logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/08/2011

Feilluns, les alentours

plantes sous le vent.jpg

Je ne savais pas que j’écrirais autant de notes sur ce bout du monde où nous avons séjourné pendant une semaine en compagnie de nos amis basques, assez dépaysés ( Biarritz, c‘est autre chose!), et Antoine, bien dans ses baskets comme on dit, baskets tout de même un peu fatigués au retour pour cause de frappe intensive dans le ballon de foot. J’ai déjà raconté…

- Les fleurs, on les regarde mais on ne les cueille pas, Antoine.

- Même si elles sont belles? Même si elles sentent bon?

- Oui, Antoine… même!

IMG_3710.JPGJ’exagère un peu car herboriser avec tact et mesure ne mettra pas la nature en péril. Que dire des incendies, des défrichages intensifs pour diverses raisons ( tiens, notre lutte contre la LGV, ça n’est pas gagné!)…Bref.

J’ai photographié, je ne sais pas quoi, mais j’ai photographié. Puis j’ai cherché dans un bouquin de plantes de montagnes fort bien dessinées d‘ailleurs, bouquin acheté il y a quelques années et que je viens de retrouver dans la bibliothèque du garage sous un guide vert des Alpes des années 70. Pas fichu de mettre un nom sur mes photos! Il y a des ressemblances certes mais j’ai des doutes. De toute façon, je me dis que ça ne servirait à rien du tout car je n’ai pas de mémoire. Et même…J’ai vu, j’ai touché, j’ai senti, je suis passé. Et voilà.

- Antoine, plus tard, quand je mourrai ( non, on ne dit pas mourrirai, Antoine), s’il te plaît, pas de fleurs. Simplement, Nuages, de Django. Rappelle-toi, Antoine. Nuages…

IMG_3687.JPG

Encore légers, les nuages...

 

17:31 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (6)

30/07/2011

Feilluns, des nouvelles d'Antoine

IMG_3678.JPG

Chers parents,

Je passe de très bonnes vacances à Feilluns. Avec Clément, quand nous ne sommes pas en promenade, nous jouons au foot autour du platane de la place: un abri pour attendre la boulangère ou le bus ( on ne l’a jamais vu), nous sert de cage de goal. Personne ne nous embête. Il n’y a pas d’enfants dans ce village sauf une fille mais elle a quatre ans. C’est dommage.

IMG_0023.JPGHier, nous sommes descendus dans une vallée pour voir un aqueduc. Papi a voulu prendre un raccourci. Nous avons roulé longtemps sur un chemin pas facile du tout qui traversait des vignes et des bois avec plein de virages et des bosses et des trous en veux tu en voilà. On s’est un peu perdus mais une dame gentille nous a bien renseignés, heureusement!

Ces romains, ils étaient vachement intelligents! Ils faisaient couler de l’eau dans une rigole sur un pont qui passe au-dessus d’une rivière. Ils ont même construit un tunnel au-dessous où on a pu se promener. Je vous expliquerai avec les photos.

IMG_0015.JPGPapi a de drôles d’idées: il a voulu que nous nous cachions dans la vigne, à côté du pont. On a fait semblant pour lui faire plaisir. Raymond, qui a toujours mal au dos, a failli glisser en voulant voir de plus près l’eau qui coulait dans la rigole. Maïté n’était pas contente. Clément et moi, nous avons bien rigolé.

Bon, je vous quitte pour ce soir. Nous allons parler foot Clément et moi jusqu’à ce qu’on vienne nous dire de dormir.

Bises de votre Antoine

Papi m’a demandé de vous dire d’arroser les tomates, s’il ne pleut pas bien sur.

 

20:24 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (9)

28/07/2011

Feilluns, chapitre 3

IMG_3703.JPG- Chouette la cabane, papy! Ce serait super si on en ferait (!) une dans le jardin, non?

- Tu demanderas à ton père, réponds-je en cadrant la photo.

Car Feilluns n’est pas le bout du monde contrairement à ce que l’espiègle marchande de vin m’a dit lors de notre arrivée. Si la route s’arrête au village, on peut continuer à pieds par les chemins de vignes et ça n’est pas désagréable quand la tramontane te pousse hardiment en montant, quand il ne pleut pas, quand tu n’as pas encore trop mal aux guibolles, quand tu aimes sentir le parfum subtil des plantes aromatiques qui poussent dans la caillasse de chaque côté, quand tu t’arrêtes pour admirer les papillons aux couleurs vives qui virevoltent autour de toi, quand tu prends le temps de contempler les forêts et les vignes et les petits villages perdus dans les montagnes, avec leur tour, plus ou moins cathare, leur clocher… voilà que je m’emballe un peu exagérément, je le reconnais!

IMG_0052.JPGRevenons à Antoine qui découvre, de visu, imperturbable, le mégalithique. Les milliers d’années, ça lui fait ni chaud, ni froid. Tout comme la dette publique, c’est vous dire! Le poids de la grosse pierre que son père devra se coltiner pour faire le toit de la cabane ne l’impressionne pas d’avantage.

Je redeviens un moment instit:

- Un dolmen, Antoine, c’est…patati, patata…

Je ressens comme un début de lassitude. Bon, on en reparlera. Plus tard, quand il sera en CM1, en septembre. Aujourd‘hui, il me fait comprendre que nous ne sommes pas en voyage d’études.

 Demain, nous irons tout de même visiter un aqueduc romain, quelque part dans la vallée…

IMG_0017.JPG

 

18:37 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

25/07/2011

Feilluns, nous y voilà

IMG_3692.JPGLa place « principale » de Feilluns au milieu de laquelle a poussé un superbe platane planté en 1848 nous dit l‘écriteau, arbre de la liberté du village, est habituellement déserte du matin au soir sauf au moment, vers midi moins quelque chose, où stationne la boulangère ou l’épicier. La foule, une dizaine de personnes venues on ne sait trop d’où, autochtones facilement reconnaissables à leur âge respectable et deux ou trois touristes en bermuda égarés et curieux, s’attarde un peu pour quelques échanges de civilités mais aussi pour des révélations de première importance telles l’abondance étonnante d’une récente cueillette de giroles ( je tente avec subtilité mais vainement d‘en savoir plus…), le passage destructeur de sangliers dans les jardins potagers, le temps … mais rien sur l’ actualité et c’est tant mieux! La cave a été rachetée par des mexicains ( comment sont-ils arrivés jusque là???) qui exportent le vin vers leur pays à un tarif incroyablement élevé nous a dit un vénérable octogénaire lequel, à notre avis ( nous en avons ensuite discuté à table et étions au moins d‘accord sur ce point ), doit confondre les pesos, les euros et peut-être les francs. Quoique…

Pendant que nous, les grands parents, demeurons prudemment planqués dans notre gite, à l’abri de ce putaing de vent qu’ils appellent la tramontane, Clément et Antoine courent inlassablement, infatigables sur leurs guibolles de bientôt CM1, et se font des passes autour de l’arbre précité lequel n’avait connu pareille animation depuis, sans doute, quelques décennies.

Le 14 juillet a tout de même été fêté semble-t-il, car j’ai remarqué quelques guirlandes d’ampoules restées accrochées aux branches. Mais, que s’est-il passé? Je n’ai pas demandé. Un défilé autour de l’arbre? Cela m’ étonnerait . L’armée a besoin de plus grands espaces, surtout les chars. Les écoliers? Il n’y en a plus ici depuis longtemps. Alors? Des vieux, quelques vieux? Pourquoi pas. J’aurais volontiers participé mais je n’étais pas encore arrivé dans le village. Tiens, une ronde autour du platane, ça m’aurait tenté! Pas de Marseillaise, non, un chant de Paix! Pas difficile à trouver, non? Qu’en penses-tu Eva?

IMG_0036.JPG

 

19:44 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (3)

24/07/2011

Feilluns, arrivée

IMG_3694.JPGFeilluns… vous allez au bout du monde, s’exclama avec un sourire mi-figue mi-raisin la marchande de vins à qui j’achetai, par précaution, un cubitainer de 5 litres de rouge du pays ( pour la semaine, à quatre, avouez que ça n’est pas trop!) avant d’entreprendre l’ascension d’une petite demi-heure jusqu’à ce discret village d’une trentaine d’habitants où nous avions loué un gite avantageusement présenté sur internet, pas trop cher, confortable, offrant une vue exceptionnelle sur les montagnes abondamment boisées et les petites parcelles de vignes pentues, bref, un bout du monde certes, mais, sans doute, les prémices d’un paradis dans la mesure où ( ne soyons tout de même pas trop exigeants et d‘ailleurs, en avons-nous le droit!) on n’attend pas autre chose de celui-ci ( le paradis) que le calme permettant d’échapper un temps à tout ce que vous savez qui nous empoisonne la vie, toute cette actualité malsaine, pourrie, nauséabonde.. ( vous ajoutez ce que vous voulez, les pointillés sont faits pour), bref, nous voulions du calme: nous l’avons eu.

Voilà une phrase fort longue en guise d’introduction utile à un récit de vacances fort riches en évènements dont la relation future ne manquera pas d’étonner le lecteur friand d’évènements rares, étonnants…etc.

IMG_3698.JPGNous jouxtions la petite église trapue, impénétrable qui carillonnait de temps en temps une heure incertaine: Entre elle et nous, la ruelle dite de la tramontane, la bien nommée, ruelle fréquentée occasionnellement par Roro en cas de force majeure, pour aller acheter le pain à la boulangère ambulante par exemple car, dans ce village du bout du monde, fermés les commerces depuis des années, plus d’école, plus de poste, plus de … rien.

( à suivre)

Une vue de la montagne depuis le sentier qui s'élève au-dessus du village: tout en bas, ma vigne-chaussette... ( Antoine prétendait qu'elle ressemblait d'avantage à une botte)

IMG_0037.JPG

17:56 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (8)

27/08/2010

la mer


podcastNotre quartet va reprendre très prochainement ses répétitions. Ce soir-là, nous avons eu envie de prendre la mer, celle de Charles Trénet. Le vent étant favorable, nous avons atteint assez vite les côtes espagnoles que vous pouvez distinguer dans une légère brume.

IMG_1282 bis.jpg
Hier, justement, nous étions chez nos amis d'Anglet. Le temps nous a été favorable: 30 degrés au lieu des 40 enregistrés à Boé. Nous avons mis trois heures et demie pour revenir, soit une heure de plus qu'habituellement. Il y avait un de ces bouchons sur l'autoroute! Heureusement que notre voiture est équipée de la climatisation. Je l'ai utilisée, j'ose l'avouer. Quel progrès tout de même! Certains diront que ça n'est pas écologique. Certes. Je suis d'accord. Mais tout de même, quand il fait aussi chaud! Enfin... nous sommes sains et saufs et c'est l'essentiel. Mais fatigués. D'ailleurs, après ces nouvelles qui devraient vous rassurer sur notre état, je vais aller faire une petite sieste.
Bien des choses...

15:46 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

03/06/2010

un peu de repos

tableau 4.JPG

Ma chère Sophie,

 

Hier, nous sommes montés « visiter » le volcan: je te montrerai les photos à notre retour. Géniales, nos photos! Sur l’une d’elles, nous sommes tous les deux, pris par un monsieur très sympa, dans la descente abrupte qui mène à un petit cratère qui ressemble à une soucoupe volante posée dans le grand cratère*. En réalité ce « petit cratère », formé lors de la dernière éruption, est tout de même important car les gens qui ont eu le courage de l’escalader paraissent tout petits. Henri, toujours fanfaron, voulait y aller. Moi pas, car on ne sait jamais…

Aujourd’hui, nous avons décidé de ne pas parcourir trop de kilomètres car, je te l’ai déjà écrit, les routes ne sont pas faciles. J’ai un peu peur dans les virages… tu ne le répèteras pas à Henri s’il te plaît!

Je te parle encore un peu de lui ( il n’aimerait pas ça): figure-toi qu’il laisse pousser… la barbe! Mais oui, tu as bien lu: la barbe! Aujourd’hui, elle a une dizaine de jours. C’est mieux, je trouve, que de se raser un jour sur deux ou trois car ça fait sale et… ça pique. Enfin; on verra.

Bon, je me prépare car nous allons visiter le Conservatoire National Botanique. C’est à deux pas de notre gîte et il est vivement recommandé par le guide.

 

Bises de ta copine et… bien des choses!

PS: pourrais-tu me garder cette carte car je souhaiterais en faire un aquarelle. Merci.

IMG_0238.JPG

 

18:20 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

02/06/2010

vous avez dit "paradisiaque"...

IMG_3333.JPG

Donc, l’équipe des bleus est actuellement à La Réunion pour rencontrer des chinois. C’est un évènement! La télé régionale en parle depuis longtemps déjà. Dans notre gîte, nous étions tenus au courant tous les soirs. Il doit y avoir une sacrée pagaïe à Saint Pierre. Déjà que la circulation y est particulièrement dense en période normale!

Les bleus sont logés nous a dit le journaliste de France Inter, ce matin, dans l’hôtel le plus luxueux de cette île paradisiaque. Voilà une bonne nouvelle pour les amateurs de  fouteballe, le sport le plus populaire ( sic) paraît-il.

Paradisiaque…Pourquoi pas. C’est vrai que, pour ce qui est des paysages, le touriste n’a pas à se plaindre. De la variété en veux-tu en voilà; pas le temps de ranger l’appareil photo. Au retour, tu trouves que ça fait quand même un peu beaucoup surtout quand tu découvres tes images, en mieux, sur internet. Alors, tu supprimes. Tu y passes un temps fou, c’est fastidieux.

Paradisiaque…a dit le journaliste.

IMG_3208.JPGJe suis un marcheur, un marcheur curieux. J’ai grimpé dans des chemins très pentus ( Roro qui a pourtant un sacré entraînement avait du mal à me suivre) et j’ai vu travailler le vieux paysan ( il n‘était peut-être pas plus vieux que moi!), cassé en deux et plantant ses piments entre les pierres volcaniques après avoir fait des tas de celles-ci pour libérer un petit mètre carré de terrain cultivable. Après, il faut les arroser les piments et l’eau, elle est où l’eau? Il faut se la coltiner l’eau; et la pente est rude, très rude.

Je sais, j’ai vu: ça n’est pas partout pareil! Pas partout, d’accord…

J’ai vu aussi la case du paysan, en tôles disjointes, bien cachée

dans la canne à sucre ou ailleurs. Discrète, pudique la misère…

Paradisiaque…Allez les bleus, allez les bleus! Silence; la Marseillaise.

IMG_3338.JPG

 

 

17:34 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (4)

01/06/2010

volcan, nous voilà

IMG_0240+.jpg- Nous arriverons trop tard, grommelle Maïté assise sur le siège arrière.

Je jette un œil dans le rétroviseur: elle a son air basque des mauvais jours!

- Je ne peux pas rouler plus vite, dis-je. D’ailleurs cela ne te conviendrait pas…

La route n’est pas facile et je conduis prudemment. Mais nous aurions dû partir plus tôt de notre gîte, c’est certain.

Plus nous prenons de l’altitude, plus la brume s’épaissit.

- Nous ne verrons rien du tout, affirme Roro.

Toujours optimiste Roro.

Enfin, le parking. Beaucoup de voitures. Je gare la nôtre. Où sont les gens? Le vent froid souffle fort, en rafales.

- Attention aux portières, putaing!

Il faut tout leur dire!

Je sors du coffre mon sac à dos: il contient la bouteille d’eau, les petits gâteaux secs… des bananes. On ne sait jamais.

- Je ne trouve pas mon kaoué; as-tu pris mon kaoué Maïté?

C’est Raymond.

- Si tu…. Bla bla bla…

C’est Maïté.

IMG_0239.JPG

Bref; passons à l’essentiel. Nous grimpons le chemin: ils sont là, alignés face … au volcan sans doute, l’appareil photo bien en main, prêt à fonctionner. Une envie de rire me prend, irrésistible. Je sens chez certains comme de la réprobation. D’autres sourient. Dix minutes, un quart d’heure…

Et, tout d’un coup, le MIRACLE! Le vent balaie la brume, la pousse vers le plus haut du piton, là, juste en face.

Ah!!! Oh!!! Que c’est grand!!! Il est où le volcan, maman??? Que c’est beau! Quel diamètre (un matheu)! Pourquoi c’est tout noir, papa? Fait pas chaud ( Raymond)!…

Photos, photos, photos…

Au retour, quelque part perdu dans la vaste plaine des Sables aux couleurs mauves, un chien tout blanc nous regarde passer, loin de tout. Perdu peut-être... Sauvage sans doute…

IMG_0244.JPG

 

17:11 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7)

31/05/2010

pour ou contre les volcans

IMG_0238.JPG

Doit-on dénigrer, redouter, être contre les volcans? Des évènements récents nous y inciteraient.

Et pourtant...

Comparons, par exemple, les conséquences d’une éruption volcanique avec celles d’un cataclysme comme le récent tremblement de terre d’Haïti ou le grand incendie de Londres en 1666... Des ruines, des merveilles d’architecture détruits, disparus… Sans oublier les catastrophes provoquées par l’homme: Hiroshima, Tchernobyl… et les autres.

En revanche, comment de pas se louer, aujourd’hui, de l’éruption du Vésuve dont la lave et les cendres recouvrirent complètement Pompéi et Herculanum en 79. Voilà deux villes qui furent redécouvertes au XVIIIème siècle dans un parfait état de conservation. Et que des foules de touristes émerveillés viennent visiter ce qui est excellent pour l’économie de cette région!

L’activité régulière de la Fournaise, à La Réunion, attire le touriste et agrandit la surface de l‘ile de manière conséquente. On ne peut que s’en réjouir. Sans oublier que la coulée de lave épargne les églises*: les éruptions de La Fournaise ne seraient-ils pas des messages divins? C’est ainsi que sont interprétés pour d’autres raisons celles des volcans de Bali. Et, pourquoi pas, l’organisation de pèlerinages si ce phénomène se reproduisait?

Alors, les perturbations récentes du trafic aérien … s’il vous plaît, je vous en prie, comme disait Pierre Desproges: broutilles et fariboles!

L'église Notre Dame des laves "miraculeusement" épargnée lors de l'éruption de 1977.

Notre Dame des laves.jpg
Demain nous grimperons, j'espère, au Piton de La Fournaise...

17:54 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (5)

30/05/2010

Leconte de Lisle

IMG_0296.JPG

Midi, roi des étés, épandu sur la plaine,
Tombe en nappes d’argent des hauteurs du ciel bleu.
Tout se tait. L’air flamboie et brûle sans haleine ;
La terre est assoupie en sa robe de feu.

 
L’étendue est immense, et les champs n’ont point d’ombre,
Et la source est tarie où buvaient les troupeaux ;
La lointaine forêt, dont la lisière est sombre,
Dort là-bas, immobile, en un pesant repos...

Vous trouverez la suite de Midi dans votre bibliothèque ou sur internet. Peut-être avez-vous appris ce poème comme moi au Cours Complémentaire si vous avez suffisamment vécu... ou ailleurs. Peut-être aussi, mais c'est moins sûr, vous a-t-on dit combien cet homme méritait cette place d'honneur au bout de l'allée principale du cimetière marin de Saint Paul où il naquit, à deux pas de l'océan indien.

Toujours à Saint Paul, une visite de marché, en passant.

IMG_0299.JPG
IMG_0300.JPG
Nous avons beaucoup aimé ces énormes avocats ainsi que les petites bananes et ananas... entre autres. A côté des avocats, Sophie, ce ne sont pas des grosses prunes mais des fruits de la passion. Je suis sûr que tu aurais aimé.
Une amie m'écrit: "des photos, des photos, je veux des photos!'
Mais oui, mais oui; des photos j'en ai en veux-tu en voilà qu'on peut retrouver facile sur internet. J'ai d'ailleurs commencé à faire le ménage, conservant celles, suffisamment originales qui me permettront d'écrire quelques phrases.

16:04 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (6)

29/05/2010

do lo sur feuille songe

Do lo sur feuille songe... de l'eau sur la feuille de songe. Laisse couler, glisser, parler, ...  C'est une expression de La Réunion. Car la goutte d'eau ne séjourne pas longtemps sur la grande feuille de songe. 

IMG_3225.JPG
Voilà qui lui sied, non?  

 

 

17:13 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (11)

27/05/2010

La Réunion face à son destin...

Que peut-on contre le mauvais destin…

 

Ma chère Sophie,

 

IMG_3082.JPGTu ne peux pas imaginer la quantité de bananes et d’ananas que nous ingurgitons! Des fruits, ici, ce n’est pas ce qui manque; l’autochtone n’a pas à se plaindre. Il a au moins de quoi se nourrir! Heureusement car pour ce qui est du  chômage, sur cette île, ils battent les records: presque 50% de jeunes de moins de 25 ans regardent passer le touriste au bord des routes !  Voilà ce que nous a appris la télé régionale. Heureusement on va bientôt mettre en chantier le « tram-train » ou le « train-tram ». On en parle depuis longtemps. Cela permettra de créer des emplois et facilitera une circulation particulièrement difficile. La ministre de l’Outre Mer vient d’arriver exprès: elle a promis des sous de la part de notre Président…

IMG_3115.JPGIl va falloir s’activer car le papayer ( c’est un arbre fruitier très cultivé, Sophie) est attaqué paraît-il par une méchante chenille venue d’on ne sait où ( Sébastien serait-il passé par ici?) et il est en train de crever. L’économie de l’île risque encore d’en pâtir et ça ne sera pas la faute du gouvernement… D’ailleurs, ça n’est jamais la faute du gouvernement qui fait tout ce qu’il peut. Mais, que peut-on contre le mauvais destin…je te le demande

Bises et … bien des choses.

 

PS: l’excentricité d’Henri empire! Je me demande s’il n’abuse pas de la banane! Maïté qui rit pour un oui pour un non me dit de ne pas m’inquiéter, qu’il est préférable de le voir ainsi et patati et patata…

singeries 1+.JPG

 

18:50 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7)

26/05/2010

La Réunion... on s'installe

IMG_3076.JPG
A l'entrée d'un village, poinsettias et strélitzias ( j'ai vérifié l'orthographe!)

Ma chère Sophie,

Nous voici enfin installés dans notre gîte à 500 mètres d’altitude, face à l’océan, en surplomb de Saint Leu. Sept ou huit kilomètres de route étroite, extrêmement pentue par endroits, bordée de fossés profonds non protégés,  aux virages en épingle ( Maïté en a compté plus de soixante pour se distraire un peu), une visibilité incertaine parfois… voilà ce que nous devrons subir chaque jour! Heureusement, Henri est un as du volant; j’ai confiance.

Mais, dix degrés de moins que sur la côte, voilà qui est appréciable et vaut le déplacement.

margouillat_gecko_04.jpgNous venions à peine de poser nos valises ( Henri a râlé au départ prétextant qu’elles étaient très lourdes: je regrette mais il faut ce qu’il faut!) …dans nos chambres respectives quand un grand cri d’affolement nous précipita dans celle de nos amis basques. Nous évitâmes de justesse Maïté qui en sortait précipitamment comme poursuivie par un monstre. Raymond debout sur le lit, essayait de chasser par de grands gestes un margouillat de petite taille, parfaitement immobile sur le mur blanc et sans doute surpris par ce remue-ménage inhabituel. Henri, très calme, sortit, revint « armé » d’un balai, poussa sans brutalité aucune mais fermement la bestiole vers la fenêtre: un bond… plus rien… disparu le margouillat! Quelle vivacité!

Henri appela Maïté à qui je tenais compagnie sur le balcon ( j‘avoue que je n‘étais pas très rassurée moi non plus):

- Voilà, plus de danger! Mais je ne sais pas où est la bête… peut-être dans le lit?

Si tu avais vu la tête de notre amie!

Bon je vais faire un peu de rangement et me reposer car ce voyage qui n’en finissait pas m’a épuisée !

Bises et … bien des choses.

PS: dans le jardin d’énormes araignées ont tendu leur toile un peu partout: ce sont des bibes ou Néphilas, nous a appris Raymond qui connaît le guide par cœur!

IMG_3268.JPG

16:47 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (10)

25/05/2010

La Réunion... allons-y

IMG_0262.JPG

Ma chère Sophie,

Ouf! Nous voici enfin arrivés à La Réunion après une douzaine d’heures d’avion. Notre escale à Marseille a été prolongée d’une heure; au moment de prendre la piste pour décoller, le commandant de bord Blériot ( c’est ainsi qu’il s’était présenté au départ de Toulouse peut-être pour nous mettre en confiance) annonça:

- Mesdames, messieurs, nous devons revenir au garage de l’aéroport car un réacteur refuse de démarrer. Dès que la panne sera réparée nous reprenons notre vol. Veuillez nous excuser pour ce contretemps.

- Un contretemps, s’exclama Henri! Un réacteur en panne sur deux, il appelle cela un contretemps!

Déjà qu’Henri n’aime pas l’avion! Si nous avions été autorisés à descendre, je me demande s’il serait remonté dans l’appareil.

Finalement nous avons décollé sans difficulté ce qui prouve qu’il s’agissait d’un problème technique insignifiant. Toutefois, Henri ne desserra les dents qu’à 10000 mètres d’altitude ( c’était affiché sur un écran, tu te rends compte!):

- Si on dégringole quelque part en Afrique ou dans l’océan Indien, tu vas m’entendre, crois-moi, tu vas m’entendre!

Il s’est calmé quand l’hôtesse nous a servi un plateau repas. Faut dire qu’elle était charmante et souriante l’hôtesse. Le plateau repas… bof.

Je te laisse car nous allons nous installer dans notre gîte.

Bises et … bien des choses.

PS: ces arbres, sur la côte, sont des Vacoas; la température est de 30 degrés environ, à l‘ombre.

17:29 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (9)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique