logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/05/2011

un coup monté...

canards+++.JPGJ’ai des doutes…Ne serait-ce pas un coup monté? Rappelez-vous le Monicagate de 1998, cette affaire de rapports érotiques entre Bill et Monica. Que s’est-il passé après la publication du rapport d’enquête établi par le procureur indépendant Kenneth Starr et les fameux aveux publics de Bill devant le Grand Jury ( aveux diffusés in extenso à la télé) : la popularité du Président américain subit une hausse remarquable atteignant même les 66% d’opinions favorables, pourcentage paraît-il jamais atteint dans l’histoire des Etats-Unis. Le 21 septembre 1998, le jour même de la diffusion de l’audition, cent-quatre-vingt-cinq chefs d’Etat réunis à l’ONU gratifièrent le saxophoniste d’une ovation debout. Je n’invente rien ( vous trouverez certainement). Et en novembre de la même année, les élections furent largement favorables aux démocrates. Et oui!

Alors, s’il vous plait, je vous en prie, comme disait Desproges, permettez moi d’être dubitatif. Je dis à ceux* qui se réjouissent déjà qu’ils risquent d’être déçus. Tout est possible. Hélas**…

Un coup monté, oui, pourquoi pas? Si on en parle autant, ça n’est pas pour des prunes. Tiens, d’ailleurs, ce sera ma seule note sur ce sujet.

*certain copain se reconnaîtra .

** à interpréter selon votre sensibilité

Allez...un peu de fraîcheur:

http://youtu.be/gHCJ6-i05ZA

23/05/2011

ma maison de rêve


podcastRicet Barrier vient de mourir. Boé si  Boé la n'a chanté ni la servante du château, ni les vacanciers, ses chansons les plus connues du grand public semble-t-il. Mais nous avons dans notre répertoire la marchande de poissons, Dolly 25, Stanislas... Je proposerais volontiers cette maison de rêve interprétée ici par les Frères Jacques. Ce soir, répétition: nous en parlerons sans doute.

IMG_2926.JPG
c'est juste derrière chez nous

Ma maison de rêve... Mercredi, je demanderai à Antoine: "s'il te plaît, dessine-moi ...une maison". Je ne suis pas certain qu'il en aura envie. Il a passé l'âge des maisons. Des scènes de baskette, de rugueby... d'accord. Pour me faire plaisir il en bâclera peut-être une en quelques coups de crayon. Je crois que je vais lui éviter cette petite corvée. Ma maison de rêve...C'est quoi, pour vous? Le boétien de la plaine qui avait l'habitude de séjourner au milieu des grands champs d'oignons et s'y trouvait fort bien, sera-t-il tenté par la cabane au Canada ou le château en Espagne ( si c'est un nanti) ou la maison bleue quelque part ...lorsque la ligne LGV passera à quelques centaines de mètres de sa résidence actuelle. Peut-être, comme dans la chanson, aimera-t-il ce nouvel environnement de bitume, de ponts, de voie ferrée ...de bruit. Ou bien, enviera-t-il le propriétaire du (modeste) pavillon situé au Km 103 de l'ex-chemin de halage, propriétaire qui, lui, a le toupet de regretter le teuf-teuf matinal des grosses péniches...Ma maison de rêve... C'est quoi, une maison de rêve? Aujourd'hui comme ci, demain comme ça.  Aujourd'hui au km 103, demain aussi! J'ai demandé à Roro; elle partage mon point de vue. Sous réserve d'aménagements intérieurs, évidemment! Ah, les femmes...jamais totalement satisfaites.

20/05/2011

à la carte...

elle est où....jpgJ’avais lu dans une très sérieuse revue scientifique qu’une carte à puces dite « conjugale » avait été mise au point aux Etats-Unis. Elle est incrustée derrière l’oreille ( une intervention chirurgicale bénigne est nécessaire) de l’épouse ou autre concubine ou amie… Impossible donc de l’enlever sauf nouvelle intervention bien entendu. Seul, le mari ou autre… connaît le code d’accès qu’il compose sur une télécommande quand il veut honorer la dame afin que la chose se déroule dans les meilleures conditions. Sinon, le passage à l’acte déclenche toute une série de manifestations dites physiologiques :quintes de toux, odeurs désagréables, électricité statique, fou rire, sanglots, pleurs… Impossible dans ces conditions de poursuivre les ébats à peine ébauchés quel que soit le degré d’excitation !

Si le code est oublié ? Que faire ? Je ne sais pas.

J’avais déjà diffusé cette information en son temps au cas où…

Du nouveau : on étudie actuellement la mise au point d’une carte pour homme car , évolution plus ou moins favorable des mentalités, le péché d’adultère ne serait plus, paraît-il, l’exclusivité de la gent féminine.

Mais l’équipe ( masculine) qui a en charge cette étude rencontrerait des difficultés au niveau de la conception car le fonctionnement de l’homme est, nous dit-on, beaucoup plus complexe. Restons raisonnablement patients…

15:00 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (8)

16/05/2011

infos dominicales

très tôt.JPG

Ce dimanche matin, il n’est que sept heures quand j’entreprends ma marche quotidienne au bord du canal. J’aime bien: personne ou presque sur mon trajet aller et retour d’une heure ( cinq kilomètres au total ce qui prouve que l’allure est relativement soutenue… non?). J’écoute France Inter: un petit poste de radio est glissé dans la poche de ma veste, sur le cœur. Point d’écouteurs car j’aime entendre aussi les chants des oiseaux et autres bruits de la plaine. Justement: au milieu du canal une cane cancane avec indignation fouettant l’eau à tour d’ailes, poursuivie par un mâle en mal d’amour…Elle en a vraisemblablement marre, la cane, des assauts répétés de ce volatile insatiable!

La météo prévoit une amélioration: les orages se dirigent vers le massif central. Tant mieux, les tomates ont été suffisamment arrosées. Les infos…QUOI! PUTAING… C’EST PAS VRAI! J’Y CROIS PAS! Quelle nouvelle! Quand Roro va l’apprendre, ça va lui faire un choc!

Je rentre. Elle a l’air désemparée…

- Tu es au courant, demandé-je?

- Hélas, oui… Quinzième! Il méritait mieux que ça!

Oui… Amaury, notre ténor, quinzième à l’Eurovision de la chanson, c’est tout de même décevant. Voilà qui n’a pas embelli notre dimanche!

Le reste des infos? Je ne sais pas…

11/05/2011

un fléau

Les hommes trop beaux sont le fléau des femmes

C’est ce qu’affirme Gilles Leroy que je lis actuellement ( son roman, Zola Jackson, est, croyez-moi, fort intéressant). Pour ce qui est de la citation, je ne suis pas convaincu. Aurais-je donc, sans le savoir, sans même le soupçonner, provoqué quelques désastres ici et là. J’essaie de me souvenir… j’aimerais me souvenir. Il faudrait que j’entreprenne des recherches pour en avoir le cœur net, pour me rassurer. Mais comment m’y prendre pour conserver à cette démarche un caractère secret, confidentiel. Et… imaginez que j’apprenne que Marylin s’est suicidée à cause de moi! Ce n’est qu’un exemple. Mais, vous savez, j’ai eu des doutes. Mieux vaut rester dans cette incertitude car j’aurais de terribles regrets…

Oui, mais, comment, dans ces conditions, poursuivre l’écriture de mon autobiographie? Si cette citation s’avérait fondée, il manquerait beaucoup à mon récit, peut-être même l’essentiel. On vit sa vie, on fait ci, on fait ça, on rencontre, on s’éloigne… sans se soucier des dégâts collatéraux ( formule d’actualité) que l’on a causés sur son passage. Vous me direz: si nous devions nous préoccuper de la vie, de la survie, des gens que nous avons fréquentés! D’accord… mais, tout de même!

Finalement je crois que je vais abandonner l’idée de l’autobiographie et m’essayer à un polar. C’est peut-être plus facile pour moi car, à défaut de mémoire, j’ai encore un peu d'imagination …

Le roman de Gilles Leroy a pour cadre La Nouvelle Orléans en août 2005. Rappelez-vous: l'ouragan Katrinia...Nous avions visité cette ville peu de temps avant. Nous n'y reviendrons pas! Qu'est devenu le jeune trompettiste de ma diapo?

louis IMG_0006.JPG

18:11 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (10)

09/05/2011

y a des solutions...

IMG_2121.JPG

La semaine dernière, la sirène d’alarme de Golfech a retenti dans la vaste vallée. Comme cela est inhabituel, les villageois sont sortis dans les rues, sur les places, les squares, les jardins…Même pas inquiets, paraît-il. Curieux, perplexes, oui, mais pas du tout inquiets. De toute façon, ils savent qu’il n’y a aucun risque. C’est ce que m’expliquait, au moment de l’installation de la centrale, un copain prof dans l’enseignement technique à qui je montrais mon total manque d’enthousiasme.

 

- Avec des inquiets de ton espèce, nous n’aurions jamais fait rouler les machines à vapeur…

 Honte à moi! Bon: c’était une fausse alerte provoquée par on ne sait pas quoi. La deuxième fois en une vingtaine d’années, y a pas de quoi en faire un fromage. A la prochaine, les gens resteront dans leur maison. C’est d’ailleurs ce qu’ils feront de mieux!

Un autre copain qui a travaillé à Golfech me disait que ses anciens collègues risquaient de se faire réprimander! Peut-être va-t-on carrément neutraliser cette putaing d’alarme. Voilà la solution.

Je lisais qu’autour de Tchernobyl, on cultive des champignons lesquels absorbent les produits radioactifs et les métaux lourds. Evidemment, il n’est pas conseillé de les cueillir et, surtout, de les consommer. On commence à reboiser les coteaux gascons ( la vaste plaine étant réservée aux oignons) en prévision d’une hypothétique, je dirais même improbable catastrophe. Encore un excès de prudence qui ne peut qu’alarmer les populations locales si on les informe.

Chaque matin, en me dirigeant  pédibus vers les trois tours situées d’ici étant* à une vingtaine de kilomètres à vol de corneille ( ce qui n’est pas excessif), je peux apercevoir les panaches de vapeur se détacher à l’horizon de Toulouse ( Barbéra est dans la même direction mais trop loin). Cela me rassure.

*expression gasconne qui dit bien ce qu'elle veut dire.

19:39 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

06/05/2011

des honneurs...

  Je m’aime et ça ne fait pas de jaloux, avait, je crois, écrit Boris Vian.

Je reprendrais volontiers cette citation à mon compte. On peut s’aimer tel qu’on est, modestement certes, mais, s’aimer, ça aide. Ce n’est pas une raison pour revendiquer des médailles, des diplômes… non, ça n’est pas mon genre. La légion d’honneur par exemple ne me fait ni chaud, ni froid. On voudrait me l’attribuer que je la refuserais même si on l’a décernée à Yvette récemment, à cause de son accordéon. Ne suis-je pas aussi méritant en soufflant depuis des années et des années dans une clarinette?  Non, ne croyez pas que je suis jaloux… pas du tout, pas du tout. D’autres ont été distingués qui ne savaient même pas jouer du pipeau. Alors… pourquoi pas Yvette.

180px-PeteFountainStatue.jpgPar contre, une statue, cela me tenterait. Non pas pour mes exploits guerriers. Je ne suis pas général. A peine caporal, même plus de réserve. Et je n’ai jamais tué, ni torturé… Une statue, oui, j’aimerais. Justement, on vient d’achever un rond point pas loin de chez moi. C’est un endroit très fréquenté qui me conviendrait. Je m’y verrais volontiers, dans une pose avantageuse, comme le fameux Pete Fountain que j’ai photographié dans un parc de la Nouvelle Orléans. Et, de statue de personnalité  célèbre de notre commune, à ma connaissance, il n’y en a point d’érigée dans notre vaste plaine. Je serais donc le premier… hourra!!!

Le post-mortem m’intéresse peu. J’aimerais tourner autour de moi de mon vivant en allant porter Antoine à l’école par exemple. Je ne sais pas quelles sont les démarches: dois-je adresser une lettre à monsieur le Maire?

Merci de me conseiller.

18:05 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (6)

02/05/2011

perruques


podcast ( cliquer soit sur le vert, soit sur le noir)

Une répétition récente de notre quartet: sur cet air de jazz des années 20, j'ai imaginé des paroles dont la moralité peut être contestée. J'en conviens, mais je m'en balance comme dit souvent mon ami , le juge Robert Val.

roro perruque.jpgCette chanson, ça n’est pas du vécu comme on dit. Je n’ai pas connu de Mado. Certes, Roro a interprété il y a quelques années  le rôle d’une prostituée en chantant avec ses copines la complainte des filles de joie de Brassens. Mais, je vous assure, ce n’est pas elle qui a inspiré ce texte.

Elle portait une magnifique perruque aux reflets bleus et verts produisant le plus bel effet sous les projecteurs.

Parlons perruque...

Le problème de la perruque c’est qu’elle ne change pas de couleur, ne vieillit pas au fil des ans. Au bout d’un certain temps, par exemple on a deviné sans peine que Mr Machin, notre voisin, portait une prothèse capillaire. On ne peut pas tricher. Mais des expériences sont en cours, expériences révélées au cours du dernier colloque annuel des prothésistes à Pimpous ( bourgade gasconne de moyenne altitude). Bientôt, la moumoute, peu à peu, deviendra grisonnante, perdra ses poils…et on deviendra, artificiellement, chauve. Un spécimen serait présenté au prochain concours Lépine. On continuera tout de même l'ancienne fabrication pour les théâtres. Evidemment!

Voilà qui nous éloigne des grands sujets du moment: le mariage, la canonisation, la procréation…Si tout n’a pas été dit, j’y reviendrai dans quelques jours.

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique