logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/07/2014

le scrabble

   boé 1.JPG     J'ai rejoint, il y a peu de temps, une sympathique association boétienne* , "au fil des mots", qui propose essentiellement à ses adhérents ( j'ai failli dire ses adhérentes car, avant mon arrivée, à ma connaissance, la fréquentation était exclusivement féminine) des rencontres bihebdomadaires  durant lesquelles on joue au scrabble. Je n'avais que très irrégulièrement, notamment pendant les journées pluvieuses des vacances, pratiqué ce jeu. Le néophyte mâle que je suis fut accueilli fort aimablement par ces dames . Je bénéficie d'ailleurs ( pour l'instant) d'un statut particulier, à mon avantage, car on m'aide volontiers, quand on devine mon embarras, à composer des mots dont j'ignorais jusqu'à ce jour l'existence, mots contenant des lettres telles les w, k, q..., mots peu utilisés dans le langage courant. Je vais tenter de vous éclairer...

                                                Au cours d'une récente partie, une de mes adversaires composa et posa fièrement le mot ixez. J'osai, timidement, en demander la signification. Le verbe ixer, me répondit-on, signifie classer, ranger des films pornographiques. Il est, présentement, utilisé à la deuxième personne du pluriel Le connaissiez-vous? Avez-vous déjà eu l'opportunité de ixer? Ce verbe n'existe pas dans mon Larousse édition 2004. Google est, lui, mieux renseigné. Conséquences: sachant que le x et le z rapportent chacun 10 points, que le i était placé sur une case rouge permettant de tripler la valeur du mot, faites le calcul: 66 points d'un coup d'un seul!!! 66 points gagnés avec un tel verbe! Et la moralité, qu'en fait-on? Et comment voulez vous, dans ces conditions, que le naïf débutant ait des chances de gagner. Je ne me décourage pas malgré tout et vais persévérer. Un jour, je gagnerai c'est certain. Avec dignité. Et,tout seul...Je vous tiendrai informés.

* de la ville de Boé

 

 

15:21 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (26)

26/03/2013

d'une borne à l'autre...

Bonjour Claudine,

dub1.jpgJe révise sérieusement la Madrague que nous devons chanter en duo dans trois semaines (déjà!) pour le concert de Boé si Boé la. Quel plaisir renouvelé ce sera pour moi, n'en doute pas, à condition que je maîtrise parfaitement le texte qui est...ce qu'il est ( pas du Verlaine en tout cas!). Donc, chaque matin, profitant de ma marche au bord du canal, je fredonne. Figure-toi qu'entre deux bornes hectométriques je case notre chanson, pile!  J'ai renouvelé l'expérience plusieurs fois - en m'appliquant à maintenir une vitesse constante- chaque fois j'atteins la borne suivante au moment où on doit attaquer les la la la ...qui concluent si astucieusement notre prestation. Génial, non? Je compte ( j'arrive encore à compter et chanter en même temps), je compte donc, régulièrement, 120 pas entre chaque borne. J'ai, chez moi, devant une pendule, simulant ma marche, constaté que je faisais deux pas chaque seconde. Conclusion: je parcours 100 mètres ( 100 mètres = 1 hectomètre m'a dit Antoine) en 1 minute, performance moyenne, diront certains mal intentionnés! Nous allons donc occuper la scène pendant une minute! Tu te rends compte, nous deux, seuls occupants de la vaste scène pendant une minute! Le rêve!

Bises, amie et à très bientôt

PS: ce matin, une idée m'est venue que je te soumets. Quand nous faisons nos "la la la..." pourquoi ne demanderions-nous pas au public ( j'ai failli écrire "à la foule"!) de reprendre avec nous et, comme je l'ai vu faire à la télé, lever les bras et les balancer joliment et en mesure au-dessus de leur tête? Qu'en penses-tu? 

11/04/2012

le laboureur et ses enfants


podcast

- Chanter le laboureur et ses enfants en pleine période électorale, c'est culotté, m'a dit une spectatrice à la fin de notre dernier spectacle! Je serais même tentée de vous dire que cela frise la provocation! Je vous pardonne toutefois car, cette fable, chantée sur un air de blues rural des années 20, fallait y penser...Monsieur de La Fontaine aurait certainement apprécié!

J'avoue que je n'y avais entrevu aucune malice. Mais c'est vrai, reconnais-je aujourd'hui, quel candidat oserait proclamer à la tribune du meeting ou à la télé, même sur la Une: travaillez, prenez de la peine, c'est le fonds qui manque le moins. Qu'en penseraient le chômeur, le salarié en CDD et autre petit travailleur sous-rémunéré...C'est risqué car ils sont nombreux ces gens-là!

Conclure en proférant que le travail est un trésor est, aussi, à éviter. D'ailleurs, Ils l'ont bien compris: mieux vaut promettre la lune.

Voilà une note à connotation exceptionnellement politique qui n'engage que moi. J'ai conscience du risque que je prends en l'enregistrant. Oserai-je?

J'ajoute ma photo d'un paysage gascon, prise pas loin d'ici. C'est reposant, non?

Brousteau 2.JPG

 





17:07 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7)

12/09/2010

Médium jazz sextet

Le Médium Jazz Sextet fut invité à animer un matin de l’année 198?, sur la place de la mairie de Boé, un jeu très culturel de FR3 conduit par le débutant et désormais célébrissime Julien Courbet. Les érudits boétiens ( ils sont nombreux) combattaient ceux d’une ville de Dordogne, je crois, et ils furent …battus. Pourtant nos représentants avaient été sélectionnés parmi les meilleurs! Je sais que certains, que je continue à fréquenter, furent fort dépités et qu’ils soupçonnèrent le jeune animateur d’avoir favorisé notre adversaire. La dernière question qu’il posa à notre représentante D… fut en effet particulièrement difficile. A vous de juger:

- Je sais que l’oignon est abondamment cultivé dans votre vaste plaine fertile. Aussi, je crois que vous n’aurez aucun mal à répondre à cette question…

Je me suis dit que c’était gagné car D…, fille d’agriculteur, avait sûrement, tout comme je l’avais fait moi-même, aidé à cultiver et récolter cette plante mais je remarquai, dans les yeux de l’animateur comme un soupçon de perfidie. En outre, D… semblait un peu troublée par le regard du beau et fringant jeune homme qui, après un silence durant lequel on pouvait entendre le clapotis des eaux de Garonne toute proche , ajouta:

- Combien, à une dizaine près, faut-il d’oignons pour obtenir un récolte de 10 quintaux.

Alors là, chapeau! Quelle vacherie! Tout le monde fit un oh!!! de consternation, D… se mit à pleurer mais, courageusement, parvint à articuler:

- Dix mille deux cents?

- Non madame: dix mille deux cent vingt! A vous le Médium

Et nous jouâmes, contraints et contrits dans une ambiance de presque catastrophe vicinale…

Le jeune homme qui souffle avec vélocité dans la saxophone est mon fils; peut-être l’aviez-vous deviné?

Inutile de vous dire que, depuis ce jour-là, le boétien boude toutes les émissions de Courbet. De toute façon

http://www.dailymotion.com/video/x5gkcw_medium-fr3-boe_music

 

16:07 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4)

23/07/2009

tout ça n'vaut pas...

... L'AMOUR!

déclaration d'Antoine.JPG

C'est ce que chante Antoine à longueur de journée depuis son retour de Normandie. Mathilde lui avait dit, dès leur première rencontre, qu'elle avait déjà un amoureux. Pourtant, c'est elle qui a sollicité sa compagnie, c'est elle que nous avons vue, que dis-je, entrevue, grimpant à toute allure derrière lui les escaliers de notre gite pour se rendre dans sa chambre. Roro, inquiète, m'interrogea:

- On fait quoi?

Mais ils redescendirent, que dis-je, ils dévallèrent aussitôt: Antoine portait son ballon bleu sous le bras. Nous nous regardâmes, Roro et moi, soulagés... La semaine fut, pour nos deux nouveaux amis, vécue intensément: du foot aux cartes en passant par le dessin, le coloriage et autres activités ludiques. Nous déplorâmes, seulement, deux, peut-être trois, scènes de ménage allant jusqu'aux pleurs vite séchés, vite oubliés. Puis ce fut l'implacable séparation: nos séjours normands prenaient fin. La scène des adieux fut émouvante. Nous nous jurâmes de nous retrouver plus tard, quelque part, n'importe où, guidés par le hasard... Je suggérai à Antoine une bise fraternelle à Mathilde. Il me dit, renfrogné:

- J'ai pas envie...

Et voilà, ça c'est tout Antoine! C'est alors que, avec une promptitude incroyable, Mathilde surgit par derrière et lui bisa farouchement la joue gauche ( Et bé... pensai-je!). Antoine baissa la tête. Je remarquai son petit sourire en coin. En partant, il me dit:

- Elle m'a même pas touché... ( hypocrite, re-pensai-je)

La famille de Mathilde, nos voisins de gite, vous l'avez compris, ont pris contact avec nous: ils veulent connaître les parents d'Antoine afin d'envisager l'avenir des enfants. Car ceux-ci ont déjà sept ans. Des engagements réciproques devraient être pris m'ont-ils dit. J'ai discuté avec Antoine au cours d'une partie de lance-cailloux dans le canal. Il est encore sous le choc de ce douloureux éloignement. Je lui ai chanté, de ma superbe voix de ténor léger: comme le plume au vent, femme est vola-age, et bien peu sage, qui s'y fit un intaaaaaaaaaaaant... Je crois qu'il a compris mon message car il a retrouvé son sourire

IMG_2800.JPG
Nous y étions avec Antoine.

 

 

 

 

18:52 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (9)

22/07/2009

ne jetons pas la pierre...

IMG_2760.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand maman Aline me commandait: "Attrape- moi le sel dans le buffet... "j'avais du mal à dénicher ce fameux sel! Pour le poivre ou la farine ou tout autre chose, c'était pareil.

"Tu ne trouverais pas des cailloux à Garonne",  me disait-elle chaque fois. A Garonne. Vous, gens d'ailleurs, ajouteriez l'article. Vous diriez: je vais pêcher, me baigner... dans la Garonne. Ici, nous avons du respect pour le fleuve. Garonne, c'est comme une personne. D'ailleurs, ça rime. Nous allons pêcher à garonne, nous allions nous baigner à garonne ... au temps jadis.

Des cailloux dans le lit de la Garonne, en été, ce n'est pas ce qui manque. Depuis quelques années, ils sont recouverts d'une mousse verdâtre qui pue. Et ça glisse! Dame garonne a beaucoup changé; hélas.

IMG_2724.JPGSi nous avions habité à Fécamp, maman Aline m'aurait dit: tu ne trouverais pas de galets sur la plage! Antoine, lui, en a trouvé autant qu'il en a voulu. Il  en a lancé des dizaines dans la mer sans risque de blesser quiconque. Antoine adore jeter des cailloux dans l'eau. Moi, beaucoup moins qu'autrefois à cause de mon épaule qui me fait mal si j'essaie de lancer loin. Parfois, derrière chez nous, nous organisons un concours de lancer de cailloux dans le canal. Mais les munitions sont rares et ridiculement petites comparées au galet normand qu'on a bien en main. Car il y en a de toutes les tailles, pour toutes les mains. Antoine aurait bien voulu que nous en ramenions quelques uns mais nous avions déjà prévu un achat conséquent de bouteilles diverses. Antoine a râlé. Alors je l'ai enfermé dans une prison féodale fort bien aménagée et beaucoup plus spacieuse que nos cellules d'aujourd'hui. Je lui ai dit qu'il n'avait pas à se plaindre, qu'il était un détenu nanti. Puis je l'ai relaché. Maintenant il sait ce qu'est une incarcération et il se tiendra à carreau. Il faut sévir dès le plus jeune âge. Après, c'est trop tard.

 

 

,

 

 

19:35 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6)

19/07/2009

non, rien de rien...

... non, nous ne regrettons rien,

ni le temps... qu'il a fait

ni ce si... long trajet...etc.

IMG_2736.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Car il a fait beau, figurez- vous; sauf le dernier jour, mais ce n'était pas grave car ce jour-la, nous l'avions réservé pour les visites de divers musées et le rangement de nos affaires a la valdrague* dans notre gite. A la ferme, nous avons eu droit au cidre, au jus de pomme, au pommeau ( hum, disait Roro), au calva ( hum, disait Raymond) et nous avons acheté des bouteilles que j'ai réussi à caser ici ou là. Elles sont arrivées à destination toutes intactes et nous allons pouvoir nous abreuver avec les uns, avec les autres. Nous raconterons nos exploits normands à notre famille, nos voisins, nos amis..., nous leur montrerons nos superbes photos. Je pense qu'ils seront enthousiasmés.

Ce soir encore achâlinaé* par ce très, très long voyage je me contenterai de vous rassurer sur le sort d'Antoine qui s'est bien abusaé* avec une mignonne fillette de son âge laquelle lui a signifié, dès leur première rencontre, qu'elle était déjà fiancée, coupant court, d'entrée, à toute entreprise de galanterie de la part de notre petit et fort plaisant gascon.

Comme je prenais la photo de cette ferraille, un vieux monsieur à casquette s'approcha et me dit:

- Vous savez que cette ancre est très lourde. Je viens de fêter mes quatre-vingts ans et je suis toujours aussi robuste, monsieur. La preuve: quand j'avais vingt ans je ne pouvais pas la soulever et maintenant non plus...

Je trouvai l'histoire très, très rigolote et ris de bon coeur et même encore, au moment où j'écris cette histoire.

* c'est du normand... devinez.

IMG_2737.JPG

 


podcast

Un peu prétentieux ces normands!

 

 

 

18:18 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (12)

10/07/2009

enfin...

Nous voici enfin arrivés à notre gite. Crevés! La voiture a tout de même bien roulé: 3 jours pour faire 900 kilomètres, c'est une bonne performance. Ce n'est pas un cacugne comme on dit chez nous même si elle a bientôt 300 000kms. Au dernier contrôle technique, on m'a dit qu'elle était nickel et qu'elle pourrait en parcourir tout autant si je la ménage un peu. Ce que je fais.

Numériser0005.jpg

Antoine a râlé tout le long du voyage car il avait des valises et des sacs sur le siège, à côté de lui et il ne voyait pas le paysage. Nous lui avions tout de même déconseillé d'amener tous ses jouets! De toute façon, comme nous roulions la nuit, il n'y avait rien d'intéressant à regarder. A part les lumières des villes que nous traversions. Oui; j'ai oublié de vous dire que j'évite les autoroutes car c'est vachement cher et je n'irais pas plus vite.

Il pleut. Nous étions prévenus par un cousin de Roro qui est venu cueillir des pommes à la saison quand il était jeune, il y a longtemps.

- Peut-être que ça a changé, con, nous avait-il dit (il est toulousain). Avec ce réchauffement climatique, con, c'est possible...

Et bien non, ça n'a pas changé. Ou alors, c'est que nous sommes tombés sur une mauvaise année. Plus que trois jours et nous rentrons à Boé. De nouveau trois jours de voyage retour et nous pourrons nous reposer enfin au bord du canal.

 

 

23:55 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7)

28/05/2009

après Roses ( ou Rosas, comme vous voulez)

Je vais mettre un terme à mes divagations vacancières, l'essentiel ayant été relaté. J'ajouterai toutefois quelques photos car, je l'ai déjà écrit, mon numérique en a ramené un grand nombre qui sont venues abonder mon fichier d'images. Franchement, je ne sais pas ce que je vais faire de toutes ces rues, ponts, escaliers, églises, maisons, ruines, paysages divers... Classer est déjà un sacré boulot! Et à quoi celà va-t-il me servir? Je me dis parfois que si tout restait en vrac, ce serait plus amusant. Pas mal, mais... où étions-nous, bon sang?
Cadaquès, je crois que je me rappellerai parce que nous y avons passé un très agréable moment. Voilà un des rares endroits de cette côte que les promoteurs n'ont pas... encore, abimé. Salvador Dali y est omniprésent.
J'aime bien celle-là...medium_IMG_2648.JPG




























... et celle-ci...

medium_IMG_2649.JPG

Les peintures ( reproductions!) sont de Dali.

medium_IMG_2638.JPG



























Et quelle rue choisir? Pas facile vous savez!
Voilà... c'était Cadaquès; en trois photos.

22:00 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7)

27/05/2009

à Girone...

Je ne suis pas tenté par les glaces quel que soit le parfum. La veille de notre passage à Gérone, j'en ai mangé une et j'ai eu mal à l'estomac. Roro me reproche de les dévorer. Cépouça, aurait dit Antoine il y a un ou deux ans. Elle a sûrement raison. Je n'aime pas quand ça coule sur les côtés: tu t'en mets plein les doigts, quelque fois sur la chemise, tu tournes ton cornet à toute vitesse pour lècher ce qui risque de se détacher, tu mets ton nez carrément dans la crème, c'est froid... Bref, je manque de technique.
medium_étape_1.jpg
Roro n'hésite pas à prendre deux boules que le marchand fait tenir sur le même cornet conçu pour n'en recevoir qu'une. Chez nous, il y a des cornets spéciaux pour celà. Pas à Gérone. Et elle savoure; et elle déguste... Et elle n'est pas la seule.
medium_étape_2.jpg
J'ai changé de trottoir et comme j'avais les mains libres, autant saisir le trio en pleine action de gourmandise.
Je ne le regrette pas! Voilà l'image désastreuse que donnent les touristes de notre France. Heureusement que nos gouvernants, dont certains mauvais esprits se gaussent sans cesse, se comportent différemment. J'ai hésité à publier ces photos. Mais ce brillant reportage sur notre récent voyage devait être sincère même si certaines scènes pouvaient choquer, indigner. J'assume donc.
medium_étape_4.2.jpg
Quand Roro m'a demandé de l'aider à lècher un peu, je n'ai pas refusé par solidarité. J'ai malheureusement écrasé le cornet entre mes doigts puissants de clarinettiste. Roro a terminé sa glace comme elle a pu, en râlant. Je n'ai pas osé prendre une dernière photo!
medium_étape_3.jpg

20:35 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (8)

26/05/2009

après Roses...

J'ai bâclé mes dernières notes. J'étais pressé d'en finir avec ce début de vacances peu enthousiamant sur la Costa Brava et je constate que j'avais même oublié de situer Roses! Comme si tout le monde était obligé de connaître cet endroit!
Donc, j'ai bâclé: le style est incertain et j'ai corrigé, en deuxième lecture, quelques fautes d'orthographe que j'ai jugées indignes d'un ancien pédago. Un peu de rigueur, putaing!
J'en étais resté au moment où nous avions décidé de quitter ce lieu le jour et de n'y revenir que le soir, aussi tard que possible, mais avant la fermeture de Carrefour, moins cher qu'Inter-Marché et plus facile d'accès. Je vous dis celà au cas où vous auriez l'intention de louer, comme nous, un gîte à Roses...
Girone... enfin, voilà, pas très loin, une ville intéressante! Si vous descendez vers Barcelonne, sait-on jamais, vous devez vous y arrêter. En attendant, une visite sur internet vous apprendra plus et mieux que ce que je pourrais vous raconter.
Des photos... j'en ai plein le numérique, toutes aussi belles les unes que les autres. J'hésite. Le choix est difficile. Deux ou trois suffiront.
En arrivant, il suffit de passer le pont...
medium_IMG_2582.JPG
... et c'est tout de suite l'aventure...
medium_IMG_2588.JPG



























En réalité, je montais, mais, pour la photo, je simule une descente décontractée. Je suis mieux en effet de face que de dos. Si vous avez quelque problème de ménisque, Girone ne sera pas de tout repos pour vous car les escaliers sont nombreux, et longs, et raides...medium_IMG_2593.JPG




























La dame au pantalon rouge sait de quoi je parle!

medium_IMG_2583.JPG

Voilà une note éreintante. Aussi, restons-en là pour aujourdhui.

19:30 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3)

24/05/2009

carte postale

Chers amis,
De retour à Boé, je suis consterné de réaliser que je n'ai envoyé aucune carte postale. Comment me faire pardonner! J'y ai pensé pourtant. Une fois; quand nous nous sommes approvisionnés à l'Inter-marché du centre de Roses pour bénéficier d'une place de parking gratuite à proximité. Mais aucune ne m'a plu vraiment: si vous connaissez cette ville, vous ne pouvez être étonné(e). Vous méritez mieux. Nous avons acheté une bouteille de whisky "Jack Daniels": c'est un monsieur que je rencontre tous les matins au bord du canal qui me l'a commandée. Je n'ai jamais bu ce whisky- là. J'espère qu'il est bon car il m'a coûté 19,95 euros ( ils auraient pu arrondir car je vais être obligé de rendre la monnaie au monsieur quand il me paiera la bouteille). Je ne sais pas si je vais lui avouer que nous avons vu le même le lendemain sur un rayon de Carrefour au prix de 16,90 euros. Que feriez-vous à ma place?
Vous allez rire. Quand nous avons voulu sortir du parking, nous ne pouvions franchir la barrière car notre ticket de caisse n'était pas "validé". C'est ce que nous a dit un gardien qui se trouvait là pour libérer les clients de notre espèce. Il assumait sa tâche délicate fort courtoisement. Peut-être aurait-il accepté un dédommagement si nous avions insisté.
Ce soir, je me contenterai de cette petite note qui devrait vous rassurer puisque nous voilà de retour. Je raconterai la suite de notre voyage (car il y aura une suite!) , cette semaine (et peut-être les suivantes ). Je vous montrerai quelques photos. Vous verrez qu'avec un peu de bonne volonté, vous passerez un bon moment.
Il est l'heure d'arroser mes pieds de tomates qui, heureusement, n'ont pas trop souffert de notre absence.
medium_IMG_2621.JPG
... une photo de Rosas. J'en ai d'autres.

19:06 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3)

21/05/2009

je m'interroge...

Bonjour (ou bonsoir, je ne sais pas)

En principe et au moment où vous lisez cette note, nous devrions être à Rosas depuis deux ou trois jours et jusqu'à la fin de la semaine. J'espère que nous y sommes bien arrivés et que nous avons trouvé facilement le logement réservé depuis un mois.
Au moment où j'écris, c'est à dire il y a deux ou trois jours, nous n'avons pas encore bouclé les valises: ajoutons nous un lainage, un vêtement de pluie...? Et les chaussures, quelles chaussures? C'est décidé: ma clarinette sera du voyage. Pas les saxophones, n'exagèrons pas! Pourquoi pas le piano! Celà fait rire Roro ( chouette, elle est de bonne humeur)... N'oublions pas les bouquins: quand il pleut, en vacances, si tu n'as rien à lire, tu t'em...nuies.
Je n'avais pas trop envie d'aller dans ce coin, ni Roro d'ailleurs. C'est très touristique, nous a-t-on dit. Touristique? Mais encore? Et bé dis donc! J'allais oublier le numérique! C'est le mot touristique qui m'y a fait penser. Heureusement que j'écris cette note avant de partir! De toute façon, on verra la mer. Et des bateaux. Mais ce n'est pas ce qui fera l'originalité de mes photos.
- On se reposeraaa... ça nous fera du bieeeeen....
Elle me parle ainsi quand elle sent que je suis inquiet... ça m'agace!
- J'espère que la literie sera en bon état, rétorqué-je.
Quand tu es habitué à un 180 de large ( pour deux bien sûr) tu deviens exigeant!
Tiens, justement, voilà que j'ai sommeil. J'enregistre une ancienne vidéo de Boé si Boé la qui me paraît dans le ton de cette note ordinaire: nous avions rendu un hommage à Charles Trénet qui venait de mourir. Comme il s'agissait d'un pot-pourri ( ne ricanez pas!), celà explique que la chanson ne soit pas complète. Si vous subissez des micro-coupures, c'est normal; ça me le fait à moi aussi, parfois... ( je parle de la vidéo)

19:45 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (10)

06/11/2008

le ping pong...

...est un sport que nous pratiquons, Roro et moi , dans notre jardin, chaque fois que la météo nous le permet.
Ces jours derniers, nous avons dû veiller les éclaircies!
Nous livrons, chaque fois, un combat sans concessions. Souvent, les promeneurs du bord du canal qui nous aperçoivent par-dessus la haie de troènes, s'arrêtent admiratifs et ne manquent pas d'applaudir à chaque coup de raquette particulièrement inspiré. Je ne dirai pas qui remporte habituellement les parties car je sais qu'elle prétendrait que je triche.
Bon, d'accord, on dit aussi "tennis de table"; mais je trouve que celà fait un peu pompier.
Laissons aux Neuilléens
Ce langage, ma chèère,
Et pour nous, boétiens*
Ping pong fera l'affaire.
medium_coup_bas.jpg
Son revers est redoutable et je me méfie des coups bas dont elle aurait tendance à abuser. C'est ainsi qu'elle fait la plupart des points car pendant que tu te protèges avec la raquette, la balle passe à côté. Imparable...

medium_humour24AmagueDeClavada.2.jpg
Heureusement, je ne suis pas gascon pour rien : je suis rusé. Et il le faut pour venir à bout d'une fougueuse espagnole (par sa mère), de surcroît obstinée (par son père landais)!
medium_Henry_Miller_My_Life_And_Times_Table_Tennis0013.jpg Ce n'est qu'à la nuit tombante, quand la fraîcheur du canal arrive jusqu'à nous que nous décidons, épuisés, d'une revanche pour le lendemain. Pendant que la foule se disperse, nous nous rhabillons et réintégrons notre logis. Alors, affalés dans nos fauteuils, nous nous disons chaque fois:
-P....... c'est mieux que d'avoir bossé toute la journée!

Et voici comment nous jouons; à peu près:


* le boétien habite Boé, comme nous.

18:25 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7)

26/09/2008

petite promenade

medium_IMG_0805_.jpg
Sur le bassin d'Arcachon en ....
Roro m'a dit "l'autre jour" qu'elle aimerait bien faire un retour aux sources. Je lui demandai lesquelles car des sources, ça n'est pas ce qui manque. Elle me dit qu'il s'agissait de ses sources à elle: elle est née à Biganos, près du bassin d'Arcachon d'une maman espagnole et d'un père landais. Un hasard qu'ils se soient rencontrés à cet endroit, hasard qui a bien fait les choses.
Sur le bassin d'Arcachon, celà fait un certain temps que nous n'y sommes pas revenus. J'ai interrogé la météo: parfaite pour ce WE. Roro pourra de nouveau revêtir sa belle robe blanche de mariage comme elle l'avait fait il y a ...ans. Un essayage et quelques retouches insignifiantes seront sans doute nécessaires.
Je prévois un voyage un peu plus rapide qu'avec la dauphine.
Donc, inutile de m'appeler jusqu'à dimanche soir...mais vous pouvez laisser un message dans le style bises, salut, à bientôt... qui ne nécessitent aucune réponse de ma part car je n'aurai pas le temps, lundi, de m'attarder devant l'ordi...

17:55 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique