logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/08/2012

rentrée des classes

Bientôt la rentrée. Nostalgie, snif, snif... Oui, encore, malgré tout ce temps passé loin de l'école. 

Boé si boé la, magnifique groupe que j'ai le bonheur de diriger depuis bientôt un vingtaine d'années, a chanté cette fantaisie pédagogique empruntée aux Quatre Barbus. L'instit' est un peu jeune mais il ne manque pas d'autorité. C'est difficile l'autorité surtout quand on n'a pas été vraiment formé.On a la frousse de ne pas être à la hauteur. Si ça se voit, les enfants ne font pas de cadeau au pédagogue en herbe. Et il est chahuté. Bientôt d'autres réformes devraient permettre de corriger certaines erreurs. C'est promis. Il est encore permis d'espèrer.

Plein écran, c'est mieux:


17:04 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

30/08/2012

jeux paralympiques...déception

 

zapatos_web.jpg


Les athlètes handicapés sont déçus. Comme vous, je les comprends! Aucune retransmission en direct à la télé. Bravo! Ce matin, sur France Inter, un directeur de chaîne regrettait bien sûr, mais, que voulez-vous... bla bla bla...du vent! Vous êtes au courant sans doute, vous avez votre opinion sur le sujet. Je n'insiste donc pas.

A propos de handicapé, je me rappelle un fait divers relativement ancien. Vous allez rire car c'est assez drôle. D'ailleurs, ce que je vais vous raconter s'est passé en Belgique. Le "d'ailleurs" est peut-être de trop. Tant pis, je le laisse. Je tiens à vous affirmer que, pour une fois (!), je ne déformerai rien. Je résume. Un unijambiste nécessiteux, passant devant un magasin de chaussures, succomba à la tentation, entra et vola un soulier ( j'évite la répétition!). Il avait bien entendu sélectionné celui qui lui convenait, le droit ou le gauche, je ne sais pas et cela n'a, excusez-moi, aucune importance. Pour la pointure, je suppose qu'il avait pris la peine de bien regarder dedans ou dessous, c'est selon. Il sortit mine de rien puis détala à toutes béquilles. Un employé plus intelligent que les autres, constatant qu'il ne manquait qu'une chaussure sur un rayon, en déduisit que le voleur ne pouvait être que l'unijambiste aperçu dans le magasin, sortit dans la rue, poursuivit le voleur et le rattrapa sans trop d'effort. L'homme fit, je crois, de la prison. C'est drôle non?

Et cette petite annonce: unijambiste, amputé de la jambe gauche cherche unijambiste amputé de la jambe droite pour achat de chaussures en commun. Pointure 43. C'est peut-être plus drôle... mais ça n'est pas vrai.

Un de mes meilleurs amis est unijambiste. Et il a beaucoup d'humour.

N'empêche que, ces jeux paralympiques qui dérangent, semble-t-il, ça la fiche mal!

J'aime beaucoup les dessins de Ana von Reben.

20:45 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

28/08/2012

blue moon...

Petite suite à ma dernière note...


podcast

Donc, comme tout le monde a pu le constater, Jean François boude l'entraînement de son copain François. Imaginer que celui-ci pourrait arriver premier au marathon sur ses béquilles, cela ne lui plaît pas du tout à Jean François! On le comprend...

Aussi, entre deux parlotes, il fréquente les bars dans lesquels il joue du piano. Du jazz même! Voilà, pensez vous, qui devrait le faire remonter dans mon estime. Je l'ai cherché fébrilement et l'ai finalement découvert sur You Tube interprétant Blue Moon, un grand classique ( au fait, savez-vous qu'Armstrong copé au piano.jpgest mort!). J'ai été un peu déçu: peut mieux faire le Jean François. Il aurait dit, parait-il, que si ses ambitions politiques n'étaient pas couronnées de succés, il tenterait une carrière de pianiste de jazz. Pourquoi pas. Je suis prêt à le pistonner pour l'animation du marché fermier de Boé ou de Pimpous ( village gascon de moyenne altitude) ou de notre Marpa: blue moon, ça plairait beaucoup aux anciens. Peut-être Jean François et moi nous rencontrerons nous un jour prochain pour faire le boeuf. J'en rêve.

Ce n'est pas lui qui joue du piano dans l'enregistrement que je vous propose, vous l'aviez j'espère deviné: c'est le grand Oscar Péterson qui accompagne Billie Holiday. Le saxophoniste, ce n'est pas moi non plus. Dommage.

Ces JO nous réservent des surprises, vous verrez...

18:45 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

27/08/2012

jeux paralympiques

Je serai très, très prudent pour aborder ce thème: Stéphane Guillon avait tenté cet exercice périlleux lors des jeux de Pékin afin d'attirer l'attention du public sur l'existence même de cette compétition qui s'était déroulée dans une quasi-indifférence. Son ton satirique habituel provoqua un tollé, on cria au scandale, l'indignation se manifesta un peu partout...sauf dans les associations de handicapés qui, paraît-il, remercièrent le chroniqueur de France Inter ( à cette époque) pour son courage. Je reconnais qu'il fut, cette fois-là encore, très provocateur! Imaginons tout de même que, peut-être un peu grâce à lui, les choses ont évolué dans le bon sens.

Je n'ai pas le talent de Stéphane Guillon. Je me contenterai donc d' écrire prudemment sur ce sujet, du bout des doigts ( le majeur de la main gauche, l'index de la droite) en évitant la satire, la raillerie... quelques banalités qui ne devraient pas me procurer des ennuis ( critiques, injures...). Je sais que vous suivrez assidûment, comme vous l'avez fait ces jours derniers, toutes les fillon.jpgcompétitions de ces athlètes. Je vous recommande particulièrement l'épreuve du marathon. Notre marathonien national, François Fillon, est en effet sélectionné et parcoura les 42kms195 sur des béquilles. On le voit sur la photo ci-contre au cours d'un entraînement, encouragé par ses supporters. Tiens... je ne vois pas Jean-François! Où est-il donc celui-là? Je pars à se recherche et donnerai de ses nouvelles dès que possible.

 

 


15:42 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

25/08/2012

immigrants indésirables...

Aedes-albopictus.jpgLa Gascogne est devenue la terre d'accueil préférée de certaines espèces animales indésirables: hier nous faisions la connaissance du frelon asiatique, aujourd'hui, le moustique-tigre  s'installe dans nos jardins, pénètre dans nos maisons, pique nos femmes et nos enfants, fait régner la terreur sur les bords de la Baïse, du côté de Nérac. Le vieux marcheur vulnérable redoute sa visite prochaine sur les berges de notre canal tellement accueillant. Le chikungunya guette désormais notre population comme, autrefois, la vérole...etc.

Les pouvoirs publics disposent de peu de moyens pour lutter contre ces bestioles envahissantes. Pour les humains venus d'ailleurs c'est plus facile: on organise un retour au pays en charter et le tour est joué.

Bientôt, vous verrez, quelque voyageur imbécile réussira à introduire l'alligator dans nos rivières! Il y a une dizaine d'années, un éleveur de la Nouvelle Orléans m'en confia un pendant quelques minutes.Je n'ai pas du tout aimé tenir ce reptile dans mes bras...L'odeur, madame! Je ne l'ai donc pas emporté dans mes bagages, il n'aurait certainement pas franchi la douane! Et c'est bien mieux ainsi. De toute façon, sauf avis contraire, je ne crois pas être un voyageur imbécile...

 

aligator....JPG

J'ajoute ce dessin de Voucht, volé à notre amie Framboisine.

 

voutch, humour, dessin,alligator




 

15:27 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

23/08/2012

seul l'éphémère dure ( Eugène)

 

« Seul l’éphémère dure » ( Eugène Ionesco)… A méditer, si vous voulez.

 ..............................................................................................................................................

Conversation entre gascons, au bord d’une rivière : adieu, au début, signifie « bonjour » et, pour finir, « au revoir. Il fait très chaud.

 -      - Té… adieu !

 -         - Adieu… tu pêches ?

 -         - Oui, je pêche…

 -         - Tu pêches quoi ?

 -        -  L’anguille… (le gascon prononce comme tranquille, par exemple…)

 -         - Tu en as pris ?

 -         - Hé que non…il fait trop chaud pour l’anguille ! C’est vrai… quel cagnard aujourd’hui !

 -         - Demain, ça va péter, c’est sûr !

 -     éphémère.gif    - Té…une éphémère !

 -         - Ah oui…

 -         - Vingt-quatre heures de vie, c’est pas beaucoup !

 -         - Oui … au moins, elle aura eu du beau temps !


 .................................un assez long silence ............................................................

-         - Allez… adieu.

 -        - Oui … adieu.

..........................................................................................

 J’ai écrit comme on parle habituellement dans nos coteaux. Imaginez l'accent.

 

22/08/2012

summertime


podcast

sieste.jpgQue faire en cette période de canicule? Peut-on passer son temps allongé sur un relax à somnoler? Où s'installer d'ailleurs? Les vieux érables de notre canal, eux-mêmes fatigués, au feuillage clairsemé, desséché, ne fournissent ici et là que des zones d'ombre même pas rafraîchissantes. Pas un souffle. Tant mieux parce que si l'autan s'en mêle, ce sera pire encore!

Jouer Summertime avec son saxophone, pourquoi pas. Cet instrument est un peu lourd certes, mais on a besoin de moins de souffle qu'à la clarinette contrairement à ce que le profane imagine. Et le souffle, par les temps qui courent, vaut mieux l'économiser. J'ai retrouvé cet enregistrement de répétition dans "ma musique". Le saxophone y est parfois plaintif. Sans doute un moment de blues. La musique, le jazz en particulier, permet au soliste qui improvise de faire partager ses sentiments, ses émotions. Il y arrive parfois. Une remarque à propos de cette interprétation: on entend comme une respiration. C'est normal car c'est moi qui expire un peu d'air sur les côtés de l'anche. C'est voulu. C'est pour créer une ambiance, un climat (!), un peu de mystère... Mais ça ne marche pas toujours. On le devine. Alors, on prend sa clarinette et on joue les rues d'Antibes.

Alors...vous joue-je les rues d'Antibes???



15:58 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

21/08/2012

Tristan et Ysolde...

 

podcast

Aimez-vous Richard Wagner? Je veux dire, plus précisément: aimez-vous la musique de Richard Wagner?

220px-Tristan_Iseult_fountain_Louvre_OA10958.jpgDaniel Barenboim, chef d'orchestre renommé, militant courageux pour le rapprochement des peuples juif et palestinien, avait osé, avec l'orchestre philarmonique de Berlin, il y a une dizaine d'années, interpréter un extrait de Tristan et Ysolde à Jérusalem. Polémique...Wagner, on le sait, on le comprend aussi, n'est pas un personnage aimé en Israël!

Si j'étais juif, si des parents, des amis...avaient été déportés, exécutés dans un camp, serais-je, tout de même, malgré tout, resté dans la salle pour écouter Wagner comme l'a fait la grande majorité des spectateurs? Franchement, je ne sais pas. Si j'étais un admirateur de cette musique, peut-être que oui. Si...

19/08/2012

la boîte à musique

 

lavandières de Pontrieux 1.jpg

Le rapport de l'image avec la note ne vous sera perceptible qu'à la fin... Patience!

Vous connaissez sans doute ( peut-être) cette émission de télé estivale présentée par le talentueux Jean François Zigel ( ou Zygel, j'aitrouvé les deux orthographes). Un régal. Même si vous n'êtes pas trop mélomane ( vous ne pouvez avoir toutes les qualités), vous passez un moment fort agréable. Les artistes qui se produisent sont des musiciens de haut niveau et Jean François ( je me permets cette familiarité car lui-même tutoie tous ses invités ce que je trouve fort sympathique), Jean-François donc, pianiste de grand talent, est un pédagogue formidable. Dernièrement, il nous a expliqué, exemples à l'appui, la musique du grand Beethoven, le pourquoi ci, le pourquoi ça, le comment aussi, la vie compliquée du maître. On ne s'ennuie pas une seconde. C'est de la vulgarisation intelligente.

Etait aussi présent sur le plateau, entre autres, Luc Ferry, le philosophe ( faisons l'impasse sur son séjour au ministère de l'éducation!). C'est Monsieur-je-sais-tout ! Très chiant, Luc, je suis obligé de vous le dire tellement je le pense fort! Je n'ai pas caché mon sentiment à Roro pendant l'émission. D'ailleurs, elle m'approuve. Quand, par exemple, Jean-François a évoqué l'interprétation originale de la Cinquième Symphonie par les Quatre Barbus ( paroles de Francis Blanche), Luc-le Grand, d'un élégant mouvement de tête pour rejeter ses mèches rebelles vers l'arrière, l'a déclarée... vulgaire! Roro a bondi de son fauteuil car Boé si Boé la a chanté admirablement cette chanson fort amusante rebaptisée la pince à linge. Je vous livre ci-dessous notre interprétation ( mise en scène par "votre serviteur"): vous cliquez où vous voulez, c'est votre problème!

http://www.dailymotion.com/video/xcx6cr_la-pince-a-linge_music

18:15 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

18/08/2012

nécrologie...

Le roi du pastis vient de mourir. Un certain Patrick Ricard. Il était commandeur de la Légion d'honneur depuis 2007. Une reconnaissance méritée, je n'en doute pas. Son groupe "affiche", pour le premier semestre 2012, un bénéfice de 800 millions d'euros ( plus 20%!). Son chiffre d'affaires pour ces 9 derniers mois serait de 6,3 milliards. Je recopie bêtement ce que je lis en imaginant que ces résultats sont excellents. Voilà donc une entreprise qui ne craint pas la crise. J'oubliais: il était un des patrons les mieux rémunérés . 2,4 millions € en 2008, c'est beaucoup?

Pour des raisons intimes, lointaines, inavouables ici, je déteste l'abus d'alcool, je plains les ivrognes et ceux qui les côtoient, les supportent, les aident parfois quand ils peuvent, je plains ceux qui, d'une manière ou d'une autre, en souffrent. Voilà ce que m'inspire cette actualité.

Commandeur de la légion d'honneur! Tiens, une fois n'est pas coutume comme on dit souvent pour s'innocenter, s'excuser, je vais me préparer une "petit pastis" bien frais pour fêter ça ( je veux parler de la légion évidemment!). Quelle chaleur!

 

a.jpg


canicule


Les médias ont raison: il fait très chaud. Je viens, à l'instant, de faire un tour dans le jardin. Ce fut très bref. En m'affalant dans le fauteuil j'ai déclaré à Roro:

Henry_Miller_My_Life_And_Times_Table_Tennis0013.jpg- Ce soir, mon amie, ne comptez point sur moi pour une partie de tennis de table*!

Nous sommes en effet des passionnés de ce sport que nous pratiquons chaque jour. Roro y excelle. Pour gagner,  elle utilise parfois des moyens peu orthodoxes visant à détourner mon attention, à me distraire. Elle y parvient bien sûr.

Bon, je vais m'abreuver. C'est ce que nous recommande la dame de la télé à l'instant. Je vous conseille d'en faire autant.

* certains disent ping pong !

 

coup bas.jpg


07:40 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (8)

16/08/2012

se canto...


podcastCliquer sur podcast

gavar...+.JPG

Notre version de se canto est paloise ( je l'avais empruntée, il y a deux ans, à Marcel Amont).  Comme dans cette chanson traditionnelle d'occitanie et aussi comme le montre la photo, je gravissais en ce temps-là, vaillamment, les pentes pyrénéennes, d'un bon pas de montagnard amoureux car, tout en haut du col, parmi les fleurs sauvages, telle une abeille, m'espérait une belle...

Mais où sont les neiges d'antan, écrivait Villon chanté par Georges.

 

IMG_0792.JPG

14/08/2012

le million...

Je viens d'achever "la liste de mes envies"de Grégoire Delacourt. Une découverte littéraire très agréable. Je ne vous en dirai pas davantage au cas où cette lecture vous tenterait si ce n'est que cette histoire m'a rappelé un fait divers, un évènement agréable, inattendu, que nous avons vécu dans les années 70.

 

10000 !!!.jpg

Nous n'avons jamais joué ni au loto, ni au bingo, encore moins au casino, ni misé sur un cheval...Nous achetons tout de même à Antoine des billets de tombola pour la fête de l'école publique et cette année, nous avons même gagné un lecteur Mp3!

En 197?, au cours de la quinzaine commerciale d'Agen, nous fîmes quelques achats au SUDECO du quartier. Leur montant donnait droit à un certain nombre de billets de tombola, une dizaine pour ce qui nous concernait, billets que nous donna la gentille caissière en rendant la monnaie et que Roro enfouit machinalement dans son sac.

Vous avez vu l'article de presse ci-dessus de La Dépêche du Midi: on remet à Roro un sac contenant des pièces d'or d'une valeur de 10000 francs nouveaux soit un million d'anciens francs; nous avions gagné le gros lot! En réalité le sac ne contenait sans doute que des cailloux car, les photos prises, on le remplaça par un chèque ce qui, d'ailleurs nous convenait davantage!

Comment dépenser cet argent? Etablir une liste de nos envies fut inutile. Même pas de nos besoins tellement ceux-ci étaient évidents: remplacer notre vieille 2CV, financer les cours de conduite de Roro et mettre le peu qui restait sur un compte-épargne, début d'un futur apport personnel dans la perspective plus ou moins lointaine de la construction de notre habitation.

Finalement, si vous lisez Grégoire Delacourt, ce que je vous conseille, vous constaterez que ma petite histoire n'a qu'un rapport très lointain avec son roman. Et c'est tant mieux...





 


09/08/2012

JO...(3)

journée de lendit.jpg

Vous avez, tout comme moi, suivi dans la presse la brillante prestation du groupe "les Genêts" de l'école publique de Gabarret, bourgade mi-gasconne, mi-landaise... Ces jeunes filles, rappelez vous, soulevèrent l'enthousiasme de la foule à l'occasion de la dernière rencontre départementale dite des "Lendits" à Mont-de-Marsan, leur mouvement d'ensemble ayant été exécuté avec une parfaite harmonie et beaucoup de grâce. Je ne serais pas étonné si l'une ( ou plusieurs, pourquoi pas?) de ces athlètes en herbe, élevées dès le plus jeune âge au magret et confit de canard, respirant tous les jours à pleins poumons des effluves de résine de la forêt de pins toute proche, effluves portés par la brise océanique, et, aussi de marc provenant de la cave d'armagnac d'Eauze lorsque le vent est pyrénéen..., je ne serais pas étonné, disais-je, si l'une d'entre elles, et je pense notamment à la Capitaine, la plus grande à droite, celle qui tient fièrement le fanion " Les Genêts", était sélectionnée pour les futurs JO. Elle a le physique, c'est certain. Elle pourrait avantageusement, avec un peu d'entraînement, assurer la relève dans une discipline qui bat de l'aile, celle de l'escrime car  l'honneur de notre belle province, la renommée de notre illustre D'Artagnan  ont beaucoup souffert ces derniers jours... et le fier* gascon est, croyez moi, fort dépité!

*Fier mais modeste quand même...telle est sa devise.




05/08/2012

les oiseaux...

Un matin de la semaine dernière, au cours de ma marche quotidienne au bord du canal, je rencontrai monsieur D..... ou T...., je ne sais plus, un vieil homme qui, pour des raisons essentiellement hygiéniques, promène son chien tous les matins, lui aussi, si bien que, autant l'avouer, notre rencontre n'avait pas un caractère fortuit et mon histoire, si elle s'arrêtait là, serait assez banale. Si je dis que, chaque fois, tout comme ce matin-là, nous échangeâmes quelques mots aimables, quelques commentaires pertinents sur les tout derniers évènements, bravo l'originalité! Heureusement, un évènement que je qualifierai d'étrange est intervenu...

les_oiseaux_portrait_w193h257.jpgNous en étions au dernier bulletin météo assez favorable au mûrissement de la tomate quand nous entendîmes, venant du ciel, comme des interpellations railleuses, sardoniques même, comme si le diable nous apostrophait ( j'imagine qu'il agirait de cette manière). Nous levâmes la tête, assez inquiets tout de même et nous vîmes, planant et effectuant de larges cercles au-dessus de nous, pas trop haut, un vol de goêlands assez conséquent.

- C'est comme le film de Hitchoc, murmura Monsieur D... ou T... en tirant sur la laisse de son chien.

- Vous vous voulez dire Hitchcock...Alfred?

Il ne répondit pas car il est un peu sourd et me dit qu'il avait lu récemment dans le "Petit bleu", notre canard local, que les agenais étaient très inquiets car ces oiseaux étaient de plus en plus nombreux dans la ville. Doit-on prévenir une attaque éventuelle et comment? Il y a une vingtaine d'années, rappelez vous, quelque part en Gironde, ce sont des hirondelles qui harcelaient des gens isolés ici ou là, sans aucune raison apparente. Comme dans le film...

- Restons raisonnablement vigilants, dis-je en guise d'au-revoir! 

 Je poursuivis ma promenade mais fis demi-tour plus tôt que d'habitude. Un coup de fatigue, comme on dit.

Je cois que je vais acheter une canne. Sait-on jamais...

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique