logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/08/2014

bal champêtre...

Bonjour Marie-Jo,

bentaberry.jpg Au cours du succulent repas que tu m'avais invité à partager récemment avec Michel ( encore merci!), nous conversâmes fort aimablement sur des sujets divers et nous évoquâmes évidemment quelques souvenirs de nos enfances respectives, enfances plus ou moins lointaines étant donné  notre différence d'âge. Une décennie nous sépare et je comprends que, par exemple, le nom de Jean Bentaberry te soit totalement étranger malgré la notoriété de ce trompettiste dans les années 40/50 et peut-être avant. En ce temps-là nous écoutions les émissions de Radio Toulouse diffusées par notre imposant poste TSF et ne manquions jamais, maman Aline et moi, le concert hebdomadaire dit de "Bal champêtre" de l'orchestre dirigé par ce musicien. 

                                                  J'ai cherché sur internet, sans trop y croire, quelque document de cette époque et, hourra, j'ai trouvé! Jean Bentaberry est connu et reconnu même sur You-tube: merci à celui qui y a enregistré quelques plages de ses 33 tours. Je te propose ci-dessous une polka interprétée par deux... clarinettes. Sais-tu danser la polka...la scottish...la mazurka*...? Pas moi. Par contre, j'ai joué de la clarinette sous le kiosque d'Agen. Du jazz bien sur. Je te raconterai, promis...

A bientôt. Amitiés à ton époux.

 

 *si tu fais un scrabble avec ce mot, tu gagnes un maximum de points! 

 

http://youtu.be/_gU2Sq3zsaY 

 

15/08/2014

le Médium Jazz ...sextet

http://dai.ly/x5gk0d

Mon cher Jean-Pierre,

                                               Heureux de t'avoir rencontré ces derniers jours avant que tu rejoignes ton ile lointaine. Nous avons eu l'occasion d'évoquer quelques souvenirs musicaux, certains  moments heureux partagés au sein du "fameux" Médium Jazz Sextet, premier orchestre que j'avais constitué il y a plus de trente ans! Tu finissais tes études au lycée Bernard Palissy et nous t'avions adopté ainsi que ton trombone qui pourtant ne s'était jamais exprimé en langage "jazzy" . Mais il a très vite appris, progressé et trouvé sa juste place aux côtés de la clarinette et du saxophone. La preuve dans cette vidéo où nous interprétons un swing très connu de Ducke Ellington.

                                                Nous avions le soutien de Daniel Roulleaux  à la basse, du tout jeune Roger Campi à la guitare et de Michel Lebbe qui, en ce temps là, jouait des baguettes et des balais avant de  se reconvertir au piano.

 FR3 medium 4.jpgNous fûmes convoqués le matin d'assez bonne heure (?) par FR3 pour une séance de maquillage dans la salle du conseil. Puis nous dûmes choisir trois morceaux et nous entraîner à les jouer en respectant pour chacun une durée approximative de trois minutes et une vingtaine de secondes, exercice assez délicat car nous devions adopter un certain tempo et le respecter, nous entendre aussi pour l'exposé des improvisations...Bref. Puis nous avons poireauté en attendant que débute le jeu, sorte d'inter-villes  à caractère culturel , animé par le débutant Julien Courbet, jeu opposant Boé à une ville du Sud -ouest dont j'ai oublié le nom. Malgré la qualité de notre prestation, Boé a perdu. Honorablement.

                                      Je portais un pantalon à carreaux très à la mode, pantalon que j'ai retrouvé dans une penderie. Je l'ai essayé et il me sied parfaitement!

                                      J'ai d'autres souvenirs pour un jour prochain.

Bon retour à Tahiti et ... maururu!

                                                

 

15:10 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7)

09/08/2014

le Médium Jazz Quintet...et plus

médium jazz quintet



podcast

Mon cher Michel,

                                               Je viens de retrouver cet article de notre journal local, le Petit Bleu de l'Agenais, article vieux d'une presque trentaine d'années! J'espère que tu te reconnaitras sur cette photo ( tu n'as pas beaucoup changé tu sais) : tu y es tout sourire, sans doute parce que mon chenapan de fiston te  raconte quelque faribole? Quant à moi, j'avais pris de la hauteur, assis en équilibre sur une branche, position instable autant qu'inconfortable que j'éviterais d'adopter désormais ...car le risque serait grand pour ma clarinette!

                                             En ce temps-là nous affectionnions particulièrement le jazz des années 30/40, le middle jazz et tu étais notre Count Basie même si, physiquement, la ressemblance n'était pas évidente. Nous avons souvent partagé de bien agréables moments musicaux. Et, comme tu t'appelles Michel Lebbe, presque comme l'autre comique, j'imaginais parfois, quelques quiproquos que je jugeais particulièrement amusants! Te rappelles-tu l'émoi du couple de restaurateurs chez qui nous devions animer le repas quand madame Lebbe, ta douce épouse, a téléphoné pour réserver une table ( ils ignoraient ton nom évidemment!). Quel accueil! Et quelle fut la perplexité de nos hôtes quand elle est venue nous embrasser! Je ne sais plus comment cela s'est terminé. Te rappelles-tu aussi...Non, cette note est suffisamment longue! Il est temps de conclure. J'ai trouvé un enregistrement de répétition* où on peut admirer tes qualités pianistiques sur un air qui semble convenir à la présente note, je le copie et je conclus en t'adressant, ainsi qu'à ton épouse, mes pensées les plus amicales.

*de concert, finalement!

                                       

 

07/08/2014

lettre à un ami


podcast
Mon cher Jean-Pierre,

                                                              C'est à l'ami musicien que j'écris aujourd'hui. Etant, comme moi, clarinettiste et saxophoniste, tu auras compris, lors de notre dernière communication téléphonique, mon désarroi. Je t'avais confié que mes performances musicales s'étaient considérablement amoindries ces derniers mois. Je te rassure: ça va un peu mieux. Mes doigts de la main gauche, à force d'entraînement peut-être, sont plus dociles, plus disciplinés, plus véloces aussi et j'arrive à enchaîner, avec prudence certes, les notes du la médium au do avec une relative facilité, passage difficile pour le presque débutant que j'étais devenu!

 oscar peterson.JPG                   Quand le grand pianiste Oscar Péterson perdit l'usage de sa main gauche à la suite d'un AVC, je fus catastrophé et j'avais imaginé que, si pareille mésaventure, pareil coup dur m'arrivait , je pourrais envisager la revente de mes instruments. Adieu la musique! Sans main gauche, fini la clarinette, fini le saxophone. Oscar Péterson, lui, pouvait continuer (ce qu'il fit d'ailleurs pendant quatre ou cinq ans) à jouer uniquement avec sa main droite ( et avec quel talent!) et participer encore à de nombreux concerts et festivals.

                                                                Il n'est bien entendu plus question pour moi de me produire sur une scène sauf en compagnie de mes chanteuses et chanteurs de Boé si Boé la. Nous préparons d'ailleurs un nouveau spectacle pour la saison prochaine. Nous chanterons le Jazz et la Java. Beau programme n'est-ce pas? Je t'en reparlerai...

                                                                Je me suis offert un magnifique bouquin SWING CABU! Il n'est pas donné mais je ne regrette pas l'investissement. Un vrai régal! Quel talent de dessinateur, quel humour! Voilà un cadeau que tu peux peut-être suggérer à ta gentille épouse?

                                                                 Bon...je vais tenter de jouer, pour la nième fois, " petite fleur", sans me tromper; ça n'est pas gagné...

                                                                 Amitiés à vous deux.

 

 

16:42 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (7)

11/09/2013

rien de nouveau...ou, si peu

Dans la nouvelle vidéo publiée à la fin de cette note, on retrouve les mêmes acteurs que dans celle de la semaine dernière. Le style est différent: avec ce morceau très New-Orleans, nous sommes remontés aux années 20. Jean-Yves a échangé la guitare contre le banjo instrument mieux adapté. Il manque l'introduction. Le copain caméraman a certainement été surpris par notre départ fulgurant. Si je ne vous l'avais pas dit, vous ne vous en seriez même pas aperçu.

Je n'ai pas retrouvé mon portefeuille. Finalement, je ne regrette pas la carte d'identité à cause de la photo qui ne m'avantageait pas du tout: je ne me reconnaissais même pas. Un vrai bandit de grand chemin! Heureusement que je n'ai subi, durant ces 7 ou 8 dernières années, aucun contrôle policier...La personne l'a certainement jetée avec mépris dans une poubelle. J'ai commandé une nouvelle carte vitale en attestant sur l'honneur avoir perdu l'ancienne. C'est la démarche que la sécu m'a demandé d'effectuer. Quand je l'aurai reçue, j'irai au labo faire des analyses prescrites depuis une quinzaine. Je ne suis pas pressé.

Voilà la vidéo promise...Vous verrez, les gros plans sont superbement réalisés!


07/09/2013

un peu de swing...

Détendons nous un peu avec un swing des années 40, un swing de Duke Ellington, pianiste, compositeur, chef d'orchestre dont les mélomanes connaissent l'immense talent. Mon sax ténor donne ici la réplique à la trompette de Dédé. Nos pieds battent la mesure comme le montre le gros plan réalisé par le copain qui nous a filmé en pleine action. La synchronisation est, me semble-t-il , excellente...comme il se doit. La section rythmique, Jean-Yves à la guitare, Patrick à la contrebasse, Bernard à la batterie assure un bon tempo qui soutient à la perfection les deux solistes. Admirez aussi la concentration de Michel, notre pianiste. Je me permets, avec la complicité de Bernard, un petit scat, improvisation vocale sous forme d'onomatopées ( je précise pour les ignorants!) Le public apprécie ce genre d'exercice et moi... ça me repose de l'instrument! Avant de vous laisser regarder, si vous voulez, la vidéo ci-dessous, je précise le "détendons-nous" de ce début de note. Hier, à Inter-Marché, je retirai quelques euros au distributeur qui se trouve, comme vous le savez dans le hall d'entrée ou de sortie ( ça dépend dans quel sens vous allez). J'avais posé mon portefeuille sur le caisson, au-dessus, ce que je ne fais jamais et quand les billets sont sortis de l'appareil, je les ai placés dans la poche de ma chemisette avec ma carte, ce que je ne fais jamais non plus. J'étais plus ou moins pressé car Roro m'attendait à côté de notre voiture pour décharger le caddie dans le coffre. Arrivé à la maison, nous habitons pas loin, je constatai que j'avais oublié le portefeuille sur le distributeur. Je retournai dare dare à Inter. Le portefeuille avait disparu. A l'accueil? Rien. J'ai perdu quelques dizaines d'euros rescapés d'un retrait antérieur, ma carte d'identité, ma carte vitale... Oui, c'est tout monsieur le commissaire. Mais, que voulez-vous, ça me fiche en rogne d'être aussi étourdi, de plus en plus étourdi. Tiens, ce matin, chez le boulanger...bon, n'en parlons plus...Voici la vidéo:



31/08/2013

rentrée...

freres jacques école.jpg
En sortant de l'école
, nous avons rencontré...
vous connaissez la suite, évidemment. Sinon, je peux vous prêter, je dis bien vous prêter, mon vieux 45 tours des Frères Jacques, mais, surtout, prenez en grand soin car j'y tiens beaucoup. Vous vous rendez compte: les Frères Jacques, Jacques Prévert, Joseph Kosma réunis au service de l'Ecole Publique. Car, figurez vous, ils ont abandonné leurs droits en faveur des écoliers. C'est écrit sur la pochette... Je préfèrerais tout de même que vous achetiez le CD car, peut-être, n'avez vous plus de tourne-disques depuis longtemps déjà?

Sur l'autre face, les Frères Jacques chantent le corbeau et le renard ainsi que la cigale et la fourmi. Boé si Boé la, troupe boétienne bien connue (à Boé), a mis en scène les deux fables et il existe même les vidéos de sa performance, vidéos que je vous propose ci-après et que vous pouvez montrer à votre petite famille.

La semaine prochaine les enfants reprennent le chemin de l'école...Antoine va faire connaissance avec le collège. Oui...déjà!



16:32 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (8)

15/08/2013

trop tard...

  Adijazz sous un soleil de plomb, place Wilson
                                                

 

A nos fidèles amis, amateurs de jazz...

Vous ne l'avez certainement pas su car, j'ai remarqué, vous n'étiez pas au rendez-vous, place Wilson, un de ces derniers soirs. Trop tard...C'est vrai que la presse avait annoncé un groupe de rock-funk alors que, vous le savez, notre répertoire serait plutôt jazz Nouvelle Orléans! Nous avons pris le risque de ne pas modifier notre programme! De toute façon, nous sommes incapables de jouer de rock-funk...Et la place Wilson,  pour s'y rendre, ça n'est pas facile, je sais. Et l'horaire! Entre 18h30 et 19h30, je suppose que vous aviez d'autres chats à fouetter. L'apéro peut-être? Et, quelle la chaleur! ...Bref, pour toutes ces raisons et d'autres que je ne dirai pas, je vous pardonne. C'est dommage car je me demande quand, oui, quand, nous aurons l'occasion de nous rencontrer. Et où.  Notre avenir est incertain savez-vous...

Nous avons tout de même intéressé un petit public fort sympathique. Le lendemain, la presse a été très aimable: merci pour l'article et la belle photo. A ce propos, un regret, un seul: on me voit à peine car je suis à l'ombre du tubiste et de son énorme instrument! Dommage... L'article:

Il faisait chaud, même très chaud, hier en fin d’après-midi, quand les musiciens du groupe Adijazz se sont produits ans le cadre des Estivales d’Agen. Dirigé par le clarinettiste, saxophoniste et chanteur Henri Barthélemy, le groupe interprète des morceaux dans le style New Orleans, esprit swing des années 20-30. Si les musiciens jouent sérieusement, la décontraction et la bonne humeur ont été appréciées par un public composé d’Agenais et de vacanciers. Henri Barthélemy était accompagné de Jacques Billard au trombone, Michel Lebbe au piano, René Arnaud au banjo, Pierre Rode au tuba et Bernard Lataste à la batterie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 









 

 

 


18:14 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (13)

30/07/2013

à Marciac, il y a dix ans...à peu près


podcastSi ça ne démarre pas sur le vert, cliquez sur podcast!

marciac 3 +.jpgJe dédie cette note à l'ami qui m'a récemment écrit afin de savoir si nous nous rencontrerions à Marciac cette année, à l'ami qui écoutait notre musique à la terrasse de la Petite auberge, sur la place principale...il y a dix ans, à peu près. J'ai choisi ce morceau, un classique de la Nouvelle Orléans ( i've found a new baby), le préféré de Dédé, notre trompettiste, un enregistrement public dont la qualité technique est très moyenne à cause des bruits divers de conversations, exclamations et rires, de couverts...d'applaudissements aussi. On devine Jean-Yves à la guitare, tu reconnais le jeune Patrick déjà presque chauve à la basse. Bernard, le batteur moustachu, armé de ses baguettes, est beaucoup plus audible...normal. Il devait faire chaud.

A ta question posée, ami, j'ai répondu...non. Pas de déplacement prévu à Marciac cette année. Sache que j'aurais apprécié cette rencontre et que je regrette beaucoup. Mais, la distance de Boé à Marciac est désormais plus longue, la chaleur plus insupportable aussi. Ce n'est que partie remise. Je te souhaite un bon festival... et, un grand merci pour ton invitation.

Une photo prise depuis la route en allant à Marciac: nous sommes en pleine Gascogne, du côté d'Aignan. J'aime.

 

IMG_2854.JPG


14:38 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (8)

25/07/2013

l'harmonica


podcast

Dès qu'il fera moins chaud, j'irai m'acheter un harmonica. Un diatonique car j'ai déjà un chromatique mais en mauvais état: impossible de jouer certaines notes ni en soufflant, ni en aspirant. Sans doute quelques languettes métalliques sont rouillées, ou cassées...? De toute façon, je joue très mal de l'harmonica. Du chromatique. Pour ce qui est du diatonique, je ne sais pas. Ce devrait être plus facile car il y a moins de notes. Point d'altérations: l'harmoniciste est privé des dièses ou des bémols. Evidemment, cela limite le répertoire. Pour le blues, c'est, en principe, suffisant. Mais, pour les notes bleues comment fait-on? On verra...

Justement, j'ai proposé à Boé si Boé la d'inscrire à son programme de l'an prochain une chanson que j'ai découverte dans le répertoire de Georges Moustaki: Eden blues. Un petit hommage donc au chanteur récemment disparu. Les choristes sont d'accord...comme d'habitude. Je les en remercie. Je tenterai  donc quelques contre-chants avec l'harmonica. J'espère ne pas dépenser de l'argent pour rien!

Jean-Yves, le chic copain, Jean-Yves le discret, Jean-Yves tellement dévoué savait, lui, jouer de l'harmonica. Du chromatique. Il fallait le prier un peu pour qu'il me cède* sa guitare et me remplace* sur le devant de la scène. Vous l'écoutez sans doute...Quel talent.

* Je sais, oui, l'imparfait du subjonctif! Mais, restons simples...

Voici mon harmonica. Je le garde malgré tout car il appartenait à mon fils. Le petit poussoir, côté droit de la photo, sert à faire les dièses ou les bémols...si on a envie.

 

harmonica.JPG

PS: C'est David, le trompettiste, qui chante si bien.


14:50 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4)

22/07/2013

en guise de remerciements....

podcast

En guise de remerciements destinés à celles et ceux qui, à la suite de ma dernière note du 17 juillet m'ont adressé leur message, leur commentaire, leur coup de fil...je tente, cet après-midi, malgré la canicule, un petit exercice d'écriture.

J'ai retrouvé et ajouté pour faire plaisir à une dame, j'espère, cet enregistrement de répétition, belle chanson parmi les plus connues du grand Charles ( ne pas confondre!) que notre quartet interprète très "jazzy"...selon son habitude.

IMG_0004.JPGUne reprise d'activité pas trop intense je dois dire, à pas mesurés même, sur la piste qui longe le canal, m'a permis de constater un certain  laisser aller inhabituel dont le boétien n'a pas à être très fier. De nombreux détritus, canettes, emballages plastiques, papiers divers...jonchent le sol autour des bancs bleus tellement prisés par les petits vieux ( n'est-ce pas Roro?).

Et notre halte-nautique, parlons-en! L'armada (!) boétienne est en perdition. La IMG_0007.JPGsecrétaire de l'office de tourisme m'a confié récemment qu'un des bateaux, résident permanent, dont la vétusté est évidente, avait coulé récemment dans le port. Les pompiers sont intervenus afin de le renflouer. On ne déplore aucune victime car le vaisseau était inoccupé depuis fort longtemps et le capitaine, plus ou moins inconnu, ne sera pas poursuivi pour négligence. Pour le moment, il flotte de nouveau (le bateau). Ce misérable spectacle n'incite pas la pénichette du touriste allemand, ou Suisse, ou d'ailleurs... à faire escale dans notre cité même si nous affichons fièrement trois fleurs à notre palmarès.

A propos de fleurs... Ce sera l'objet d'une prochaine note (?) car je commence à transpirer et, suivant les conseils fort judicieusement renouvelés aux anciens, je dois dare dare m'hydrater.

Adishats.


19:53 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

17/07/2013

quelques notes...

Numériser0005.jpg
podcast

Bonjour amis amateurs de jazz,

Vous souvenez-vous? Les reconnaissez-vous? Peut-être les avez-vous écoutés à l'occasion de petits concerts près de chez vous. Vous y auriez même pris du plaisir?...Merci! 

Une bonne quinzaine d'années, déjà, que All Moods a mis un terme à sa longue tournée d'adieu. Jean Yves, le chic copain avec qui j'ai parcouru tant de kilomètres, a été victime de cette voiture blanche surgie de nulle part. Je n'ai pas pu éviter le terrible accident. J'ai eu de la chance. Pas Jean Yves...J'oserai bientôt, je crois, lui consacrer une petite note. Son banjo, son harmonica, comment les oublier. Huit ans sont passés.

David, le trompettiste talentueux qui m'a tout appris, nous a quittés depuis deux ans.

J'ai perdu de vue Patrick, le bassiste et Andrew, le saxophoniste. Ainsi va la vie. Je retrouve Bernard, le batteur, de temps en temps, pour quelques animations...

Hier, j'ai soufflé dans ma clarinette délaissée dans sa malette depuis trop longtemps. Le clarinette et le vélo, ça n'est pas pareil savez-vous? J'ai entrepris d'être aussi inspiré que sur l'enregistrement que vous avez peut-être écouté. Bon...peut mieux faire! J'espère! Car je retrouve mes copains la semaine prochaine et je ne voudrais pas être ridicule. Ils sont sympas les copains. Ils ne diront rien de désagréable.

16:09 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (22)

28/05/2013

intermède tropical...


Cette année, notre quartet a été sollicité, gentiment, pour l'interprétation de quelques intermèdes s'inscrivant dans le thème choisi pour notre spectacle: "coup de soleil". C'est donc fort à propos, nous avait-il semblé, que nous avions choisi, entre autres morceaux, ce tropical moon dont je propose la vidéo. Certains, qui maîtrisent parfaitement la langue anglaise , contesteront ce choix, je le devine. Je réponds à ces malotrus que, si je n'avais pas annoncé le titre, personne n'aurait chicané car cet air est peu connu et l'éclairage proposé par Jean-Louis qui n'était pas au courant ("éclairage...courant", astuce involontaire!) n'a franchement rien de lunaire, même sous les tropiques.

Pendant ce temps, les choristes se reposent dans les coulisses et daignent, enfin, nous rejoindre, sans se presser et dans le désordre, finissant de s'installer avant le solo de Roger, le guitariste souriant de la photo ci-dessous ( si vous croisez un jour un homme souriant, phénomène rarissime ces temps-ci, c'est Roger). Je m'engage, à la fin du morceau, dans une fausse tentative de séduction, la dame m'ayant informé au cours d'une répétition que son admiration serait feinte, qu'elle jouerait un rôle de composition, ni plus, ni moins...  

Je dois vous présenter les autres musiciens:

Le guitariste de gauche s'appelle René. Je le connais depuis peu et c'est dommage. Le bassiste au chapeau s'appelle Thierry. Je le fréquente depuis fort longtemps et ne le regrette pas. Roger sortait tout juste de l'adolescence quand nous fîmes connaissance...il souriait déjà. Armelle, une de nos plus talentueuses chanteuses ( c'est peu dire!) avait accepté, après une formation accélérée, le rôle ingrat de percussionniste. Bravo Armelle, désormais tu es des nôtres!

 

orch 5.JPG




 

24/05/2013

discrètement...

pleurs de rose.jpgJe déclare l'état de bonheur permanent
Et le droit de chacun à tous les privilèges.
Je dis que la souffrance est chose sacrilège
Quand il y a pour tous des roses et du pain blanc...

Voilà ce que disait Georges Moustaki en guise d'introduction de sa chanson "déclaration"... J'aime bien. 

Cette année, le spectacle de Boé si Boé la débutait avec "donne du rhum à ton homme"  dont les paroles permettaient une petite mise en scène. Je n'ai pas enregistré de vidéo sur Youtube pour cette chanson car nous avons commis quelques "petites" erreurs d'interprétation dues à l'émotion, fort compréhensible, d'un début de spectacle. Tout comme les plus grands artistes, il nous arrive de connaître le trac. Nos spectateurs, qui nous fréquentent régulièrement ( une fois par an), savent que cet état n'est que passager et pardonnent volontiers nos faiblesses.

Merci, Georges, pour cette chanson et...je sais que tu ne nous aurais excusé.

Les roses de mon jardin pleurent, elles aussi.

18:28 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

14/05/2013

après concert...encore


Encore un extrait de notre dernier concert...

duo 7.JPGQuand on est sur la vaste scène de l'Espace Culturel de Boé, notre Olympia local, malgré une longue expérience acquise dans le domaine artistique (!), malgré aussi toute la confiance (méritée) qu'on témoigne aux interprètes dont on a maintes fois apprécié le talent... on n'est jamais certain du résultat, de la qualité de la prestation ( un accident est si vite arrivé) , bref, quand on est en action entre les musiciens et les choristes, cramponné à sa fragile clarinette, on doute, on n'en mène pas large. Quelle responsabilité pour un Capitaine fraîchement promu !... Puis, le doigt tremblant on lance la vidéo. Ma voisine ne m'avait pas menti: pas mal du tout cet Adieu foulard, adieu madras. Le duo, parfait. Le point d'orgue final, réussi: tout le monde s'est arrêté pile au bon moment. Nous n'avons pas multiplié nos répétitions pour des prunes! Nous n'avons pas à regretter nos moments de fatigue, quelques humeurs vite oubliées...Notre travail intense a porté ses fruits. Hourra! A l'occasion de notre prochaine rencontre, nous pourrons nous congratuler sans arrière-pensée.


20:17 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique