logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/11/2007

premières vacances...

medium_colonie_Mimizan..3.jpg...à Mimizan, la colo du Gers, m'accueillit pour trois longues semaines. Un dimanche, jour de visite des familles, maman Aline, Gabriel ( mon père "d'adoption"), ma tante Georgette ( plus de 90 balais aujourd'hui) et mon jeune frère Jeannot débarquèrent, portés par un ami épicier dont j'ai oublié le nom et ...le visage. C'est sûrement lui qui a pris les photos. Eauze-Mimizan, ça n'est pas très loin...aujourd'hui. Mais quand on n'a que des vélos (et quels vélos!) les distances ne sont pas tout à fait les mêmes! Ainsi maman, à quarante ans passés, n'avait jamais vu la "mer".
medium_colonie_Mimizan....jpg
Elle ne la vit pas souvent d'ailleurs durant sa vie laborieuse et trop courte. Peut-être trois ou quatre fois...Des aller et retour bien sûr. Pas question de se payer un hébergement.
Les jeunes mariés Roro et Riri ( je n'aimais pas trop ce diminutif!) la transportèrent un jour, dans la dauphine, jusqu'au bassin d'Arcachon. On devine sa joie de patauger, jupe retroussée. Une joie vraie et simple de... prolétaire, mais qui en valait bien d'autres!
medium_maman_fait_trempette.jpg
Pas de restau évidemment, mais un pique-nique sous les pins. J'aime l'odeur des pins... Vacances, cueillettes de champignons...Les landes sont proches de chez nous et nous les traversons pour aller "à la mer". Ceci explique celà.
medium_déjeuner_suos_le_spins.2.jpg
Roro en robe blanche! Je parie qu'elle a retaillé sa robe de mariée! J'aurai confirmation dans la soirée quand elle aura lu ma note. Car elle lit mes notes et il lui arrive de me faire quelques remarques. Elle prétend que j'ai trop d'imagination, que j'ai tendance à broder un peu, à embellir parfois, à noircir aussi. Comment faire autrement. La vérité c'est quoi...je m'égare.
La table de camping, nous l'avons toujours. Dernièrement, j'y posais mes outils de tapisserie..Et le panier aussi!
Excusez-moi, mais je découvre ma photo. Et la robe? Non, tout de même; enfin, je ne crois pas...

19:20 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (5)

30/10/2007

restaurons...

...nos vieilles diapos avant qu'elles jaunissent trop!
medium_roro_a_la_pêche.JPG

Déjà, nous aimions les rives du canal. Nous y pêchions souvent. J' ai hésité entre le é et le ê. C'est idiot; je ne sais pas si celà vous arrive mais, lorsque j'écris avec le clavier, il m'arrive de me poser des questions sur l'orthographe de certains mots pourtant simples. C'est plus facile avec le stylo...

medium_henri_a_la_pêche.JPG

Je demandai ce matin à Roro de quelle couleur était sa robe tendance "feuilles d'automne" sur la diapo. D'un air un peu pincé, elle me dit que c'était une robe à fleurs et pas à feuilles , qu'elle n'avait jamais acheté de robe à feuilles et surtout pas "d'automne" ( quand j'écris en gras c'est qu'elle insiste sur les mots, ce qui n'est pas vraiment utile)
J'ai zoomé; en vain: impossible de distinguer. Moi je crois que ce sont des feuilles mais je n'insisterai pas. Ma note manquera de précision, voilà tout.
Etait-ce l'automne, l'été? Il faisait chaud, c'est certain.
Tiens...nous n'étions pas sur la même rive?? J'ai dû mettre une des diapos à l'envers dans le projecteur. Laquelle?
Une péniche a momentanément "perturbé" notre partie de pêche. J'ai mis des guillemets car je ne suis pas certain. En ce temps-là, les poissons étaient habitués à ces gros bâteaux qui remuaient beaucoup de vase. Et...celà était-il vraiment important?
C'est la dernière question que je me poserai ce soir.

medium_péniche_2_.jpg

25/10/2007

ah...les belles vacances...

Jusqu'aux années 50, la culture du sorgho était très répandue dans notre vallée de la Garonne. On l'utilisait essentiellement pour fabriquer des balais. D'ailleurs, pour simplifier, on appelait cette plante le balai
On semait le balai, on sarclait le balai pour éliminer les mauvaises herbes, on coupait le balai à la faucille, on écimait le balai, on effeuillait le balai, on faisait sécher le balai, on dépiquait le balai ...Dépiquer, pour les gens de la ville, signifie séparer les grains de la plante; ça fait énormement de poussière qu'on respire évidemment.
La belle famille de mon frère ainé cultivait, hélas, le sorgho. A l'âge de 13/14 ans, j'allais passer une bonne quinzaine de jours de mes précieuses vacances dans leur ferme, pour respirer le "bon air", je participais aux travaux divers et, notamment, (comme, manque de pot, ça tombait immanquablement à ce moment-là) à la coupe de cette cochonnerie de plante de 2 à 3 mètres de haut, tout comme le fait le monsieur sur l'image...Pour éviter le déshonneur, je tenais vaillamment mon rang comme les autres, des paysans costauds et de pure race gasconne.

medium_sorgho_1.jpg
Quand je saisissais les tiges, une fine poussière se détachait des feuilles sèches qui me sciaient les doigts et le soleil cognait du matin au soir. Que du bonheur!
Ma mère ne savait pas que je trimais ainsi et je crois le lui avoir toujours caché. Quand elle venait me chercher, à bicyclette, je n'insistais jamais pour prolonger le séjour. Elle trouvait que j'avais bonne mine car mon visage était hâlé comme un pêcheur breton...ou basque, si vous préférez.
medium_sorgho_2.jpg
La dame installe les tiges vaillamment coupées par le monsieur afin qu'elles sèchent.

Je retrouvais avec grand plaisir mes bouquins et la clarinette achetée d'occasion bien sûr dont certains ressorts, défaillants, étaient remplacés par des élastiques. Elle n'avait pas encore fait connaissance avec le jazz, cette "musique de sauvages", comme le prétendait ma mère ...
Mais ceci est une autre histoire.

19:30 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6)

11/10/2007

je suis désolé..


podcast

Cliquer sur podcast gris.

J'avais, hier, promis de la musique pour bien clôturer cette journée pluvieuse et laborieuse. J'avais préparé Nuages de Django, que je préfère à la "danse des canards" pourtant plus populaire. Des goûts...Mais voilà, j'ai oublié et je m'excuse comme on dit improprement. ( c'est plus court et moins académique que" je vous prie de m'excuser")
medium_tapisserie_1.JPG
Roro, au détour du couloir, a pris cette photo par surprise. Elle est très espiègle ( Roro); ça n'était pas le bon moment et je le lui signifiai vertement. J'ai besoin de concentration. Si on me trouble pendant mon travail, celui-ci n'en finira jamais.
medium_tapisserie_3.JPG
Je n'ai pas mis la troisième photo qui ne m'avantageait pas du tout.
Si vous avez besoin de conseils pour tapisser votre petit intérieur, n'hésitez pas. Je suis autodidacte mais assez bon pédagogue. Je saurai vous dire tout ce que vous ne devez pas faire.
Bon, je vais aller rendre une visite à arrêt sur images...Quelle honte d'avoir supprimé cette émission!
Je viens de lire, avec beaucoup de retard j'avoue, les commentaires déposés amicalement sur mes dernières notes. De l'humour, toujours de l'humour...Il en faut beaucoup; elle peut aider à vivre dans ce......... monde. Je n'ai pas trouvé la qualificatif.
Bonne nuit .

21:00 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7)

23/08/2007

premières vacances...

medium_à_Pareloup.jpg
Partis d'Agen assez tôt le matin, nous arrivâmes à Pareloup dans l'après-midi. Pourtant la distance n'est pas très importante ( Pareloup se trouve près de Millau...le pont,ça vous dit?) mais notre 2CV était chargée de la grande toile de tente achetée depuis peu et de tout le bazar nécessaire pour passer deux semaines dans les meilleures conditions possibles de confort...Les matelas pneumatiques, les sacs de couchage, la table (qui est encore au grenier), deux chaises, la glacière, le réchaud, la lampe à gaz, le matériel de cuisine...et tout le reste que je n'ai pas besoin d'énumérer car ça serait un peu long et vous devez savoir tout de même ce qu'il faut pour camper! Surtout quand on est deux...J'avais déjà campé tout seul avec une canadienne ( la toile); ça n'est pas pareil.
Dans les côtes un peu raides, je ne voyais pas la route à cause du poids derrière et des amortisseurs très souples qui équipaient ce genre de véhicule. Heureusement, ça n'allait pas vite du tout.
Nous vivions nos vraies premières vacances. Comme nous étions incapables de monter notre toile, même avec la notice, on ne nous laissa pas dans l'embarras très longtemps: quatre ou cinq gaillards expérimentés le firent à notre place, la promenèrent un peu partout dans le camping histoire de rigoler un peu puis la déposèrent à l'emplacement idéal, relativement plat, face au lac. Nous étions ravis...
Le soir, l'orage gronda, le vent se leva venant du lac et souffla de plus en plus fort. Nous étions idéalement placés pour en profiter au maximum. Nous avons tenu fermement les piquets de façade qui avaient tendance à s'arc-bouter, chacun de notre côté, jusqu'à minuit environ. Tout à coup le vent est tombé, l'orage est passé à côté...et nous nous sommes couchés.
Cette histoire est sans doute banale mais quand nos petits enfants la liront, dans quelques années, ils sauront combien, en ces temps lointains, leurs aïeuls vivaient dangereusement...

19:40 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique