd’hui, outre mon ami le plus fidèle depuis un demi-siècle, le meilleur clarinettiste que le monde du jazz ait connu depuis Sidney Béchet.

- Et voilà, marmonnai-je dans ma récente barbe, encore des restrictions !

Bien entendu je fis en sorte que personne ne remarquât ( !) ma légère déception, remerciai mon ami, saluai avec modestie les convives et  me rassis dignement.

27/08/2010

la mer


podcastNotre quartet va reprendre très prochainement ses répétitions. Ce soir-là, nous avons eu envie de prendre la mer, celle de Charles Trénet. Le vent étant favorable, nous avons atteint assez vite les côtes espagnoles que vous pouvez distinguer dans une légère brume.

IMG_1282 bis.jpg
Hier, justement, nous étions chez nos amis d'Anglet. Le temps nous a été favorable: 30 degrés au lieu des 40 enregistrés à Boé. Nous avons mis trois heures et demie pour revenir, soit une heure de plus qu'habituellement. Il y avait un de ces bouchons sur l'autoroute! Heureusement que notre voiture est équipée de la climatisation. Je l'ai utilisée, j'ose l'avouer. Quel progrès tout de même! Certains diront que ça n'est pas écologique. Certes. Je suis d'accord. Mais tout de même, quand il fait aussi chaud! Enfin... nous sommes sains et saufs et c'est l'essentiel. Mais fatigués. D'ailleurs, après ces nouvelles qui devraient vous rassurer sur notre état, je vais aller faire une petite sieste.
Bien des choses...

15:46 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

24/08/2010

i've found a new baby


podcastNous prolongeons notre séjour à Marciac ( sur le vert ou podcast noir). Il reste encore quelques enregistrements que je diffuserai de temps en temps: quand on a la flemme d'écrire c'est une solution bien commode. Si, en plus, celà fait plaisir à certains, me voilà ravi! A l'heure où vous écoutez, j'espère, cette version d'un incontournable classique de la Nouvelle Orléans ( je suis certain que l'ami Chap vous donnera la date de cette composition et je l'en remercie) nous serons, pour un court séjour, dans le pays basque. J'enverrai une carte postale. Promesse...de gascon.

19:42 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

23/08/2010

dragons

Le titre de cette note pourrait être provocateur... si j'avais écrit « draguons ». Certains vont être déçus, je le sens.

 

Depuis tout petit déjà, je m’intéresse aux dragons; je suis même possédé par les dragons. Je lis beaucoup de contes chinois de dragons, je ne vais au cinéma que si on projette un film sur les dragons ( j’ai vu récemment « chasseurs de dragons » : ça fait peur mais c’est beau), pour la télé, itou. Je rêve aussi de dragons... Forcément, me direz-vous.

Une nuit, je fus poursuivi par un dragon très vilain et très méchant et je n’ai eu la vie sauve qu’en plongeant dans le canal. Résultat, je me suis réveillé en nage. N’empêche que ça fiche la frousse.

Aussi ai-je décidé, il y a déjà pas mal d’années, de prendre des cours afin de combattre les dragons et les tuer si possible. Je me suis inscrit chez un certain « Zhu quelque chose » qui avait laissé un prospectus dans la boîte aux lettres: c’est très cher mais ça vaut le coup car l‘entraînement est intense. Le problème, c’est que je n’ai jamais rencontré de dragon; en vrai. Je ne sais pas si je vais continuer...

PS: je n'ai pas, évidemment, de photo de dragon pour compléter cette note. Mais peut-être en rencontrerai-je un, prochainement en pénétrant dans la glacière de Boé. Chuuuuuut….

IMG_2295.JPG

22/08/2010

la cane de Jeanne

http://www.dailymotion.com/video/xef1v6_la-cane-de-jeanne...

Cette vidéo est ancienne; une dizaine d'années peut-être. En avril prochain, Boé si Boé la fêtera ses quinze ans. Pour une asso, ça n'est pas si mal, non? Nous reprendrons quelques unes de nos chansons et nous les interpréterons certainement d'une façon différente car nous ne manquons pas d'imagination, vous le savez. Pour celle-ci, j'envisage une ambiance plus marché fermier. Nous demanderons à Monique de tenir, une nouvelle fois, le rôle de la Jeanne. Elle le fait si bien. Je ne changerai pas grand chose à l'arrangement musical à tendance blusy car cette chanson de Brassens est infiniment triste. C'est du vécu comme on dit. Bon; vous le saviez. Mille excuses!

la cane de jane.jpg

18:54 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1)

21/08/2010

ce WE

DSCN0784.JPGA l’ombre des érables fatigués, entre canal et jardin, c’est encore supportable. Je parle de la canicule. De nouveau, des degrés plus qu’il n’en faut aux organismes vieillissants. On en prévoit 35 ou 36 ce samedi après-midi dans notre vaste plaine boétienne. La tomate, plutôt timide ces derniers jours, reprend des couleurs sans le recours à des artifices désormais bien connus, stimulations grivoises, sollicitations érotiques … dont j’ai vanté l’efficacité dans une de mes notes, autrefois.

Dans le journal le Sud- Ouest, des nouvelles pas très marrantes: du chômage, encore du chômage, des roms qu’on expulse... Vous savez aussi bien que moi. Merde, quelle époque... Je plie ce putaing de canard. Ces tourterelles turques sont insupportables avec leur crouououou  crouou cou ininterrompu et monotone. Pourquoi ne pas les chasser elles aussi ! J’écrirai au maire.

-  Tiens... la famille Enfaillite vient d'avoir une fille, dis-je à Roro qui relit « E=MC2 mon amour ».
- Je ne connais pas.
-
Ce n'est pas grave... Sais-tu comment ils l'ont appelée ...leur fille?
- Comment veux-tu que je le sache puisque je ne les connais pas!

Elle m'énerve!
- C'est pour rire! C’est une histoire! Tu dis un prénom, celui que tu veux! C'est pas compliqué, NON!
- Bon... Olga?...ça te va? ( Olga, c’est le nom de la chienne de notre voisine; elle ne s’est pas foulée Roro!
- Non; ils l'ont appelé Mélusine.
- Et alors?
- Et alors, et alors... Mélusine Enfaillite, ça ne te dit rien?

La voilà qui se marre; enfin! Un groupe de courageux cyclistes passe sur la piste:

- Elle est pas belle la vie, lance l’un d’eux?

Si on veut, pense-je. Je crois que je vais aller écrire une petite note, histoire de me détendre un peu... Et, dans le bureau, il fera plus frais qu’ici.

20/08/2010

blue my naughty sweetie


podcastRestons encore à Marciac avec, pour changer et malgré la canicule, un peu de saxophone... ( toujours sur le vert ou le podcast si ça ne marche pas, comme chez moi). Epuisé sans doute, je termine à la clarinette. C'est une animation: nous atterrissons un peu en catastrophe!

 

18:57 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

19/08/2010

Dominique


podcast

numérisation0038.jpg

Nous prolongeons notre séjour à Marciac…

A peine avions-nous terminé de jouer Swett Georgia Brown que Jean- Pierre, invité à faire le bœuf avec nous, se leva et, son soprano sous le bras, rentrant un peu le ventre, se dirigea vers un groupe de personnes qui nous écoutait depuis un bon moment. Il me fit signe de le rejoindre.

- Je vais te présenter, me dit-il. Dominique ( il s’adressait à une dame d’un certain âge mais dans un excellent état de conservation ) voici Henri, un des meilleurs clarinettistes de la région. Mais si, mais si, ne soit pas aussi modeste ( je baissais la tête, gêné tout de même!). J’ai connu Dominique au Lycée d’Auch ( il me fit un clin d’œil, en douce). C’était le bon temps, n’est-ce pas Dominique?

Dominique paraissait embarrassée.

- Mais, monsieur, je ne me souviens pas très bien… Vous étiez prof de quoi?

Je rejoignis le groupe pour un nouveau morceau.
Plus tard, dans la soirée, Jean-Pierre m’avoua que cette Dominique et lui … Quel faux jeton cette nana!

Plus tard, Jean-Pierre raconta cette petite histoire en chanson. Nous l’avons interprétée ensemble, lui au soprano et au chant, moi à la clarinette. C’est l’enregistrement que vous pouvez entendre sur cette note.

 

18:39 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

18/08/2010

incivilité

canisette 1.JPGMonsieur le Maire,

 

Vous savez combien je déteste la délation. Pourtant, certains actes sournois, s’ils ne sont point portés à la connaissance des autorités compétentes , en l’occurrence vous, Monsieur le Maire, pour ce qui concerne ceux commis dans la vaste plaine communale de Boé dont vous avez la charge, ces actes donc ne sont pas sanctionnés,  perdurent, irritent et font du tort à tous vos honnêtes administrés dont je suis un fier et dévoué spécimen… ( la phrase est un peu longue mais dit bien ce qu’elle veut dire). Je voudrais aussi vous éviter ( nous éviter) les sanctions sévères (?) qu’une prochaine loi déterminera à l’encontre des cités dont le laxisme serait connu vis-à-vis des actes de délinquance, loi que monsieur Estrosi compte faire voter: si j’étais député, je lui apporterais ma voix sans aucune hésitation.

 Mais, de quoi s’agit-il donc?

Vous savez que je marche tous les jours au bord de notre canal. Je passe donc par la halte nautique où vous avez fait aménager il y a quelques mois déjà, à grands frais sans doute, cet agréable espace décoré par des chiens de couleurs vives, roses et verts, du plus bel effet. Et bien, ce matin, un vieux monsieur y a fait pénétrer son chien, lequel, après avoir tourné en rond pendant quelques minutes, a déféqué sans vergogne sur les cailloux gris. C’est la première fois que je vois cela monsieur le Maire! Il faut prendre des mesures rapidement car, des chiens, aux abords de la halte nautique, il en passe beaucoup. Imaginez qu’ils suivent ce mauvais exemple!

Je suggère donc de fermer avec un portillon, de remplacer les cailloux par du sable afin que nos chers petits puissent, plus confortablement et en toute sécurité, édifier des châteaux et autres monuments. Les mamans et les nourrices vous en seront infiniment reconnaissantes.

Une prochaine fois, je vous parlerai des distributeurs de poches plastique plantés ici et là le long de la piste de promenade… Mais je ne veux pas abuser de votre temps précieux.

Votre dévoué…….

canisette 2+.jpg

 

 

PS: je soupçonne le monsieur du chien d'avoir, ni vu ni connu, posé

cet écriteau! Je l'ai enlevé, vite fait bien fait et le tiens à votre disposition . Cet homme est un provocateur, croyez-moi!

 

18:29 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

17/08/2010

wabash blues


podcastCliquer sur le vert ou sur podcast

- Connaissez-vous Wabash blues, me demande la dame plantée depuis un bon moment devant notre orchestre, se trémoussant en cadence, tapant des mains à l’anglaise (sur le deuxième et quatrième temps de la mesure, comme il se doit), applaudissant à la fin de chaque chorus ( ou improvisation, si vous préférez)… Une mélomane, en déduis-je pertinemment.

Evidemment que nous connaissons Wabash blues !

ça déménage.jpgSans me faire prier, j’attaque le morceau à la clarinette. Tiens… mais où  est donc passé Dédé? Il a posé sa trompette et sans avertissement a quitté les lieux. Une urgence. C’est vrai que cette chaleur incite à boire sans modération car il faut souffler dans l’instrument. Pendant trois heures et plus! Et quand on ingurgite beaucoup de bière, mieux vaut prendre des précautions. Il n’est plus très jeune Dédé, vous savez… Donc, je développe le thème, j’improvise à n’en plus finir. Enfin, le voilà. Le ton monte. Les fourchettes battent la mesure sur les verres et les assiettes, les encouragements fusent ici et là, des couples dansent sur la place, la dame … a disparu!

Tiens, voici Jean-Pierre et son saxophone soprano. Pour le prochain morceau, je l’inviterai à faire le bœuf . Je serai peut-être obligé de le prier car c’est un modeste, pas du genre à s’installer sans autorisation, à jouer sans arrêt, à t’emm empoisonner la soirée comme le font certains, heureusement peu nombreux, qui ne sont même pas parmi les meilleurs, pas capable de jouer correctement saint james infirmary ou royal garden blues ou... La qualité de l’orchestre en pâtit! Il faut les virer. On y met les formes mais au bout d‘un certain temps, on les vire.

Bon, le prochain morceau, ce sera quoi? Car il en reste un certain nombre dont j’ai retrouvé les enregistrements et que je diffuserai même si le festival est désormais terminé…

 

 

17:34 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

16/08/2010

Abbey Lincoln

Une grande chanteuse de jazz vient de mourir, une militante aussi, engagée avec acharnement pendant toute sa vie dans la campagne pour une reconnaissance des droits civiques. Bravo Madame. Mais ça n'est pas gagné, hélas!

http://www.dailymotion.com/video/x25trl_abbey-lincoln_cre...

19:43 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

15/08/2010

i got rythm


podcast( si ça ne marche sur le vert, essayez le podcast noir)

caveauhuchette ronis.jpg

J’ai toujours aimé jouer cet air de George Gershwin. Il permet des improvisations à n’en plus finir: il suffit de te laisser porter par une section rythmique particulièrement efficace, swinguant à la perfection; comme ce soir, à Marciac. Vous les entendez mes trois complices? Quel tempo

Après avoir posé la clarinette pendant le solo de trompette de Dédé, voilà que me prend, irrésistiblement, une envie de scat. Les onomatopées s’enchaînent. Le public aime, manifeste son enthousiasme, j’en rajoute, je cabotine

ronis2.jpgQui donc me fait des signes amicaux parmi les curieux plantés devant l‘orchestre??? Mais qui donc est-ce??? GEORGETTE, mais oui, c’est GEORGETTE! On se reconnaît; je lui souris.

Georgette, je ne l’ai pas revue depuis des années. Elle est restée à Pimpous, boulangère du village. Nous avons fréquenté ensemble l’école communale. Même qu’au cours moyen… Bref; ça n’est pas le sujet. Et puis, il y a tellement longtemps…Elle s’était plus ou moins fiancée avec le copain Firmin qui était parti pacifier l’Algérie en même temps que moi. Il lui écrivait tous les jours sauf quand il crapahutait dans les Aurès, bien sûr. Un soir, lui qui n’avait jamais réussi à tirer sur un fell car il n‘en avait jamais vu même après des mois à essayer de les débusquer dans les montagnes, il reçut, au cours d’une embuscade, une balle en pleine poitrine. Il en est mort. Chaque année, le 11 novembre, son nom, gravé sur la plaque du monument aux morts de Pimpous, est cité par le garde-champêtre: Firmin  Tirelou, 1938-1961, mort pour la France. Pour se consoler, Georgette s’est mariée avec le facteur, celui qui lui portait presque tous les jours les lettres de Firmin. Gustave, il s’appelle. Il avait été réformé car, pendant les trois mois de classes, à Tours, il pissait au lit. Toutes les nuits.

Fini i got rythm; je me lève pour biser la boulangère.

- Tu n’as pas changé!

- Et toi non plus tu n’as pas changé! Si tu passes un jour par Pimpous…

- Mais oui; promis!

Et voilà…

( les photos sont de Ronis)

 

 

15:16 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

14/08/2010

les rues d'Antibes


podcast  Vous cliquez sur le noir ou sur le vert, comme vous voulez . Les morceaux diffusés sur ce blog peuvent être copiés, s'ils vous intéressent vraiment ( ce qui est tout de même flatteur pour ma modeste personne!) . Vous les identifiez "laissezjazzer" tout simplement. Leur qualité est diverse car ils sont enregistrés souvent en plein air, parfois en concert, toujours avec un matériel d'amateur.  

Les rues d'Antibes à Marciac... ça commence comme une marche et ça se termine en swing. Mon improvisation n'en finit pas. En forme le clarinettiste, ce soir-là! Vous avez, j'en suis certain, relevé une citation. Quézaco, demandez-vous? Dans un bouquin, dans un discours...on connaît; mais dans le domaine du jazz? C'est une phrase musicale souvent très courte, qui arrive, comme ça, inopinément, dans les doigts du musicien: la Marseillaise, l'Internationale... ou, comme ici, un paso doble dont, je suis certain, vous connaissez les paroles de carabin (oui, oui, je sens bien...écétéra). L'avez-vous repéré?

11:29 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique