logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/03/2011

des larmes

Mon copain Gaston avait épousé une blonde tout à fait ordinaire, un peu fadasse même à mon goût, mais, vous savez, question blondes, quand on a connu Marilyn, on ne peut être que très exigeant.

Le temps passa, les gouvernements se succédèrent et nous nous fréquentâmes de moins en moins. En effet, je ne partageais pas les mêmes valeurs que cette femme ( fort intelligente au demeurant) et voulais éviter de me brouiller avec Gaston qui est un brave mec, un peu con tout de même, il faut le reconnaître. En plus, elle ressembla hélas peu à peu et de plus en plus à son père, un type que j’ai toujours détesté surtout quand il parlait fort, longtemps, se gargarisait de grossièretés, postillonnait, surtout quand il chantait ( hurlait devrais-je dire) la Marseillaise, version légion étrangère en compagnie de ses amis fort peu recommandables croyez-moi.

Souvent, la nuit, le copain était réveillé par sa femme qui, endormie, se mettait à hurler, vociférer, cracher même.

- Rentrez chez vous bande de bons à rien,  embarquez dare-dare dans le charter, dans la chaloupe… allez, ouste! La France aux français, la Bourgogne aux escargots…etc.

Pour la calmer, une nuit qu’elle était plus agitée, plus excitée que d’habitude, Gaston lui fit l’amour pendant son délire pensant ainsi la calmer. S’il était un peu con ( je vous l’ai déjà dit), il avait tout de même un bon fond et tout en la bai pendant ces ébats pas tellement glorieux ( je passe sur les détails qui ne vous intéressent pas), comme il en avait gros sur la patate comme on dit , il se mit à pleurer. Ses larmes tombèrent, floc, floc, sur le visage de la blonde ce qui eut pour effet semble-t-il et entre autres de la calmer. Elle se passa la main sur le front, les joues… Il alluma la lampe de chevet et ô, surprise, miracle de l’Amour, la blondasse s’était transformée en une sorte de fée, superbe, éblouissante même, au regard intelligent, malicieux comme celui de…Sophia Aram*, tiens!

Voilà la belle histoire que je voulais vous raconter aujourd’hui, une sorte de message d’espoir…

* Je l’ai entendue cette semaine: elle a raison, les « gros cons » ça existe. Brassens l’avait chanté avant elle.

jardin avril 2007.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le myostis et le pâquerette envahissent le jardin, je ne peux pas tondre. Je ne le fais toujours qu'au dernier moment, à contre-coeur et à cause du voisinage. Je suis un sentimental me dit Roro.

17:56 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Bonsoir Henri
Si ta note devait être un tableau ,je pense que ça serait une peinture marine !
C'est curieux ,je connais également un blonde qui ressemble étrangement à la femme de ton copain Gaston !Mais la mienne n'est pas marié .Elle a un compagnon qui s'appelle Louis ,je crois...
Mais ça ne m'intéresse guére .Je préfére de beaucoup écouter France inter ,le matin et particuliérement un peu avant 9h .Sophia ,qui n'a rien d'une lorraine (référence à Jeanne !)m'enchante par ces billets bien ficelés et plein de justesse d'analyse ...Vive Brassens !!!
Amitié
Jacques

Écrit par : Jacques | 25/03/2011

Coucou du soir !

Bon , je passe l'histoire de la blonde , je préfère admirer le jardin aussi ,
tu as raison de ne pas tondre les fleurs .

Bonne soirée à vous deux bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 25/03/2011

Pourtant, elle avait raison, la blondasse : la Bourgogne aux escargots, Mars aux Martiens, l'Inde aux Indiens (lesquels ?), Johnny au zoo de Vincennes, le coq au vin (ou le coq au rico) etc...
Le regard de Sophia Aram me fait penser à celui d'Audrey Tautou.

Bonne soirée,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 25/03/2011

Belle note et beau jardin gascon ,mais j'ai pas vu les tomates qui commencent à murir.Bises à ta belle.

Écrit par : heraime | 25/03/2011

Ton copain Gaston aurait pu chanter les amours d'antan : Mon prince, on a les dam's du temps jadis - qu'on peut...Car le cœur à vingt ans se pose où l'œil se pose. Le premier cotillon venu vous en impose. La plus humble bergère est un morceau de roi.
Mais le temps ne fait rien à l’affaire,quand on est con, on est con.

Je n’ai pas cité cette chanson dans ma note anthologique des chansons de Brassens.

Myosotis et pâquerettes font un parterre printanier. Laisses-les donc se fâner, tu auras le
temps de les couper.

Bises

Écrit par : pimprenelle | 26/03/2011

Aprés ton histoire gatonnade...on ne peut qu'avoir l'espoir au coeur. Mais surtout, laise pousser les petites fleurs dans ta pelouse....ne les écrase pas, Roro comprendra, j'en suis
sûre.

Bon dimanche de préparation studieuse....


Bises à vous deux..

hélène

Écrit par : hélène | 26/03/2011

Tele père telle fille ....
Je préfère ton jardin qui ressemble aux sous bois de mes Ardennes Laisse les fleurir en toute quiètude Il sera toujours de les tondre quand elles seront fanèes
un homme sentimental! j'aime ça
Bon dimanche à vous deux Bises
Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 26/03/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique