logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/08/2012

les oiseaux...

Un matin de la semaine dernière, au cours de ma marche quotidienne au bord du canal, je rencontrai monsieur D..... ou T...., je ne sais plus, un vieil homme qui, pour des raisons essentiellement hygiéniques, promène son chien tous les matins, lui aussi, si bien que, autant l'avouer, notre rencontre n'avait pas un caractère fortuit et mon histoire, si elle s'arrêtait là, serait assez banale. Si je dis que, chaque fois, tout comme ce matin-là, nous échangeâmes quelques mots aimables, quelques commentaires pertinents sur les tout derniers évènements, bravo l'originalité! Heureusement, un évènement que je qualifierai d'étrange est intervenu...

les_oiseaux_portrait_w193h257.jpgNous en étions au dernier bulletin météo assez favorable au mûrissement de la tomate quand nous entendîmes, venant du ciel, comme des interpellations railleuses, sardoniques même, comme si le diable nous apostrophait ( j'imagine qu'il agirait de cette manière). Nous levâmes la tête, assez inquiets tout de même et nous vîmes, planant et effectuant de larges cercles au-dessus de nous, pas trop haut, un vol de goêlands assez conséquent.

- C'est comme le film de Hitchoc, murmura Monsieur D... ou T... en tirant sur la laisse de son chien.

- Vous vous voulez dire Hitchcock...Alfred?

Il ne répondit pas car il est un peu sourd et me dit qu'il avait lu récemment dans le "Petit bleu", notre canard local, que les agenais étaient très inquiets car ces oiseaux étaient de plus en plus nombreux dans la ville. Doit-on prévenir une attaque éventuelle et comment? Il y a une vingtaine d'années, rappelez vous, quelque part en Gironde, ce sont des hirondelles qui harcelaient des gens isolés ici ou là, sans aucune raison apparente. Comme dans le film...

- Restons raisonnablement vigilants, dis-je en guise d'au-revoir! 

 Je poursuivis ma promenade mais fis demi-tour plus tôt que d'habitude. Un coup de fatigue, comme on dit.

Je cois que je vais acheter une canne. Sait-on jamais...

 

22/07/2012

comme disait...

WC publics.JPGQuelques jours d'absence et me revoici ce matin à proximité de la halte nautique où vient d'être réalisé un charmant petit chalet dont j'ai déjà parlé, je sais, mais il mérite cette seconde note, construction insolite dans notre vaste vallée mais du plus bel effet reconnaissons-le, sorte de refuge destiné à l'isolement du promeneur désireux de satisfaire un besoin plus ou moins urgent. Hourra ... l'édifice est désormais achevé, la porte ouverte m'autorisant une première visite curieuse! Je constatai avec satisfaction la propreté irréprochable des lieux, j'appréciai leur surface- c'est spacieux- et imaginai aussi leur confort. J'avoue même avoir été tenté de m'asseoir sur la cuvette immaculée, uniquement pour essayer, tester... mais ça n'était pas le moment. De toute façon, la porte était restée ouverte et un petit groupe de retraités matinaux et bavards, promeneurs de chiens, discutaient à l'entrée.

  - La cuvette, chapeau, dit l'un!

  - Sur le plus beau trône du monde, on n'est jamais assis que sur son cul, rétorqua un autre sur un ton sentencieux.

  - Vous avez bien raison, approuva un troisième. Belle phrase! Bravo!

  - C'est de Montaigne , monsieur, dit le second avec modestie...

Voilà un homme, pensai-je étonné, que je croise tous les jours depuis des années, avec qui je n'ai jamais échangé plus de trois mots ( bonjour...il fait chaud...?), un monsieur capable de citer Montaigne fort à propos d'ailleurs, bref un érudit! Notre bord de canal est bien fréquenté tout de même!

-... C'est mon petit-fils, le lycéen, qui l'a dit l'autre jour quand on regardait le soixantième anniversaire du règne d'Elisabeth II à la télé. J'ai trouvé que c'était bien torché, non? Alors, je le place chaque fois que l'occasion se présente, comme ce matin.

Je suis déçu...

Quand le secteur sera plus calme, je reviendrai pour écrire un graffiti digne de ce lieu...

 

euréka.jpg



17/07/2012

à vos souhaits

Ce matin, comme chaque matin, je marchais au bord du canal. Au moment où je croisai Marie, la vieille dame, vous savez, celle qui promène son chien du côté de la halte nautique, je me mis à éternuer. Sans doute un léger rhume provoqué par le changement de température  (on ne sait plus comment s'habiller ma pôvre). Quand j'eus terminé, Marie me dit: "à vos souhaits"! Je trouvai la formule fort sympathique et plus originale que le traditionnel bonjour auquel on a droit de temps en temps...Aussi, répondis-je, le ton enjoué: "merci beaucoup"!

IMG_2452.JPGJ'arrivai à hauteur de la borne 101, vous savez, celle qui se trouve en face du château Saint Marcel, quand je me mis de nouveau à éternuer. A ce moment me doubla Gréta (c'est ainsi que je l'ai baptisée, mais, croyez-moi, je ne la connais pas), la grande blonde charmante à la foulée chaloupée qui me sussura avec son adorable accent nordique: "à vos souhaits, monsieu..."

Je ne sais pas pourquoi, ça m'a échappé: "chiche"... ai-je répondu instinctivement. Je sentis comme une hésitation dans sa foulée. Mais elle reprit son rythme et me distança rapidement. Ouf! N'aurais-je pas paru, sans le vouloir, un peu audacieux? Mais, peut-être la dame ne connaît-elle pas le sens du mot? D'où le flottement. En tout cas, on fait le malin et, résultat, on est bien embarrassé. J'espère qu'elle me dira bonjour lors de notre prochaine rencontre, bonjour avec le sourire comme d'habitude. Et si elle me disait: "chiche" à son tour!  J'ai répondrai "à vos souhaits"  et on sera  quitte!

21/05/2012

à propos...


podcast

On ne va tout de même pas chicaner pour trois ou quatre ans de plus ou de moins! De toute façon, ce temps pourri ne permet pas de renouveler la photo. Le banc ( toujours aussi bleu) est trop humide pour que Roro et moi-même y installions, même pour un court moment, nos fesses fragiles risquant, ce faisant, une rhume de cerveau. Donc, mon à propos est ancien, je le confesse pour mes lecteurs à qui je dois, de temps en temps, un peu de sincérité, de vérité.

Je n'ai rien changé à ma petite chanson ( vous avez reconnu la musique de Georges) et ma guitare est toujours aussi mal accordée. Mais l'intention d'être agréable demeure, pour longtemps j'espère, malgré les nuages...

Ce jour-là, il faisait beau:

animation canal.JPG

 

31/01/2012

vers les AAAA...


podcast

le quartet en répétition ... ce sera mieux le 11 février, promis!

cale sèche 3.JPGMa dernière note fut, j'en conviens, assez calamiteuse. Certains m'ont même reproché son caractère nocif arguant que je contribuerais à aggraver l'état d'accablement, de découragement, d'anxiété... dans lequels nous sommes désormais plongés, englués, peut-être bientôt engloutis comme le sont tous ces objets disparates que j'ai photographiés dans la vase nauséabonde d'un canal quasiment asséché... Mea culpa. J'avoue que je me suis laissé gagner par la morosité ambiante et que mon rôle de plus que septuagénaire ( putaing déjà!) n'est pas d'en rajouter mais, au contraire, montrer plus de sagesse, de sérénité, d'optimisme même. Je vais m'y employer désormais avec courage car, j'en ai conscience, la tâche ne sera pas aisée...

Laissons donc pour quelques semaines notre canal dans son lamentable état.

fleurs Boé.JPGDans mon journal de ce matin, une nouvelle qui a embelli une journée pourtant fort désagréablement pluvieuse: notre commune, détentrice depuis quelques années de trois fleurs largement méritées, serait à la veille d'en obtenir une quatrième proposée par un jury régional lequel a  déjà décidé, en attendant, d'un prix spécial coup de coeur, sorte de AAA+ anticipant un extraordinaire AAAA national! Les raisons? Ecoutez, ce serait trop long à développer. Le mieux serait que vous veniez constater vous même ...quand on aura remis de la flotte dans notre canal.

29/01/2012

canal poubelle

dépotoir 2.jpg

Je ne fais plus de photos depuis pas mal de temps. Sans doute l'avez vous remarqué avec désappointement. J'oublie volontiers l'appareil dans le placard. Un peu de lassitude sans doute. De toute façon, entre la borne 103 et la 101, je me demande ce que, désormais, mon numérique pourrait ramener d'intéressant...de plus intéressant que toutes les images stockées depuis des années dans mon fichier et publiées ici et là et même exposées, mais oui, surtout des arbres, lesquels, j'ose le dire avec modestie, ont connu un bon succès auprès de la population locale laquelle compte tout de même un nombre important de connaisseurs. Vous me direz que je pourrais envisager d'élargir mon champ d'investigation, pousser par exemple jusqu'à la borne 100, direction Toulouse ou, vers Agen, la 104. Avez-vous imaginé un instant que celà rallongerait mon parcours de deux kilomètres, un, plus un pour le retour! Et, que trouverais-je d'intéressant à photographier entre la 101 et la 100, entre la 103 et la 104. Je ne voudrais pas m'épuiser pour rien. Mais, trève de bla bla...

bobines.JPGCe matin, je ne sais pas quelle mouche m'a piqué ( c'est une expression car la saison n'est pas franchement à la mouche), j'ai glissé l'appareil dans la poche du manteau ( il soufflait un petit vent du nord!) et me voilà parti pour un nouveau safari (!) photos... Le ciel était gris et le canal a été presque vidé depuis quelques jours pour cause de nettoyage et entretien des berges. Croyez-moi, ça n'est pas du luxe. On n'imagine pas tout ce qu'on peut balancer dans la flotte! Des vélos, des tricycles, des scooters, des machines à laver, des congélateurs, des frigidaires, des sommiers, des chaises pliantes, du grillage, des portails métalliques, des barrières, des bobines énormes ... de tout. La déchetterie de Boé est à deux pas... J'ai tout de même pris quelques photos en guise de preuves car, je le sais, certains d'entre vous, à tort ou à raison,  ne croient pas tout ce que je raconte. Demain, je complèterai mon reportage... Il va être bientôt 20h30 et je vais aller me passer un DVD de concert de jazz, je ne sais pas encore lequel mais je n'ai pas envie de regarder la télé car je n'ai rien vu d'intéressant dans le programme.

Afin d'égayer un peu cette misérable note, je vous offre un enregistrement réalisé sur le boul' d'Agen en cours de travaux ( décidément!) le soir de la dernière fête de la musique. Thierry à la contrebasse et René au banjo m'accompagnent ( vous les aviez reconnus)


podcast

23/04/2011

des arbres...

cc.JPG

- Sais-tu que notre région fut, dans les années 1700, le premier centre séricicole de France?

C’est Serge qui m’apostrophe  ainsi, stoppant net notre marche matinale au bord du canal. Nous allions d’un bon pas, pas loin d’atteindre la borne 101 ( même pas à mi-chemin de notre parcours habituel) et voilà qu’il cassait notre élan avec une question que je jugeai inopportune, totalement hors sujet, car nous venions d’entreprendre, comme chaque matin au presque même endroit, notre débat sur les problèmes d’actualité après avoir évacué ceux liés aux soucis quotidiens de famille, de santé…

Séricicole…putaing, pensai-je, c’est quoi ça déjà?

Pourtant, avec Serge, habituellement, on se comprend. Mêmes lectures, mêmes options politiques… à quelques détails près. Mais il aime bien me faire parfois une petite démonstration d’érudition. Je le soupçonne de tenter, de la sorte, connaissant ma susceptibilité, mon amour propre, de m‘agacer, créant ainsi une diversion opportune lorsqu‘il se sent un peu déstabilisé par mes arguments irréfutables tendant à lui démontrer que son choix ( ou absence de choix) pour les élections futures révèle une sorte d‘irresponsabilité que je réprouve…Bref.

Nous étions arrêtés juste au pied d’un des cinq vieux mûriers miraculeusement épargnés par les gros engins ainsi que par le tempétueux Klaus ( ils étaient dans un état!).

Séricicole…mais oui, mais… c’est bien sûr, comme disait le commissaire! 

Je ne vais pas vous lasser avec la brillante démonstration de Serge: les magnaneries dans les greniers, la magnarelle, petit sac suspendu entre les seins de femmes et contenant ( le petit sac) les graines des futurs vers à soie  la chaleur du corps de ces dames généreuses favorisant l’éclosion de larves noires et velues, la voracité de ces bestioles et leur goût immodéré pour les feuilles du mûrier qui, autrefois, poussait abondamment le long de nos rivières…

Un ange blond, élancé, arrive sur nous en grandes foulées gracieuses… Bonjour messieurs,  nous dit-elle avec un magnifique sourire…

Bon... on y va, me dit Serge en reprenant son souffle?

16/11/2010

château Saint Marcel

st marcel.JPG
Le château Saint-Marcel dont on distingue une tour, là-bas, en face, à quelques centaines de mètres, n'a aucune originalité. Sans les feuilles du noyer joliment éclairées par le soleil automnal autant que matinal ( j'ai hésité: automnal avant matinal ou bien l'inverse... qu'en pensez-vous?), ma photo ne serait pas digne de paraître dans ce blog, ce paysage, habituellement, ne présentant aucun intérêt. Que s'est-il passé dans ce château? A ma connaissance, rien qui mérite d'être conté. Montesquieu y séjourna. Il est à vendre; si vous l'achetez, nous serons presque voisin car la borne 101 se trouve derrière moi, à une vingtaine de mètres, en bordure du canal et, comme vous le savez j'habite à proximité de la borne 103. Nous nous rencontrerions peut-être tous les matins si vous aimez la marche à pieds et nous pourrions nous saluer et échanger quelques mots aimables, quelques plaisanteries de bon goût... A bientôt peut-être?

03/11/2010

changement de décors...

IMG_0119.JPG
C'était hier, ce matin-là...

Je crois que je vais renoncer au dessin. C’est ce que me recommandent, à mots couverts, certains « amis » après la publication de ma précédente note. Peut-être est-il encore temps de prendre des cours? Je vais réfléchir.

La lumière du matin embellit admirablement notre canal… mais il faut se lever tôt et ne pas laisser passer le moment propice. Quand le soleil apparaît derrière la Vierge de Bon-Encontre perchée sur la colline ( Bon-Encontre est le bourg voisin de Boé), il ne faut pas traîner: tu saisis ton numérique et… voilà le résultat! Attention, vous vous imaginez que je dois au hasard l’extraordinaire qualité de cette image! Vous allez encore, comme vous l’avez fait pour mon dessin ( j’ai mal digéré vos remarques hypocrites!), contester mes talents artistiques! Il faut savoir choisir l’angle idéal et ça, croyez-moi, c’est un don.

Le jeune chêne importé d’Amérique et récemment planté par nos jardiniers boétiens pour remplacer le vieil érable désormais défaillant, érable que j’ai connu dans la force de l’âge il y a quarante ans, quand nous nous sommes installés ici,  ce jeune chêne donc me fournit un premier plan de qualité grâce à son feuillage d’un rouge écarlate, couleur jusque là inconnue sur nos berges. Que sera-ce dans quelques années, pensé-je, avec un brin de mélancolie…

Et voilà que j’ai rêvé, la nuit dernière de ma rencontre dans ce nouveau paysage, avec un grizzly. Quel cauchemar!

Je sais, depuis peu, que les femelles sont redoutables.

29/04/2010

promenade-photos

IMG_0023.JPG

Montage, avez-vous dit! Que nenni mon amie. Mon nouvel à propos est illustré d’une vraie photo tirée un de ces derniers matins au bord du canal par notre accompagnateur vacancier, le talentueux Antoine. Il nous a saisis, Roro et moi, au beau milieu des fleurs de carottes sauvages fort abondantes par endroits. Le résultat est, vous en conviendrez, du plus bel effet.

IMG_0013.JPG

Nous engageâmes un combat loyal mais sans merci avec des fleurs de pissenlits. Comme on peut le constater, nos tactiques sont différentes: je n’hésite pas à aller bravement de l’avant pendant qu’il esquive en souplesse en contre-attaquant. Un malin! Mais, j’ai du souffle; des années et des années de clarinette, ça aide!

IMG_0019.JPG

Ce gamin mériterait parfois une petite fessée car, effrontément, il m’imite publiquement. Comme si nous ne nous ressemblions pas suffisamment! C’est-ce qu’on dit. Ça le flatte, même s’il joue l’indifférence:

- Comme il te ressemble, ton papi! ( la gentille dame)

- Bof…( lui)

Faux jeton.

IMG_0024.JPG

21/09/2009

incivilité (suite)...

Voici le message que monsieur le Maire de Boé m'a adressé à la suite de ma note d'hier:

Cher administré, cher ami,

Comme il est rassurant de pouvoir compter sur des collaborateurs aussi zélés et perspicaces!

Ainsi donc le civisme et le sens de l'intérêt général sont toujours de mise.

Poursuivez vos investigations mon ami, ne négligez aucun détail.La collectivité vous en sera reconnaissante et saura bien vous l'exprimer un jour!

C...D...

Merci Christian ( c'est le prénom de notre maire) pour ta participation amicale... et ton humour!

 

Pour celles et ceux qui auraient douté des intentions du maire de Boé à la lecture de ma note d'hier ( tout est possible!) je tiens à affirmer que prôner, encourager la délation est à l'opposé de ses idées.

La preuve.

Samedi matin, après la remise des prix récompensant les photographes exposant leurs oeuvres à la médiathèque ( je vous rappelle que j'ai été classé second!), nous buvions le verre de l'amitié et je me trouvais à deux pas d'un petit groupe de conseillères municipales dont le comportement et les bribes de leurs propos me parurent assez louches. J'imaginai un complot. En aparté, je dis à notre maire:

- Tu devrais te méfier de Cathy, Annie, Michèle et Françoise; je crois que...

Il m' a tourné le dos avant que je finisse ma phrase! J'étais vexé! Pourtant, je vous assure... Bref, celà ne vous intéresse pas, je le sens.

...................................................................................................................................................................

IMG_2118.JPGVeuillez noter mon changement d'adresse; vous pouvez m'expédier un petit mot amical, un encouragement, des félicitations, des insultes (ou une carte) à:

Henri Barthélémy, clarinettiste

Km 103

canal latéral

47550 Boé

( c'est pour donner un surcroît de boulot à la poste et maintenir ainsi l'agence postale de la cité)

 

 

20/09/2009

incivilité...

sous le noyer.JPG

Monsieur le Maire,

 

Je donne suite à notre récent entretien au cours duquel vous m’avez sollicité afin que je vous signale tout acte réel ou supposé d’incivilité que j’aurais constaté ou soupçonné au cours de mes nombreuses promenades pédestres, notamment au bord du canal.

Je vous remercie au préalable de la confiance dont vous m’honorez en me missionnant de la sorte.

Ce matin même, je surpris, sous un noyer pas très éloigné du château Saint Marcel, une dame d’âge mur et l’air à priori respectable qui, à mon approche, se mit à chantonner, histoire sans doute de se donner une contenance.

Je me dis:

- En voici une qui n’a pas la conscience tranquille.

Et tout haut:

- Bonjour madame. Quelle voix superbe vous avez. Sans mentir… excusez-moi de vous interpeller aussi cavalièrement mais… auriez-vous égaré quelque chose par hasard?

- Que nenni, me répliqua-t-elle; je cherche des mousserons.

- Pardon? Des mousserons? A cette saison? Tiens donc!

- Oui; et je n’en trouve point, hélas… Excusez-moi; il faut que je vous quitte car mon pauvre mari qui a des soucis avec un ménisque m’attend dans notre véhicule à proximité de la halte nautique….

J’avais en effet remarqué en passant un monsieur qui faisait je ne sais quoi dans sa voiture et avais, à tout hasard, relevé le N° que je vous peux vous communiquer  si vous le souhaitez.

Je constatai que les poches de l'imperméable ( il pleut ce dimanche, le savez-vous) de la dame étaient anormalement gonflées

- Elle a sûrement volé des noix, imaginai-je, outré.

Nous  nous quittâmes simplement après avoir échangé un au revoir très poli malgré tout.

Voilà; je reste, monsieur et très cher Maire, à votre disposition pour le complément d’information que vous jugerez utile de me demander fort légitimement afin que soit infligée à cette personne la punition méritée. Il est temps que des  exemples forts soient donnés à nos concitoyens!

Recevez……………………………..

PS: je crois savoir quel est l’auteur des graffiti qui apparaissent parfois dans les toilettes publiques ou les arrêts de bus; je vous tiendrai informé quand j’aurai suffisamment de preuves.

que d'eau.JPG

01/09/2009

cacanisette... suite

Ben-Hur.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

« Eduquer un chien, c'est comme pour les enfants, il faut donner le bon exemple » .

( Lu dans la revue sciences et savoir par Monique)

Voilà une solution: demander aux propriétaires de chiens de faire caca dans la canisette et pipi contre le mât qui se trouve au milieu de l’espace.

Comme je me suis lancé (depuis peu) dans le dessin, j’ai crayonné Ben-Hur. Ce n’est vraisemblablement pas son nom, sauf coïncidence. Je l’ai baptisé ainsi il y a une vingtaine d’années déjà et quand je le croise, je me dis:

- Tiens voilà cet ....... de Ben-Hur ( dans les pointillés vous mettez ce que vous voulez; dans ma tête ça change tous les jours, ou presque).

Pourquoi Ben-Hur? Ne cherchez pas un ressemblance, même lointaine, avec Charlton Heston. C’est tout simplement à cause de sa façon de marcher, cassé en deux, et de tenir en laisse ses deux chiens. Bon, mon dessin est, je crois, suffisamment explicite.

Ben-Hur, pour une raison que j’ignore, ne me dit jamais bonjour. Peut-être soupçonne-t-il chez moi des opinions politiques différentes des siennes? Comme il me croise sans me regarder, je ne suis pas tenu de le saluer. D’ailleurs, je n’en ai pas du tout envie. Il siffle à la tyrolienne ( tiens, tiens!) ce qui est rare à Boé et il chante, juste et fort, des chansons de Brassens, de Lemarque... Nous pourrions sympathiser.

Depuis un certain temps, ses chiens ne sont plus tenus en laisse; peut-être pour faire râler les cyclistes qui roulent à toute allure sur la piste. Ils ne font pas caca dans la canisette. Sans doute préfèrent-ils l’aire de jeux qu’ils traversent tous les matins?

Si le garde municipal verbalise un jour, j’espère que Ben-Hur sera le premier « concerné » ... Vengeance par procuration.

art.jpg

 

 

Je remercie Philippe Geluck de m'avoir prêté son chien ( celui de droite) pour composer mon écriteau d'hier ( car, vous vous en doutiez, il ne s'agissait pas d'une réalisation municipale).

31/08/2009

une odeur de...

canisette 2.JPG

Si le chien est fidèle, c'est parce que l'homme pue ( Cavanna)

La canisette de la halte nautique de Boé est opérationnelle depuis deux mois et attend son premier client. J’effectue régulièrement, bien que n’étant pas missionné pour ce travail, un contrôle méticuleux des lieux: je n’ai relevé aucune trace de crotte, je n’ai respiré aucune odeur de pipi... C’est nickel; les mamans peuvent y faire jouer sans crainte leur progéniture. Celle-ci se salira beaucoup moins que sur l’aire de jeu qui se trouve à proximité, aire très fréquentée par les clébards dès qu’ils ont sauté de la voiture de leur maître...

« Canisette »... c’est joli, je trouve. Je ne savais pas que ce lieu s’appelait ainsi. Les propriétaires de chiens non plus d’ailleurs. En tout cas, pas ceux que j’ai interrogés.

- Votre toutou a-t-il utilisé la canisette, cher monsieur?

- Quésaquo?

Enfin, bref...

Pourtant, elle est accueillante cette canisette ( je ne m’en lasse pas).

canisette 2+.jpgQuelques reproches tout de même: ce chien rose à l’entrée. Celà ne fait pas sérieux. Et cette affiche! Vous connaissez un clebs qui sait lire, vous? Même Ténor, à qui j’ai consacré une note récemment, ne sait pas lire. Pourtant, comme l’affirme son maître, il est intelligent Ténor.

Et, déféquer... ça veut dire quoi? Ne peut-on pas utiliser des mots ( certains érudits disent « verbes ») plus compréhensibles?

ON m’a dit qu’à Boé, on dépensait l’argent en c......., je vous assure! Tel quel! Si monsieur le Maire savait ça! Je ne voudrais pas cafter, mais je les connais bien ces mauvaises langues que je rencontre tous les jours à proximité de la halte nautique.

Demain, tant pis, je ferai des photos, j’enregistrerai certains propos malveillants sur mon minidisc.

PS: Ce matin, je marché dans une, vraiment grosse et toute fraîche, déposée sur la piste. A midi, mon percepteur me demande mon dernier tiers! C'est pas juste!

03/08/2009

rencontre

borne 101.JPGJe marchais d'un bon pas, ce matin, au bord du canal quand, arrivé à la borne 101, à hauteur du château Saint Marcel, je croisai un cycliste qui freina quelques mètres derrière moi, rebroussa chemin et m'interpella:
- C'est toi?
A tout hasard je répondis "oui " et attendis la suite:
- Mais que fais-tu ici? Si je m'attendais à te voir!
Je m'étais arrêté bien sûr de mauvaise grâce car la promenade matinale, pour moi, c'est sacré et je n'aime pas être dérangé. C'est le moment privilégié qui me permet de mettre de l'ordre dans ma tête et d'imaginer ce que, raisonnablement, je vais pouvoir entreprendre au cours de cette nouvelle journée. Sinon, c'est l'aventure ...
- Comme tu as changé! Tes cheveux n'étaient pas bouclés et tu les portais moins longs...
Je supposai qu'il m'avait connu à l'armée, peut-être dans les Aurés. Comme il portait des lunettes et un casque, il m'était difficile de le reconnaître surtout après une si longue période... Je voulus le questionner mais il ne m'en laissa pas le temps.
- Il me semble que tu étais plus grand. C'est vrai qu'avec l'âge... Mais tu es resté svelte...
C'est vrai que j’ai un peu maigri à cause des tomates qui constituent depuis quelque temps, avec le fromage blanc allégé, l’essentiel de mon alimentation, mais pas trop quand même.
- Tu avais une cicatrice sur le front. Tu te rappelles quand tu étais tombé du cerisier?
Je m'apprêtais à lui rétorquer que jamais... Il avait déjà fait demi-tour. Il me lança:
- Heureux de t'avoir revu, Jacques. Mais j'ai bien failli ne pas te reconnaître!
- Mais, je ne m'appelle pas Jacques!
- Ah, ça alors... Tu as aussi changé de nom?

Et il repartit vers sa destinée...
Je ne sais pas si je le reverrai. J'aimerais bien faire sa connaissance car il pourrait me raconter plein de choses que j'ai sans doute oubliées.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique