logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/02/2015

les taupes

podcastAux guitares Roger et Jacques, à la contrebasse Thierry, au saxophone moi...c'est une répétition.
h naut 2.JPG

Je me trouvais à hauteur de la halte nautique quand une dame que je rencontre assez souvent et avec qui j'échange quelques  amabilités s'arrêta et me dit:

- Ils sont beaux ces arbres...

- Oui...Ce sont des sophoras. Ils nous viennent de Chine, madame.

J'étais assez fier de pouvoir faire étalage de mes maigres connaissances dans ce vaste domaine de la botanique.

- Ce givre et ce soleil matinal les embellissent plus encore, n'est-ce pas, ajoutai-je?

- Oui....Dommage que ce coin soit  envahi par les taupes. J'en ai aussi dans mon jardin et n'arrive pas à m'en débarrasser.

- Je connais une méthode radicale, dis-je.

-Ah bon...et laquelle s'il vous plaît?

- Elle me vient de mon grand-père Firmin... je vous avertis, c'est assez cruel

- Dîtes toujours.

- Pour exterminer les taupes, il les enterrait vivantes.

- Mon dieu! Quelle horreur! Pauvres bêtes...

Et nous poursuivîmes notre chemin...

.......................................................................................................................................................

C'est une histoire niveau CE que j'ose raconter de temps en temps. Elle fait rire parfois. Ou, poliment,  sourire...

 

13/02/2015

le gros camion...

          
podcastL'atelier-chant "Boé si boé la" chante sur la place de Pimpous, devant le café "le pousse-rapière" (certains choristes avaient, semble-t-il , abusé de cette boisson gersoise...!)
                     
vers Nérac.JPG

                                             Un paysage gascon...la cave d'armagnac n'est pas très loin.

                                             J'avais décidé ce jour-là de faire une petite marche sur la vicinale étroite et très sinueuse qui grimpe vers Pimpous, village gascon de moyenne altitude. Quand j'entendis derrière moi un bruit de moteur, je me retournai vivement et, ô surprise, vis arriver un énorme camion qui montait lentement la côte assez raide...en marche arrière! Je me rangeai prudemment sur le bas-côté. Quand la cabine fut à ma hauteur, le chauffeur stoppa,  baissa sa vitre et m'interpella:

- Bonjour Monsieur...Dites-moi, c'est loin Pimpous?

- A deux kilomètres, à bisto de naz, répondis-je. Mais...pourquoi roulez-vous en marche arrière???

- On m'a dit qu'au village, je ne pourrai pas faire demi-tour.

- Bon, mais, soyez prudent. La route est très étroite par endroits et vous rencontrerez quelques méchants virages!

- Merci...

Et nous poursuivîmes notre chemin.

Un peu plus tard, alors que j'atteignais les premières maisons du village, je vis le camion qui redescendait...toujours en marche arrière! Il s'arrêta de nouveau à ma hauteur.

- Vous voyez, me dit le chauffeur, finalement j'ai pu faire demi-tour. Mais j'ai drôlement mascagné*, croyez-moi!

* mascagné: du verbe mascagner, faire avec difficultés. Souvent, le gascon rajoute quelques jurons. " Ce matin, j'ai drôlement mascagné pour faire démarrer la tondeuse,  putaing!"...Il y a pire encore!

 

09/02/2015

les tunnels...


podcast
A trompette David, à la guitare Jean Yves, à la contrebasse Patrick, à la batterie Bernard  Je souffle dans un saxophone soprano

entrée du tunnel.JPG

Une erreur à ne pas commettre...

 Les tunnels ont fait la preuve de leur utilité. Plus encore qu'on ne le croit. Sur le plan économique leur rôle est évident. On transporte plus facilement, plus rapidement, à moindre prix voyageurs et marchandises d'un pays à un autre, de la France  vers l'Angleterre ou vers l'Italie pour ne citer que ce qui nous est proche. L'éminent psychologue Albert Strumpf dans sa récente et brillante étude " On aurait du les creuser plus tôt" *, démontre que les tunnels favorisent aussi le rapprochement entre les peuples concernés. C'est ce qu'il appelle " l'effet-tunnel". Le voyageur, le diplomate...soumis pendant quelques dizaines de minutes à l'enfermement, au sentiment d'insécurité, à l'oppression... sont soulagés en revenant à l'air libre et ont tendance à considérer les gens "d'à côté" avec plus de sympathie..."Creusons des tunnels partout où cela est possible et les relations internationales seront apaisées",  conclut-il...  et beaucoup de conflits auraient sans doute été évités, ajouté-je.

* à lire absolument

06/02/2015

chandeleur


Avant d'être auto-proclamé "Directeur Artistique" de l'Atelier- chant "Boé si Boé la", j'osais me présenter parfois, seul, avec ma guitare, sur la vaste scène de notre Espace culturel, face à la foule ( cent cinquante spectateurs ravis, enthousiastes... parents, amis essentiellement), pour y interpréter mes petites chansonnettes* . Je profitais du moment où les choristes se changeaient et se grimaient dans les coulisses pour placer, un court instant, trop court disaient les amateurs éclairés, une de mes "brèves". En voici une qui eut, il y a  quelques années, un succès phénoménal au niveau vicinal et peut être au-delà - allez donc savoir! - et que je dois publier assez régulièrement, avant ou après la chandeleur quand j'oublie...mais s'en lasse-t-on! Ce soir-là - quand donc était-ce?- j'étais très enrhubé ce qui ne nuit nullement à l'interbrétation de cette chanson. Au contraire. Comme vous pourrez le constater si vous allez jusqu'au bout de cette vidéo- ce que je vous conseille, mes brèves ne dépassant guère la trentaine de secondes- le public est ...indulgent.

*J'ose dire que je suis auteur, compositeur, interprète ce qui n'est pas de tout repos et que je n'ai récolté aucun centime de mes oeuvres - si je ne dis pas "chefs-d'oeuvre" , c'est uniquement par souci de modestie-!

20:26 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

04/02/2015

Une histoire de neige...

janvier 2006 3.JPG


podcast

Parmi les histoires que j'aime celle-ci occupe une place privilégiée. Pour une fois, je vous la raconte de vive voix.

La neige d'hier ressemblait à celle de 2006. Je n'ai donc pas éprouvé le besoin de prendre une autre photo!

 

02/02/2015

c'était le bon temps!

facteur à échasses.png

J'ai retrouvé dans une boîte à chaussures cette carte postale adressée par mon arrière tante Amélie à mon grand-père Félicien. Au verso, je lis:

- Cher pitchounet,

Je t'envoie cette carte depuis Dax où je fais une cure sur prescription de mon docteur. Tu vas être étonné d'apprendre qu'ici l'eau chaude jaillit des robinets même de ceux qui se trouvent dans les rues alors que chez nous, nous sommes obligés de la tirer du puits et de la faire chauffer dans une bassine pour notre toilette! Ils ont bien de la chance les dacquois! Autre sujet d'étonnement: les échasses. Les bergers en sont pourvus ce qui leur permet de mieux surveiller leur troupeau de moutons dispersés parmi les hautes fougères de la vaste lande.  Un berger du coin avait, paraît-il, imaginé équiper aussi ses moutons mais il y a renoncé car ces bovidés auraient eu de grandes difficultés pour paître.

Je n'ai pas encore vu le facteur de la carte faire sa distribution dans les rues de Dax.

Bien des choses à toi et tes chers parents

 

 

25/01/2015

un bon "nègre"...

 

boat migrants.jpg

 

                                               Ce Lassana, quel héros tout de même! Un africain, musulman, immigré sans papier...qui donc aurait imaginé qu'un tel "individu" accomplirait cet acte de bravoure! Et - je n'en reviens pas- pour sauver des...juifs! Voilà, enfin, un bon exemple, disent certains, du bout des lèvres.

migrants 3.jpg Moi, qui me complais dans un angélisme chronique ( même pas honte!), je me demande si, dans ces bateaux surpeuplés, tellement colorés ( belle, la photo, on dirait, de loin, une peinture impressionniste!), qui ont tant de mal à traverser une méditerranée capricieuse, ces gens, ces malheureux déguenillés, affamés, malodorants... qui fuient leur pays pour toutes sortes de raisons ( mettons-nous un instant à leur place!) ne seraient pas, dans leur ensemble, aussi honnêtes, braves, vaillants...que nous. Combien de Lassana en puissance parmi eux? C'est la simple question que je me pose, ce dimanche, jour du seigneur.

wolinski-3.jpg       

Dans un hôpital de Jérusalem, un chirurgien Israélien opère , indifféremment, les enfants de Palestine et d'Israël, enfants atteints de malformations cardiaques. Finalement, le monde n'est pas aussi pourri qu'on pourrait, parfois, l'imaginer...

J'aime aussi ce dessin de Wolinski.

Météo: aujourd'hui, au bord du canal, il fait frisquet certes, mais le soleil est de retour...

........................................................................................................................................................

podcastPour conclure et me faire, si besoin, pardonner, voici un enregistrement de répétition en trio, ballade interprétée par René à la guitare, Thierry  à la contrebasse, et moi- même à la clarinette...

15:49 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (7)

18/01/2015

le monde et le pantalon...

norio (japon).jpgUn homme se présente pour la dixième fois, peut-être plus, chez son tailleur afin de récupérer le pantalon qu'il lui avait commandé depuis fort longtemps. Le pantalon est enfin prêt. Le client est tout de même très en colère:

- Comment...! Dieu a fait le monde en six jours* et vous n'êtes pas fichu de me faire un pantalon en six mois!

Calmement le tailleur répond:

- Mais, monsieur, regardez le monde et regardez votre pantalon.

* Il parait... Les scientifiques émettent d'autres hypothèses.

......................................................................................................................................................

Et maintenant...?

charb....jpgMon fils, prof dans un LEP, se demande avec angoisse ce qu'on va bien pouvoir lui demander de plus ( ou de mieux)  que d'instruire, former, éduquer...ce qu'il fait déjà. Prendre en charge, avec ses collègues, les problèmes des quartiers déshérités, de la ghettoïsation? Aider à une meilleure mixité sociale? Faciliter l'accès aux services de proximité? Résoudre les problèmes de santé pour tous? Du chômage? De la délinquance?.....? ...? Bref ( si j'ose dire), apprendre la citoyenneté, la laïcité? Mais, déjà, instruire, former, éduquer (excusez du "peu"), qu'est-ce? Sans doute trouverez-vous des réponses dans votre canard ou station de radio préférés. Courage.

Le dessin est du regretté Charb.

08/01/2015

merci Cabu...

Merci Cabu...

Pour toi et tes amis, cette ballade interprétée par deux grands du jazz que tu avais côtoyés et si bien "croqués" ...( dessins parus dans "Cabu swing")

podcast

armstrong 2.JPG

oscar peterson.JPG

06/01/2015

le parapluie troué...


podcastNotre quartet répète "le parapluie" de Brassens: Roger et Jacques sont aux guitares, Thierry à la contebasse. Je joue de la clarinette, bien sûr.

bosc1.jpgAujourd'hui, la pluie me surprend du côté de la halte nautique. Pas de chance. Je n'ai rien prévu pour me protéger. Je rencontre Fernand, un de mes voisins qui, lui, porte un parapluie sous son bras. Je m'étonne:

- Pourquoi n'ouvrez-vous pas votre parapluie?

- Parce que cela ne servirait à rien, me répond-il. Il est plein de trous!

- Alors, pourquoi l'avez-vous pris, dis-je, étonné?

- Parce que je ne pensais pas qu'il pleuvrait...

Logique, pense-je.

04/01/2015

1515...

Marignan...?

1515, monsieur!!!

                                         Du temps où j'étais instit, même Toto, le cancre de la classe, assis au fond de celle-ci, à côté du radiateur, connaissait la réponse. Une date facile à retenir. Pourtant cette bataille a bien failli être retardée d'un an. Rappelez-vous...

                                          François Ier, tout nouveau roi de France, n'avait que 19 ans en 1515. Un peu tendre pour faire la guerre! Un vrai cas de conscience! Heureusement, il lui fut vivement conseillé de ne point attendre pour aller combattre les Suisses afin que cette date restât dans les mémoires. Pari gagné! Si la bataille avait eu lieu en 1516, qui s'en souviendrait? Et, d'ailleurs,  l'aurait-on gagnée?

Bellini,_Giovanni_-_Giovanni_Emo_-_NGA.jpg Ce que beaucoup ignorent, c'est que cette victoire, nous la devons à un de mes ancêtres italiens, Bartolomeo* d'Alviano, qui prêta main forte à nos troupes lesquelles se trouvaient en grande difficulté. C'est grâce à lui que les Suisses reçurent la déculottée. Sinon, quelle honte! Battus par des Suisses! En tennis, passe encore!

Cette année, donc, nous fêterons l'anniversaire de Marignan. Cinq cents ans, pile, se seront écoulés en septembre prochain. La ville de Boé, jumelée à la ville italienne de Portacomaro, se prépare déjà, plus qu'ailleurs, pour de grandes réjouissances. Je ne doute pas qu'on me fera le grand honneur, digne descendant de Bartholomeo et fier de l'être, d'y être invité en bonne place.

*Bartholomeo ou Barthélémy, même famille... J'ai retrouvé cette photo de mon illustre ancêtre. Lui ressemble-je???

 

 

 

01/01/2015

En guise...

IMG_2275.JPG


podcast
J'offre ce soir, en guise de modestes étrennes, ma photo du petit étang gelé du château Saint Marcel, photo relativement ancienne, je l'avoue. En effet, il a fait froid aujourd'hui mais pas à ce point. Je n'allais tout de même pas attendre que se forme la glace pour présenter mes voeux, les plus sincères, bien entendu! J'aurais pu tricher mais ça n'est pas dans mes habitudes. Et j'imagine que certains, au courant de la météo locale, n'auraient pas manqué de faire part de leur étonnement. Je préfère donc mettre les choses au point.

J'avais préparé une superbe note sur la neige ( j'ai aussi de belles photos anciennes) mais j'ai pensé que la publier aujourd'hui ne serait pas sérieux: je la garde pour plus tard...

J'offre, en prime, un enregistrement pas récent du tout lui aussi et dont la qualité est "médiocre" car réalisé en plein air ( nous sommes quelque part dans le Gers profond) et avec des moyens limités. Vous entendez Michel au piano, Jean-Yves à la guitare, Bernard à la batterie, Patrick à la contrebasse...je souffle dans la clarinette. "Petite fleur" a toujours été le morceau  le plus demandé.

Je vous prie de bien vouloir excuser l'extrême modestie de ces "étrennes". Mais ce qui compte, dit-on, c'est l'intention...

30/12/2014

les clés...

Je m'étais attardé au bord du canal et la nuit m'avait surpris comme j'atteignais le pont de Pourret magnifiquement illuminé pour cette période de fêtes. Un homme, le buste penché vers l'avant, marchait lentement autour de l'arbre de Noël, les mains derrière le dos. Il avait l'air de chercher quelque chose. Je m'arrêtai, intrigué.

sapin de pourret.JPG- Pensez-vous que le père Noël a déposé un cadeau à votre intention, demandai-je sur un ton plaisant?

- Que nenni, me répondit l'homme. J'ai perdu les clés de ma voiture!

- Voilà qui est ennuyeux. Voulez-vous que je vous aide?

- Avec grand plaisir...Merci pour votre amabilité.

Je pris donc la position adéquate et nous fîmes, de concert, lentement, deux ou trois tours du sapin en scrutant le sol bitumé. Rien...

- Êtes-vous certain d'avoir perdu vos clés ici même?

- Non...pas du tout, mais c'est le seul endroit qui est éclairé.

Je commençais à me lasser de tourner ainsi en rond. Je fis encore, mais rapidement, par politesse, deux ou trois tours supplémentaires et pris congé en m'excusant de ne pouvoir rester plus longtemps...

 

 

 

26/12/2014

encore une histoire gasconne

les palombes.jpg


podcast

Une histoire ancienne "revisitée"

Gaston, riche propriétaire de la Beauce...ou d'ailleurs, passait ses vacances avec une dame (mais, chut...) dans un petit hôtel de charme, quelque part en Gascogne.
Un soir, sur la place de Pimpous où se produisait avec entrain l'excellent orchestre "Adijazz"**, Gaston fit la connaissance d’Albert, modeste paysan gascon qui l’invita à une partie de chasse à la palombe. Dans une palombière, on a le temps. On mange, on boit, on discute...en attendant le passage hypothétique d’un vol de ces pigeons voyageurs à la destinée incertaine.
Gaston:
Avez-vous beaucoup de terre?
Albert:
Avec le jardin, le pré, ....trois hectares, à bisto de naz.*
Gaston, surpris:
C’est peu. Moi, avec mon 4X4 , en partant tôt le matin, il me faut la journée pour faire le tour de ma propriété.
Albert:
Avec ma voiture, c’est pareil!

* ou "au pifomètre" si vous préférez

**L'orchestre "Adijazz" se composait de Pierre au tuba, Jacques au trombone, Michel au piano, Bernard à la batterie et moi-même au saxo et à la clarinette. L'enregistrement public n'est pas excellent mais tant pis...

( j'ai emprunté l'image à Duverdier).

22/12/2014

vache de testament...

 podcastPendant que vous lisez vous entendez : David à la trompette et au chant, Andrew au saxophone baryton, Jean-Yves à la guitare, Patrick à la contrebasse, Bernard à la batterie et moi-même à la clarinette.
                                                   A Pimpous, village gascon de moyenne altitude, le père Félicien, un modeste paysan, vint à mourir. Il laissait un testament olographe qui stipulait, entre autres dernières volontés, que son troupeau de vaches fût partagé entre ses trois enfants de la façon suivante: la moitié pour l'aîné, le tiers pour le second et le neuvième pour le cadet. Ne me demandez pas pourquoi car, les affaires de famille, cela ne nous regarde pas.

                                                   Or, à la mort de Félicien, son cheptel ne comptait plus que dix-sept vaches. On a beau être bon en math et maîtriser notamment les problèmes de fractions, respecter à la lettre - si on peut dire- les dernières volontés du défunt présentait des difficultés à priori insurmontables. Les trois enfants, perplexes, allèrent consulter mon grand-père Fernand, maire du patelin, qui avait une réputation d'homme sage et sensé. Fernand, donc, réfléchit et proposa la solution suivante:

qui est le plus....JPG- Je vous prête une de mes vaches. Vous en aurez ainsi dix-huit. L'ainé hérite de la moitié soit neuf vaches, le second du tiers soit six vaches et le cadet du neuvième soit deux vaches. Cela fait bien, au total, dix-sept vaches...et vous me rendez ma vache, bien sûr!

Il paraît que les trois enfants trouvèrent ce partage conforme aux voeux du défunt...

J'ai déjà raconté cette histoire mais il y a longtemps et sans aucun doute différemment. Le musicien de jazz joue souvent "c'est si bon" ou "petite fleur" ou autres standards mais jamais de la même manière. Je suis, encore et pour toujours, musicien de jazz...dans l'âme.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique