logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/08/2012

summertime


podcast

sieste.jpgQue faire en cette période de canicule? Peut-on passer son temps allongé sur un relax à somnoler? Où s'installer d'ailleurs? Les vieux érables de notre canal, eux-mêmes fatigués, au feuillage clairsemé, desséché, ne fournissent ici et là que des zones d'ombre même pas rafraîchissantes. Pas un souffle. Tant mieux parce que si l'autan s'en mêle, ce sera pire encore!

Jouer Summertime avec son saxophone, pourquoi pas. Cet instrument est un peu lourd certes, mais on a besoin de moins de souffle qu'à la clarinette contrairement à ce que le profane imagine. Et le souffle, par les temps qui courent, vaut mieux l'économiser. J'ai retrouvé cet enregistrement de répétition dans "ma musique". Le saxophone y est parfois plaintif. Sans doute un moment de blues. La musique, le jazz en particulier, permet au soliste qui improvise de faire partager ses sentiments, ses émotions. Il y arrive parfois. Une remarque à propos de cette interprétation: on entend comme une respiration. C'est normal car c'est moi qui expire un peu d'air sur les côtés de l'anche. C'est voulu. C'est pour créer une ambiance, un climat (!), un peu de mystère... Mais ça ne marche pas toujours. On le devine. Alors, on prend sa clarinette et on joue les rues d'Antibes.

Alors...vous joue-je les rues d'Antibes???



15:58 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

18/08/2012

nécrologie...

Le roi du pastis vient de mourir. Un certain Patrick Ricard. Il était commandeur de la Légion d'honneur depuis 2007. Une reconnaissance méritée, je n'en doute pas. Son groupe "affiche", pour le premier semestre 2012, un bénéfice de 800 millions d'euros ( plus 20%!). Son chiffre d'affaires pour ces 9 derniers mois serait de 6,3 milliards. Je recopie bêtement ce que je lis en imaginant que ces résultats sont excellents. Voilà donc une entreprise qui ne craint pas la crise. J'oubliais: il était un des patrons les mieux rémunérés . 2,4 millions € en 2008, c'est beaucoup?

Pour des raisons intimes, lointaines, inavouables ici, je déteste l'abus d'alcool, je plains les ivrognes et ceux qui les côtoient, les supportent, les aident parfois quand ils peuvent, je plains ceux qui, d'une manière ou d'une autre, en souffrent. Voilà ce que m'inspire cette actualité.

Commandeur de la légion d'honneur! Tiens, une fois n'est pas coutume comme on dit souvent pour s'innocenter, s'excuser, je vais me préparer une "petit pastis" bien frais pour fêter ça ( je veux parler de la légion évidemment!). Quelle chaleur!

 

a.jpg


canicule


Les médias ont raison: il fait très chaud. Je viens, à l'instant, de faire un tour dans le jardin. Ce fut très bref. En m'affalant dans le fauteuil j'ai déclaré à Roro:

Henry_Miller_My_Life_And_Times_Table_Tennis0013.jpg- Ce soir, mon amie, ne comptez point sur moi pour une partie de tennis de table*!

Nous sommes en effet des passionnés de ce sport que nous pratiquons chaque jour. Roro y excelle. Pour gagner,  elle utilise parfois des moyens peu orthodoxes visant à détourner mon attention, à me distraire. Elle y parvient bien sûr.

Bon, je vais m'abreuver. C'est ce que nous recommande la dame de la télé à l'instant. Je vous conseille d'en faire autant.

* certains disent ping pong !

 

coup bas.jpg


07:40 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (8)

28/07/2012

J O

 

lanceur de poids.jpg

La nuit dernière, j'ai rêvé que je participais aux JO. J'avais été sélectionné pour le lancer du poids, discipline que je pratiquais occasionnellement quand j'étais à l'Ecole Normale mais à laquelle je préférais le sprint, le 80 mètres, car j'étais junior. Je courais vite en effet, plus vite qu'aujourdhui. Pour en revenir au poids, je ne sais plus à quelle distance je lançais ce projectile, cette boule de ferraille assez lourde, souvent rouillée, que tu n'avais pas intérêt à laisser tomber sur ton pied par inadvertance. Sept kilos et plus, ça fait mal aux orteils! Numériser+.jpgCette nuit, le mouvement de rotation que je fis pour lancer le plus loin possible fut parfait, souple et harmonieux, le corps penché à droite, le torse légèrement vers l'arrière, la main droite tenant fermement le poids contre le cou, la jambe droite fléchie, la gauche se soulevant vers l'avant dans un mouvement circulaire ( je simplifie car c'est plus compliqué que ça )...Mon bras se détendit puissamment pendant que ma jambe gauche se raidissait et que mon corps d'athlète se redressait promptement. Putaing de putaing de ... pardonnez-moi! Un élan mal contrôlé et le pied gauche se retrouve en dehors du cercle! Disqualifié! Si j'avais été mieux chaussé, je n'aurais pas glissé! Manque de moyens!

Ce matin, Roro m'a reproché de lui avoir donné des coups; " Un cauchemar", lui dis-je.

18:35 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

09/07/2012

hygiène...

 

IMG_0178.JPG


Enfin, des toilettes publiques à la halte nautique! La demande devenait de plus en plus pressante comme, parfois, le besoin. Ce lieu fort agréable, surtout en été, devient en effet de plus en plus fréquenté. La canisette pour les clebs, le petit chalet pour les humains, on peut dire que notre municipalité fait le maximum pour le bien-être des boétiens et autres visiteurs. J'ai, comme vous peut-être, lu dans la presse récente qu'en Suède, dans la région de Sörmland, on obligerait les hommes à pisser assis. Souci d'hygiène d'abord ( je ne vous fais pas un dessin) mais aussi prévention du risque du cancer de la prostate. Il 280px-Bruxelles_Manneken_Pis.jpgparaît aussi que les hommes qui urinent assis ( j'évite les répétitions) sont, mesdames, des amants très performants... Qu'en pensez-vous? Moi, je ne sais pas. La question que vous vous posez sûrement: comment s'effectue le contrôle? Je vous le dirai quand je le saurai... Ce projet avait tenté nos voisins belges mais, que deviendrait le "mennekin pis", fierté des bruxellois? Peut-on imaginer une nouvelle statue du "môme qui pisse" assis? Voilà qui manquerait de prestance.

Le conseil municipal de Boé consacrera bientôt, m'a-t-on dit confidentiellement, une séance à l'étude de ce sujet. Nous dirigeons-nous, pour commencer, vers une simple recommandation argumentée avant la publication d'un arrêté? Le risque est grand d'une manifestation de protestation de la part des retraités fréquentant ce lieu, hommes fiers habitués à pisser debout depuis des décennies? Personnellement, comme le dit souvent mon ami le juge Robert Val: je m'en balance.

17:38 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

02/07/2012

et viva ESPAÑA...

antoine foot7.jpg


antoine foot 5.jpgJ'ai peu suivi le fouteballe. Je lui ai toujours préféré le rugueby et aussi l'athlétisme. Mais, pour les avoir vus à l'oeuvre deux fois à la télé, je reconnais que ces espagnols savent se servir de leurs crampons! J'ai voulu, une fois encore, faire plaisir à Rrrrorrro dont la maman originaire de la Castille, avait traversé les Pyrénées sous le régime franquiste. Je ne le regrette pas. Rrrrorrro qui, habituellement se fiche complètement des reportages sportifs et du foot en particulier, a vibré comme jamais je ne l'ai vue vibrer ( sauf circonstances particulières...) antoine foot 4.jpgtout au long de cette soirée de finale. Atavisme... Elle avait nourri de grands espoirs sur Antoine quand, à l'âge de quatre/cinq ans, au bord de notre canal, sous les regards admiratifs des promeneurs, il jonglait, dribblait, shootait... bref, il accomplissait à la perfection, me semblait-il, les gestes essentiels du fouteballeur de haut niveau. Comme il n'a pas encore trouvé d'entraineur à la hauteur de ses capacités, il s'est tourné vers le baskette qu'il pratique dans la catégorie des poussins: il y excelle également! Je ne désespère pas de le voir, tout comme moi autrefois, courir le 100 mètres en moins de 12 secondes...pour commencer évidemment.

 

antoine foot 3.jpg


 



16:00 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (9)

20/06/2012

lettre à Jack...

Mon cher Jack,

orchestre vieil-orléans.JPGTu n'aurais pas dû, Jack. Quelle mauvaise idée cette escapade vosgienne! Pourquoi, comme je l'ai progressivement pratiqué dans divers domaines, ne prends-tu pas un peu de recul, de repos mérité? C'est un encore plus vieux que toi, pas de beaucoup certes, de quelques mois, qui te conseille. Allez... place aux plus jeunes.

Il y a trente ans, tu nous offrais La Fête de la Musique. Un grand merci, Jack! Tu ne peux pas imaginer le plaisir que j'ai éprouvé, chaque année, ici ou là, au grand soleil ou sous l'orage,depuis 1982, à souffler dans mes instruments avec mes copains musiciens. Certains ont disparu, hélas. Demain, je penserai à eux en animant avec mon orchestre Adijazz, la soirée de Bon Encontre. Non, ça n'est pas de la techno, mais du bon vieux jazz de la Nouvelle Orléans. J'espère que tu aimes aussi.

Si tu joues d'un instrument, Jack, n'importe lequel, harmonica ou pipeau, peu importe, participe toi aussi, car c'est là l'essentiel. Evite tout de même la place des Vosges car celà pourrait être mal interprété.

Voilà ce que je voulais te dire aujourd'hui, Jack.

Bien amicalement à toi et encore merci.

PS (!): tu peux venir à Bon Encontre demain soir 21 juin, à 22 heures. Je te dédierai un morceau, promis.

L'orchestre Adijazz:

 

l57.jpg





17:48 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (4)

12/06/2012

train-train

 

dubout18.jpg


Je le savais que le combat était perdu d'avance et, pourtant, j'avais adhéré à l'association des anti-LGV pour une cotisation de 10 euros. C'est un copain militant qui m'avait convaincu. J'eus ainsi l'avantage d'être informé d'un certain nombre de manif's auxquelles je ne pus participer, sauf une, la première, à Agen. 

Donc, une voie à grande vitesse va permettre aux agenais pressés, je ne sais pas quand, de gagner une vingtaine de minutes pour rejoindre la capitale. Certains disent plus, d'autres moins. Bref, ce sera plus rapide. Tant mieux car l'investissement est, paraît-il, considérable.

La ligne actuelle sera toujours utilisée mais réservée à une clientèle défavorisée économiquement: chômeurs, smicards, SDF, étudiants boursiers, femmes seules, pensionnés bénéficiaires du minimum vieillesse, immigrés sans papiers... On travaille dans le dépôt de la gare d'Agen à la remise en état de locomotives à vapeur qui commençaient à rouiller notamment celle que conduisit Gabriel, mon père adoptif, avant de prendre une retraite méritée à la fin de la guerre. Voilà une nouvelle qui le rendrait heureux s'il était encore vivant...

commentonsenrhubeenvacances3.jpg

 

Il reste aussi, sur quelques voies de garage, des wagons de troisième classe aux banquettes en bois qui  seront réhabilités: une couche de peinture par-dessus les tags, un peu de graisse sur les ressorts... et voilà.

Je plaisante à peine car le projet d'un train low-cost existe bel et bien, sans doute le savez-vous. La SNCF nous le promet pour 2017. Peut-être respectera-t-il les horaires, celui-là, comme celui de 8 heures 47.

17:29 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

09/06/2012

saint Médard

 

st médard.JPG

Boé si Boé la interprète la fameuse chanson...

Et bé, té... chez nous, hier, il n'a même pas plu! Pas besoin, donc, de Saint Barnabé pour arrêter la pluie dans quarante jours. Pourtant, malgré l'abondance des dernières précipitations, comme dit le présentateur de la météo, les nappes sont restées à un trop bas niveau. C'est ce que j'ai lu dans mon quotidien de ce matin...

IMG_0851.JPGInutile d'essayer, une nouvelle fois, d'enfoncer le tuyau planté dans le jardin il y a pas mal de temps déjà et qui me permettait de pomper l'eau située à plus de sept mètres. Depuis quelques années, impossible de faire remonter une goutte de flotte! J'arrose les tomates avec l'eau du canal heureusement pas très éloigné, une chance... quand mes lombaires sont bien disposées, sinon je remplis l'arrosoir au robinet le plus proche ce qui, je dois dire, est plus commode, moins fatiguant aussi. J'avoue que, même si j'étais certain de retrouver la nappe, je ne prendrais pas le risque, désormais, de recevoir sur la tête la masse tenue fermement, lors de notre premier forage, par mon habile frangin. En revoyant cette photo de fond de tiroir, je prends conscience de la confiance ( méritée) que je lui témoignais mais aussi de mon incroyable témérité...ou de mon inconscience! Aujourd'hui, c'est certain, je mettrais un casque ou je ferais appel à une entreprise spécialisée car, désormais, j'en ai les moyens, sans me vanter. Mais, pour arroser sept ou huit pieds de tomates et quelques pots de fleurs, est-ce que celà en vaut la peine, je vous le demande?

N'empêche que je l'ai tout de même échappé belle et qu'Antoine a bien failli, cette fois entre autres, ne jamais connaître son grand-père. Quelle chance il a eu ce gamin!


10:41 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

10/05/2012

port de la cagoule

pub collant.jpg

Doit-on avoir peur de la cagoule?

Les temps ont changé. Autrefois portée par le bourreau dans l'exercice de sa cruelle besogne, puis par les terroristes et agresseurs divers de banques, bijouteries et autres endroits pourvus de richesses alléchantes, la cagoule est désormais utilisée par les forces spéciales de police lors d'interventions diverses auxquelles vous avez pu assister, souvent en direct, si vous regardez la télé de temps en temps, ce qui n'est pas nécessaire...Je suppose qu'ils ne souhaitent pas, pour des raisons qui leur sont personnelles et que je comprends, être reconnus par celui-ci ou celui là. Prudence...

Désormais, le malfaiteur agit à visage découvert, avec plus de liberté, de franchise si j'ose dire.

ponpon au travail.jpgAussi devons-nous nous méfier de tout le monde. Par exemple, quand je marche au bord du canal, je ne me sens pas du tout en sécurité. Les vieux qui promènent leur clébard ne circulent qu'en groupes, de préférence tôt le matin, à l'heure où le malfrat dort encore, fatigué par ses sorties nocturnes. Certains sont armés de canne ou de parapluie même quand le temps est au beau fixe. Je les soupçonne d'avoir dressé leur chien pour faire face à une éventuelle agression. Car, sachez-le,tout est désormais possible. Le maire de Boé devrait prévenir les familles des dangers que courent leurs enfants qui fréquentent l'aire de jeux de la halte nautique. Il y gagnerait en crédibilité, son autorité en serait renforcée, sa réélection future assurée. Un certain laxisme a régné jusqu'à ces derniers temps dans notre commune et les gens ne sont pas contents du tout: c'est ce qu'ils ont exprimé il y a peu. Je n'en dirai pas plus mais je n'en pense pas moins...


30/04/2012

le myosotis ou bien la rose

Le myosotis ou bien la rose...j'aime bien ces fleurs, la chanson, Mouloudji aussi.

roses et myosotis.JPGComme chaque année à la même époque et pendant deux ou trois semaines, de fin avril à la mi-mai, "j'oublie" de tondre, de tondre vraiment, de tondre comme vous le faites sans doute, comme le font aussi mes voisins et beaucoup d'autres, personnes ordonnées, consciencieuses, laborieuses...Cette année, j'ai un alibi: il flotte depuis des jours et des jours et ça n'est pas fini, parait-il! Tant mieux. Je sais que celà vous fait râler même si vous admettez que de l'eau, il en faut encore et encore. D'ailleurs à l'heure où j'écris cette note l'orage gronde, l'éclair luit.

Quand je dis que je ne tonds pas, j'exagère un peu: je promène occasionnellement mon taille-herbe dans le jardin (je ne possède pas de tondeuse, ça ne serait pas du tout commode à cause des rosiers qu'il faudrait éviter, contourner sans les abimer et ça fait du bruit, ça fait peur aux oiseaux...) je me promène donc en préservant les touffes de myosotis qui, depuis quelques années, ont élu domicile, sauvagement, et ont même tendance à s'étendre, ce qui me réjouit, évidemment. J'épargne aussi, dans toute la mesure du possible, quelques primevères et, ici et là, des petits tapis de pâquerettes. Ce faisant, je n'ai pas adopté, vous vous en doutez, la solution de facilité: c'est un travail méticuleux, joserai dire....d'artiste.

contemplations.JPGNotre rosier à petites fleurs jaunes, rosier sans épines,s'est développé à une vitesse incroyable. C'est vrai que je ne l'ai pas taillé... et il m'en est reconnaissant, semble-t-il. Il est en pleine floraison et fait l'admiration des passants égarés rue des Tilleuls, rue habituellement peu fréquentée.

Certains jugeront sévèrement mon comportement, l'assimilant à une sorte de laxisme, de paresse, me classant définitivement dans la catégorie de ceux, méprisables, qui se lèvent tard. Demain, leur jugement sera conforté par ma participation, avec mon syndicat ( et oui, je suis encore syndiqué.... pour longtemps, j'espère!)

Il ferait mieux de cultiver son jardin, médiront-ils. Laissons jaser!

Roro aime notre jardin: tel qu'il est il me plaît, chantonne-t-elle. Et ça, c'est l'essentiel.


27/04/2012

François Morel

ph-bibliographie.jpgCe matin, comme chaque vendredi, j'écoute avec émotion le billet de François Morel. J'ai énormément de sympathie, d'admiration même pour cet homme, humoriste au grand coeur, comédien talentueux, auteur et interprète de chansons intelligentes, tantôt poétiques, tantôt drôles, souvent engagées...

Ce matin donc, l'invité de France Inter est Jean Luc Mélenchon. C'est l'occasion, pour François Morel, de rendre hommage à son père décédé, ancien cheminot, ancien communiste, tout comme Gabriel qui m'a recueilli à l'âge de quatre ans et qui devint mon père même si je ne l'ai jamais appelé papa, je crois. Gabriel était abonné au journal "le travailleur" qu'il lisait méthodiquement. Conduire les machines à vapeur, quel dur métier! Comment ne pas être communiste! La retraite à 50 ans n'était pas un vrai cadeau car, généralement, on mourrait jeune. Gabriel nous quitta donc dès atteinte la soixantaine. Un accident vasculaire cérébral. Normal... Il aurait soutenu Mélenchon, c'est évident.

Gabriel parlait, me parlait. Il m'a convaincu. Avant de devenir instit ( quelle promotion sociale, quelle fierté pour lui et Aline, ma mère!), j'ai su ce qu'était la précarité, le "tirer le diable par la queue", les difficultés à "joindre les deux bouts", " l'exploitation de l'homme par l'homme" comme il disait souvent. Grâce à lui, à sa générosité, je n'ai tout de même jamais eu faim. Ma reconnaissance est infinie. Je te promets de maintenir la barre à gauche... Papa.

( Je n'ai que deux photos de lui - en ce temps-là, chez ces gens-là chantait Brel- on ne photographiait que pour les grandes occasions. Je préfère les garder dans l'album de famille)

17:09 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (6)

12/03/2012

modestie... suite

numérisation0005.jpgManifestement certains d'entre vous ont des difficultés à suivre l'actualité, à écouter ce qui se dit d'essentiel. D'où l'incompréhension manifestée par quelques blogueurs à la lecture de notes laborieusement conçues et mises en forme notamment celle, publiée récemment,  par votre serviteur. J'en fus, ce matin même, je vous l'avoue, fort marri. Pourquoi donc ce couplet sur la modestie, m'interroge-t-on? Je vous donne donc un indice: ce dessin de Christian Gasset publié hier matin par mon quotidien, dessin illustrant une chronique de Christian Seguin dont je savoure l'humour chaque dimanche. J'espère que, désormais, vous ne m'interrogerez plus sur le pourquoi de mes écrits. D'ailleurs, parfois, je serais bien incapable de vous répondre, de donner un sens à certaines de mes élucubrations...

A propos d'actualité: je viens d'apprendre ce WE que Claude François était mort! Putaing...ça m'a fait un choc!

15:09 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

11/03/2012

modestie

IMG_3466.JPGNous vivons un grand moment de modestie. Reconnaissons que cette vertu n'est pas à la portée de toutes et tous. Par exemple, elle échappe trop souvent, dans l'exercice de leurs fonctions, à la caissière de Conforama, à l'agent d'entretien, au technicien de surface...au SDF. Elle convient davantage à la femme du ministre, au chef d'entreprise, au sportif de haut niveau, à la bourgeoise qui s'investit dans le caritatif...même si l'apparence peut être parfois trompeuse. On a parfois trop tendance à s'attacher aux signes extérieurs de richesse ce qui fausse notre jugement. Importantes sont les attitudes, la démarche, la gestuelle, les mots simples prononcés du bout des lèvres, comme chuchotés... en évitant bien entendu la vulgarité. Il faut savoir aussi avouer sa modestie, ne pas en avoir honte.

On attribue à un supérieur de couvent espagnol dont j'ai oublié le nom ( tu parles, c'était au XVIIe siècle) la phrase bien connue: Moi*, pour l'humilité, je ne crains personne. Pour la modestie, c'est pareil.

*Le Moi est de première importance.

14/02/2012

la chute des corps...


podcast

caveauhuchette ronis.jpgIt Don't Mean a Thing if it ain't got that swing?... C'était à Marciac, il y a sept ou huit ans, peut-être plus! Pour ce morceau, j'ai préféré le saxophone à la clarinette.

.............................................................................................................................................

Ce matin, promenade quotidienne sur la piste longeant notre canal. Des plaques de verglas ayant résisté ici et là au redoux, étaient cachées par une fine couche de neige tombée cette nuit. Hier, elles étaient visibles, faciles à éviter, à contourner. Ce matin, non…Roro m’avait pourtant recommandé la prudence. Au moment où j’imaginais une petite histoire à raconter pour alimenter mon blog, histoire si possible d’actualité, patatras, je glisse, tombe à la renverse…Ne vous inquiétez surtout pas: j’ai un peu mal au poignet droit pour cause de réception hasardeuse et assez brutale, mais, j’ai essayé le saxophone et tout fonctionne normalement. Ouf!

Mais je ne voudrais pas être tombé pour rien: je vais donc raconter l’histoire cause de mon manque d’attention. Il est question d’argent et de glace. C’est donc l’actualité. Je tiens mes promesses.

Un homme marchait, solitaire, sur le chemin de halage. Il aperçut un gros porte-monnaie pris dans la glace, sur le bord. Il ôta ses gants et entreprit de le dégager: rien à faire! Au bout d’un certain temps, ses mains étant gelées, il renonça. Il regarda vers Toulouse, vers Agen: pas un chat. Il ouvrit sa braguette, réussit tant bien que mal à extraire sa zigounette ( il faisait très très froid) et urina sur le porte-monnaie pour faire fondre la glace.

Et il se réveilla dans son lit, tout mouillé.

Telle est la chute de mon histoire.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique