logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/08/2016

le Plein Jazz Quartet

  
podcast
    photo 1 plein jazz copier.jpg                                            J'ai déjà écrit quelques lignes sur ce blog pour présenter le fameux "Plein Jazz quartet" et publier quelques unes de ses brillantes interprétations. "Fameux, brillantes"...peut-être ces qualificatifs manquent-ils de modération, de modestie! Disons, plus raisonnablement, que nous avions un certain succès.

                                                   Aujourd'hui, voici une photo des artistes...sur pieds, ceux-là même que vous pouvez écouter répétant cette chanson bien connue, revisitée dans un style jazzique par le groupe: à droite et à gauche, les guitaristes Roger ( tout sourire) et Bibi ( plus sérieux), au milieu, Thierry ( mi-figue, mi-raisin) et sa contrebasse. Je suis derrière (oui, je ris...heureuse époque).

                                                                                                    Revenons au seul instrument présenté sur cette photo, l'instrument le plus imposant de l'orchestre. Il n'est pourtant pas celui qui fait le plus de bruit. Il doit, au contraire, dans le style jazzique, rester modeste. Essayer, sous prétexte de corpulence, de concurrencer par un volume sonore excessif les autres instruments tels...la clarinette, par exemple, serait répréhensible, condamnable. Et Thierry  savait caresser les cordes de la grand-mère ( c'est ainsi que les musiciens la surnomment) de ses doigts experts. Ses notes étaient douces et...justes! D'ailleurs, écoutez! ( J'ai connu, rarement il est vrai, des contrebassistes qui jouaient faux ce qui est facile à réaliser avec cet instrument...et avec d'autres aussi d'ailleurs).

                                                                                                      Une prochaine fois j'écrirai quelques mots sur mes amis guitaristes afin d'éviter d'inutiles jalousies! En attendant laissons-les développer leurs subtiles improvisations.

18:47 Publié dans garonne | Lien permanent | Commentaires (4)

19/11/2012

souvenirs de marinier...(1)

marinier souriant.jpgPour certains autochtones et autres lecteurs avides de connaissance, un éminent membre honoraire de la Confrérie des Mariniers de Boé,  ci-contre en tenue d'apparat, revisitant ses volumineuses archives, en extraira de temps en temps quelques souvenirs particulièrement marquants, étonnants, incroyables même de cette grande épopée que fut, pendant presque un siècle, la navigation parfois hasardeuse, intrépide, sur notre Garonne, fleuve capricieux, imprévisible... Tout ce qui sera rapporté dans ces notes est, pour l'essentiel, la vérité à quelques détails près que je me suis permis d'ajouter ici et là, afin de donner, à défaut d'authenticité, une forme plus romancée à des récits rédigés le plus souvent dans un style assez rébarbatif, ennuyeux...

navigation sur la Garonne 1.jpgDonc, ce 4 juillet 1822 après-midi, malgré la canicule, Agenaises et Agenais curieux,  excités se pressaient nombreux sur les quais de Garonne afin d'assister à un évènement exceptionnel, unique même: l'arrivée du Télégraphe, bateau à vapeur parti deux ou trois jours plus tôt ( peut-être ?) de Bordeaux situé à peu près 120 kilomètres en aval ( précision utile pour certains lecteurs ignorants...). Une première! Un sacré pari même, quand on sait que ce fleuve, en été, manque souvent de flotte si quelque bel orage n'a pas éclaté quelques jours auparavant en amont, vers Montauban, Toulouse ou ailleurs... D'ailleurs, le Télégraphe, qui avait la prétention de remonter plus loin encore, au moins jusqu'à la "ville rose" ( une centaine de kms en amont), stoppa sa navigation dans notre capitale des pruneaux en raison justement des basses eaux. Déjà bien joli d'être arrivé jusqu'ici après avoir raclé par endroits, fort heureusement sans dommages, d'imprévisibles gravières et évité branchages échoués et grosses pierres détachées des piles de ponts à la suite d'inondations redoutables parfois.

Mais nos ascendants eurent ainsi le privilège de pouvoir admirer pendant quelques jours cet étrange bateau avec sa grande roue qui ressemblait à ceux qui naviguaient déjà sur le Mississipi et dont certains érudits avaient vu quelques images étonnantes dans des revues...

Ils ne se doutaient pas que leur ville allait être, quelques années plus tard et pendant des décennies, reliée à la capitale girondine par bateaux à vapeur et que leurs enfants allaient vivre "une grande épopée digne du Far West" ( c'est ce qu'écrit un journaliste de l'époque!)... donc, à suivre.

Garonne01.jpg

 




 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique