logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/03/2016

lullaby of birdland

 Mon cher Michel,

                                                           Tu assistais, c'est certain, à notre fameux* concert de ce mois de décembre 2005, tu sais , quand il faisait si froid dans la salle de la mairie de Boé! Je crois bien reconnaître ta calvitie sur certaines vidéos. Tu aurais dû garder ta casquette! A nos âges avancés, prudence. Tu avais réussi à te placer- une faveur, c'est certain- juste devant l'orchestre, à côté d'une charmante dame, une certaine Monique, habituée de nos concerts. Bravo.

                                                           Je ne sais pas comment j'ai présenté ce morceau ( lullaby of birdland). J'espère avoir dit qu'il avait été composé par le pianiste américain George Shearing ( première vidéo ci-dessous), repris par Jean Constantin**qui a écrit des paroles, françaises évidemment, fort poétiques d'ailleurs ( version chantée par Jacqueline François sous le titre "lola ou la légende de la colline aux oiseaux"- te souviens-tu?- dans la seconde vidéo)...et souvent joué, entre autres interprètes, par notre quartet ( dernière vidéo). J'aime beaucoup cette mélodie. Improviser sur ce thème était un vrai plaisir.

                                                           Comme la batterie n'a pas de secret pour toi, tu devais battre la mesure avec le pied, sur les temps deux et quatre...comme tu le fais pour actionner la pédale charleston, tout en regrettant de ne pas être avec les musiciens, sur la scène. J'aurais aimé entendre les caresses de tes balais ( que tu préférais aux baguettes) sur la caisse claire. Je me rappelle t'avoir invité à te joindre à nous. Mais tu es d'une infinie discrétion! Je ne doute pas que tu as tout de même passé un agréable moment.

                                                            Voilà. Je vais peut-être souffler un peu dans ma clarinette qui ne sort guère de la maison sauf pour les répétitions de notre Atelier Chant Boé si Boé la .

                                                             A une prochaine rencontre au bord de notre canal? Amitiés.                                          

 *je n'ai pas trouvé d'autre qualificatif!

** c'est lui qui a écrit, entre autres compositions, le shah persan, chanson  magnifiquement interprétée et mise en scène par l'Atelier chant Boé si Boé la

https://youtu.be/tyS1FsUV__8

https://youtu.be/AFzlj0wkEkE

https://youtu.be/pyhtkNfxDEk

14:19 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Il y a un bon moment que je n'étais passée sur les blogs mais quelquefois la vie fait que ...
Nous ne t'oublions pas et ....doublement quand tu penses que notre petit fils Théo vient de s'engager dans l'armée et ....il est parti ce jour à Agen dans les transmissions satellitaires !!
De ce fait nos enfants vont aller vers Agen dimanche prochain pour le repas d'incorporation de leur fils.
Gros bisous du Berry
Nicole et Henri

Écrit par : Nicole la Berrichonne | 01/03/2016

vos notes résonnent dans la maison un peu endormie après de très forts vents et des grêlons voici nôtre première neige mais qui ne tiendra pas...ici encore les vacances des..."parisiens" et alentours donc de mes petits fils (95) , moi dans le 60 la Picardie les vacances des enfants sont terminées
quelle était donc la question ...
je suis tellement a poser des questions
et a retenir toutes celles que je voudrais écrire
prenez soin de vous

Écrit par : Lady Catherine | 02/03/2016

Je prends le temps.

Lorsque j'écoute cette musique divine,
Je ferme les yeux, j'ai à nouveau vingt-ans,
Et toutes ces amours secrètes que je devine,
Me rappellent que je n'ai plus le temps!

Plus le temps d'admirer ces jupes légères,
Qui tourbillonnent sur une valse à mille temps,
Ou ces corps enlacés, qui encore vénèrent,
Les slows, les tangos ou les paso-doble d'antan.

Le temps me manque terriblement aussi,
Pour écouter et jouir des chansons anciennes,
Chanteurs de nos parents, comme Tino Rossi,
Ou tendre charmeuse, telle Boyer Lucienne.

Les accordéonistes des bals populaires,
Ou les géants du jazz, découvrant Agen,
Donnaient à la ville, le tempo à leur manière,
C'était la fête, c'était beau, c'était bien!.

Le temps, à la cadence immuable,
Fait son oeuvre, patiemment, sournoisement,
Nous laissant parfois en un état lamentable,
Dont il se rit et se délecte méchamment!

Il se fâche au souvenir de nos souvenirs,
Espérant qu'à la fin l'ont se lasse,
Que les rides remplacent les sourires,
Et que notre jeunesse, peu à peu s'efface.

Le temps, toujours lui, en un travail de sape,
En catimini, sournoisement ou au grand jour,
Agit sur ligaments et tendons qui lâchent,
Ou les neurones qui vieillissent à leur tour!

Mais ce soir, je prends le temps,
D'ouvrir ma machine infernale,
Ne voulant pas laisser le temps au temps,
D'effacer des pensées amicales!

Un petit mot, quelques lignes discrètes,
Un brin d'humour et d'agréables souvenirs,
Des amis, qu'accompagne une sentimentale clarinette,
Et c'est un lointain passé, qu'ils font ressurgir.

Oh! temps, suspend ton vol!
Murmurait dans un soupir le poète,
Craignant à juste titre, que ne s'envole,
Tout ce qui d'une vie, en fait une fête!

Alors ce soir, un court instant, le temps s'est arrêté,
Dans l'envol de notes joyeuses et souveraines,
Il a respecté ces retrouvailles, pour une fois muet,
Tendant l'oreille, s'imprégnant de cette musique reine.

Retrouver nos forces, nos envies, notre vivacité,
Il ne faut quand même pas trop lui en demander,
Mais sur ton humour, et l'amour de la musique, cher Henri,
Le temps n'a pas de prise, tant mieux pour nous, tant pis pour lui!

Michel "Jazz-nous, encore longtemps!"

Mercredi 2 mars 2016

Écrit par : Chambert | 02/03/2016

Qui est Chambert ? dommage que nous ne pouvions cliquer sur son nom et aller visiter son blog, si blog il y a .... et si il y a ne peut il modifier pour que nous puissions aller le "visiter" ?

je suis là
à le relire ...
et encore le relire
puis écouter les notes aussi
instants magiques

Écrit par : Lady Catherine | 02/03/2016

Le texte, la musique tout est beau ! Je suis allée écouter et voir les vidéos .
Mais impossible de mettre un com .
Tout est beau dans ton groupe et surtout l'Amitié....et bien sûr la musique .
Bravo! Amitiés

Écrit par : aln03 | 02/03/2016

Encore un beau poème de Michel, notre poète du canal. Poème rappelant une amitié, le temps qui passe, d'agréables souvenirs et l'amour de la musique.
Merci Henri pour cette belle interprétation de lullaby of birdland.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 02/03/2016

Je ne connaissais pas le titre de ce morceau, maintenant c'est fait, merci !
Et bravo pour votre interprétation !
Bonne soirée, amicalement,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 03/03/2016

Une page superbe, faite d'Amitié, de souvenirs, de DJANGO et sa musique si légère que j'aime souvent entendre. Je pense souvent à toi, aux heureux moments passés ensemble, maintenant, je me contente d'écouter et de peindre des couleurs vives qui me rappellent le jazz et ta clarinette.

Je t'embrasse bien fort
L.N.

Écrit par : héléne | 08/03/2016

Deux escargots,
Cheminaient!

La pluie tombe drue
Sur le chemin de halage,
Les arbres à moitié nus,
Frissonnent sous l'orage!

Des millions de gouttelettes,
Cinglent les eaux du canal,
Qui s'enfuient en petites vaguelettes,
Devant ce temps anormal.

Le soleil dépité se cache,
Au-dessus des nuages,
Alors que le vent se fâche,
Laissant éclater sa rage!

La nature se réjouit,
Offrant sa gamme de couleurs,
Du jaune vif des pissenlits,
A la violette porte-bonheur.

Tout un petit monde invisible,
Gravite le long des berges,
Insectes aux ailes si fragiles,
Que les herbes folles hébergent.

Chacun de leur coté,
Deux escargots musardes,
Sur le dos, leur parapluie chamarré,
Que les oiseaux regardent.

L'un, va son chemin lentement,
L'esprit perdu dans ses pensées,
Se souvenant d'un autre temps,
D'une autre époque, enjouée!

L'autre, sous la pluie battante,
Chantonne, et va allègrement,
Désirs et projets en attente,
Sans ses jambes de vingt-ans!

Ils se rencontrent soudain!
Echangent des mots, des souvenirs
Parlent d'autrefois, ou avec entrain,
Ils faisaient danser et sourire.

Car l'un était divin clarinettiste,
Et l'autre son accompagnateur,
Le premier déchiffrait la musique,
Le second n'était que batteur!

La rencontre fut très amicale,
Entre nos deux vieux escargots,
Pour qui ce n'était, histoire banale,
Mais simplement, le sens des mots.

La pluie, soudain de connivence,
Cessa de martyriser leurs parapluie,
Donnant au ciel et à la vie l'espérance,
D'un doux soleil, dans l'après-midi.

Nos escargots, hors de leurs coquilles,
S'en allèrent alors à pas légers,
Heureux de cette amitié fragile,
Que n'altérait guère les années.

Chacun rentra dans sa maison,
Tandis que la pluie redoublait de violence,
Tous deux conscients non sans raison,
Que dans la vie, l'amitié a son importance.

Michel'' Henri et Michel ''
parfois, sans leur coquille!

vendredi 22 avril 2016.

Écrit par : chambert Michel | 22/04/2016

Un bon jour à toutes et tous
si beau les mots
MERCI

Écrit par : Lady Catherine | 23/04/2016

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique