logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/10/2011

des nouvelles de Robert...

balance.JPGJ’ai reçu des nouvelles de mon ami le juge Robert Val, un homme dont j’ai parfois vanté les mérites dans mes notes, un homme d’une intégrité, si vous saviez, un homme atterré par toutes ces affaires qui ont encombré pendant des mois et ça n‘est pas fini, que dis-je, qui ont pollué le monde médiatique, dévalué plus encore, mais était-ce possible, les milieux politiques, un homme consterné par leur dénouement ( je parle des affaires), leur conclusion hasardeuse, incertaine, un homme, lui aussi indigné comme d’autres, de plus en plus nombreux, de plus en plus indignés… bref, un homme. Robert, donc, vient de prendre une retraite méritée: être juge, aujourd’hui, c’est compliqué m’a-t-il dit.

Il s’est replié dans son village natal, Pimpous, rejoignant ainsi le commissaire Magret , mon autre ami d’enfance, qui s’y repose depuis quelques mois… comme vous le savez.

Aujourd’hui, il est devenu médiateur dans son canton. C’est une charge moins glorieuse, certes, moins lucrative aussi, mais il a le sentiment d’être plus utile à son prochain dans la mesure où il parvient, assez souvent, à une réconciliation des deux parties. L’expérience.

Quoique…

Récemment, il recevait Joseph, un petit éleveur de vaches gasconnes et Monsieur Contrès, le directeur de l’agence locale de la banque… Je vous raconte en deux mots…

Joseph avait sollicité un prêt pour acheter du fourrage à cause de la sècheresse qui sévit depuis quelques mois et affame nos pauvres bestiaux. Monsieur Contrès avait refusé prétextant que, étant donné la conjoncture et patati et patata, vous connaissez le refrain, il ne pouvait donner une suite à cette demande. Joseph se mit en colère, traita le banquier d’avare, d’homme sans cœur, malfaisant, indigne individu, mauvais français, sarkosiste*… Le ton monta. Le poing du directeur, un homme acerbe, atteignit le nez de Joseph et l’hémoglobine coula abondamment sur la moquette bleue. Et voilà pourquoi Joseph, très en colère, mettez vous à sa place ( pas de prêt et le nez en capilotade), demanda réparation auprès du conciliateur.

Il fût bien embarrassé, Robert, car il fréquente Monsieur Contrès avec qui il joue au bridge une fois pas semaine.

- Aimez-vous la croustade à l’armagnac, demanda-t-il au plaignant.

- Oui, répondit Joseph, un peu étonné tout de même!!

- Monsieur Contrès, la pâtisserie est certainement ouverte. Allez donc acheter une belle croustade et offrez-là à Joseph en guise de réconciliation, dit Robert d’un ton faussement sévère.

Joseph se leva promptement, son poing écrasa le nez de Robert et il sortit très digne en disant:

- La croustade est désormais pour vous, Monsieur Val!

* j'ai préféré le "i" au "Y" pour éviter les  malentendus... les médias vivent eux aussi une époque dangereuse.

15:49 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (8)

13/10/2011

il suffit de passer le pont...

pont new 2.JPG- Quelle belle architecture! Et cette courbure… magnifique, non?

A chacun de nos fréquents passages sous ce nouveau pont en construction qui enjambe voie ferrée et canal, Serge ne peut s’empêcher de s’extasier. C’est un inconditionnel des courbures, Serge, de manière souvent excessive. Mais, en l’occurrence, il a raison: voilà un bel ouvrage dont le boétien pourra bientôt s’enorgueillir.

…………………………………………………..........................................................

La semaine dernière, à proximité de la borne 101 ( sur la photo), je croisai Daniel. Je connais son prénom depuis peu. Je le rencontrais de temps en temps; l’occasion d’échanger quelques banalités… Cette fois, il me dit:

- Bientôt …nous pourrons traverser…au revoir…

- Oui, bientôt…au revoir,

Et nous poursuivîmes notre marche, lui vers Agen, moi vers Golfech.

A la fin de la semaine, tiens, je reconnais sa photo dans une page départementale. Je lis l’article…Mort d’un infarctus en entraînant des minimes sur un terrain de rugby pas très loinde chez moi! Merde alors!

…………………………………………………...........................................................................

Ce matin, à proximité du pont, Serge qui s’était éloigné du canal pendant quelques jours, me dit:

- Les travaux sont bien avancés. Bientôt… nous…

- STOP!!! m’écriai-je.

Je ne suis pas superstitieux mais on ne sait jamais!

…………………………………………………........................................................................................................................................................

La partie ( en caractères gras) de cette courte et funeste nouvelle est malheureusement vraie.

.....................................................................................................................................

PS: j'aurais aimé vous rencontrer encore longtemps, Daniel, pour faire vraiment votre connaissance.

.......................................................................................................................................

Pour faire plaisir à une amie: un ancien enregistrement de répétition en public...


podcast

 

10/10/2011

pourquoi

Oui... pourquoi? C’est la question que je me pose de nouveau aujourdhui. Je dis « de nouveau » car ce n'est pas la première fois, vous vous en doutez. Bon; j’écris « vous vous en doutez » parce que, vous-même, vous vous la posez peut-être certainement, parfois, la question. Et, tout comme moi, vous complétez par « est-ce vraiment indispensable? ». Au point où nous en sommes ( je dis nous car je vous associe désormais à ma préoccupation, d'une façon sans doute cavalière, pardonnez moi), ne pouvons-nous pas légitimement nous demander, si ça n‘est pas indispensable: « est-ce au moins utile ? ». Car si nous imaginons que ça n’est pas utile quelque part ( je n‘aime pas du tout cette locution utilisée souvent abusivement de nos jours), alors...pourquoi?

bouteille_a_la_mer.jpg

A tout hasard, j’ai posé la question sur une feuille blanche que j’ai roulée et introduite dans une bouteille de Madiran achevée la veille et, la flotte alimentant de nouveau notre canal, l’ai balancée, plouf, à proximité de ma borne 103. Le lecteur éventuel sera certainement perplexe, lui aussi.

Je ne sais pas si je vais continuer à jeter mes bouteilles vides dans le canal. Une par semaine ça n'est pas beaucoup, certes. Cependant c'est interdit, même si on a de bonnes raisons de le faire.

A cette heure précise, le soleil aidant peut être, je me dis, tout comme Prévert " et pourquoi pas" ... et j'enregistre. Vogue la galère...

14:52 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (9)

04/10/2011

nocturne

Une nuit sans lune, nouvelle nuit de cauchemar, de dragons et autres calamités liées à cette putaing d’actualité -vous voyez ce que je veux dire, je ne vous fais pas un dessin-…je me levai sans bruit, traversai le jardin, celui qui se trouve derrière la maison et jetai ma bouteille dans le canal, bouteille prête pour cette expédition maritime depuis longtemps déjà. Comme l’appel de détresse du naufragé, un au secours à l‘anciennePlouf!

Je m’assis, épuisé, sur la borne 103, fredonnai un moment la nocturne n°1 en si bémol mineur de Chopin et attendis, le moral en berne, que le jour se levât … ce qu’il fit de mauvais gré quelques heures plus tard après dissipation des brumes matinales récurrentes dans notre vallée.

une bouteille.jpgJe n’avais pas remarqué jusque là que le canal était presque à sec pour cause de nettoyage annuel: je constatai, transi, dépité, qu’il ne restait ici et là que des flaques boueuses où s’étaient rassemblés quelques colverts cancanant bruyamment et fouillant hardiment la vase verdâtre en quête de vermines dont ils sont friands. Triste spectacle. Même pas un filet d’eau! Bref, un geste désespéré pour rien!

De toute façon, la feuille glissée dans la bouteille était vierge. Je ne vais tout de même pas déballer mes états d’âme à n’importe qui! Même anonymement.

N’empêche que je l’ai échappé belle! Il s’en fallut d'un rien, un instinct de survie sans doute, que je me jetasse à la flotte à la place de la bouteille! De quel état pitoyable ai-je échappé! Dorénavant, si cette funeste envie me reprend, je me méfierai et me renseignerai...

18:08 Publié dans bof... | Lien permanent | Commentaires (10)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique