logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/06/2012

le sud...

 

IMG_0289.JPG

La troupe "Boé si Boé" la prépare son nouveau programme 2012/2013. Le thème choisi est, pour l'instant, évolutif. Une certitude, nous nous dirigeons résolument vers le sud. Déjà, notre liste de chansons choisies atteint la douzaine ce qui, comparé aux années précédentes, est une remarquable performance. Nous sommes même capables de vous en interpréter cinq ou six à peu près correctement. A presque deux voix! Les plus faciles évidemment et sans mise en scène. Pas encore...

Si vous avez des suggestions, des titres à nous proposer, n'hésitez pas. Nous aimons les textes plutôt droles, cocasses ... pas "gnan-gnan", pas trop lourds, plus Boby Lapointe que P.Sébastien. Je sais que vous me comprenez.

Si j'étais moins paresseux (l'âge, ma pôvre), j'écrirais et composerais une nouvelle chanson. Cette photo prise il y a deux ou trois ans m'inspirerait. Ce serait comme une envie de monter sur le cocotier pour prendre de la hauteur par rapport à certains évènements, pour canarder aussi les intrus avec les grosses noix... Bref; une idée comme ça, un peu fantasque avec un brin de philosophie. Ce n'est pas mûr et pas facile! Si vous m'encouragez, m'aidez... peut-être? Je vous donne l'idée, vous écrivez un texte, moi la musique ( pas de problème, je peux déjà vous le fredonner) et ... le plus dur reste à faire: il faut que Boé si Boé la accepte de chanter ce nouveau chef d'euvre!

Votre participation sera récompensée par une place gratuite à notre concert d'avril 2013...c'est la moindre des choses!


17:16 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (8)

28/06/2012

d'autres voitures...

 

pareloup+.JPG


Pour satisfaire la curiosité légitime manifestée par certains de mes lecteurs assidus, voici une nouvelle note par laquelle je les informe simplement que mes troisième, quatrième et cinquième voitures furent toutes des 2CV, voitures réputées économiques, parfaitement adaptées aux petits budgets tels ceux de l'instit aux plus bas échelons dont l'épouse, sans profession, élevait ses deux très jeunes enfants, femme méritante, première du canton de Gabaret au certif en 19.., qui, plus tard, à force de courage, de volonté, s'élèvera dans l'échelle sociale et accédera à un poste de secrétariat, à des responsabilités de plus en plus importantes assumées avec énergie, compétence reconnue unanimement par ses supérieurs, responsabilités assorties de salaires décents permettant au couple d'autres acquisitions dans le domaine du transport telles une série, trois également, de 504 peugeot diesel d'occasion permettant la traction d'une caravane plus confortable que la tente et des vacances familiales pas trop onéreuses tout de même car il fallait financer la contruction de la maison individuelle au bord du canal latéral, maison modeste que nous occupons toujours et dont nous avons terminé depuis pas mal de temps, sans incident de parcours, le règlement des mensualités d'emprunt... Voilà résumé en une phrase un peu longue je reconnais, une tranche de vie d'une vingtaine d'années qui mériterait un développement plus complet, cette époque-là ayant été le théâtre d'évènements de la haute importance. Nous y reviendrons sans doute.

La 2CV était capable de performances remarquables: celle de la photo fut, l'été 19..., chargée à blog à bloc , tranportant dans le Massif Central la toile de tente quatre places achetée à la défunte CAMIF et tout le bazar nécessaire pour une quinzaine de jours de camping...Je vous laisse imaginer.

Par contre, je n'ai pas retrouvé, ni beaucoup cherché j'avoue, une seule photo de mes 504.

26/06/2012

fête des écoles

Hip, hip, hip, hourra! m'écriai-je hier soir... Nous avons gagné!

Roro contrôla derechef: l'un de nos billets de tombola achetés à l'occasion de la fête des écoles de Boé portait en effet un n° figurant sur la liste des heureux gagnants. Nous retirerons notre lot ce soir même...Vous pouvez imaginer notre impatience jubilatoire!

 

IMG_0737.JPG

la grande soeur...

Des fêtes des écoles, combien en ai-je connues, en qualité d'organisateur, de parent d'élèves, de grand-père spectateur admiratif aussi...Des photos, des vidéos, j'en ai en veux-tu en voilà! Que l'embarras du choix! Il y a déjà ( oui, déjà!) quinze ans et plus, nos deux petites filles, costumées pour quelques danses traditionnelles répétées dans la cour de l'école sous la conduite de la maîtresse sont prêtes, impatientes sans doute car un public nombreux les attend, les espère sous un soleil de juin particulièrement ardent ( l'orage menace)... 

 

la belle robe !!!.jpg

la petite soeur...

Si le lot est conséquent, ce que j'espère, j'écrirai une note spéciale d'allégresse.


 

25/06/2012

la dauphine

la dauphine et moi.JPG

Je vous laisse un peu de temps pour la contemplation de cette photo..............

La dauphine remplaça donc la vieillissante 4CV, histoire de mieux affirmer une situation sociale plus aisée bien que modeste de jeune instit débutant. Evidemment, le garage N...... de Layrac n'avait pour moi que des occasions exceptionnelles, des affaires "à saisir": celle-ci, extérieurement, je le reconnais, avait " de la gueule", un certain look dirions-nous aujourd'hui. Bien astiquée, nous pouvions être invités à toute fête ou cérémonie sans rougir.

Mais, hélas, elle démarrait fort mal malgré des visites répétées au garage N...... qui démontait ceci, nettoyait cela, remplaçait parfois... Quand nous nous aventurions à Agen, nous nous garions place Pelletan, juste en arrivant dans la ville, un endroit tout plat car pour repartir, Roro, enceinte de quelques mois, devait pousser pendant que je pilotais et passais au moment opportun la première vitesse. Habituellement la manoeuvre réussissait assez vite. Je dois dire que Roro, à cette époque-là, n'avait pas son permis. Sinon, c'est moi qui aurais poussé... je suppose! Heureusement, la circulation était beaucoup moins dense qu'aujourd'hui bien que l'époque des fiacres fût révolue. Je ne sais plus combien de temps nous gardâmes cette merveille.

Revenons à la photo car elle nécessite un bref commentaire.

Le jeune homme est rentré d'Algérie depuis peu, libéré de ses obligations militaires comme on dit. La pipe, ramenée de là-bas, lui confère une certaine autorité, de la dignité aussi... C'est un futur " ancien combattant"!

22/06/2012

la 4 CV...

 

roro et 4 cv.jpg


238 CY 47... je ne me rappelais plus. Je n'ai jamais été fichu de retenir les n° d'immatriculation de mes voitures, même pas essayé! Alors, le numéro de cette 4CV, ma première auto, j'avoue le découvrir sur cette diapo un peu jaunie, diapo recyclée tant bien que mal. D'ailleurs, l'intérêt de la photo ne se situe pas dans le n° de la voiture. C'est ce que j'ai trouvé de mieux en guise d'introduction d'une note dont je n'imagine que très confusément le développement. 

Certains esprits malveillants chuchoteront qu'elle m'aurait aidé, cette voiture, à séduire la charmante brune qui caresse la petite chienne de mes parents, qu'elle aurait même été un élément décisif? Erreur. En ce temps-là, même à bicyclette, j'étais capable de plaire aux jeunes filles.

Un souvenir, en deux mots...

Nous sortîmes du chapiteau ( quelle chaleur!) où nous avions fait plus ou moins connaissance en dansant quelques tangos. Je lui proposai aimablement un petit tour afin de nous rafraîchir. Elle accepta sans se faire trop prier. Dès que nous fûmes dans la voiture, un violent orage éclata... une aubaine car l'orage, comme chacun le sait, favorise les rapprochements. Au bout d'un temps incertain, elle me déclara que des gouttes lui tombaient sur les jambes.

Il pleut dans cette putaing de bagnole, pensai-je...!

J'étais dépité. C'était la première fois que celà arrivait. Et au plus mauvais moment! Pas de chance! Nous revînmes donc danser quelques boléros puis nous nous séparâmes. Provisoirement...

Conclusion: je dois à moi seul et non à ma promotion sociale, le fait d'avoir séduit cette  superbe jeune fille. Voilà une mise au point que je tenais à faire.

20/06/2012

lettre à Jack...

Mon cher Jack,

orchestre vieil-orléans.JPGTu n'aurais pas dû, Jack. Quelle mauvaise idée cette escapade vosgienne! Pourquoi, comme je l'ai progressivement pratiqué dans divers domaines, ne prends-tu pas un peu de recul, de repos mérité? C'est un encore plus vieux que toi, pas de beaucoup certes, de quelques mois, qui te conseille. Allez... place aux plus jeunes.

Il y a trente ans, tu nous offrais La Fête de la Musique. Un grand merci, Jack! Tu ne peux pas imaginer le plaisir que j'ai éprouvé, chaque année, ici ou là, au grand soleil ou sous l'orage,depuis 1982, à souffler dans mes instruments avec mes copains musiciens. Certains ont disparu, hélas. Demain, je penserai à eux en animant avec mon orchestre Adijazz, la soirée de Bon Encontre. Non, ça n'est pas de la techno, mais du bon vieux jazz de la Nouvelle Orléans. J'espère que tu aimes aussi.

Si tu joues d'un instrument, Jack, n'importe lequel, harmonica ou pipeau, peu importe, participe toi aussi, car c'est là l'essentiel. Evite tout de même la place des Vosges car celà pourrait être mal interprété.

Voilà ce que je voulais te dire aujourd'hui, Jack.

Bien amicalement à toi et encore merci.

PS (!): tu peux venir à Bon Encontre demain soir 21 juin, à 22 heures. Je te dédierai un morceau, promis.

L'orchestre Adijazz:

 

l57.jpg





17:48 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

19/06/2012

l'âne

l'enfant et l'âne.JPGL'âne était omniprésent dans le village. Animal indispensable, il remontait de l'oued l'eau, le fourrage, les céréales qu'on battait le plus souvent sur les toits en terrasses, les diverses récoltes...les fellahs aussi évidemment, fatigués le soir d'avoir cultivé leur lopin de terre toute le journée. Lourdement chargé, on le croisait avec difficulté dans la rue unique dont il occupait toute la largeur. Le plus souvent, on lui cédait le passage.

Une nuit, un copain, de garde dans la tour, aperçût une ombre dans les barbelés en contrebas. Il s'affola, tira. Branle-bas de combat! Tout le poste en alerte...Dans les barbelés, rien ne bougeait. On attendit puis, chacun rejoignit son lit. Ai-je rêvé  qu'un âne égaré avait été la victime innocente du copain? Je l'ai cru jusqu'à ce que, ce jour-même, une communication téléphonique avec Jean-Pierre me fasse douter. Il ne se souvient pas. Pourtant, il a une mémoire phénoménale pour son âge. Peut-être celà s'est-il passé avant son arrivée? Finalement, je préfèrerais que le copain ait tiré sur une ombre. La frousse. Je l'ai eue souvent moi aussi, la frousse, pendant mon tour de garde. Deux heures, c'est très long. La nuit, on voit des choses, on entend des bruits...tout autour, dans le village, dans l'oued. Vivement le petit matin!

Mon tour de garde:

zz.jpg



18/06/2012

chemin de halage...

 

IMG_0730.JPG


Il a vécu, le chemin de halage. De toute façon, il n'y a plus rien à haler depuis longtemps déjà. Les péniches ont déserté notre canal depuis une quinzaine d'années, concurrencées par le train de marchandises, le transport routier...

chevaux de halage.jpgElle a quinze ans, à peu près, cette photo. Ce sont nos deux petites filles, derrière chez nous, à proximité de la borne 103. Oui...Ce sont NOS deux petites filles. Oui... c'est possible. Trève de civilités, je vous en prie. Elles pouvaient, alors, faire tranquillement du vélo sans être dérangées continuellement par les cyclistes qui pédalent ferme sur la nouvelle piste bitumée. De vrais dangers publics! Elles auront donc fréquenté souvent le fameux chemin de halage sur lequel passait et repassait, autrefois, au début du siècle dernier, leur arrière-arrière grand-père maternel qui exerçait la profession de haleur, activant, encourageant les chevaux qui tractaient les lourdes péniches chargées le plus souvent de céréales. 

Si vous les rencontrez, ces deux fillettes, vous ne les reconnaîtrez pas. Elles ont en effet changé de moyen de locomotion et sont vêtues différemment.

17/06/2012

mignonne, allons voir...

IMG_0164.JPG

Hélas, mille fois hélas! Ce magnifique jardin tout en roses fleuri, jardin qui faisait l'admiration des promeneurs égarés dans la rue des Tilleuls, la fierté des boétiens, la reconnaissance, la considération des élus, ce magnifique jardin donc, que j'oserais comparer à celui de l'Alhambra, toutes proportions gardées évidemment, restons modeste, ce jardin re-donc a souffert énormément des fortes pluies de ces derniers jours, pluies qui, d'ailleurs, comme je l'écrivais amèrement dans une récente note, n'ont même pas réapprovisionné suffisamment les nappes phréatiques malgré tout le mal que je me suis donné, autrefois, pour installer une pompe, sans compter les risques encourus... Voir ou revoir, éventuellement, la note en question: http://laissezjazzer.blog50.com/archive/2012/06/08/saint-medard.html

IMG_0166.JPGJ'ai donc usé longuement de mon sécateur pour faire le ménage et il ne reste plus grand chose d'intéressant à voir. Inutile, mignonne, de faire le déplacement. Attendez que ça "remonte" ( certains rosiers sont en effet " remontants"...parfois).

N'empêche que, même si ma participation à l'embellissement de notre cité n'aura été que provisoire, je pense avoir contribué efficacement à l'obtention par notre commune de ses trois fleurs et, peut-être, bientôt quatre, dit-on.

 



15/06/2012

débuts scolaires

 

heureux...!.jpg


Que dire de ces deux écoliers débutants dont j'ai extrait la photo de mon dossier " famille"? Je la publie sans l'autorisation des intéressés, autorisation qui ne m'a pas paru nécessaire car, plus de quarante ans se sont écoulés...Ils me paraissent un peu figés, impressionnés sans doute par le photographe qui leur a demandé de sourire ( manqué!), de se déplacer un peu vers la droite, puis vers la gauche, de se rapprocher, de ne plus bouger... sous les regards des autres qui peut-être se moquent, de la maîtresse qui ne rit pas du tout parce qu'elle en a un peu marre la maîtresse de sa journée, de tous ces cris, de ces bousculades...parce que, à plus de cinquante balais, c'est épuisant de se baisser, se relever, d'essayer de se faire entendre, de se faire obéir par des gamins de trois à six ans...parce que, tout à l'heure, il faudra rendre tout ce petit monde en bon état aux mamans, des mamans inquiètes " as-tu bien mangé à la cantine?...qui t'a griffé?... tu ne t'es pas battu au moins... tu as une tache de peinture sur ta robe...tu as perdu tes crayons de couleurs tout neufs!!!...tu n'as pas été puni, j'espère" ...La retraite à cinquante-cinq ans...ouf, c'est pour bientôt! C'est ce qu'elle pensait la maîtresse, il y a quarante ans. 

Que dire donc de ces deux enfants? Qu'ils sont mignons? Evidemment, ce sont les nôtres. Et aujourd'hui, que sont-ils devenus? Ils ont changé. Si vous les rencontrez, vous ne les reconnaîtrez pas. C'est la raison pour laquelle ils ne m'en voudront pas d'avoir publié, cette photo. D'ailleurs, je n'ai presque pas parlé d'eux.

Là, c'est mieux mais nous sommes à la maison!

 

grande soeur 3.jpg


14/06/2012

Un blessé...

J'ai donc téléphoné à Jean-Pierre afin qu'il me raconte, une nouvelle fois, combien il l'avait échappé belle pendant son séjour là-bas. Je vais résumer ( qu'il me pardonne si j'oublie quelques détails)...

Peu de jours après son arrivée, les harkis de la Compagnie tombèrent dans une embuscade. Beaucoup furent tués. Le commando de chasseurs à pieds auquel appartenait Jean-Pierre ( commando qui m'accueillit plus tard) fut envoyé dans le djebel pourchasser les "rebelles". Hélas, le commando était attendu et se fit harceler. Jean-Pierre reçut une balle dans le dos à hauteur des reins. Impossible d'envisager, sur les lieux du combat, un héliportage. Trop dangereux. Il fallut décrocher. Jean-Pierre fut porté tant bien que mal par les copains car il ne pouvait marcher. Pas de brancard, on le traîna. Il saignait beaucoup. Curieusement, il ne souffrait pas. On le croyait fichu, m'a-t-il dit. Celà se chuchotait autour de lui.

Finalement, un hélicoptère le transporta à l'hôpital de Batna. On l'endormit. Au réveil, il apprit que la balle n'avait fait que passer sans rien toucher de vital. Ouf! Quatre cinq jours d'observation puis transfert à Constantine pour du repos. Une grosse semaine plus tard, on le pria de rejoindre sa compagnie. Par le train ( un tortillard que j'ai moi-même connu!), sans argent, vêtu d'un treillis généreusement prêté. De retour là-bas, son capitaine, un brave type, décida de l'expédier en France ( pardon, en métropole) pour quinze jours de perm'. Jean-Pierre ne refusa pas et trouva même une astuce pour prolonger ses vacances. Quel tire au flanc! Il en profita pour faire un bébé à sa fiancée! Plus tard, il lui en fit trois autres! Quatre filles donc, au total, qui connaissent, je crois, les exploits guerriers de leur valeureux père.

Cette photo a été prise plus tard, quand il était devenu cuisinier et moi instit, là-haut dans le village. C'est le second à partir de la droite ( un beau jeune homme, non?). Je suis derrière la lampe à gaz.

 

soirée belote  ZZ.jpg



13/06/2012

une augmentation

Je sais que certains vont encore râler. Il faut pourtant que j'avoue percevoir désormais une pension semestrielle d'ancien combattant dépassant les trois cents euros. Mon TPG a d'ailleurs effectué le versement car mon compte bancaire a été approvisionné. Mon banquier vient de m'en informer ce jour. Depuis mon soixante cinquième anniversaire, l'état m'a généreusement versé plus de quatre mille euros, à peu près. Oui, déjà...Et ça n'est pas fini! Vous pouvez donc calculer appoximativement mon âge, si vous êtes curieux. Mais celà n'est pas nécessaire.

duo à nouader.jpgComment est calculée cette pension? Je ne sais pas du tout. Je vais demander au copain Jean-Pierre avec qui j'ai cohabité pendant plus d'un an, là-bas. Il était préposé à la cuisine et, pour un ébéniste, il se débrouillait fort honorablement. Ses prestations musicales, par contre, laissaient à désirer. Je lui avais appris où placer ses doigts pour quelques accords simples tels le ré majeur, le la mineur, le mi... bref, comme Bobby Lapointe, il ne jouait que de la guitare sommaire. Son accompagnement sur "Petite fleur" me permettait des improvisations originales qu'auraient certainement appréciées les adeptes inconditionnels du free-jazz. Hélas, il sifflait aussi beaucoup, enchaînant sans transition un couplet d'Etoile des neiges, le refain de Bambino, le couplet de Si tu vas à Rio...et tout à l'avenant. Il continue encore aujourd'hui, surtout quand il conduit et qu'il est énervé pour une raison ou pour une autre. Son répertoire n'a pas changé. Bon, je vais lui téléphoner...

Jean-Pierre a été blessé, là-bas. Je vous raconterai plus tard, avec son autorisation évidemment.

12/06/2012

train-train

 

dubout18.jpg


Je le savais que le combat était perdu d'avance et, pourtant, j'avais adhéré à l'association des anti-LGV pour une cotisation de 10 euros. C'est un copain militant qui m'avait convaincu. J'eus ainsi l'avantage d'être informé d'un certain nombre de manif's auxquelles je ne pus participer, sauf une, la première, à Agen. 

Donc, une voie à grande vitesse va permettre aux agenais pressés, je ne sais pas quand, de gagner une vingtaine de minutes pour rejoindre la capitale. Certains disent plus, d'autres moins. Bref, ce sera plus rapide. Tant mieux car l'investissement est, paraît-il, considérable.

La ligne actuelle sera toujours utilisée mais réservée à une clientèle défavorisée économiquement: chômeurs, smicards, SDF, étudiants boursiers, femmes seules, pensionnés bénéficiaires du minimum vieillesse, immigrés sans papiers... On travaille dans le dépôt de la gare d'Agen à la remise en état de locomotives à vapeur qui commençaient à rouiller notamment celle que conduisit Gabriel, mon père adoptif, avant de prendre une retraite méritée à la fin de la guerre. Voilà une nouvelle qui le rendrait heureux s'il était encore vivant...

commentonsenrhubeenvacances3.jpg

 

Il reste aussi, sur quelques voies de garage, des wagons de troisième classe aux banquettes en bois qui  seront réhabilités: une couche de peinture par-dessus les tags, un peu de graisse sur les ressorts... et voilà.

Je plaisante à peine car le projet d'un train low-cost existe bel et bien, sans doute le savez-vous. La SNCF nous le promet pour 2017. Peut-être respectera-t-il les horaires, celui-là, comme celui de 8 heures 47.

17:29 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

10/06/2012

euthanasie...?

 

1707_illustration_wiaz_baignoire.jpg


Voilà un sujet délicat que je me garderai bien de traiter dans ce blog laissant à chacun ses convictions, ses incertitudes, ses croyances, ses doutes... Mon opinion de toute façon ne vous intéresse pas.

Je vais toutefois tenter de vous raconter, de résumer, un fait divers dont j'ai lu quelque part la narration il y a déjà longtemps. Que me soient pardonnées quelques imprécisions.

Donc, aux Etats-Unis, au Texas peut-être ( je n'ai que l'embarras du choix, hélas), un homme condamné à mort attendait depuis des années son tour d'être exécuté dans le fameux, le terrifiant, l'inhumain... couloir de la mort. Il tomba gravement malade. Un cancer, des métastases, de la souffrance...Epuisé, il demanda, supplia que sa torture fût abrégée et qu'on l'exécutât le plus vite possible. Pourquoi attendre encore...L'administration pénitentiaire refusa: chacun son tour, point de dérogation possible au règlement! Exécuter un condamné, oui. L'euthanasier, ah non, car euthanasier, c'est un crime.

Le condamné mourut après un long calvaire mais de mort naturelle. Comme à la maison ou à l'hôpital. Comme un homme libre. 

Et c'est ainsi qu'Allah est grand, aurait conclu Alexandre Vialatte.

Sondage:

Si vous souhaitez le rétablissement de la peine de mort, quelle méthode préféreriez-vous?

11:20 Publié dans humeur | Lien permanent | Commentaires (5)

09/06/2012

saint Médard

 

st médard.JPG

Boé si Boé la interprète la fameuse chanson...

Et bé, té... chez nous, hier, il n'a même pas plu! Pas besoin, donc, de Saint Barnabé pour arrêter la pluie dans quarante jours. Pourtant, malgré l'abondance des dernières précipitations, comme dit le présentateur de la météo, les nappes sont restées à un trop bas niveau. C'est ce que j'ai lu dans mon quotidien de ce matin...

IMG_0851.JPGInutile d'essayer, une nouvelle fois, d'enfoncer le tuyau planté dans le jardin il y a pas mal de temps déjà et qui me permettait de pomper l'eau située à plus de sept mètres. Depuis quelques années, impossible de faire remonter une goutte de flotte! J'arrose les tomates avec l'eau du canal heureusement pas très éloigné, une chance... quand mes lombaires sont bien disposées, sinon je remplis l'arrosoir au robinet le plus proche ce qui, je dois dire, est plus commode, moins fatiguant aussi. J'avoue que, même si j'étais certain de retrouver la nappe, je ne prendrais pas le risque, désormais, de recevoir sur la tête la masse tenue fermement, lors de notre premier forage, par mon habile frangin. En revoyant cette photo de fond de tiroir, je prends conscience de la confiance ( méritée) que je lui témoignais mais aussi de mon incroyable témérité...ou de mon inconscience! Aujourd'hui, c'est certain, je mettrais un casque ou je ferais appel à une entreprise spécialisée car, désormais, j'en ai les moyens, sans me vanter. Mais, pour arroser sept ou huit pieds de tomates et quelques pots de fleurs, est-ce que celà en vaut la peine, je vous le demande?

N'empêche que je l'ai tout de même échappé belle et qu'Antoine a bien failli, cette fois entre autres, ne jamais connaître son grand-père. Quelle chance il a eu ce gamin!


10:41 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique