logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/08/2015

des inventions...

                                                  Antoine et moi sommes installés devant la télé et nous nous marrons franchement en regardant un court métrage de Charlot. Le téléphone sonne. C’est une dame qui m'apprend que je suis Monsieur Barthélémy, que j’ai plus de 65 ans et que, par conséquent, j’ai été sélectionné pour recevoir une bonne bouteille de vin que je dois retirer au nouveau magasin de literie qui se trouve quelque part pas trop loin...Je lui dis que ma voiture est en panne, que mon lit par contre est en parfait état, qu’elle peut expédier la bouteille à mon adresse et que je l’en remercie vivement. Elle raccroche et je rejoins Antoine afin de partager son hilarité communicative...

- Dis papy!...Qui a inventé le téléphone ?

- ...je ne me rappelle plus.

- Et la télé ?...Qui l'a inventée ?

- On demandera à maman quand elle viendra te chercher...

- Et l'ordinateur ?

- ... ???

- Je te dérange peut-être avec toutes mes questions ?

- Mais non, mais non...Tu as raison, il faut s'instruire dans la vie!

medium_02_20Les_20declarations.jpg

 

 

 

J'ai surpris Antoine écrivant des graffiti(s) sur le mur du voisin...Quel manque d'éducation! Mais bon sang, qu'apprend-on aux enfants dans nos écoles!

09/08/2015

la fin des "R"...

la fin des R.jpg

                                         Ce n'est qu'une des pemièes mesues suggéée pa un militant écologique, mesue dont le caactèe économique est, pou lui,  évidente. Cette lette est en effet utilisée en abondance et souvent inutilement. La suppimé de note alphabet et nos lives seaient plus légés. Nous simplifieions nos ègles de grammaie et de conjugaisons: finie, pa exemple, la distinction difficile à appéhendé par nos gamins du CE ente les infinitifs et les paticipes passés. L'appentissage du fançais pa cetaines peuplades indigènes seaient facilitée et nous y gagneions sans doute en compéhension mutuelle. Un éminent pofesseu d'histoie s'est élevé ce matin avec véhémence, su fance cultue, conte ce pojet:

- Faie die "mède" à Cambonne, voilà qui n'est pas séieux! On dénatue le sens de ce mot tellement fançais! Que l'écologie s'élève conte les centales nucléaies, d'accod, mais qu'elle ne se mêle pas de éfomé notre belle langue...

Une commission palementaie a été constituée pou étudié le bien-fondé de ce pojet. A suive...

.....................................................................................................................................................

Dans un récent bulletin syndical, des profs de français ont pris les devants et fait savoir qu'ils feraient grève si, par malheur, le même sort était réservé aux lettres "S" ou "F". Que deviendraient alors, s'alarment-ils, les fameuses allitérations de Racine:

          "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes" 

ou de Hugo

              "Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles,

            Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala"

La rentrée risque encore d'être chaude!

 

 

01/08/2015

le poisson rouge

" Tu sais, il te faudrait une compagnie, Papa" , me dit ma fille l'autre jour.

Constatant ma surprise, mon embarras ( je ne m'attendais pas, de sa part, à une telle suggestion), elle ajouta, très vite, afin de dissiper, m'a-t-il semblé, un possible malentendu:

"Oui...un chat ou un chien ou..."

Ouf! Rassuré, je l'interrompis:

" Ou un cheval...?" ( la superficie de mon jardin est d'environ 300 m2)

Elle n'insista pas.

Le lendemain, après une nuit agitée ( que calor, comme disait ma belle maman espagnole!), ma décision était prise: je me rendis chez Noé, l'animalerie la plus proche qu'on m'avait chaudement recommandée. J'ignorai chiens, chats, souris blanches, hamsters, divers volatiles excessivement tapageurs...et m'adressai à une jeune vendeuse:

- Je voudrais faire l'acquisition d'un poisson, s'il vous plait, un poisson rouge...Oui, tout simplement. L'exotisme ne me tente pas. C'est pour me tenir compagnie, voyez vous.

- Je comprends, monsieur. J'ai ce que vous demandez...Mâle ou femelle?

- Bonne question...Comme je le baptiserai Nautilus, donnez-moi plutôt un mâle. Mais, rassurez-vous, il ne sera pas obligé, tout de même, d'accomplir durant sa courte vie vingt-mille lieues en tournant dans le bocal ( je pouffai sottement). J'avais pensé à Potemkine à cause de la couleur mais le poisson ressemble plus à un sous-marin qu'à un cuirassé... non? ...A propos de bocal, que me conseillez-vous: un sphérique ou un parallélépipédique? J'ai peur que dans le parallélépipédique il négocie mal les virages à angles droits et n'aille heurter fréquemment la paroi.

- Comme vous voulez, me dit la vendeuse.

Bref... J'installai Nautilus sur une petite table, à proximité de la fenêtre afin qu'il profitât au maximum de la lumière ce qui, pensai-je, ne pourrait que l'inciter à de frénétiques et joyeuses circonvolutions. 

Ce matin, je décidai de changer l'eau de l'aquarium, tâche recommandée par la vendeuse qui m'avait vendu entre autres accessoires une petite épuisette laquelle me permit sans trop de difficulté de capturer Nautilus. Je le mis dans une casserole que je remplis d'eau froide, bien sûr. Le téléphone sonna. C'était ma fille... Quand notre entretien s'acheva, je me chaussai et partis pour ma promenade matinale au bord du canal...

A mon retour, deux heures plus tard, je réalisai que j'avais complètement oublié Nautilus. Je filai dare-dare dans la cuisine: dans la casserole, point de poisson! Une fugue... est-ce possible, pensai-je??? Je me mis à quatre pattes, scrutai le dessous du buffet et là, je l'aperçus, immobile, comme inanimé. Je m'en saisis, le remis dans la casserole et, constatant sa totale inertie, je décidai qu'il avait trépassé. Je le plaçai dans une petite poche en plastique ( était-ce bien nécessaire?), me rendis de nouveau au bord du canal et, subrepticement, le jetai dans la flotte, le rendant, se faisant, à son élément naturel. Je le vis qui s'éloignait lentement entre deux eaux, emporté par le léger courant et, avant qu'il ne disparût complètement, je revins à la maison afin de prendre une douche. Je n'avais pas eu le temps de m'attacher à cet animal et n'eus point de chagrin, j'ose l'avouer. Contrarié, peut-être. Et encore...

Je donnerai volontiers mon modeste bocal à qui en voudra. Sinon, je le mettrai dans le container affecté aux verres.

Voilà une note tout à fait ordinaire, je dirai même, sans aucun intérêt. Je l'ai rédigée simplement pour montrer à certains bons amis qui s'inquiètent ( merci, amis) que je suis toujours vivant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25/02/2015

une histoire prechque portugaiche...

medium_un_oeuf.JPG


podcastAu programme du futur concert de notre Atelier-chant Boé si Boé la...

Un dimanche matin, au petit marché de Bon-Encontre, à deux pas de mon domicile...

- Bonjour, dis-je à la marchande de volailles. Avez-vous des oeufs?
- Bien chur, monchieu, me répondit-elle car elle est portugaise et vend aussi des oeufs. Combien?
- Une douchaine, dis-je, pardon, une douzaine s'il vous plait madame. Mais, combien les vendez-vous?
- Quatre euros, monchieu.
- ET BE! m'exclamé-je. Ils sont chers! Le marchand, là-bas, les vend deux euros.
- Allez donc les acheter chez lui ! ( elle avait l'air un peu contrariée)
- Il n'en a plus!
- Evidemment, dit-elle, ...quand che n'en ai plus che les vends aussi deux cheuros.
Je lui dis que j'allais faire quelques achats et repasserai un peu plus tard. Ce que je fis.
Sur un écriteau, bien en évidence, elle avait écrit:
"oeufs, 2 euros la douchaine".
medium_unoeuf_déconfit.JPG
- Bon, lui dis-je, je voudrais une douzaine d'oeufs.
- Che n'en ai plus, me répondit-elle.

Alors je lui achetai  un lapin.
- Che lui coupe la tête?
- Oui, dis-je, ça lui...
- ...fera les pieds, je chais. Vous me le dites chaque fois!
A vouloir trop faire le malin...

Ceci dit, la marchande de volailles portugaise existe et elle est très chentille...

08/12/2014

rencontre...



podcastBoé si Boé la chante "la branche", magnifique chanson que j'inscrirais volontiers au programme de notre spectacle de ...2016 célébrant notre vingtième anniversaire.

IMG_2094.JPG

Je marchais d'un bon pas, ce matin, au bord du canal quand, arrivé à hauteur de la halte nautique, je croisai un cycliste qui freina quelques mètres derrière moi, et m'interpella:
- C'est toi?
A tout hasard je répondis "oui " et attendis la suite:
- Mais que fais-tu ici? Si je m'attendais à te voir!
Je m'étais arrêté bien sûr, de mauvaise grâce car la promenade matinale, pour moi, c'est sacré et je n'aime pas être dérangé. C'est le moment privilégié qui me permet de mettre de l'ordre dans ma tête et d'imaginer ce que, raisonnablement, je vais pouvoir entreprendre au cours de cette nouvelle journée, préparer par exemple la répétition de ce soir avec l'Atelier chant Boé si Boé la. Sinon, c'est l'aventure ...
- Comme tu as changé! Tes cheveux n'étaient pas bouclés et ils étaient moins longs, je crois... Tu avais aussi laissé pousser la moustache.
Je supposai qu'il m'avait connu à l'armée, peut-être en Algérie, dans les montagnes des Aurès. Comme il portait des lunettes et un casque, il m'était difficile de deviner son âge...Je voulus le questionner mais il ne m'en laissa pas le temps.
- Il me semble aussi que tu étais plus grand. C'est vrai qu'avec l'âge...tu étais plus costaud aussi...
C'est vrai que j'ai perdu du poids.
- Tu avais une cicatrice sur le front. Tu te rappelles quand tu étais tombé du cerisier?
Je m'apprêtais à lui rétorquer que jamais ...Il avait déjà fait demi-tour. Il me lança:
- Heureux de t'avoir revu, Jacques. Mais j'ai bien failli ne pas te reconnaître!
- Mais, je ne m'appelle pas Jacques!
- Ah, ça alors...!Tu as aussi changé de nom?

Et il repartit vers sa destinée...
Je ne sais pas si je le reverrai. J'aimerais bien faire sa connaissance car il pourrait me raconter plein de choses que j'ai sans doute oubliées

11/09/2013

rien de nouveau...ou, si peu

Dans la nouvelle vidéo publiée à la fin de cette note, on retrouve les mêmes acteurs que dans celle de la semaine dernière. Le style est différent: avec ce morceau très New-Orleans, nous sommes remontés aux années 20. Jean-Yves a échangé la guitare contre le banjo instrument mieux adapté. Il manque l'introduction. Le copain caméraman a certainement été surpris par notre départ fulgurant. Si je ne vous l'avais pas dit, vous ne vous en seriez même pas aperçu.

Je n'ai pas retrouvé mon portefeuille. Finalement, je ne regrette pas la carte d'identité à cause de la photo qui ne m'avantageait pas du tout: je ne me reconnaissais même pas. Un vrai bandit de grand chemin! Heureusement que je n'ai subi, durant ces 7 ou 8 dernières années, aucun contrôle policier...La personne l'a certainement jetée avec mépris dans une poubelle. J'ai commandé une nouvelle carte vitale en attestant sur l'honneur avoir perdu l'ancienne. C'est la démarche que la sécu m'a demandé d'effectuer. Quand je l'aurai reçue, j'irai au labo faire des analyses prescrites depuis une quinzaine. Je ne suis pas pressé.

Voilà la vidéo promise...Vous verrez, les gros plans sont superbement réalisés!


18/08/2013

au marché...

Chaque dimanche matin, je vais faire quelques achats au petit marché de Bon- Encontre, le village d'à côté. Aujourd'hui, j'ai acheté une livre de haricots verts. La marchande, en me tendant la poche m'a dit: voilà , monsieur, bon poids. Puis elle a ajouté: allez...2 francs 50!   Je l'ai remerciée évidemment. Roro a trouvé des fils...On ne peut pas tout avoir! Déjà la quantité, puis le prix...et puis quoi encore! Chez ma marchande de miel, pas de surprise. Le bocal c'est tant, le pain d'épices, c'est tant...Mais on a droit en prime à un sourire. Elle me conseille, mi-figue mi raisin, son pain d'épices au gingembre. Ce matin, j'en ai acheté un aux pruneaux. Pour le gingembre, on verra plus tard, lui ai-je dit en douce. Une vieille dame attendait son tour tout près de moi...

Les abeilles de Boé si Boé la ( gare, mesdames, au frelon asiatique!):

 

zzz abeilless.JPG


 

19/09/2012

quelques précisions inutiles...

J'écris presque tous les jours dix, douze lignes guère plus, sans me faire violence car l'actualité est "riche", si on peut dire. Mais je ne m'intéresse qu'aux petits évènements... pour l'écriture bien sûr car, comme beaucoup, j'ai aussi des idées personnelles sur divers sujets de première importance.

1707_illustration_wiaz_baignoire.jpgDans ma note du 3 septembre, j'étais préoccupé par cet abattage  à la tronçonneuse d'arbres innocents dans le canal et je me demandais si on découvrirait un jour les coupables. Pas sûr: déjà, deux municipalités "concernées" ne porteront pas plainte. Je me demande pourquoi. Dans la presse de ce jour, sous le titre subtil "de l'eau sur le feu", j'apprends que la coordination rurale entendue par des enquêteurs ( de quoi se mêlent-ils ceux-là!), a déclaré d'une seule voix qu'elle ignorait qui étaient les auteurs du délit d'abattage. Pour les faire avouer, je suggère de leur faire subir le supplice de la baignoire ( bien entendu, à défaut de baignoire, on utiliserait le canal).

4430706.jpgLe 10 septembre, je rendais un hommage mérité à notre Mireille qui, brave fille, demandait à son ami Poutine ( il paraît) de faire preuve d'indulgence pour ces dames du Pussy Riot même si ce n'est pas de très bon goût de chanter une prière contre le président russe dans une cathédrale! Je lui renouvelle mes compliments.

trône.JPG



Dans ma note du 19 septembre, ma dernière photo a provoqué quelques interrogations discrètes: que voit-on devant moi, en premier plan? Ce sont des dossiers de chaises mesdames. Moi, je n'avais même pas remarqué. Bravo Roro pour le cadrage!

Honni soit qui mal y pense...

 

 


17/06/2012

mignonne, allons voir...

IMG_0164.JPG

Hélas, mille fois hélas! Ce magnifique jardin tout en roses fleuri, jardin qui faisait l'admiration des promeneurs égarés dans la rue des Tilleuls, la fierté des boétiens, la reconnaissance, la considération des élus, ce magnifique jardin donc, que j'oserais comparer à celui de l'Alhambra, toutes proportions gardées évidemment, restons modeste, ce jardin re-donc a souffert énormément des fortes pluies de ces derniers jours, pluies qui, d'ailleurs, comme je l'écrivais amèrement dans une récente note, n'ont même pas réapprovisionné suffisamment les nappes phréatiques malgré tout le mal que je me suis donné, autrefois, pour installer une pompe, sans compter les risques encourus... Voir ou revoir, éventuellement, la note en question: http://laissezjazzer.blog50.com/archive/2012/06/08/saint-medard.html

IMG_0166.JPGJ'ai donc usé longuement de mon sécateur pour faire le ménage et il ne reste plus grand chose d'intéressant à voir. Inutile, mignonne, de faire le déplacement. Attendez que ça "remonte" ( certains rosiers sont en effet " remontants"...parfois).

N'empêche que, même si ma participation à l'embellissement de notre cité n'aura été que provisoire, je pense avoir contribué efficacement à l'obtention par notre commune de ses trois fleurs et, peut-être, bientôt quatre, dit-on.

 



02/03/2012

au voleur

esperandote_web.gif- Si je le chope ce salopard, ça va être sa fête, je te promets!

Mon grand-père Firmin à qui je rendais visite ce dimanche à Pimpous était furax: chaque matin ou presque, depuis quelque temps, il constatait, accablé, la disparation d'une nouvelle poule naine de son poulailler. Car il y tient à ses jolies poulettes gasconnes élevées avec tellement d'amour! Déjà, cinq volatilisées! Seul indice: quelques plumes éparpillées ici et là. Aucune trace d’effraction. Point de trou dans le grillage.

- Ce n’est donc pas le renard… Quelqu’un aurait escaladé la clôture? Un gitan peut-être. C'est ce que prétend mordicus ma voisine, la vieille sorcière qu'on appelle Malefigue, je ne sais pas pourquoi. Mais ça m'étonnerait car, lorsque tu  l'as plumée, la poulette, il ne reste pas grand chose à te mettre sous la dent! Je vais tout de même faire le guet… avec mon fusil de chasse.

- Tu lui fais peur, c’est tout! Tu tires en l’air, d’accord?

- Ne t’inquiète pas…

Tu parles, je le connais le bonhomme!

Ce matin, le téléphone me réveille: c’est Firmin.

- Putaing, je l’ai eu!

Il me fiche la frousse le grand-père!

- Qui, quoi…?

- Le gros chat de la sorcière d'à côté: un raminagrobis énorme! Et méchant en plus! Je l’ai dépecé et j’ai cloué la peau sur la porte de la vieille avec un mot. Ecoute, tu vas rire:

Vous ne manquez que de chaleur :
Le long âge en vous l'a détruite :
D'un chat écorché vif, appliquez-vous la peau
Toute chaude et toute fumante ;
Le secret sans doute en est beau
Pour les natures malveillantes...

- Putaing...! Bravo Papi! On dirait du la Fontaine!

06/02/2012

ma bannière...

IMG_2270.JPG

Un commentaire récent:

J'ai une ou même 2 questions : pourquoi dans votre bannière :
- des notes bleues, souvent elles sont bleues, d'où vient cette expression et pourquoi le bleu?
- et pourquoi notes altérées ? en relation avec le saxophone que je ne connais pas? pourriez vous m'expliquer vos pensées, merci et bon week end. Catherine

Ma réponse:

Merci, Catherine, pour le commentaire que vous avez déposé récemment sur mon blog, commentaire que je me suis permis de copier en guise d’introduction à cette note dominicale, et auquel je vais m‘empresser de répondre.

Ma bannière a donc attiré votre attention, suscité chez vous de l’intérêt, des interrogations, de la curiosité, une certaine perplexité… j’en suis ravi car c’est la première fois, je vous avoue, que m’est donnée l’occasion d’en expliquer la signification volontairement abstraite.

Deux mots de la photo. Nous sommes derrière chez nous, au bord du canal. C’est un petit matin clair, les couleurs sont vives. Voilà qui est, à priori, engageant. Le visiteur est mis en confiance, a envie d’en savoir plus…La clarinette permet au mélomane d’imaginer que, de temps en temps, il pourra entendre un peu de musique ( essentiellement du jazz).

Mais, venons-en à l’essentiel.

IMG_1216.JPGLes notes bleues… Le musicien de jazz les utilise souvent. Elles se situent un peu au-dessous des notes habituelles. Le clarinettiste ( ou le saxophoniste, je parle de ce que je connais, de ce que je pratique) les obtient en serrant plus ou moins fort le bec entre ses lèvres, en soufflant aussi d’une certaine façon, avec plus ou moins de retenue…C’est difficile à expliquer. Il faudrait que je vous fasse une démonstration à l’occasion d’un prochain concert par exemple. Vous avez envie de me demander: pourquoi des notes bleues? Elles veulent traduire de la nostalgie, de la tristesse, de la douleur… bref, un état d’âme.

Il en est de même pour mes notes écrites, parfois mi-figues, mi-raisins… mi- pruneaux d’Agen.

Les notes altérées… C’est plus facile à expliquer. Le musicien les connaît bien: on ajoute un dièse, un bémol et le tour est joué.

Pour mes écrits, c’est un peu plus compliqué. On peut parfois percevoir dans mes notes, au détour d’une phrase, dans une parenthèse, des points de suspension… comme de la déception, du dépit, de la colère… de la mauvaise humeur.

Je suis certain que vous m‘avez compris. Si vous parcourez ce blog, vous trouverez ici et là des exemples de ce que je viens de vous expliquer .

Encore merci pour votre visite.

 

04/02/2012

raga du matin, du soir...


podcast ( le quartet en répétition)

sitar.jpgEn Inde, l'art musical est différent, assez subtil pour nous, occidentaux. Tout d'abord, il faut distinguer harmonie et raga. Je ne vous explique pas car, peut-être, connaissez-vous déjà plus ou moins la nuance (je ne voudrais pas être désobligeant à votre égard ) et, surtout, parce que  mes explications seraient fort longues, ennuyeuses, manqueraient de clarté...  et alourdiraient inutilement cette note. Déjà, mon introduction, nécessaire malgré tout, est un peu longue. Je dois ajouter que le raga est différent le matin et le soir, l'été ou l'hiver... et, plus subtil encore, varie en fonction des sentiments éprouvés par le musicien et ... c'est très compliqué.

Il paraît qu'autrefois, un roi indou assez capricieux avait convoqué un matin, dans son palais, un joueur de sitar  de grande renommée et lui avait ordonné d'interprèter un raga du soir, raga qu'il préférait à tout autre. Le musicien prétendant mordicus que celà était impossible, contraire aux traditions, aux usages et patati et patata, le roi lui signifia que, s'il s'obstinait, il lui ferait trancher le cou. Bon, mettez-vous à sa place, le musicien s'exécuta considérant qu'il était plus prudent de le faire soi-même. Il fit donc du mieux qu'il put... Et, dès les premières notes, le soleil se coucha.

Hier matin, très tôt, me rappelant ce conte philosophique, j'ai soufflé du mieux possible Summertime dans mon saxophone... et le soleil s'est levé et a brillé toute la journée. Vous voyez que ça marche! Il ne manquait qu'un peu de chaleur. Peut-être un défaut dans l'interprétation?

23/01/2012

ce dernier WE

décoration.jpgCe fut un beau discours que celui de notre ministre des armées. Il a rendu un vibrant hommage à nos derniers soldats morts.... Quatre de plus. Des gars de vingt ans. Pour qui, pourquoi? Pour la Patrie évidemment! Et elle sera reconnaissante, la Patrie, comme d'habitude. C'est ce qu'elle sait faire de mieux, la Patrie. Elle a l'habitude. Une cérémonie, des médailles, encore des discours... Une sonnerie aux morts... Des pleurs. Et puis voilà.

En Algérie, nous savions: Algérie Française, Algérie Française... etc. On pouvait ne pas être d'accord mais, au moins, on savait pourquoi...

Quelle connerie, la guerre.

Samedi, Antoine, neuf ans, le plus petit, debout, le deuxième à droite sur la photo ( vous le reconnaîtrez, il me ressemble, dit-on) livrait, lui,  un combat amical dans le Néracais. Son équipe, des poussins, a gagné de justesse. Il a marqué trois paniers. Bravo! Dans une dizaine d'années, il aura vingt ans ...

equipe_poussins_2011_2012_5.jpg

20/01/2012

encore du vent

ça vente bis.jpg

L'absence diminue les passions médiocres et augmente les grandes comme le vent éteint les bougies et allume le feu... écrivait François, duc de La Rochefoucault. Moi j'aurais dit ravive le feu au lieu d'allume  mais je ne vais pas chicaner! Tout comme vous, j'ai saisi le sens de cette pensée que je trouve intéressante malgré tout. Je ferai l'impasse sur les passions car mes connaissances dans ce domaine sont limitées ou lointaines comme vous voulez et, d'ailleurs, celà ne vous intéresse pas.


podcast

dans le vent.JPGQuestion vent, sans me vanter, je suis plus savant... tout au moins dans un domaine qui m'est cher: la musique. J'ai retrouvé ces deux enregistrements de la chanson de Brassens. Ils sont très différents: l'un, style Nouvelle Orléans ( Dédé souffle dans sa trompette, moi dans le ténor), l'autre, style Europe centrale ( avec le quartet). Je ne sais pas lequel vous préférez. Le second est plus vif que le premier. J'aurais aimé avoir l'opinion de Georges...


podcast

C'est sans doute en Irlande que nous avons le plus fréquenté le vent. Un grand artiste, ce vent irlandais! S'aidant des nuages fort nombreux dans ce pays, jouant avec les rayons de soleil, il vous transforme les paysages à chaque instant. Un vrai régal pour le photographe! Malheureusement, nous n'avons ramené que des diapos pas très nettes sur l'écran de l'ordinateur.

IMG_1047.JPG

27/11/2011

un peu d'humanité, putaing...


podcast

Vendredi dernier, je l’ai écrit dans ma précédente note, après les tristes élucubrations d’un homme politique sur France Inter, j’écoutai, avec un brin d’émotion, j’avoue ( mais je suis un homme hyper-sensible!), la chronique de François Morel, chronique hebdomadaire que je manque rarement, sauf circonstances exceptionnelles.

Pour ceux qui l’auraient oubliée, négligée pour des raisons diverses que je suis prêt à pardonner ( tout le monde n’a pas la chance d’être disponible comme moi au bon moment, j’en conviens), j’offre une séance de rattrapage: surtout, si vous n’aimez pas, ne me le dites pas! Vous me désobligeriez…et je serais très affecté. Ce n’est pas ce que vous souhaitez, j’imagine!

Donc, ma note débute avec Morel et se termine avec mon quartet en répétition. Vous reconnaitrez, j’espère , « au bois de mon coeur », version jazzy… ( si ça ne démarre pas avec le vert, vous cliquez sur le noir)


podcast

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique