logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/04/2012

dans le village

enfants sur une terrasse.JPG
Je pourrais tricher, vous dire que le gamin de droite se nomme Ahmed, celui de gauche Rachid... J'avoue: j'ai oublié. Je sais que Ahmed ou Rachid ou Ali... fréquentaient l'école mais je ne les distingue pas sur mes diapos. Les visages de ces enfants me sont tout de même familiers malgré le temps passé. Cinquante ans. La plupart étaient sans doute fils de harkis. Aujourd'hui, ils ont la soixantaine! Ils pourraient avoir la soixantaine... Certains apprenaient avec facilité les matières que j'enseignais: lecture, écriture, calcul essentiellement. Nous dessinions je suppose. Connaissant mal l'histoire de leur pays ( j'ose dire leur pays) je ne pouvais aborder ce sujet. Je le regrette aujourd'hui.
retour du village 1.JPGJ'organisais, composais mes cours comme je l'entendais. Je ne subissais aucun contrôle. De qui, d'ailleurs? Le matériel scolaire faisait défaut: quelques cahiers de récupération, des crayons, des livres de lecture et puis, quoi encore? J'enseignais du mieux que je pouvais, je crois, considérant ces enfants comme des élèves à part entière, mes élèves. Nous avions une confiance réciproque et c'est certainement ce qui m'a permis de circuler pendant plus d'un an dans le village sans être une seule fois inquiété. Je promenais, obligatoirement fixé à mon ceinturon, un révolver que j'aurais certainement été incapable d'utiliser en cas de danger! Le temps de dégainer, d'enlever la sécurité, de repérer la cible... bref, un vrai soldat d'opérette le chasseur à pieds Bartheloche! La photo le montre, l'allure fière (?), revenant au poste après sa journée de classe... je suppose.

Commentaires

Au moins, toi tu as vécu un tout petit peu de cette part qu'on nomme avec beaucoup de suffisance "les bienfaits" de la colonisation. C'est l'avantage de ce métier qui consiste essentiellement à transmettre et donc à partager.

Tant mieux pour toi - et pour nous à qui tu transmets aussi un tout petit peu de cela - au moins tu montres que les hommes peuvent faire autre chose que se tirer dessus.

Mais il va sans dire également que les hommes se doivent de lutter pour leur dignité et leur besoin de partage, cette nécessité du partage. Mais ceux-là sont rarement majoritaire du premier coup. La lutte est âpre selon ceux dont il faut se défendre.

Je m'éloigne de ta note peut-être ? Pardon et bises sincères. Monique

Écrit par : monique | 26/04/2012

J'aurais dit (après avoir lu ce qu'elle a écrit), la même chose que Monique.
Sauf la bise...
A demain !

Écrit par : Serge ® | 26/04/2012

Coucou gascon
j'ai toujours du plaisir à lire tes notes à travers le djebel ,2 frangins ont faits la guerre d'Algérie par bonheur ils en sont revenus.Je pense que la bas en coopération tu as fait ce qu'il fallait pour donner un peu d'instruction et de bonheur à ces enfants.Comme dirait quelqu'un que je connais bien ça c'était du vrai travail.Amitiés.

Écrit par : heraime | 26/04/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique