logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/06/2011

partageons...

Cette note, laborieusement écrite il y a quelques mois, est diffuseé une nouvelle fois, revue, corrigée, actualiseé... pour de nouveaux/éventuels lecteurs

qué cagnard.jpgMon arrière grand-père Ferdinand fut, il y a longtemps bien sûr, maire de Pimpous, village de moyenne altitude situé quelque part dans notre profonde Gascogne.
Une année, l'été fut très long et tellement torride que toutes les récoltes crevèrent, les pâturages séchèrent, la vache, maigre, affamée, le pis flasque, ne fournissait plus de lait...un vrai désastre! A cette époque, on n’était pas habitué, on n’avait pas encore entendu parler de réchauffement de la planète. On n'avait jamais connu ce phénomène dans cette région habituellement si prospère, qui ressemble tant à la Toscane comme le prétend fort justement l‘italien immigré! Point de stratus, encore moins de cumulo-nimbus … bref, de l'ouest océanique pourtant si proche, rien à espérer, et jour après jour, rien de nouveau. Hélas, avant l’août, la famine fit son apparition et la population courait à une mort certaine si une solution n'était pas trouvée dare dare.
Mais il y avait tout de même dans le village, des gens riches: des gros propriétaires qui possédaient des réserves abondantes dans leur grenier, leur cave, leur hangar...Ces nantis représentaient, à bisto de nas*, la moitié de la population.
Ferdinand décida de prendre le taureau par les cornes avant qu’il ne fût trop tard, réunit son conseil lequel était composé, à nombre égal de représentants de pauvres et de riches. C’est lui, démocrate convaincu, qui l’avait voulu ainsi.
Il fit un long et beau discours, appelant à la solidarité de toute la population, à un juste partage...
Le soir, tard, il rentra chez lui, épuisé.
Sa femme Léontine, inquiète car elle était au courant de sa démarche, lui demanda:
- Alors...tu les a convaincus?
- Oui, dit-il, à moitié.
- Comment cela, à moitié??
- Oui...à moitié. Les pauvres sont d'accord.

*au pifomètre, si vous préférez ( expression gasconne)

…………………………………………………................................................................................................................................................................................................................................

Aujourd’hui, heureusement, un impôt sécheresse résoudrait ce problème s'il survenait de nouveau. Il ne ferait pas pleuvoir, certes, mais il permettrait au petit paysan de survivre et même, d’envisager l’avenir sereinement. Non?

Le dessin est de Pertuzé

18:35 Publié dans humour | Lien permanent | Commentaires (3)

26/06/2011

blouses...enfin, le retour

J’apprends, par un journal bien informé de cette semaine écoulée, que dans une école confessionnelle de Villeneuve sur Lot on assistera, à la prochaine rentrée, au retour des blouses. Elles seront roses et uniformes. Les enfants de la maternelle seront concernés, pour commencer. Leurs parents sont d’accord majoritairement. Les élèves, je ne sais pas. Voilà une memedium_IMG_4601.jpgsure qui satisferait monsieur Darcos s’il était encore ministre car c’est lui qui l’avait préconisée en 2009. C’est lui aussi qui avait imposé la semaine de quatre jours dont on imagine ici et là que ça n’est pas forcément un progrès …pour les enfants.

Si j’émets quelque doute sur le bien-fondé, l’opportunité… du retour de l’uniforme dans les écoles, on dira que c’est à cause de mes idées qu’on jugera pas très catholiques, mon anti militarisme chronique ( j‘ai mes raisons), mes idées de soixante-huitard attardé ( ça sonne bien!)… Je ne crois pas du tout que la blouse, rose ou verte ou… comme vous voulez, puisse être un moyen d’ occulter les différences sociales , que cela permettra plus facilement de se rencontrer, de se découvrir, d’éviter les violences et patati et patata… et blablabla. Je pourrais argumenter longuement, mais, cet aprèm’, il fait presque 40° à l’ombre des érables du bord du canal…

Imaginons qu’à l’école primaire de C…….. ce sujet essentiel soit mis à l’ordre du jour d’un prochain conseil d’école auquel je participerais. Quels débats en perspective! Si on adoptait malgré tout cette disposition, je demanderais, contraint et forcé, que, pour sauver la face, mais surtout dans un souci d’efficacité, de prudence on fasse l’acquisition de la nouvelle blouse anti-nucléaire, sorte de combinaison anti-radioactive. Car Golfech est à deux pas, le savez-vous?

J’ai interrogé Antoine sur ce sujet: il m’ a dit fermement que, dans ces conditions, il refuserait de rentrer au CM1 en septembre. Les soldes ont garni les étagères de son armoire de magnifiques T-shirts…

La légende de l'image de Poulbot:

- Pourquoi que tu viens pas à l'école?

- Parce qu'y faut pas avoir des poux...

16:32 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

24/06/2011

la vingt-neuvième...


podcast

numérisation0004.jpgIl ne s’est pas foulé, le journaliste. Il a pris une photo à la sauvette, m’a demandé qui nous étions ( un trio de jazz, ai-je répondu, évasif ) et il a écrit dans son journal ces trois ou quatre lignes qui nous situent sur le boulevard de la République en chantier, loin des décibels… seuls musiciens ayant osé s’installer à cet endroit que nous avions jugé propice à l‘expression d‘une modeste participation. Car, jouer en acoustique, avec banjo, contrebasse et clarinette ( de temps en temps, un peu de chant et de kazoo), nécessitait un éloignement suffisant des nuisances sonores de la musique amplifiée, trop amplifiée à notre goût. Nous avions fait le bon choix car beaucoup de promeneurs, jeunes et vieux, femmes et enfants, s’arrêtèrent volontiers pour écouter notre musique et s’attardèrent même, étonnés de retrouver à cet endroit l’esprit de la fête telle qu’elle se déroulait il y a presque trente ans!

Roro et Christine, nos agents très secrets, mêlées discrètement aux spectateurs, nous firent part de leurs commentaires: que des compliments!

- Ils ne sont plus très jeunes…mais ils ont la pêche, voilà qui est sympathique, non? Je suppose que j’étais particulièrement visé…

Christine a enregistré avec son MP3, mais elle est tombée en panne de batterie. Nous aurons tout de même ce court souvenir sonore du très classique sweet georgia Brown interprété à un rythme soutenu…

Plus très jeunes certes, mais encore dynamiques…pour faire de la musique!

L’année prochaine, trente ans… Si Thierry et René, mes deux complices sont disponibles, et si… tout va bien, nous renouvellerons j’espère cette expérience.

 

 

17:47 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

22/06/2011

dernières nouvelles de la cité

Je n’avais pas envie d’écrire, ces derniers temps. Mes notes, quasi quotidiennes autrefois, sont devenues laborieusement hebdomadaires. Je devine la déception, l’inquiétude, le désarroi …sans doute, de mes nombreux et fidèles lecteurs.

IMG_3641.JPGL’occasion vient de m’être donnée de réagir, de manifester mon mécontentement: j’arrive à l’instant de la bibliothèque municipale où j’ai rencontré Mme P…. et je suis furax! Cette presque voisine est habituellement de fréquentation agréable, nous nous bizoutons même volontiers, de façon très amicale, à chacune de nos rencontres. Mais voilà que vient de se révéler entre nous un différend à propos du nouveau rond-point dont je vous ai déjà parlé, celui qui se trouve à l’intersection de la rue des Ormes et de l’avenue de Portacomaro… vous voyez. Cette dame ne respecte pas la priorité propre aux ronds-points sous prétexte que celui-ci est mal centré et même, j’ose à peine le révéler, elle roule carrément dessus ce qui lui évite de le contourner par l’entreprise d’une manœuvre serrée, délicate, je l’avoue, mais règlementaire tout de même!

- Imaginez que j’arrive en même temps que vous dans ce rond-point, je fais quoi, chère Madame P…, fis-je, à la limite de l’exaspération.

- Vous me laissez passer!

Putaing, pensai-je, quelle mauvaise foi. Je vais illico informer Mr Le Maire afin d’éviter qu’un drame ne survienne bientôt dans notre paisible commune. Je l’inviterais volontiers à passer un moment à cet endroit, de préférence sur le trottoir: il pourrait constater, comme je l’ai fait moi-même, que Mme P….. n’est pas un cas p.articulier

Voilà ce que j’ai jugé essentiel d’écrire ce soir.

Je vais, sans plus attendre, attaquer le nouveau roman de Christian Oster loin d’Odile, que m’avait réservé fort aimablement notre sympathique bibliothécaire.

PS: des débris de verre jonchent déjà la chaussée… pas facile à photographier.

La fête de la musique? Que des bons moments... Je raconterai peut-être, plus tard.

19:54 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

17/06/2011

reconnaissance...

expo 2011.JPG

- Ce n’est pas juste, marmonna Roro, plongée dans la lecture du journal Sud-Ouest!

Intrigué, abandonnant la lecture de « Comment les fourmis m’ont sauvé la vie »*, j’interrogeai:

- Qu’est-ce donc qui ne serait pas juste?

Agacée, elle me lut, vite fait, l’article qui relatait, avec beaucoup d’objectivité, me semble-t-il, le vernissage du salon des peintres et photographes boétiens, vernissage auquel nous n’avions pu malheureusement participer à cause de notre voyage à Rome. Vous êtes au courant car monsieur le Maire l‘a révélé dans son discours, paraît-il, regrettant sincèrement le fait que je n‘aie pu honorer de ma présence…écétéra…

Donc, voici un extrait ( le plus intéressant) de l’article en question.

...Au rang des photographes, de plus en plus représentés, on apprécie sans mesure le travail d'Henri Barthélémy qui, en voisin du canal latéral à la Garonne, en dévoile tous les charmes quelles que soient les saisons. Il était d'ailleurs largement intervenu pour que le canal soit dignement représenté dans le cadre de l'exposition « L'Agglo expose son patrimoine » avec la photographe Juliette Armagnac...

Je demandai à Roro d’avoir l’extrême gentillesse de me prêter le journal, le temps pour moi de relire l’article… Ce que je fis deux ou trois fois avec délectation.

- Bon… tu mets du temps pour lire quatre lignes!

Roro s’impatientait.

- Et alors? N’est-ce pas mérité…articulai-je avec une émotion difficile à contenir en lui rendant le canard.

- Peut-être. Mais, on ne parle que de toi! Mes aquarelles si patiemment réalisées ne méritaient-elles pas une ou deux lignes? Puisque c’est ainsi, je ne participerai plus…

Elle se leva de son fauteuil, y jeta le journal…une porte claqua.

Je relus l’article…

Aujourd’hui l’exposition est terminée. J’ai récupéré mes arbres qui embellissent de nouveau les murs de mon bureau. Si vous n’avez pas eu le temps de visiter l’espace culturel, vous pouvez venir au km 103 du chemin de halage. Je vous accueillerai volontiers.

J’allais oublier: Roro vous montrera aussi ses aquarelles…!

( je vous laisse car je dois porter une bouteille de Buzet au copain journaliste)

………………………………………………….............................................

*J’ai découvert Lucia Nevaï par hasard. Son bouquin, que je viens de terminer, m’a beaucoup intéressé: l’histoire, le style… Je ne raconte pas car des amis qui me lisent et qui vont acheter le bouquin ( car ils me font confiance) n’aimeraient pas.

Les aquarelles de Roro:

expo 2011- 2.JPG

 

12/06/2011

des nouvelles fraîches

 

 

mini poussin 4.JPGLa borne 103 fut, cela fait une dizaine de jours, honorée de recevoir la visite d’un champion de baskette, gagnant, avec son équipe dite des mini-poussins de Boé, de la finale de la compétition inter-vicinale de la gariguette Vous êtes certainement au courant…

Je lui confiai que son arrière-arrière grand-père serait très fier de lui s’il était encore vivant. Comme je ne l’ai moi-même jamais connu, cela fait belle lurette qu’il n’est plus de ce monde! Ma tante, sa fille, qui frôle les quatre-vingt-quinze balais, m’a appris récemment que Pierre donc, ce grand-père maternel exerçait le métier de haleur. Il parcourait le chemin de halage en compagnie des chevaux de trait qu’il guidait, stimulait, chevaux qui tiraient les lourdes péniches. On en apprend des choses sur le tard!

halage.jpg- Tu vois, dis-je à Antoine, si ça se trouve, ton arrière-arrière grand -père est passé des quantités de fois à côté de cette borne 103...

Quand je pense que je marche quotidiennement sur les traces de Pierre . Quelle extraordinaire coïncidence, non?

N’empêche que mon arbre généalogique se garnit un peu, un petit peu, un tout petit peu. Côté maternel.

................................................................................................................

Je viens de découvrir cette déclaration de Johnny:

On vit une époque terrifiante", dit le chanteur dans un entretien publié samedi par TV Magazine. "Je n'ai pas les détails de l'histoire et je n'aime pas m'occuper de la vie des gens... Je m'aperçois juste que plus on gagne de l'argent, plus on réussit et plus on est la cible de critiques odieuses", ajoute-t-il à propos de l'affaire judiciaire de Dominique Strauss-Kahn.

"J'ai été accusé de viol, moi aussi. C'est une histoire qui nous a poursuivis, moi et ma famille, pendant deux ans! On a été malheureux, moi, ma femme et mes enfants avant que l'on découvre les mensonges de mon accusatrice", poursuit-il

.Les pauvres ne peuvent pas comprendre les difficultés du riche à vivre en paix. Il y aurait des solutions. Mais je n’ose même pas les suggérer!

15:45 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

08/06/2011

rond-point

IMG_0158.JPG

Au cours d’une récente réunion de quartier, réunion d’information, de concertation, organisée chaque année par notre maire, furent abordés, entre autres, quelques problèmes essentiels de voirie. Le nouveau rond-point dont je vous ai parlé dans une précédente note ( http://laissezjazzer.blog50.com/archive/2011/05/06/des-ho...  est un souci majeur pour les utilisateurs réguliers ( dont je suis): on ne sait trop comment l’aborder, qui est prioritaire… Le rond pavé du milieu étant mal centré, cela permet toutes les fantaisies: la semaine dernière, une dame est arrivée à vive allure en face de moi et a traversé le carrefour en ligne droite ( les pavés ne sont pas très épais) au moment où je m’apprêtais à bifurquer vers la gauche comme je supposais en avoir le droit, comme m’y autoriserait le code de la route. Une conseillère municipale très compétente, me confirma que j’avais raison. Elle fut approuvée à l’unanimité par ses collègues. Me voilà donc presque rassuré…

troubadour bis.jpgToutefois, afin d’éviter ce genre de désagrément, je suggèrerais que ma statue soit érigée sans plus attendre au milieu de ce rond-point. Nous en avons vus un peu partout à Rome à l’occasion de notre promenade récente de trois jours. Pourquoi pas à Boé? Je m’imagine en costume de marinier, comme sur la photo. A Rome, c’est le nu qui domine mais il faudrait à mon sculpteur rajouter un peu de muscle ici et là. Restons naturel. Sur le socle, la mention « à notre troubadour, les boétiens reconnaissants». Je m’interroge: reconnaissants, c’est bien, mais de quoi? Peut-être me contenterais-je plus modestement de l’adjectif admiratifs?

Ma statue entourée d’un bassin…ce serait bien; mais je crains que le carrefour ne soit pas suffisamment important. Dommage!

IMG_0164.JPG

 

06/06/2011

que reste-t-il...

IMG_3567.JPG

gare à la marche.jpgNous étions fort heureusement avertis de l’état de délabrement du gigantesque monument. Mais le voir ainsi, en vrai, ça fait tout de même un choc! Evidemment, les tremblements de terre ont une part de responsabilité, d’accord. Mais comment ne pas s’indigner du fait que des papes ( oui, des papes!) se soient appropriés bon nombre de pierres pour la construction d’édifices religieux! Un peu culottées tout de même nos Saintetés…Bon, n’en parlons plus. Tout ça, c’est du passé.

Quand la Bastille, symbole de la tyrannie, fut démolie, on la dispersa un peu partout en France et même à l’étranger paraît-il. On trouve ainsi « des pierres de la Bastille » vraies ou fausses ici ou là. On ne peut plus visiter la Bastille, le saviez-vous?

Et ne parlons pas du mur de Berlin. Qui n’a pas un morceau du mur de Berlin à la maison, je vous le demande...

Par contre, je lisais récemment qu’on ne sait pas du tout ce qu’est devenu le fameux rideau de fer qui s’effondra dans les années 1980. Disparu complètement le rideau de fer! Fondu peut-être? Transformé en quoi?

D’autres murs restent à démolir qui, peut-être, serviront à construire des synagogues, des mosquées… L’avenir est incertain dans le domaine de la construction des lieux de prière. L’avenir est incertain…

Le colisée… quel beau stade de foot il aurait pu devenir! Tu te rends compte: plus de cinquante mille places! Voilà qui fait rêver, non? …Non.

*Sur la deuxième image, Maïté et Roro descendent prudemment dans l'arène

IMG_3583.JPG

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique