logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/12/2014

encore une histoire gasconne

les palombes.jpg


podcast

Une histoire ancienne "revisitée"

Gaston, riche propriétaire de la Beauce...ou d'ailleurs, passait ses vacances avec une dame (mais, chut...) dans un petit hôtel de charme, quelque part en Gascogne.
Un soir, sur la place de Pimpous où se produisait avec entrain l'excellent orchestre "Adijazz"**, Gaston fit la connaissance d’Albert, modeste paysan gascon qui l’invita à une partie de chasse à la palombe. Dans une palombière, on a le temps. On mange, on boit, on discute...en attendant le passage hypothétique d’un vol de ces pigeons voyageurs à la destinée incertaine.
Gaston:
Avez-vous beaucoup de terre?
Albert:
Avec le jardin, le pré, ....trois hectares, à bisto de naz.*
Gaston, surpris:
C’est peu. Moi, avec mon 4X4 , en partant tôt le matin, il me faut la journée pour faire le tour de ma propriété.
Albert:
Avec ma voiture, c’est pareil!

* ou "au pifomètre" si vous préférez

**L'orchestre "Adijazz" se composait de Pierre au tuba, Jacques au trombone, Michel au piano, Bernard à la batterie et moi-même au saxo et à la clarinette. L'enregistrement public n'est pas excellent mais tant pis...

( j'ai emprunté l'image à Duverdier).

25/01/2008

réunion de quartier

medium_IMG_0734.2.JPG Notre chien fa dièse ( fa # pour les musiciens) est mort depuis plus d'un an. Nous n'en aurons pas d'autre; c'est décidé...
La dernière réunion de quartier organisée chaque début d'année par notre maire a été très calme. La proximité des élections ne permettait pas à l'équipe en place de faire des promesses. Celà fut dit et, semble-t-il compris. Le bilan présenté étant en outre très positif, les discussions tournèrent court et nous nous retrouvâmes plus vite que les années précédentes autour de la table afin de déguster la traditionnelle galette.
Il ne fut même pas question des chiens! C'est vrai qu'on en voit moins en cavale dans nos cités, fouillant les poubelles au petit matin, pissant contre les bancs publics bleus...et le caisson d'un pêcheur boétien habitué des bords du canal. Cet homme avait solennellement demandé, l'an passé, que des sanctions sévères soient infligées aux propriétaires de ces bestioles effrontées...Sachant que parfois, malgré la double rangée de grillage que j'avais installée, malgré l'épaisse haie de troênes, notre fa dièse ne pouvait résister à certaines odeurs et qu'il m'arrivait de le récupérer dans les cités, la queue basse, la langue pendante ...bref , dans un état pitoyable, je me tassai sur ma chaise, m'attendant à une dénonciation qui, fort heureusement ne se manifesta pas. Ouf!
Donc, cette année, j'avais la conscience tranquille...A part quelques graffitis que j'avais écrits dans les toilettes publiques ou sous l'abribus; mais c'était au début de l'année dernière et personne ne devait se rappeler.
Après la réunion, je n'ai pas résisté...surtout, ne me dénoncez pas!
medium_Mao.JPG

11/08/2007

inquiètude...

medium_vague_rose_2.jpg
Enfin!...Nous l'avons eu notre "vague rose" comme le titrait hier le journal "Sud Ouest".
Personne n'était informé que notre Garonne prendrait cette teinte insolite...D'où une émotion fort légitime des riverains et des boétiens en particulier. " Kesaco???" chuchotait-on craintivement ( le boétien est parfaitement bilingue, comme le dit l'ami Fred dans une de ses menteries). Les hypothèses allaient bon train...On incrimina évidemment et en premier lieu, la centrale de Golfech qui aurait laissé échapper quelque produit radioactif...On imagina un rinçage malheureux des caves de Buzet lesquelles se trouvent en aval; nous ne subissons pas (encore) de phénomène de marée...Un gamin pleunichait, pensant à une hécatombe de poissons rouges...D'autres imaginaient une nouvelle Saint Barthélémy avant la date prévue.
Pour faire le malin, comme d'habitude, je suggérai de fortes pluies dans la région toulousaine, une terrible inondation dans la ville rose qui se serait ainsi décolorée...
Finalement nous apprîmes qu'il s'agissait de rhodamine B ( on aurait dû y penser, sommes -nous bêtes tout de même!) déversée volontairement dans le fleuve un peu en amont de Boé par des techniciens Albigeois ( pourquoi ces gens-là viennent-ils fichent le... la pagaille chez nous!) et celà pour expérimenter la réaction des collectivités en cas de pollution accidentelle.
Finalement, on ne sait pas si cette expérience a atteint le but avoué. S'il s'agissait, aussi, de fiche la frousse aux autochtones, c'est gagné.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique