logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/06/2015

la leçon de solfège

                                  L'enseignement, quel beau métier malgré tout. Je dis "malgré tout" car, actuellement et de plus en plus, ça n'est pas une sinécure! Le prof est souvent mal considéré, hélas. Surtout le prof de musique, sauf rares exceptions...

                                   La musique est une discipline dont une majorité d'élèves (et de parents) se fiche complètement car considérée comme accessoire voire inutile. Dommage. C'est ainsi que le cours est souvent perturbé par quelques énergumènes difficilement contrôlables. La leçon de solfège, notamment, se déroule parfois  dans le désordre, le tohu-bohu.

                                   Mais la prof de notre Atelier-chant ( Boé si Boé la), mademoiselle Claudine, femme fort dynamique, démontre, quelles que soient les circonstances, une autorité naturelle qui lui permet de diriger le groupe ( de qualité) avec beaucoup de maîtrise, de rigueur, d'efficacité, de ...etc. Elle a de la poigne, mademoiselle Claudine! Si nos choristes sont majoritairement disciplinés, très vigilants afin de ne pas se laisser surprendre, de répondre avec un bel ensemble aux brefs commandements signifiant le départ de la chanson, respectueux des divers tempos, de la mesure, nous déplorons parfois l'attitude de deux élèves, des redoublantes, qui perturbent la leçon en s'agitant, chantant faux et fort, bref en faisant les intéressantes car, nous le savons, elles sont capables de beaucoup mieux si elles veulent s'en donner la peine. Cela nous désole, nous contrarie. Heureusement, mademoiselle Claudine à tôt fait, après avoir fort justement réprimandé, de mettre de l'ordre et, après m'avoir poliment demandé de souffler dans ma clarinette le sol du départ, de donner, toujours brièvement ( un..deux!) le signal de la reprise de la leçon. 

                              Voilà, en résumé, ce que vous pourrez vérifier en visionnant la vidéo ci-dessous.

https://youtu.be/14Rpb4OH87U

16:17 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

01/06/2015

tout près de Garonne...

                                                  "Tout près de Garonne" est depuis presque vingt ans l'hymne de notre Atelier-chant Boé si Boé la. J'avais emprunté, sans scrupule, la musique à Spencer Williams ( compositeur de la Nouvelle Orléans), musique bien connu des jazzmen sous le titre " Basin Street blues". Les paroles n'ont qu'une très modeste ambition: présenter au public d'une manière originale, au début de nos spectacles, notre groupe de choristes. Car Garonne* est notre petit Mississippi. Il y a un siècle, on naviguait sur notre fleuve. Souvent avec difficulté car Garonne est capricieuse. Nos River boat s'appelaient gabares.

                                                     Imaginez Boé si Boé la, accompagné par mon orchestre de jazz ( voir la deuxième vidéo ci-dessous), chantant tout en glissant au fil de l'eau entre Boé et Bordeaux. L'extase!

 Je rappelle que, chez nous, on dit bien "Garonne" et non la garonne.

https://youtu.be/T1wHyReo4Ps

https://youtu.be/-UdYIacwbNU

16:17 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

24/05/2015

au grand café

                                             Nous étions bien installés dans la salle du grand café, l'ambiance y était résolument et chaleureusement "jazzy", comme nous aimons, quand Monsieur Robert fit une entrée remarquée, en costard cravate, accoutrement raffiné inhabituel chez cet homme aux goûts habituellement simples qui avait décidé ce soir-là de nous en mettre plein la vue en se déguisant en banquier ou PDG ou député ou peut-être ministre, qui avait donc décidé de séduire ces dames, d'épater la galerie en débitant avec force gesticulations, pantomimes, des histoires extraordinaires dont je n'ai pas saisi un traitre mot occupé que j'étais à souffler avec discrétion et application dans ma clarinette...Que peut-on raconter dans pareille tenue ??? Se vanter sans doute et sans vergogne de placements juteux hors frontières, de retraites chapeaux exorbitantes, de ressources occultes inconnues des services fiscaux, de la possession de biens tels châteaux en Espagne, yacht luxueux amarré à Saint Trop', de croisières au frais de la princesse et surtout du contribuable et, bien entendu, de l'entretien terriblement onéreux, ici et là, de jeunes et superbes maîtresses...bref, de fraude, de corruption, de débauche, de luxure, de stupre à gogo. Mais voilà,  Monsieur Robert n'était qu'un fanfaron, un prétentieux. C'est ainsi que nous l'avons jugé et c'est pourquoi nous l'avons, fort justement, puni...

Vous saurez tout de cette misérable histoire en visionnant la vidéo ci-dessous: l'Atelier-chant y interprète, à sa façon, la chanson du grand Charles Trénet. 

https://youtu.be/9zUobybi12Y

17:37 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

15/05/2015

label bio

                                                   Le poulet fermier gascon "élevé en plein air, élevé en plein Gers" ( pub)  dans nos verdoyants coteaux, nourri aux grains, on le connaît bien désormais. Sa chair savoureuse est appréciée des connaisseurs. Mais que dire des poulettes! Elles ont, c'est certain, les mêmes qualités gustatives mais leur chair est plus tendre encore car la fermière les traite avec douceur. "Petit, petit, petit..." entendez-vous dans nos campagnes à l'heure des repas. La poulette accourt en caquetant gaiement.Elle ne se fait pas prier. Une volaille heureuse est un gage de bonne santé et de qualité, tout le monde le  sait. Or la poulette gasconne est heureuse, cela se voit, cela s'entend. Son repas terminé, elle repart vaquer à ses petites occupations  "Quel croupion, putaing, se dit le coq, avec convoitise!".

                                                  Telle est la mise en scène ( ci-dessous) proposée par notre Atelier-Chant Boé si Boé la sur une parodie de la chanson de Sacha Distel, "la belle vie" transformée en "label bio" par le  groupe "chanson plus bifluorée".( le contrebassiste eut, au début, un petit souci qui explique un démarrage laborieux de la chanson!)

https://youtu.be/aBYQag5wM80

17:43 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (9)

12/05/2015

mon beau chapeau

                                  Mon beau chapeau, chanson de Sacha Distel, fut interprétée  récemment par notre Atelier-Chant "Boé si Boé la". Un succès! D'ailleurs, je publie la vidéo pour conclure agréablement cette petite note.

 la 103 restaurée.JPG                                 Absent de ce blog depuis pas mal de temps déjà pour diverses raisons, j'ai tout de même, comme vous, suivi l'actualité mais n'ai éprouvé aucune envie de la commenter. Des cataclysmes, des naufrages encore des naufrages, des guerres toujours des guerres...Qu'en dire, dans ce blog, sinon des banalités. Et ces tristes histoires de familles! Heureusement, nous avons vécu minutes après minutes des accouchements princiers. Voilà qui remonte le moral.

                                 Certains se réjouiront de constater la rénovation de ma borne 103. On l'a redressée de belle manière. Avec un pareil socle, elle sera encore debout dans plus d'un siècle! Je préférais tout de même ma vieille borne de 150 ans et plus. La patine du temps lui seyait, je trouve. Elle a désormais perdu de son authenticité. C'est triste à avouer mais je l'aime moins. Consolons-nous en écoutant Boé si Boé la:

  https://youtu.be/OxRdBnpz54Y

20:18 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7)

17/04/2015

des nouvelles récentes...

boé si boé la au complet.JPG

                                       L'Atelier-Chant "Boé si Boé la " vient de donner, à Boé évidemment, son traditionnel concert annuel. Nous voici tous, sur cette photo, réunis . Tous...

                                       Nos parents, nos amis, les amis de nos amis étaient venus nombreux, une fois encore, pour nous encourager, nous applaudir. Ils ont beaucoup apprécié nous ont-ils dit, sincèrement, spontanément... J'ai visionné la vidéo réalisée par mon fils: ils ont raison!

                                       J'ai pris, comme les années précédentes, beaucoup de plaisir à monter ce spectacle ( rechercher les chansons, les sélectionner, les harmoniser, les mettre en scène pour la plupart), plaisir sans aucun doute partagé par mes amis(es) choristes. Quelle superbe équipe! Je lui dois beaucoup...Et le résultat, quelle récompense!

                                         Je reparlerai de ce spectacle plus tard, proposerai sans doute quelques vidéos ( les plus flatteuses évidemment!). Je consacrerai ainsi quelques notes à notre Atelier-Chant qui fêtera, l'année prochaine, son vingtième anniversaire.

                                          J'ai un peu déserté ce blog durant ces dernières semaines. Certains amis l'ont remarqué et je les remercie pour leurs témoignages de sympathie. Mais j'étais...occupé.

 

 

 

 

17:38 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (11)

15/03/2015

ma sélection musicale de ce dimanche soir...


podcastLe "personnel" ( comme on dit!): à la trompette David, au saxophone Andrew, à la contrebasse Patrick, à la guitare Jean-Yves, à la batterie Bernard. Je soufflais à cette époque dans une clarinette "Buffet Crampon" ( aucun rapport avec le mobilier).

Louis Armstrong a interprété ce morceau avant nous... bien avant nous ( vous trouverez facilement sa version, assez différente de la nôtre, sur YouTube)! Il s'agit de "Struttin wiht some barbecue" dont la traduction est hasardeuse, douteuse, incertaine. Certains imaginent des musiciens faisant griller des saucisses, d'autres pencheraient pour des individus un peu éméchés déambulant autour d'un barbecue, d'autres, les deux... Peu importe. J'attire votre attention sur un passage assez original de notre prestation ( si vous écoutez jusque-là, bien sûr, deux minutes c'est vite passé tout de même!): les trois instruments à vent ( je précise: trompette, saxophone, clarinette) improvisent simultanément sans accompagnement. Nous nous livrions de temps en temps à cet exercice et le succès était assuré! C'était l'bon vieux temps, ma chère! Enfin, pas si vieux malgré tout. Une vingtaine d'années, pas plus. Putaing*...que le temps passe vite! Nous étions déjà, David et moi, des vétérans. 

*ainsi dit le gascon

 

20:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (9)

08/03/2015

blues...

J'accorde ma guitare et vous interprète ce "blues-toubib" que j'ai composé et écrit il y a quelques années déjà:

podcast

Bessie Smith...

Bessie Smith.jpg                                         En bref, un blues, c'est une douzaine de mesures qu'on peut multiplier autant de fois qu'il y a de couplets. Il se chante ( ou se joue) sur un accompagnement de trois accords ...au moins. La mélodie est souvent très simple, pleine de notes "bleues" ( j'ai déjà expliqué dans une note ancienne ce qu'étaient ces notes-là) . Les paroles racontent une histoire, habituellement triste. C'est la cueillette du coton sous un soleil de plomb, la faim, la soif,  le racisme, la maltraitance, la drogue, l'alcool, la jalousie...la mort. Le blues est une des racines du jazz. Mais...sans doute saviez-vous tout cela.
                                          Au cours du futur concert de notre Atelier-Chant Boé si Boé la , concert placé sous le double signe du jazz et de la java, je me suis autorisé à  chanter mon "blues toubib", un blues assez court, douze mesures, pas une de plus. Car je ne veux pas abuser de ma qualité de " Directeur-Artistique-auto-proclamé"!.  J'ai même composé un autre blues, un peu plus long, que j'ai intitulé "jalou's blues" et je le confierai à Carole, une de nos solistes. Carole est ravie. Elle visionne sans arrêt, sur YouTube, des vidéos de Bessie Smith et de Billie Holiday histoire de se mettre dans le bain. Ce sera un grand moment de la soirée, je n'en doute pas.

Quand nous aurons réalisé un enregistrement, je ne manquerai pas de vous en faire profiter.

 

 

11:59 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

13/02/2015

le gros camion...

          
podcastL'atelier-chant "Boé si boé la" chante sur la place de Pimpous, devant le café "le pousse-rapière" (certains choristes avaient, semble-t-il , abusé de cette boisson gersoise...!)
                     
vers Nérac.JPG

                                             Un paysage gascon...la cave d'armagnac n'est pas très loin.

                                             J'avais décidé ce jour-là de faire une petite marche sur la vicinale étroite et très sinueuse qui grimpe vers Pimpous, village gascon de moyenne altitude. Quand j'entendis derrière moi un bruit de moteur, je me retournai vivement et, ô surprise, vis arriver un énorme camion qui montait lentement la côte assez raide...en marche arrière! Je me rangeai prudemment sur le bas-côté. Quand la cabine fut à ma hauteur, le chauffeur stoppa,  baissa sa vitre et m'interpella:

- Bonjour Monsieur...Dites-moi, c'est loin Pimpous?

- A deux kilomètres, à bisto de naz, répondis-je. Mais...pourquoi roulez-vous en marche arrière???

- On m'a dit qu'au village, je ne pourrai pas faire demi-tour.

- Bon, mais, soyez prudent. La route est très étroite par endroits et vous rencontrerez quelques méchants virages!

- Merci...

Et nous poursuivîmes notre chemin.

Un peu plus tard, alors que j'atteignais les premières maisons du village, je vis le camion qui redescendait...toujours en marche arrière! Il s'arrêta de nouveau à ma hauteur.

- Vous voyez, me dit le chauffeur, finalement j'ai pu faire demi-tour. Mais j'ai drôlement mascagné*, croyez-moi!

* mascagné: du verbe mascagner, faire avec difficultés. Souvent, le gascon rajoute quelques jurons. " Ce matin, j'ai drôlement mascagné pour faire démarrer la tondeuse,  putaing!"...Il y a pire encore!

 

19/10/2014

le fou chantant...

 Le quartet "Plein jazz" répète:
podcastMénilmontant


podcastLa mer


podcastQue reste-t-il de nos amours


podcastLe jardin extraordinaire

trénet.JPGUn copain de l'Atelier-chant Boé si Boé la, groupe dont je vous raconte les exploits de temps en temps, aimerait qu'une chanson de Trénet soit retenue pour notre futur spectacle dont le thème, je vous le rappelle, est "jazz et java". Il a raison car cet artiste est reconnu, à juste titre, comme étant un des précurseurs du jazz en France. Il a révolutionné la chanson française et donné à ses concerts une ambiance "swing" déroutante pour certains à cette époque d'avant-guerre. C'est ainsi qu'on le surnomma le fou chantant. Maman Aline, elle, lui préférait la voix sirupeuse de Tino Rossi. Mais si on aime plus ou moins le chanteur, l'interprète, un grand coup de chapeau tout de même à l'auteur- compositeur! "La mer", "Que reste-t-il de nos amours", "Ménilmontant", "le jardin extraordinaire"...sont de magnifiques mélodies reprises par de nombreux orchestres de jazz comme notre quartet "Plein Jazz" composé de Roger et Jacques aux guitares, Thierry à la contrebasse et moi-même à la clarinette.

"Boé si Boé la" a déjà rendu un hommage à Trénet, en 2001, année de sa disparition. Que chantera notre groupe cette année? La question reste posée...

Georges Brassens qui connaissait presque tout le répertoire de Trénet pourrait guider notre choix: 

http://youtu.be/XRXJyw200TI

19:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

15/10/2014

un franc cinquante...


podcast

vian.JPGJe m'empresse d'écrire que je ne suis pas l'auteur des paroles anachroniques de cette chanson . Le coupable est Boris Vian, le joueur de trompinette du Tabou, qui s'est amusé avec un air de jazz traditionnel, Whispering, particulièrement prisé par les musiciens. J'ai moi-même souvent interprété ce morceau comme ce soir, à Barbotan, devant une foule de curistes enthousiastes...mais oui! Dédé est à la trompette, Michel au piano, Patrick à la contrebasse, Jean-Yves à la guitare, Bernard à la batterie. Je chante et souffle dans le saxophone ténor. L'enregistrement est particulièrement mauvais mais vous vous imaginez tout simplement au milieu des spectateurs,  vous sortez du restaurant où vous avez mangé garbure, foie gras, confit de canard et tourtière ( excellent régime pour le curiste) et vous tapez dans vos mains, à contre-temps évidemment, tout en conversant avec vos voisins, n'écoutant la musique que d'une oreille distraite!  Le musicien de jazz a l'habitude de ces situations et il n'est nullement dérangé. Il ne fait pas dans la dentelle et joue ce qu'il appelle des "saucissons"; morceaux faciles, assez connus du grand public, des morceaux qui "balancent", qui donnent envie de bouger. Il y rajoute même un peu de scat, improvisation vocale, sorte d'onomatopées comme celles que vous entendez si vous avez la patience d'écouter l'enregistrement jusqu'au bout...Et c'est le succès assuré!

Voici la version originale de l'illustre Boris Vian:

http://youtu.be/7mPDFG2izAE

19:48 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

13/10/2014

chômage...



podcastL'Atelier -chant Boé si boé la  répète " Chômage au fond de la vallée"( de Chanson plus bifluorée). Vous pouvez suivre plus facilement tout en écoutant l'admirable et tellement émouvante interprétation du groupe, le déroulement de cette tragique histoire en lisant le texte ci-dessous ( je sais que vous pouvez faire les deux simultanément):

Chômage au fond de la vallée
C'est là la vraie fatalité
Voici qu'en la nuit étoilée
Un sans emploi nous est donné
Séraphin Deudroit il se nomme
Il était cadre et respecté
Aujourd'hui pôvre petit homme
Voilà que tu es licencié
Quand la cloche sonne sonne
C'est à l'Armée du Salut
Que se rassemblent les hommes
Les hommes qu'ont tout perdu
Armée froide qui résonne
En haillons et peu vêtus
Plus de trois millions entonnent
Le chant triste et monotone
C'est la chanson du chôm'du

Chômage au fond de la vallée
Peu de familles sont épargnées
Voilà qu'après dix-neuf années
Le Séraphin est remercié
Qu'arrive-t-il ? Ah quel marasme !
Sa femme geint près de l'évier
Ses deux fillettes font de l'asthme
Son vieux chien est paralysé
Quand la cloche sonne sonne
C'est la douleur des vaincus
Qui au fond des coeurs résonne
Comme un cri d'amour perdu
Et l'assistante sociale
Ne pourra rien y changer
Séraphin est au plus mal
Part à la banque locale
Avec un grand pistolet

Chômage au fond de la vallée
Un drame horrible est arrivé
Hier un homme a pris en otage
Le patron du Crédit (censuré)
Séraphin Deudroit il se nomme
Il était cadre et respecté
Aujourd'hui pôvre petit homme
Les policiers l'ont arrêté
Quand la cloche sonne sonne
C'est chaque jour à midi
Que se rassemblent les hommes
Pour un repas netre amis
Séraphin est tout sourire
Plus besoin de RMI
A l'atelier on l'admire
On assure son avenir
A la prison de Fleury x2

Que d'émotions dans ce texte! La fin est tout de même optimiste. A l'heure où on parle encore un peu, beaucoup....de ce fléau social qui peut engendrer tellement de souffrance, de drames, il faut nous excuser pour l'interprétation de cette parodie. Au nom du groupe Boé si Boé la, je sollicite votre indulgence et, pour nous faire pardonner, vous propose une balade pyrénéenne pas loin de Gavarnie , un beau site qui, malheureusement, manque cruellement de neige désormais. Décidément...

 

IMG_0016.JPG

 

 

17:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

24/09/2014

les feuilles mortes...

canal petit matin.JPG



podcast
                                                       Elles ne se ramassent pas encore à la pelle comme l'écrivit Jacques Prévert mais, vous allez voir, je parie que c'est pour bientôt. Un pressentiment, une intuition. Encore quelques matins un peu frisquets, un peu d'autan et ce sera de nouveau la jonchée. Si nos vieux érables du bord de canal résistent courageusement, déjà, les tilleuls de notre place ont beaucoup jauni et commencent même à se déplumer discrètement. Bientôt... Bon, trêve de fadaises. Parlons musique...

                                                       Outre manche d'abord puis outre atlantique, la chanson les feuilles mortes de Prévert et Kosma s'est transformée en Autumn leaves. Le musicien de jazz s'est approprié cette magnifique mélodie et l'interprète de multiples manières, avec des tempos divers selon l'humeur du moment. Moi je préfère la jouer à un rythme médium respectant ainsi, je crois, son caractère nostalgique, sa mélancolie. Des goûts... J'aime bien aussi exposer librement le préambule - oh... j'aimerais tant que tu te souviennes...- , m'appuyant sur les harmonies subtiles de l'ami Roger, préambule dédaigné, hélas, par la quasi totalité des orchestres de jazz.

                                                     Les interprètes de l'enregistrement ci-dessus et de la vidéo ci-dessous sont les mêmes. Dédé souffle dans la trompette, Michel est au piano, Bernard à la batterie, Patrick à la contrebasse, Roger déjà cité à la guitare et moi même à la clarinette et au saxophone. Combien de fois ai-je joué cette chanson! Improviser sur ce thème est un vrai bonheur. Je ne m'en lasse pas. D'ailleurs, je valide cette note de circonstance et je sors l'instrument de son étui...

 

15:29 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (15)

19/09/2014

rencontres sous les étoiles...

                  
                              

sous les étoiles.JPG

 

                                                  Voilà une nouvelle qui me réjouit: Jean-Claude Carrière recevra, en novembre prochain, à Hollywood, un Oscar d'honneur pour sa carrière de scénariste. C'est la première fois qu'un scénariste se trouvera récompensé de la sorte.

                                                   J'ai eu la chance de le rencontrer à l'occasion d'une soirée organisée le 5 août 95 à la ferme des étoiles, quelque part dans notre Gascogne profonde. Devant un public captivé, pendant plus d'une heure, sans aucune note, ce passionné d'astronomie a disserté sur l'univers, sur notre condition d'enfants des étoiles,  sur notre destin... Captivant. J'ai ensuite beaucoup lu de Jean-Claude Carrière notamment ses contes philosophiques, ses dictionnaires des Révélations et de la Bêtise...

                                                   Notre orchestre a donc eu l'honneur de partager l'affiche avec lui. J'avais sélectionné un certain nombre de morceaux de circonstance que nous avons interprétés sur fond de galaxie, de nébuleuses et de planètes mystérieuses tels How high the moon, Star Eyes, le soleil a rendez-vous avec la lune ( vous connaissez bien sûr) et bien d'autres comme ce Blues in the air que je vous propose à la fin cette note. Il s'agit d'un enregistrement en public ...et cela s'entend!

( pour une raison indéterminée, il faut cliquer sur le podcast et pas sur le vert)

podcast

 

15/09/2014

tout près de Garonne...

 

 


podcast                          Cet air de la Nouvelle Orléans, Basin street blues, est ici interprété par All Moods, le second orchestre que je créai il y a vingt cinq ans environ et dans lequel David jouait de la trompette, Andrew du saxophone baryton, Jean Yves de la guitare et du banjo, Patrick de la contrebasse, Bernard de la batterie et moi de la clarinette ( vous nous reconnaitrez sur la photo ci-dessous). J'ai imaginé pour l'Atelier chant "Boé si Boé la" quelques paroles sur cette musique, paroles sans prétention qui présentent le groupe et que j'éviterai de révéler par souci de ... modestie! Nous les chanterons tout de même à l'occasion de notre futur spectacle en guise d'introduction, spectacle dont le thème est le jazz et la java, un chantier entrepris depuis  peu. Nous avons  sélectionné pas mal de chansons qui conviennent aux unes et même aux autres et nous en travaillons déjà, vaillamment, une bonne demi-douzaine. 

                                               Ainsi "Basin street blues" deviendrait "tout près de Garonne" car, chez nous, figurez vous, l'autochtone de souche ne dit pas "la Garonne". La suppression de l'article nous viendrait des Goths de passage dans le Sud Ouest: ces gens-là, en effet, vénéraient les fleuves. Donc, Garonne serait pour le gascon une sorte de divinité et, la divinité ne supporte pas l'article! D'ailleurs maman Aline me disait, lorsque je cherchais en vain un objet qu'elle me demandait de lui rapporter: " Tu ne trouverais pas de cailloux à Garonne!"

                                              Le problème est que, supprimant le la ( l'article bien sûr) dans le texte de la chanson, il manque une syllabe, donc une note! Je vais être obligé  de remplacer deux croches par une noire. J'espère que cela ne posera pas de problème majeur!

                                          

 

All moods.jpg

 

10:39 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique